Millésimes 1980-1989 - Notes du CIVA

Le texte ci-dessous reprend les notes du CIVA données pour chaque millésime entre 1980 et 1989.

Millésime 1980

En Alsace comme dans la plupart des vignobles français, les vendanges ont été exceptionnellement tardives en 1980. Commencées seulement le 23 octobre, elles ne se sont terminées ensuite qu’à la mi-novembre avec la froidure.

Le volume vendangé a constitué une grande déception pour les producteurs qui ont enregistré leur plus faible récolte de ces dix dernières années avec à peine 600 000 hectolitres, soit un peu plus de la moitié de la récolte précédente et une réduction de 32% par rapport à la moyenne. Responsable de ce déficit quantitatif, la très mauvaise floraison de la vigne intervenue tardivement début juillet sous de mauvaises conditions atmosphériques qui ont anéanti les promesses de récolte des cépages Gewurztraminer et Muscat d’Alsace détruits à plus de 90%.

Fort heureusement, au plan qualitatif, les vins du millésime 1980 se situent dans une bonne moyenne et ne manquent pas de cette typicité, de cette légèreté et de ce fruité que le connaisseur retrouve toujours avec plaisir dans les vins d’Alsace.

Une pointe de nervosité donne beaucoup de virilité et de caractère aux Sylvaner et Riesling. Les Pinots Blancs présentent leur souplesse habituelle, tandis que les Tokay d’Alsace et Pinots Noirs, bien constitués, sont prometteurs. Quant aux trop rares Gewurztraminer et Muscat d’Alsace, leur fruité expressif saura plaire aux nombreux amateurs de ces deux cépages aromatiques.

Au niveau du marché, le faible volume de récolte 1980 ne devrait pas avoir d’effet désastreux sur l’équilibre global de l’offre et de la demande, en raison du volume exceptionnel de la récolte 1979 qui avait dépassé 1 million d’hectolitres et avait permis de constituer un stock de sécurité maintenant bien apprécié. A l’exception des cépages très déficitaires comme le Gewurztraminer, une certaine stabilité devrait donc continuer à régner, pour la plus grande satisfaction du consommateur sur les niveaux de prix des vins d’Alsace pratiqués depuis plusieurs mois.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1981

… un excellent millésime en Alsace

Après un millésime 1980 caractérisé par un bien faible volume de vin, pratiquement pas de Gewurztraminer ni de Muscat, une récolte exceptionnellement tardive, les vignerons alsaciens accueillent avec une satisfaction évidente les perspectives prometteuses des vendanges 1981, qui débuteront officiellement le 5 octobre prochain sous le double signe d’une qualité excellente et d’une quantité moyenne.

Le vignoble a eu la chance d’éviter cette année les gelées de printemps.

Le mois de juin s’est montré ensuite particulièrement favorable en permettant, grâce à une « fenêtre » ensoleillée au bon moment, une floraison presque parfaite.

Juillet et août ont apporté cette alternance de beau temps et de pluies modérées qui est le gage d’une maturation progressive et harmonieuse.

En cette fin de septembre, à la faveur du temps chaud et ensoleillé dont l’Alsace a été gratifiée et malgré une évolution parfois un peu rapide de la maturation de certains cépages, toutes les conditions paraissent réunies pour que les producteurs alsaciens fassent une splendide récolte, saine et de belle qualité, donc un grand millésime.

Mais, car il y a toujours un mais chez les vignerons, la récolte 1981 ne sera pas très abondante en raison du médiocre aoûtement des bois l’année passée et du gros orage de grêle qui a détruit plus de 500 hectares de vignes dans la région de Molsheim et Barr.

Fort heureusement grâce à la prévoyance de nos producteurs et metteurs en marché qui ont su mettre de côté un stock suffisant de vin d’Alsace, l’équilibre global du marché des Alsace devrait être correctement assuré pour la nouvelle campagne dans les différents cépages, à l’exception peut-être des Gewurztraminer et Muscat particulièrement déficitaires l’an dernier.

C’est donc avec une certaine philosophie que les vignerons alsaciens acceptent la perspective d’une récolte quantitativement moyenne, car leur fierté consiste d’abord à faire boire bon, et cela, ils ont toutes les chances de pouvoir le faire cette année.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1982

… une très bonne récolte

Les vendanges en Alsace ont commencé officiellement cette année le jeudi 7 octobre pour les Pinots et Muscats, le lundi 11 octobre pour les Sylvaner Gewurztraminer et le mercredi 13 octobre pour le Riesling.

Pour l’appellation Crémant d’Alsace, les vendanges avaient été autorisées à partir du 28 septembre.

Le vignoble d’Alsace a en effet bénéficié cette année de conditions climatiques favorables caractérisées par une excellente floraison précoce, un été chaud entrecoupé de pluies d’orages – qui ont cependant entraîné quelques dégâts de grêle -, un bon état sanitaire et un mois de septembre éclatant où le soleil était au rendez-vous d’une façon continue.

La précocité de la maturité cette année aura fort heureusement évité que le temps maussade et pluvieux qui s’est installé en Alsace comme ailleurs depuis les premiers jours d’octobre, ait des répercussions fâcheuses sur la très bonne qualité générale des raisins.

Au plan qualitatif, le millésime 1982 que le consommateur ne trouvera dans les bouteilles que dans six mois au moins, devrait s’apparenter assez étroitement aux très bonnes années 1981, 1979, voire 1973, caractérisées par des vins très typiques de l’Appellation Alsace, légers et frais avec une belle harmonie entre le corps, le fruité et le bouquet.

Au plan quantitatif, la récolte attendue qui paraît dépasser les pronostics d’abondance les plus optimistes, pourrait atteindre pour la première fois – voire dépasser – le volume de 1,4 million d’hectolitres. Cette récolte exceptionnellement supérieure à la moyenne habituelle de 850 à 900 000 hectolitres, devrait constituer une excellente opportunité, compte tenu d’un stock modeste en fin de campagne, de constituer un stock de sécurité de très bonne qualité fort utile pour pallier un déficit de récolte ultérieur.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1983

… une qualité exceptionnelle en Alsace

Une floraison précoce, bonne et belle, un été particulièrement ensoleillé, chaud et sec, un automne éclatant à peine entrecoupé de quelques nuages vers la mi-octobre : toutes les conditions étaient réunies cette année pour un millésime exceptionnel dans le vignoble alsacien.

Rarement on aura atteint les richesses mustimétriques rencontrées cette année et qui ont dépassé dans les Pinots, les Tokay d’Alsace, les Gewurztraminer et même les Riesling, les niveaux les plus hauts des meilleurs millésimes antérieurs. Rarement les vignerons auront pu récolter comme en 1983 autant de « vendanges tardives » et de sélections de « grains nobles », spécialités attendues des très grandes années et qui témoignent de la richesse et de la plénitude de ce millésime.

Un millésime que l’on rapprochera de l’exceptionnel millésime 1976, voire pour certaines cuvées assez extraordinaires des célèbres millésimes 1971 et même 1959. En tout cas, l’une des récoltes les plus réussies de ces 25 dernières années avec des vins prometteurs et souvent de garde dans tous les cépages : des Gewurztraminer et des Tokay d’Alsace grandissimes, des Pinots Blancs et des Pinots Noirs opulents, des Riesling d’une rare plénitude, des Sylvaner et des Muscats d’Alsace d’une belle rondeur.

Est-il besoin de préciser que compte tenu de la maturation exceptionnelle des différents cépages, les vendanges se sont déroulées très tôt cette année : à partir du 26 septembre pour les Pinots de l’appellation Crémant d’Alsace, à partir du 6 octobre pour tous les cépages des appellations Alsace et Alsace Grand Cru, Riesling excepté dont la récolte a eu lieu après le 10 octobre.

Au plan quantitatif, le volume de la récolte 1983 devrait se situer autour de la moyenne, c’est-à-dire aux environs de 1 million d’hectolitres. Quelques dégâts de grêle (sur 600 ha), de sécheresse d’été et de chlorose de printemps sont en effet venus tempérer cette année en Alsace une nature beaucoup plus généreuse dans la plupart des autres régions viticoles.

Le volume escompté a néanmoins de quoi satisfaire les producteurs de vins d’Alsace qui vont pouvoir profiter du stock de report de la précédente récolte pour, tout en satisfaisant la demande soutenue actuelle de vins d’Alsace (progression de 11% des volumes vendus d’une campagne sur l’autre), élever durant plusieurs mois avant leur commercialisation, les excellents vins de garde de 1983.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1984

… Une réussite inespérée

Rarement une récolte aura été abordée avec autant d’appréhension que cette année dans les différents vignobles français où 1984 laissera un souvenir quelque peu nuancé. Il faut toutefois cette année bien distinguer les régions où les vendanges se sont déroulées avant, pendant ou après les intempéries exceptionnelles de septembre.

Or le vignoble d’Alsace fait précisément partie des régions où la récolte a été particulièrement tardive – à partir du 24 octobre pour le Riesling et du 18 octobre pour les autres cépages – et a pu bénéficier de ce fait du très bel ensoleillement qui s’est installé à partir du 8 octobre jusqu’à la fin du mois et a préservé la qualité du millésime en stoppant le developpement du Botrytis cinerea et en achevant la maturation dans de bonnes conditions.

La qualité des différents cépages ainsi sauvegardée s’est révélée, à la surprise générale, d’un niveau tout à fait honorable qui permet d’apparenter ce millésime aux bonnes années moyennes 1978, 1977, 1974.

Les « Alsace » 1984 présentent une bonne typicité dans l’appellation avec légèreté, fraîcheur, bouquet et parfois une certaine virilité notamment dans les Riesling.. Les Gewurztraminer, rares cette année, sont bien réussis. La belle arrière-saison a même permis quelques vendanges tardives présentant des richesses en sucre remarquables.

Sur le plan quantitatif, la récolte 1984 accuse un déficit important de pratiquement 20 % par rapport à la récolte précédente et aussi à la moyenne. Il faut en effet se rappeler de la floraison tardive avec quelques dégâts de coulure, de la sécheresse de l’été et des intempéries de septembre, qui ont contribués à menuiser cette récolte.

C’est dans le cépage Gewurztraminer que le déficit volumétrique est le plus spectaculaire avec une demi-récolte. Les Sylvaner et Riesling sont par contre les cépages présentant les rendements les plus normaux, leur déficit étant limité à 10%.

Globalement, le volume de la récolte 1984 se situe à 808 000 hl ce qui, compte tenu du stock de sécurité que le vignoble d’Alsace avait su se constituer au cours des deux dernières campagnes, ne devrait pas entraîner de graves conséquences pour l’approvisionnement du marché.

Le raffermissement actuel des cours à la propriété, qui tendent à rattraper le retard considérable pris au cours des 3 dernières années, rend néanmoins prévisible une élévation des prix auprès de la distribution.

Au plan de la commercialisation des vins d’Alsace en bouteilles, on notera avec satisfaction le niveau record de 930 000 hl (133 millions de cols) atteint en 1984, à raison de 30% à l’export et 70% en métropole, avec une progression de 8,5% d’une année sur l’autre.

Sur le marché métropolitain, la part des « Alsace » dans la consommation à domicile des vins AOC s’est par ailleurs rétablie en 1984 à son niveau antérieur de 10%.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1985

… une qualité exceptionnelle en Alsace

Les superlatifs risquent de manquer cette année en Alsace pour qualifier le millésime 1985 dont tout le monde s’accorde à reconnaître le niveau qualitatif exceptionnel.

La qualité des raisins rentrés laisse en effet présager des vins grandissimes d’un équilibre prometteur, à la fois puissants et bien charpentés, extrêmement fins et racés. Des vins de garde que l’on se plaira à comparer aux plus grands millésimes de ces quinze dernières années en Alsace :1983, 1976 et 1971.

Les plus belles réussites se trouveront sans doute dans les Gewurztraminer et Tokay Pinot Gris qui ont atteint en 1985 des richesses rares et dont les cuvées de vendanges tardives et de sélections de grains nobles n’auront jamais été aussi nombreuses à témoigner de la plénitude et de l’opulence de ce millésime.

De leur côté, les Riesling présentent une remarquable harmonie, les Pinots Blancs et les Pinots Noirs une puissance riche de promesses et les Sylvaner et Muscats d’Alsace une étonnante rondeur.

Il faut dire aussi que rarement un automne aura bénéficié d’un soleil aussi éclatant deux mois durant, entraînant une maturation idéale des raisins et permettant des vendanges précoces à leur stade optimum de maturité dès le 30 septembre pour les cépages de l’AOC Crémant d’Alsace, et le 7 octobre – voire le 14 octobre pour le cépage Riesling – pour les AOC Alsace et Alsace Grand Cru.

Pourtant grandes avaient été les appréhensions des vignerons alsaciens après les deux périodes de froid intense de janvier et février – qui avaient provoqué des dégâts considérables sur quelques 2 000 hectares dont une grande partie sera sans doute à replanter -, après la coulure constatée en juillet notamment sur les cépages Gewurztraminer et Muscat d’Alsace, et après plusieurs orages de grêle dans deux secteurs du vignoble.

Fort heureusement, la sécheresse qui a touché cet été de nombreuses régions françaises, n’aura pas eu dans l’ensemble de conséquences néfastes dans le vignoble alsacien où les pluies d’orages de son climat sub-continental se sont avérées cette fois-ci bien utiles.

Malgré tout, c’est un volume de récolte bien en deçà de la moyenne qui aura été rentré cette année en Alsace. Les dernières estimations, légèrement révisées en hausse depuis la fin des vendanges, se situent autour de 800 000 hectolitres, soit tout de même 20% de moins qu’une récolte normale. Mais un déficit variablement partagé selon les cépages et les micro-régions et particulièrement marqué dans les Gewurztraminer et Muscats d’Alsace.

Sur le plan du marché, les perspectives volumétriques modestes de la récolte 1985 s’ajoutant à la récolte déjà faible de 1984, n’ont pas manqué d’entraîner une hausse substantielle des cours à la propriété qui ont bien évidemment commencé à se répercuter sur les prix des vins en bouteilles dans les différents secteurs de la distribution.

Mais compte tenu des stocks encore en réserve au 31 août dernier, les disponibilités de la nouvelle campagne sont de nature à assurer un bon équilibre du marché en 1986 en continuant à satisfaire une demande soutenue des vins d’Alsace dont les résultats tant en métropole qu’à l’export viennent d’atteindre un nouveau record avec plus de 960 000 hl vendus en bouteilles au cours de la dernière campagne.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1986

… Une belle et bonne récolte

Les vendanges en Alsace étaient cette année à peine terminées à la fin du mois d’octobre. Commencées le 30 septembre pour l’appellation Crémant d’Alsace, les vendanges se sont ensuite échelonnées pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru à partir du 9 octobre pour les Pinots (Pinot Blanc, Auxerrois, Tokay Pinot Gris et Pinot Noir) et Muscats, à partir du 13 octobre pour le Sylvaner et à partir du 16 octobre pour les Riesling et Gewurztraminer.

De nombreuses parcelles n’ont été récoltées qu’en novembre pour les raisins de surmaturation destinés aux prestigieuses spécialités que sont les vendanges tardives et sélections de grains nobles.

La récolte 1986 s’est avérée très belle sur le plan quantitatif et de très bonne tenue sur le plan qualitatif. Grandes avaient pourtant été les appréhensions des vignerons lorsque les conditions climatiques s’étaient subitement dégradées à la fin du mois d’août et durant la première moitié de septembre avec froid et humidité. En quelques jours paraissaient compromises les perspectives euphoriques nées d’une floraison exceptionnellement parfaite à la fin du mois de juin et d’un été aux conditions optimales d’ensoleillement et de température.

