Première visite au Domaine Jacques Lindenlaub - abonnés

12 janvier 2007 – Si Dorlisheim est un village du Nord de l'Alsace pratiquant encore la polyculture, on y trouve également des vignerons à 100% qui profitent des coteaux calcaires du Stierkopf, du Husaren et du Rangenberg voisin. Parmi la nouvelle génération qui monte dans le village, Christophe Lindenlaub a repris le flambeau de Jacques dans les vignes et en cave. Suite aux travaux d’aménagement de la cuverie, les vins montrent une belle progression depuis 2002. Première approche en 28 vins.

A la fin des années 90, le domaine a été progressivement aménagé : l’arrivée du pressoir pneumatique en 1999 et l’installation d’une cuverie inox en 2002 permettent de travailler de manière moderne. Dans les vignes, en plus de la culture raisonnée, le domaine est innovant dans l’utilisation des Rolofaca, ces rouleaux qui pincent les herbes plutôt que de les couper, permettant de réguler l’enherbement naturel. Tous ces efforts se ressentent au fil des millésimes, 2004 et surtout 2005 marquant un tournant dans la concentration et la finesse des vins. Christophe Lindenlaub a pu se faire une idée des vins de terroirs calcaires  lors de ses stages aux domaines Anstotz à Balbronn, Seilly à Obernai, ou chez André Kientzler à Ribeauvillé, et recherche la mise en valeur des terroirs du domaine. Le domaine exploite des parcelles sur trois lieux-dits : le Stierkopf, orienté Sud/Sud-Ouest sur les hauteurs de Mutzig, un sous sol calcaro-gréseux plus ou moins recouvert de sables et d’argiles en fonction de la hauteur ; le Husaren, située sur le flanc Sud de la colonne Altenberg à Dorlisheim, un terroir argilo-calcaire de pente moyenne sur un sous-sol de calcaire du Muschelkalk ; enfin, le Rangenberg de pente modérée, orienté au Sud sur la commune de Dorlisheim, au sol argilo-calcaire.

La dégustation a eu lieu au domaine le 21 janvier 2007. Les prix indiqués sont ceux du tarif de janvier 2007.

Crémant d’Alsace Brut – Jacques Lindenlaub (6€): un crémant assemblage de pinot blanc et pinot auxerrois à parts égales, issus ici du millésime 2004. Vinifié avec fermentation malolactique et élevé 11 mois sur latte minimum, le crémant est ensuite dégorgé tous les trimestres. Frais au nez avec de discrètes notes de chèvrefeuille, le vin est frais avec une bulle fine. 13/20

Sylvaner 2004 – Jacques Lindenlaub  (3.5€): un vin léger au nez net de fleurs, d’équilibre sec en bouche avec une acidité plaisante. 12/20. 2007-2010

Sylvaner QVJL 2003 – Jacques Lindenlaub  (4.5€): « CuVée JacquesLindenlaub » issue du Stierkopf, le sylvaner récolté très mur qui a donné un vin légèrement moelleux, dense avec une finale légèrement chaude. 13/20. 2007-2010

Pinot Blanc 2004 – Jacques Lindenlaub  (4€): assemblage à majorité auxerrois, au vin au nez aromatique floral et poivré, léger et de bonne pureté en bouche, avec une finale épicée. 12.5/20. 2007-2010

Pinot Auxerrois 2005 – Jacques Lindenlaub  (4.5€): le vin se montre élégant et aromatique, floral au nez avec une bouche sur les fruits à chair blanche qui présente un léger moelleux (12g/l de sucre résiduel). 13/20. 2007-2011

Pinot Auxerrois Fut de Chêne 2003 – Jacques Lindenlaub  (6€): la barrique domine encore trop ce vin tant au niveau du nez toasté que de la bouche, le coté sucré du boisé s’ajoutant au léger moelleux du vin. L’ensemble possède une bonne pureté mais se montre lourd. Pour les amateurs de boisé. 12/20. 2007-2009

Riesling Rangenberg 2004 – Jacques Lindenlaub  (4.8€): un vin encore jeune, sec et vif en attaque, dominé par la fraîcheur et de l’amertume en bouche avec une longue finale. A conserver un peu. 13/20. 2008-2011

Riesling Stierkopf 2003 – Jacques Lindenlaub  (5€): le vin est marqué par le millésime, aromatique au nez et moelleux en bouche avec un retour de l’acidité sur la finale. 13/20 2007-2010

Riesling Stierkopf 2004 – Jacques Lindenlaub : un riesling frais et sec qui présente un nez minéral sur des arômes de silex, ainsi qu’une bouche croquante et saline avec une longue finale. 14/20. 2007-2012

Riesling Stierkopf 2005 – Jacques Lindenlaub : un joli vin racé, délicat au nez et bien équilibré en bouche avec de la densité et de la longueur. 15/20. 2007-2015

Riesling Stierkopf 1999 – Jacques Lindenlaub : un vieux millésime pour le plaisir de découvrir un vin très mur, minéral au nez et puissant en bouche. Le léger moelleux couvre un coté rustique qui assécherait autrement  la finale. 13/20. 2007-2009

Riesling Vieilles Vignes 2003 – Jacques Lindenlaub  (5€): issu des terroirs gréseux de Mutzig, le vin est fin au nez avec de la citronnelle, puis classique avec une bouche riche, épicée et relevée par une fine acidité en finale. 12.5/20. 2007-2009

