Domaine Zind-Humbrecht - Légendes d'Hiver

Weekend autour du Domaine Zind-Humbrecht
22-23 janvier 2005

Superbe weekend cette rencontre avec le domaine Zind-Humbrecht. Les deux événements majeurs étaient la visite du vignoble avec Olivier Humbrecht et le diner avec les grands vins du domaine. Mais le weekend fût plus chargé encore.

La matinée de samedi a été consacrée à la visite du domaine Marcel Deiss à Bergheim. Lire le compte rendu ici.

Le déjeuner fut rapide mais gourmand à l’Auberge du Veilleur à Turckheim : plats régionaux sont à l’honneur dans une salle joliment décorée. La carte des vins comporte quelques belles références (Josmeyer, Bermes Buecher, Zind-Humbrecht). Nous goûtons un Riesling Le Kottabe 2003 de Josmeyer, qui nous fait regretter l’acidité et l’amertume des millésimes 2002 et 2001.

Photo : L'auberge du Veilleur à Turckheim, une belle adresse gourmande.

L'après midi sera consacrée à la visite des vignes en compagnie d'Olivier Humbrecht. Lire le compte rendu ici.

Enfin, la soirée sera consacrée à un diner autour des grands vins du domaine. Lire le compte rendu ici.

Impressions de la journée de samedi :

L’Alsace et sa mosaïque de terroirs reste une terre largement inexplorée. Petit à petit, au gré des rencontres et des dégustations, la vision de chacun laisse apparaître une recherche de plus en plus forte de la mise en valeur des terroirs. Compte tenu de la diversité géologique de la région, l’expression n’est pas galvaudée et la recherche n’est pas vaine.

Ce qui est amusant, c’est d’avoir pu visiter Deiss et Humbrecht le même jour. Si les approches sont très antagonistes concernant la complantation, les deux domaines sont tout de même à la recherche d’une expression du terroir, et travaillent les sols dans ce sens.

Matinée de Dimanche

Dimanche, visite rapide sur le vignoble du coté de Husseren les Châteaux, passage éclair à Munster pour découvrir autre chose que la route des vins (et aussi acheter du fromage...), et enfin, déjeuner à la Nouvelle Auberge à Wihr au Val. Déjà décrite le mois dernier, nous sommes revenus avec le groupe de dégustateurs pour un repas plus léger que la veille. L’ambiance dominicale est celle d’un restaurant où l’on vient déjeuner en famille en prenant son temps. Nos menus comprennent une salade de foie gras, du lieu jaune et un soufflé au fruit de la passion. Deux bouteilles de riesling vont agrémenter le déjeuner.

Riesling Herrenreben 2001 – Henri Schoenheitz (Wihr-au-Val) : Un riesling issu des vignes en face du restaurant, en pleine vallée de Munster sur un coteau directement à même le socle granitique de la montagne Vosgienne. Une robe jaune clair, assez pâle qui annonce un nez sur les agrumes, assez simple. La bouche est vive, citronnée avec une belle acidité malique très agréable. Le vin est simple mais fruité comme un bon riesling, et gouleyant. Un vin très plaisant. Bien.

Riesling Grand Cru Kitterlé 1995 – Schlumberger : la robe se fait paille avec une bonne intensité. Le nez est très minéral, avec des notes de citron. La bouche est vive, dense, un peu tranchante avec une forte minéralité. Avec un poil de maturité en plus (et 10% de botrytis) le vin aurait été Excellent, à l’instar du millésime 1999 ! Très Bien

Thierry Meyer