Fort heureusement, miraculeusement pourrait-on dire, les quatre semaines de beau temps chaud et ensoleillé qui se sont installées d’une façon constante à partir du 20 septembre, ont redonné confiance à la Viticulture qui a vu l’état sanitaire du vignoble se redresser, l’altération des raisins stoppée et la maturation se poursuivre dans les meilleures conditions d’un été indien superbe et particulièrement éclatant.

Le soleil était donc de la partie lorsque les vendanges se sont déroulées pour le plus grand plaisir des vendangeurs particulièrement gâtés cette année par le temps et celui des viticulteurs heureux de récolter des raisins présentant une richesse en sucres, voire une concentration souvent étonnante alliée à une acidité bien équilibrée.

Au plan qualitatif, il est dans ces conditions permis de tabler pour les Alsace de cette année, malgré parfois une certaine hétérogénéité, sur une belle harmonie peut-être comparable à celle des vins de 1979, voire de 1982, et qui sera tout à fait de nature à satisfaire les connaisseurs. Des vins globalement plus gouleyants que ceux des exceptionnels millésimes 1985 et 1983, avec plus de légèreté et de fraîcheur, de finesse et de typicité.

Au plan quantitatif, la récolte 1986 dont le volume définitif a atteint 1 189 000 hl soit 18% de plus que la moyenne des 5 dernières années, était attendue avec impatience par les entreprises pour reconstituer leur volant de commercialisation.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1987

… équilibré et d’une grande séduction

Une année capricieuse et déconcertante en Alsace comme dans les autres vignobles français. D’abord de belles promesses de récolte après un débourrement normal. Puis, après un mois de juin médiocre, une floraison plutôt tardive début juillet ; mais dans de bonnes conditions et avec peu de coulure. Ensuite un été qui n’en était pas un. Avec un retard de végétation d’une dizaine de jours.

Fort heureusement la longue période de temps chaud et sec qui s’installa miraculeusement à partir du 10 septembre jusqu’au début d’octobre, fit vite oublier les péripéties climatiques des mois précédents et autorisa tous les espoirs. Sous l’effet du soleil et de la chaleur, le retard était rattrapé, tout risque d’altération écarté et les raisins pouvaient poursuivre leur maturation dans les meilleures conditions.

Rien ne pressait alors pour vendanger. Si bien que les experts commis à cet effet s’étaient résolus sans peine à n’ouvrir le ban des vendanges que le 7 octobre pour l’appellation Crémant d’Alsace, le 16 octobre pour les cépages Muscat et Pinot Noir et le 19 octobre pour les autres cépages des AOC Alsace et Alsace Grand Cru.

La récolte des raisins de l’AOC Crémant d’Alsace s’est déroulée dans des conditions idéales avec une vendange très saine et d’un excellent niveau qualitatif laissant présager une finesse du produit.

Malgré un temps plus variable après la mi-octobre, les raisins récoltés dans les appellations Alsace et Alsace Grand Cru sont restés très sains, d’une qualité très homogène et d’une richesse légèrement supérieure à celle de l’année passée. Des perspectives prometteuses dans tous les cépages dont l’équilibre, la structure, la race et le bouquet confèrent à ce millésime qualitativement proche du précédent, une belle typicité et une grande séduction.

Sur le plan quantitatif, la récolte 1987 est en diminution, toutes appellations réunies, de 10% par rapport à l’année dernière et se situe au niveau moyen des 5 dernières années avec 1 068 000 hl. Les volumes récoltés dans les différentes appellations sont de leur côté en diminution de 14% dans les AOC Alsace (960 000 hl) et Alsace Grand Cru (25 000 hl) mais en augmentation de 78% dans l’AOC Crémant d’Alsace (83 000 hl), exceptionnellemnt favorisée cette année par une harmmonie qualitative idéale.