Elisa Jade 2002 – Jacques Lindenlaub  (8€): la mention du cépage riesling n’apparaît pas sur l’étiquette de ce vin récolté en surmaturité sur le Rangenberg, au nez typé d’écorce d’agrume et à la bouche fraîche en attaque, puis moelleuse et acidulée. L’ensemble est élégant mais reste léger et fatigue à l’aération. 12/20. 2007-2008

Muscat 2004 – Jacques Lindenlaub  (4.5€): assemblage des deux muscats alsacien, le vin est net, parfumé et croquant en bouche avec une finale épicée. Très apéritif, à boire sur le fruit. 13/20. 2007-2010

Pinot Gris 2004 – Jacques Lindenlaub  (5.5€): un pinot gris équilibré au nez ouvert de miel et de sous bois, moelleux en bouche avec une finale épicée. Léger et fin. 13/20. 2007-2010

Rosé « Les Papillons de Mireille » 2004 – Jacques Lindenlaub : un rosé de couleur rose pâle, délicatement parfumé au nez avec un l’équilibre légèrement doux et sans tanin en bouche. A tester sur des tartes flambées. A boire. 12/20. 2007-2008

Rosé « Les Papillons de Mireille » 2005 – Jacques Lindenlaub  (5€): la version 2005 montre plus de densité, un nez de fruits frais et une bouche ample lui donnent un beau fruit. 13/20. 2007-2009

Pinot Noir Husaren 2005 – Jacques Lindenlaub  (6€): le premier millésime de cette cuvée montre un nez discret avec des notes de ronce, et une bouche légère, pure qui possède une certaine élégance. Un style alsacien bien maîtrisé, qui ne tombe pas dans l’excès d’extraction. 12.5/20. 2007-2010

Pinot Noir Stierkopf 2004 – Jacques Lindenlaub  (6€): un vin au nez très fruité et à la bouche légère, souple mais marquée par des tanins encore très présents en finale. Est-ce que les tanins se fonderont avant que le fruit disparaisse ? 12.5/20. 2007-2010

Pinot Noir Stierkopf 2005 – Jacques Lindenlaub : un pinot noir bien élevé, parfumé au nez avec une bouche fruitée qui reste encore marquée par des tanins présents. 13.5/20. 2007-2012

Pinot Noir Stierkopf 2003 – Jacques Lindenlaub : un millésime idéal pour ce pinot noir concentré, complexe au nez et ample en bouche avec des tanins gras. Une belle matière qui vieillira bien. 14/20. 2007-2013

Pinot Noir Fut de Chêne 2002 – Jacques Lindenlaub  (10€): le vin est dominé au nez par la barrique, mais possède un joli fruit en bouche avec des tanins fins qui contribuent à la sensation de souplesse. Une belle réussite dans un millésime difficile. 13/20. 2007-2010

Gewurztraminer Stierkopf 2004 – Jacques Lindenlaub  (6€): un gewurztraminer net, ouvert et intense au nez avec un beau fruité, qui se montre moelleux en attaque avec une belle fraîcheur par la suite en bouche. Un vin riche très net, très plaisant. 14/20. 2007-2012

Gewurztraminer Husaren 2004 – Jacques Lindenlaub  (7.2€): un vin épicé et légèrement moelleux qui se montre corsé mais qui n’a pas la finesse du Stierkopf. 13/20. 2007-2010

Gewurztraminer Fleuron de Christophe 2002 – Jacques Lindenlaub  (11.5€): une vendange de novembre dans le Stierkopf  donné un vin moelleux au nez de fruits exotiques, élégant et souple en bouche avec une finale épicée. L’ensemble possède encore de la fraîcheur.13/20. 2007-2009

Gewurztraminer Harmonie d’Automne 2004 – Jacques Lindenlaub  (14€ en 50cl): une vendange tardive non revendiquée, au nez confit et épicé, mais qui est marquée par un caractère ligneux et boisé qui vient s’associer au moelleux en bouche. A regoûter. Non noté

Gewurztraminer « Cuvée Passion » 2000 – Jacques Lindenlaub  (21.4€ en 50cl): une autre cuvée récoltée en surmaturité (140 oechslés), au nez d’abricot avec une pointe de volatile. La bouche est moelleuse, épicée avec de la concentration, sur un ensemble de fruits confits. 13/20. 2007-2015

Riesling « Cuvée Passion » 2000 – Jacques Lindenlaub : une récolte surmaturée sur le Stierkopf a donné cette cuvée au nez ouvert de coing, de miel et de pralin, qui présente un bel équilibre moelleux avec une finale sur les agrumes confits. Une cuvée très plaisante. 13.5/20. 2007-2015

La dégustation permet de vérifier l’amélioration constante de la qualité, de la densité et de la pureté des vins. Après un millésime 2004 naturellement léger, 2005 montre de belles matières et beaucoup de finesse. Le domaine est sur la bonne voie, et il faudra surveiller de près les millésimes 2006 et 2007. Si la concentration et la profondeur des vins va encore progresser, les meilleurs vins possèdent déjà des rapports qualité-prix remarquables, qui en font de très bons vins pour la restauration de qualité (comme Le Parc à Obernai) ou les repas entre amis connaisseurs. Surtout, la mise en avant des lieux-dit alentours montre le potentiel qualitatif de cette région de l’Alsace dominée par les terrains calcaires, surtout si le réchauffement climatique vient faciliter la maturation des raisins.

Thierry Meyer

  • Domaine Jacques Lindenlaub
  • 6 Faubourg des Vosges
  • 67120 Dorlisheim
  • Tel : 03 88 38 21 78
  • Fax : 03 88 38 55 38

 

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici