Millésimes 1990-1999 - Notes du CIVA

Le texte ci-dessous reprend les notes du CIVA données pour chaque millésime entre 1990 et 1999.


Millésime 1990

Un millésime d’exception pour la 3ème année consécutive

Pour la troisième année consécutive, les vignerons alsaciens ont bénéficié d’une très belle et très belle récolte en 1990.

Les vendanges, en avance d’une semaine sur la moyenne, avaitent débuté le 24 septembre pour les raisins de l’Appellation Crémant d’Alsace et s’étaient déroulées à partir du 4 octobre pour les Appellations Alsace et Alsace Grand Cru sous un temps particulièrement serein et ensoleillé.

La récolte a été d’une très belle qualité dans tous les cépages avec une richesse en sucre des raisins rarement égalée. Elle a donné naissance à de très grands vins, harmonieux, pleins de rondeur et de longueur, comparables aux excellents millésimes 1989 et 1988, voire aux exceptionnelles années 1976 et 1971.

Il faut en effet se rappeler qu’après un hiver et un printemps d’une grande douceur, la floraison avait été extrêmement précoce et l’été particulièrement ensoleillé, chaud et sec. Nombre d’exploitations viticoles ont cependant eu à déplorer une coulure importante dans les Gewurztraminer et Muscat (un cinquième du vignoble), des dégâts de grêle conséquents sur quelque 700 hectares dans la région de Colmar et les effets non négligeables de la sécheresse estivale.

Avec un peu moins de 1 100 000 hl, la récolte s’est située en retrait d’environ 10 % par rapport à l’année passée, soit en fait un volume égal à la mpyenne.

On relèvera avec satisfaction que la récolte 1990 est survenue à un moment où les performances commerciales des vins d’Alsace n’ont jamais été aussi bonnes, avec une progression des ventes en bouteilles tant en France qu’à l’exportation de près de 10% d’une année sur l’autre.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar
Mars 1991


Millésime 1991

Qualité et volume d’un bon niveau

Après l’exceptionnelle trilogie des 88-89-90

Le vignoble d’Alsace a eu cette année la chance insigne d’échapper globalement au gel de printemps qui a dévasté une bonne partie des autres rrégions viticoles françaises.

Après le magnifique été dont tout le pays a bénéficié en 1991 et qui avait rapidement compensé une floraison légèrement tardive, nombreux étatient même les vignerons alsaciens qui pensaient légitimement  que le présent millésime allait égaler les 3 précédents restés fameux dans toutes les mémoires.

Mais la nature n’en a pas voulu tout à fait ainsi avec les mauvaises conditions météorologiques qui se sont installées durant une grande partie de la récolte.

Fort heureusement la maturation des raisins s’était effectuée dans d’excellentes conditions dans les semaines précédant les vendanges dont l’ouverture officielle a pu être proclamée dès le 25 septembre pour les raisins de l’Appelation Crémant d’Alsace et le 9 octobre pour les Appellations Alsace et Alsace Grand Cru.

Les producteurs ont ainsi tout lieu dans l’ensemble d’être satisfaits des qualités et des quantités récoltées dans la plupart des cépages. La richesse saccharimétique des riasins est, sauf exceptions notamment dans les vignes les plus chargées, d’un très bon niveau et n’a guère pâti des conditions atmosphériques durant la période de récolte. L’acidité des moûts est normale et en bon équilibre avec les sucres, ce qui laisse présager des vins frais et fruités, plus légers et plus secs que ces trois dernières années qui nous avaient habitués à des vins plus corsés et dimensionnés destinés à la garde.

Le millésime 1991 marque en fait un retour vers des vins d’Alsace plus gouleyants, à boire plus jeunes et sans doute aussi plus typiques de leurs appellations.

Le volume de récolte qui était annoncé supérieur à la moyenne avant les vendanges, a souffert du médiocre état sanitaire des raisins consécutif aux intempéries de fin septembre –début octobre et s’est singulièrement rétréci en particulier dans les cépages Riesling et Pinot Blanc. Il se situe en fait près de 1 100 000 hectolitres, soit exactement la moyenne de ces dernières années aussi bien dans l’AOC Alsace que dans les appellations Alsace Grand Cru et Crémant d’Alsace. En revanche très peu de vendanges tardives et de sélection de grains nobles auront été récoltées cette année.

Compte tenu du volume de récolte escompté et des stocks normaux encore en cave, les vins d’Alsace devraient bénéficier cette année encore d’un bon équilibre de l’offre et de la demande.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Décembre 1991


Millésime 1992

… Un potentiel exceptionnel

Une floraison particulièrement précoce début juin accompagnée d’une fécondation parfaite. Donc d’emblée des formations exceptionnellement nombreuses et bien conformées annonciatrices d’une récolte généreuse.

Un été chaud et sec ayant favorisé une végétation luxuriante et saine.

Quelques pluies dans les tous premiers jours de septembre attendues par tout le monde et spécialement bienvenues dans les terres ayant épuisé leurs réserves hydriques.

La véraison commencée dès la fin du mois d’août a ainsi pu se poursuivre par une maturation excellente et rapide qui a conduit le Comité Régional d’Experts des Vins d’Alsace a décrété le début des vendanges.

  • dès le 21 septembre pour l’appellation Crémant d’Alsace
  • dès le 30 septembre pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru

Les vendanges qui se sont étalées tout au long des 3 premières semaines d’octobre ont confirmé le potentiel de cette récolte 1992 tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

Le plein des trois appellations a pu être réalisé cette année avec un volume AOC de 1 290 000 hl en augmentation de 16% sur la moyenne des cinq dernières années pour une moyenne Alsace qui s’établit à 1 100 000 hl.

Les richesses en sucre des raisins sont proches de celles des excellents millésimes 1989 et 1985 avec des acidités légèrement plus basses. Autant dire que sauf dans les situations sensibles à la sécheresse et dans les vignes trop chargées, de très belles réussites ont été constatées dans tous les cépages, notamment la famille des Pinots, particulièrement beaux cette année.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Mars 1993


Millésime 1993

Les vendanges ont été particulièrement précoces cette année en Alsace avec une ouverture officielle

  • pour l’appellation Crémant d’Alsace : le lundi 13 septembre
  • pour les appellation Alsace et Alsace Grand Cru :
    • Le jeudi 23 septembre dans les cépages Sylvaner, Muscat, Pinots blanc et noir
    • Le lundi 27 septembre dans les cépages Riesling, Gewurztraminer et Tokay Pinot Gris

La maturation des raisins présentait en effet une avance exceptionnelle faisant logiquement suite à une remarquable précocité du débourrement puis de la floraison. La pleine-fleur autour du 10 juin par un temps surperbe, puis des conditions atmosphériques des plus favorables en cours de saison avec beaucoup de soleil, des températures élevées et des pluies parfaitement réparties, laissaient augurer un millésime de grande qualité.

Et à la mi-septembre, c’est effectivement une récolte de belle richesse en sucres et bien équilibrée que les producteurs alsaciens pouvaient commencer à rentrer.

Malheureusement le temps pluvieux qui s’est installé à ce moment-là est venu jouer les trouble-fête en perturbant les vendanges et en ne permettant pas au millésime d’atteindre les sommets que chacun était objectivement en droit d’espérer.

Mais une belle qualité est maigré tout au rendez-vous notamment dans les pinots, avec une excelletente constitution et un bon équuilibre acidité-alcool. Ce qui fait que les vins d’Alsace 1993 seront tout à fait dans la lignée des deux derniers millésimes –1991 et 1992- caractérisés par une grande typicité dans les différents cépages.

Au plan quantitatif et compte tenu de dégâts de grêle importants dans plusieurs secteurs du vignoble notamment au Nord et au Sud – 4 000 hectares touchés peu ou prou- c’est un volume proche de 1 100 000 hl qui a été récolté cette année, soit un niveau égal à la moyenne des 5 dernières années.

La nouvelle campagne viticole s’est ouverte dans ces conditions le 15 décembre dernier avec une offre en vins d’Alsace sensiblement à même hauteur que les années précédentes, donc en bonne adéquation avec une demande toujours très ferme sur les principaux marchés.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Janvier 1994


Millésime 1994

… De très belles réussites dans les différentes appellations

D’excellentes conditions climatiques au moment de la floraison ont entraîné cette année en Alsace de très nombreuses et belles formations de raisins.

Les pluies tombées au bon moment en début d’été, puis la température très élevée des mois de juin et juillet ont entraîné une végétation exubérante de la vigne et un grossissement rapide des baies.

A l’exception du Gewurztraminer dont les grappes sont toujours de très petite taille, tous les cépages ont développé cette année des grappes d’un poids unitaire inhabituel dépassant de moitié la moyenne. La perspective d’un volume important de récolte s’est  vite imposée dans ces conditions aux producteurs qui ont dû souvent procéder à un éclaircissage sévère des grappes.

Le mois d’août a vu la maturation des raisins progresser à vive allure et chacun était légitimement en droit de s’attendre à un millésime précoce et de qualité exceptionnelle.

C’était sans compter sur la pluviosité inhabituelle de la seconde quinzaine de septembre et les risques qui en découlaient d’une altératon de l’état sanitaire de raisins déjà bien mûrs. Si bien que le ban des vendanges a dû être ouvert rapidement pour les cépages et appellations les plus précoces et les plus sensibles au Botrytis :

  • le 16 septembre dans les AOC Alsace et Crémant d’Alsace pour le cépage Auxerrois
  • le 19 septembre dans les AOC Alsace, Alsace Grand Cru et Crémant d’Alsace pour tous les cépages sauf Gewurztraminer, Riesling,Chasselas et Sylvaner dont la date de récolte a été fixée au 28 septembre.

Le temps pluvieux de septembre a fort heureusement été suivi dès le début octobre d’une arrière-saison très ensoleillée qui a permis de rentrer une partie importante de vendages saines et d’une grande richesse en sucres s’apparentant aux meilleurs millésimes précédents dans les Gewurztraminer et Tokay Pinot Gris. Dans ces cépages, de très nombreuses et belles réussites en vendange tardive et sélections de grains nobles ont récompensé de leurs efforts une fois encore les viticulteurs patiens qui avaient le plus souvent pris le risque d’une limitation volontaire de leur production.

Au plan quantitatif la récolte 1994 est de 6% supérieure à la moyenne avec un volume de 1 236 000 hl pour les 3 appellations Alsace, Alsace grand Cru et Crémant d’Alsace. L’AOC Crémant d’Alsace enregistre cette année un volume record de même que les Vendanges tardives et Sélections de grains nobles dont le volume plus important qu’à l’accoutumée dénote la qualité exceptionnelle d’une partie des vendanges 1994.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Février 1995


Millésime 1995

… Un millésime contrasté

Après une floraison irrégulière et plutôt tardive au cours de la seconde quinzaine de juin, froide et pluvieuse ayant entrainé un millerandage diffus dans maintes parcelles, les très belles conditions climatiques du mois de juillet où un ensoleillement et des températures records ont été constatés, avaient laissé entrevoir un très beau potentiel quantitatif et qualitatif de la récolte 1995 en Alsace.

Malheureusement pour la 3ème année consécutive, ces belles promesses de récolte ont été partiellement contrariées par un temps anormalement pluvieux au mois de septembre qui, compte tenu de la maturité bien avancée, a conduit à ourir plus rapidement que prévu le gan des vendanges.

Les vendanges ont ainsi débuté

  • pour l’AOC Crémant d’Alsace, le jeudi 21 septembre (cépages Auxerrois et Chardonnay) et le lundi 25 septembre (Pinot blanc, noir et gris ainsi que Riesling)
  • pour l’AOC Alsace et Alsace Grand Cru, le jeudi 5 octobre.

Pour les premiers raisins récoltés, les vignerons ont dû jongler avec le temps capricieux et préserver la qualité en opérant dans de nombreuses parcelles un tri minutieux des grappes altérées.

Les raisins cueillis dans les deux dernières décades d’octobre ont en revanche bénéficié d’un temps splendide qui leur a permis d’atteindre de très elles richesses en sucres tout en conservant une harmonieuse acidité.

Globalement c’est donc une récolte contrastée qui a pu être rentrée en Alsace tant au plan des qualités – assez souvent hétérogènes- qu’au plan des quantités- en sensible réduction par rapport aux prévisions et fort disparates du Nord au Sud-.

Les meilleures réussites auront été constatées en 1995 dans les Rieslings qui affichent une maturité exceptionnelle et dans les Pinots notamment le Tokay Pinot Gris d’une richesse prometteuse.

Un beau volume de vendanges tardives et sélections de grains nobles est encore venu compléter les meilleures cuvées de ce millésime.

Après avoir escompté durant l’été une récolte largement supérieure à la moyenne en quantité, les vignerons alsaciens se sont finalement retrouv »s avec un volume de vins de 1 089 000 hl, soit un niveau sensiblement inférieur à la moyenne.

Compte tenu d’un bon niveau de stocks en cave, les volumes disponibles pour la campagne 1995/96, même s’ils sont inférieurs à ceux des deux années précédentes, devraient néanmoins permettre un équilibre satisfaisant du marché des vins d’Alsace des mois à venir.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

15 décembre 1995


Millésime 1996

… Un très beau millésime

Après plusieurs années parfois capricieuses, les producteurs alsaciens se réjouissent de la qualité du millésime 1996.

La saison végétative avait pourtant commencé difficilement, avec un certain retard par rapport aux années antérieures.

Un débourrement tardif, une mauvaise floraison pour les Gewurztraminer, des températures basses en mai et en août : autant de facteurs de préoccupation. Mais fort heureusement un état sanitaire parfait, rappelant celui du millésime 1985.

Si  l’aproche des endanges les acidités étaient encore élevées, le mois d’octobre ensoleillé et sec a pu favoriser une très bonne maturation du raisin.

Les vendanges ont débuté officiellement :

  • le 25 septembre pour l’appellatio Crémant d’Alsace,
  • le 7 octobre pour les appellations Alsace et Alsace Grand Cru, avec des rentrées de raisins très étalées.

Le temps sec et l’excellent état sanitaire ont en effet incité bon nombre de producteurs à patienter afin de laiser leurs raisins mûrir davantage. Cette patience a été largement récompensée, notamment dans les Pinots qui apparaissent comme la grande réussite de l’année.

Les Pinots Noirs sont forts en couleur, les Tokay Pinot Gris et les Pinots Blancs bien charpentés et d’une belle finesse aromatique. Leur rapport sucre/acidité très équilibré laisse présager des Crémants d’une grande délicatesse.

Les autres cépages : Gewurztraminer, Riesling, Sylvaner présentent une belle fraîcheur, typique du millésime, avec toutefois des qualités et des quantités hétérogènes selon les secteurs géographiques : le Gewurztraminer restant le cépage quantitativement déficitaire cette année.

Les brouillards matinaux ont permis l’élaboation de nombreuses vendanges tardives et sélections de grains nobles, dont la structure laisse entrevoir un grand millésime de garde.

Au plan quantitatif, les 3 appellations d’origine contrôlées Alsace, Alsace Grand Cru et Crémant d’Alsace représentent une production de 1 170 000 hectolitres, en augmentation de 8% sur l’année précédente mais proche de la moyenne des cinq dernières années.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Février 1997


Millésime 1997

… un millésime historique

Les producteurs alsaciens sont particulièrement enthousiastes de la qualité exceptionnelle du millésime 1997.

Rappelons les principaux jalons de cette belle réussite.

Le printemps lumineux et chaud n’ayant pu compenser les dégâts de gel d’hiver et surtout de printemps, le débourrement avait été irrégulier et des problèmes de coulure étaient apparus pour plusieurs cépages notamment, une fois de plus, dans le Gewurztraminer.

La floraison s’était déroulée autour du 10 juin avec une quinzaine de jours d’avance. Le temps relativement humide de juin et juillet avait fait perdre cette avance, regagnée partiellement grâce au temps chaud et ensoleillé du mois d’août.

Le début des vendanges avait ainsi pu être fixé à une date précoce

  • Le 18 septembre pour les raisins de l’AOC  Crémant  d’Alsace
  • Le 1er octobre pour les AOC Alsace et Alsace Grands Crus dans la diversité de leurs cépages

La qualité du millésime restait encore subordonnée aux conditions météorologiques du mois de septembre. L’ensoleillement record de ce mois a vite balayé toute inquiétude sur l’état sanitaire de la vendange qui était cette année excellent, les quelques foyers d’altération rencontrés ici ou là dans les zones précoces ou grêlées ayant été rapidement enrayés par les nuits fraîches en cette saison et le temps remarquablement chaud et sec.

La durée d’ensoleillement mesurée par la Station Météo France de Colmar pour le mois de septembre s’élevait à 253 heures. A titre de comparaison, cette durée se «limitait à 159 heures en 1989, année mémorable !

Les réserves hydriques accumul ées au cours de l’été s’étaient d’ailleurs révélées bénéfiques face à cette arrière-saison radieuse.

Au moment des vendanges, tous les cépages présentaient, du fait de ces conditions climatiques exceptionnelles, des maturités records, supérieures même à celles enregistrées en 1989, ainsi que de très bons équilibres sucres/acidité.

Les premières dégustations professionnelles confirment l’excellente qualité du millésime 1997 : les Sylvaner sont souples, élégants. Les cépages Pinot Blanc et Tokay Pinot Gris sont riches, pleins de matière avec parfois des caractères de surmaturation. Les Risling présentent une grande finesse aromatique florale associée à une bonne constitution acide. Les Gewurztraminer sont ronds, charmeurs, plein de maturité avec des arômes tpiques de fruits exotiques. Les Pinot Noir ont beaucoup de couleur, des tanins bien ronds et mûrs.

Ce millésime restera aussi celui des Vendanges Tardives et des Sélections de Grains Nobles avec un volume de production jamais &atteint depuis la reconnaissance officielle de ces dénominations.

Le volume de récolte s’établit à 1 204 000hl toutes appellations confonfues, soit un chiffre proche de la moyenne de cinq dernières années.

La très grande qualité du millésime 1997 donne évidemment le sourire aux producteurs qui abordent la campagne de commercialisation 97/98 avec de très grands vins, comme si la nature avait choisi de répondre à sa manière à la nouvelle campagne interprofessionnelle de communication sur le thème « Les Vins d’Alsace »- Les Grands Blancs »

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Février 1998


Millésime 1998

… Qualité et quantité sont au rendez-vous

Les pluies du mois de septembre n’auront décidément pas entamé le moral des producteurs alsacens qui ont su garder leur calme, rester patients, et qui découvrent maintenant dans leurs caves un excellent millésime.

Il faut rappeler que ce millésime se présentait sous les meilleurs auspices grâce à une avance initiale due à un mois de mai particulièrement sec et ensoleillé.

Cette avance ne devrait pas être démentie à mesure que se déroulait le cycle de la vigne. Après un mois de juillet plutôt variable, le mois d’août caniculaire favorisait la maturation, entraînant même ça et là quelques brûlures sur grappes tout à fait inhabituelles.

Aussi les premiers contrôles de maturation faisaient-ils apparaître des richesses en sucres particulièrement élevées, inscrivant l’année 1998 parmi les plus précoces des dernières décennies.

Les dates d’ouverture des vendanges, fixées au 15 septembre pour l’AOC Crémant d’Alsace et au 24 septembre pour les AOC Alsace et Alsace Grand Cru, en  témoignent parfaitement.

Les précipitations du mois de septembre ont certes ralenti la progression de la maturation et favorisé le développement ici ou là du Botrytis cinerea.

Les Muscats, récoltés très tôt, révèlent une certaine souplesse et une grande pureté aromatique. La constitution des Pinots, Sylvaner et Riesling est assez proche de celle de l’année précédente. Ces vins sont francs, aromatiques, et somme toute bien équilibrés, les niveaux d’acidité s’avérant supérieurs à ce que pouvait faire craindre la précocité du millésime.

Les Tokay Pinot Gris sont bien concentrés et les Gewurztraminer, très homogènes, présentent une belle intensité aromatique.

Le volume de récolte consacré à l’AOC Crémant d’Alsace a encore progressé cette année, répondant en cela à l’évolution régulière de la demande et à l’appel de l’an 2000. On constate en outre que les producteurs ont renforcé la part du Riesling dans les assemblages de cette appellation afin de préserver leur bon équilibre acide.

Les volumes de Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles, sans bien sûr atteindre les chiffres records de l’année précédente, s’élèvent à un niveau tout à fait honorable. Et pur la première fois, les volumes récoltés en Sélections de Grains Nobles (10 929 hl) dépassent ceux récoltés en Vendanges Tardives (10 856 hl), illustrant ainsi l’intensité des phénomènes de concentration liée au développement de la pourriture noble en arrière saison.

Globalement, les 3 appellations d’origine contrôlées « Alsace », « Alsace Grand Cru » et « Crémant d’Alsace » totalisent une production de 1 211 000 hl, très légèrement supérieure à celle de l’année précédente et en augmentation de 4,2% par raport à la moyenne quinquentale.

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

1er mars 1999


Millésime 1999

… Un millésime satisfaisant en qualité et quantité

Les conditions météoroloqgiques de l’hiver et du printemps ont été globalement bonnes, malgré des pluies assez soutenues. Le débourrement s’est déroulé du 13 avril, la floraison vers le 17 juin et la véraison vers le 16 août (source INRA Colmar). Le cycle végétatif de la vigne n’a pas rencontré de problème particulier même si l’on a fréquemment enregistré des attaques de mildiou qui ont pu être facilment contrôlées par les traitements classiques.

Juste avant le début de la récolte, le vignoble a bénéficié d’une très belle période de trois semaines d’ensoleillement intense avec des températures élevées, ce qui a permis aux raisins de parfaire leur maturité.

Cette année restera dans les annales comme étant celle de l’entrée en vigueur de nouvelles règles de productions de l’AOC Alsace. En effet, dans un souci d’accroissement de la qualit des vins, les producteurs ont décidé de définir des rendements plafonds par cépages et non plus à la seule échelle globale de l’exploitataion. Cette maîtrise des rendements a été une des clés de la réussite du millésime.

Les vendanges ont débuté :

  • le 20 septembre pour l’appellation Crémant d’Alsace
  • le 4 ocotbre pour l’appellation Alsace
  • le 7 ocotbre pour l’appellation Alsace Grand Cru
  • le 18 octobre pour les mentions Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles.

D’un point de vue qualitatif, si l’état sanitaire des raisins étati bon, la maturité présentait quant à elle plus de disparités selon les cépages et les secteurs. Tous les vins sont néanmoins bien équilibrés. Le Sylvaner fait partie des grandes réusites de ce millésime. Les Pinots Blancs ont permis l’élaboration de très beaux Crémants d’Alsace. Dans les Grands Crus, les Riesling reflètent particulièrement bien le terroir. Les Muscats, Pinot Gris et Gewurztraminer sont souvent très aromatiques et typiques de leur cépage. Les Pinots Noirs sont charpentés et très colorés. Si la météorologie capricieuse du mois d’octobre a obligé les producteurs à étaler les dates de récolte, le belle arrière saison leur a permis de récolter plus de 21 000 hl en Vendanges Tardives et en Sélections de Grains Nobles.

Sur le plan quantitatif, le volume de récolte se situe à 1 228 000 hl, en augmentation de 1,4 % par rapport à l’année dernière. Continuant sur sa lancée, la production de Crémant d’Alsace a battu un nouveau record, encouragée par des perspectives de forte croissance des ventes.

La nouvelle campagne viticole s’est ouverte le 15 décembre dernier avec une offre en vins d’Alssace en très bonne adéquation avec une demande particulièrement ferme sur les principaux marchés (record de vente en 1999).

Centre d’Information du Vin d’Alsace – Colmar

Mars 2000