De bonnes nouvelles donc pour tous les connaisseurs et amateurs des appellations et cépages d’Alsace.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1988

… un très beau millésime

Une année riche de promesses dans le vignoble alsacien, après une floraison précoce, en avance de 2 semaines et qui s’était déroulée dans des conditions idéales.

Un bel été ensuite avec des températures élevées et beaucoup de soleil.

La maturation présentait ainsi début septembre une avance d’une quinzaine de jours qui s’est maintenue jusqu’aux vendanges.

Les vendanges ont été particulièrement précoces avec une ouverture dès le 21 septembre pour l’appellation Crémant d’Alsace, le 5 octobre pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru à l’exception des Riesling et Gewurztraminer récoltés à partir du 10 octobre.

Comme il est fréquemment de règle dans les années de vendanges précoces, la qualité est cette année au rendez-vous avec des richesses saccharimétriques comparables voire supérieures à celles du millésime 1983 dont on se rappelle qu’il était un millésime exceptionnel en Alsace.

Les moûts présentent une acidité faible à dominante tartrique laissant espérer une bonne tenue des vins.

Le millésime 1988 devrait ainsi se caractériser pour le vignoble d’Alsace par de grands vins, équilibrés, aromatiques et bien charpentés.

Les conditions météorologiques maussades et le temps variable observés au cours de la récolte n’auront fort heureusement pas eu de conséquences sur la qualité de ce millésime. Elles auront tout au plus perturbé la cueillette et ralenti la concentration attendue dans les Tokay Pinot Gris, Riesling et Gewurztraminer dont un volume exceptionnel de vendanges tardives et de sélections de grains nobles aura néanmoins pu être récolté en novembre voire décembre.

Au plan quantitatif, les vignerons alsaciens ont rentré cette année une récolte de 1 055 000 hl d’un niveau identique à celui de l’an passé et proche de la moyenne, avec un volume de Crémant d’Alsace de 80 000 hl et un volume de grands crus de 38 000 hl en augmentation sensible compte tenu de la montée en puissance des 50 lieux-dits de cette appellation.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar


Millésime 1989

… Le millésime de tous les superlatifs

Comme partout en France en 1989, les vendanges avaient été d’une précocité exceptionnelle en Alsace. Leur date officielle d’ouverture avait été fixée

- au jeudi 14 septembre pour la majorité des cépages de l’AOC Crémant d’Alsace
- au mecredi 27 septembre pour les autres appellation, le Riesling et le Gewurztraminer ne devant toutefois être récoltés qu’à partir du 2 octobre dans l’AOC Alsace et du 9 octobre dans l’AOC Alsace Grand Cru.

Le millésime 1989 se révèle d’une qualité tout à fait exceptionnelle comparable à celle des millésimes 1983 voire 1976 dont les connaisseurs gardent un souvenir inoubliable. La remarquable richesse en sucres des raisins et la dominante tartrique de leur acidité modérée ont permis d’obtenir des vins somptueux , parfaitement équilibrés et au fruité d’une rare finesse.

Il faut dire que toutes les conditions s’étaient trouvées réunies cette année pour la réussite parfaite du millésime :

- une floraison particulièrement précoce dans des conditions idéales
- un été éclatant qui avait favorisé une belle végétation, un parfait état sanitaire puis un mûrissement rapide des raisins.

Une récolte qui a également été belle en quantité avec un volume qui, malgré des dégâts de grêle survenus à la mi-juillet et les effets de la sécheresse sur les jeunes vignes, a été sensiblement supérieur à la moyenne avec 1 071 000 hl dans l’AOC Alsace, 116 000 hl dans l’AOC Crémant d’Alsace et 39 000 hl dans l’AOC Alsace Grand Cru.

Un millésime qui aura également permis, grâce à sa précocité et à un automne particulièrement favorable au passerillage et au développement du Botrytis cinerea, la production d’un volume record (36 000 hl) de ces spécialités de plus en plus recherchées dans le vignoble alsacien que sont les Vendanges tardives et les Sélections de grains nobles.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar