Le Gewurztraminer en 1996 à la Confrérie Saint-Etienne

19 octobre 2006 – le thème de cette soirée vieux millésimes au château de Kientzheim était le gewurztraminer en 1996. Millésime froid ayant donné des vins à l’acidité souvent élevée,  1996 a donné des gewurztraminers en quantité réduite mais de très bonne tenue dans le temps. Souvent marqués par leur terroir d’origine, les 12 vins dégustés montrent une superbe homogénéité et un grand potentiel de garde supplémentaire.

Gewurztraminer Réserve du Baron de Turckheim 1996 – Cave Vinicole de Turckheim : la robe est jaune citron. Le nez est très typé du millésime avec des arômes de coing et de truffe  noire. L’attaque en bouche est moelleuse et ample, puis le vin se montre léger, finement acidulé et délicatement moelleux avec des arômes exotiques de fruit de la passion en finale. La fin de bouche se montre assez courte avec de l’amertume. Une bouteille à maturité, nette et équilibrée, à boire dans les 5 ans pour profiter de son équilibre aérien. Bien

Gewurztraminer Cuvée Salomé 1996 – Bernhard-Reibel (Châtenois) : Le premier nez est intense, riche et légèrement évolué avec des arômes complexes de pain grillé, de fruits jaunes, d’ananas, de fruits secs et de cire, évoluant à l’aération sur des notes de pâte de fruit et de poire mûre. La bouche est douce en attaque, puis moelleuse, ronde avec une légère oxydation qui atténue la finesse en fin de bouche. Le vin est mûr et propose une belle patine, mais il faudra regoûter la bouteille pour vérifier si l’oxydation est due à un problème de bouchon ou si elle représente l’évolution naturelle du vin. A boire dans les 10 ans.  Bien

Gewurztraminer 1996 – Paul Buecher (Wettolsheim) : la robe est jaune doré. Le premier nez est élégant, avec des arômes de rose et des fruits jaunes, prenant des notes plus discrètes d’épices à l’aération. La bouche est moelleuse, de bonne concentration, nette et équilibrée par une acidité présente. L’ensemble est fondu avec une finale plus courte et légèrement tannique. Un vin complet qui se conservera encore 15 ans. Très Bien

Gewurztraminer Sigillé 1996 – Cave Vinicole de Cleebourg : La robe est jaune dorée de nuance vieil or. Le nez est intense, avec des arômes de truffe, de coing et de pain grillé, évoluant sur des notes de miel et de cire. L’attaque en bouche est franche, puis le vin se montre plus rond avec une concentration moyenne, évoluant sur un équilibre plus sec. La finale est courte et épicée. Un vin léger et délicat, marqué par le millésime, qui devrait se garder une dizaine d’années encore. Bien

Gewurztraminer Réserve Particulière 1996 – Charles Wantz (Barr) : la robe est jaune citron. Le nez est net et pur, marqué par le millésime avec des arômes typiques de miel, de coing et de truffe, évoluant à l’aération sur des notes de poire mure et d’épices. L’attaque en bouche est ample, fraîche avec du gras, puis le vin se montre sec et plus fin avec une expression épicée prononcée. La richesse et l’intensité en bouche déçoivent un peu par rapport à la complexité du nez. Une cuvée pure qui se dégustera bien sur les 10 prochaines années. Bien

Gewurztraminer Vieilles Vignes La Croix de Pfoeller 1996 – René Meyer (Katzenthal) : la dégustation se poursuit en direction des grands crus avec deux vins de terroir. La robe est jaune doré, brillante. Le nez est net et intense avec des arômes de truffe, de fruits jaunes et une note fumée. L’attaque en bouche est moelleuse, puis le vin se montre profond, riche et gras avec un bel équilibre entre l’ampleur et l’acidité. La finale est fruitée avec des notes beurrées et grillées. Le terroir de calcaire Muschelkalk du Pfoeller apporte une structure supplémentaire à ce vin qui devrait évoluer joliment sur les15 prochaines années. Très Bien

Gewurztraminer Le Rosenbourg 1996 – Roger Jung (Riquewihr) : la robe est jaune doré, de nuance vieil or soutenue, très brillante. Le nez est discret, jeune et floral avec une note de truffe blanche à l’aération, puis progressivement des arômes de fruits jaunes, fruits secs et de beurre qui se dévoilent lentement. La bouche est grasse, ample et riche en attaque puis moelleuse avec une bonne acidité qui donne un équilibre rond sans que la sucrosité soit jamais marquée. La fin de bouche est longue. Le terroir calcaire tardif situé à l’arrière du Grand Cru Furstentum a donné un gewurztraminer minéral de grande garde, à suivre sur les 20 prochaines années. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Schlossberg 1996 – François Ehrart (Domaine Saint Remy, Wettolsheim) : la robe est jaune dorée, intense et foncée, avec des reflets cuivrés. Le nez est ouvert et intense avec des arômes de caramel salé, évoluant sur des arômes d’anis et de poire william. La bouche est moelleuse, élégante et aromatique avec un équilibre aérien qui ne manque pas de densité. La finale reprend les notes de caramel du nez, avec une évolution marquée. Cette bouteille est déséquilibrée, et si elle est représentative de l’évolution de la cuvée, il faudra boire le vin rapidement. Bof

Gewurztraminer Grand Cru Pfersigberg 1996 – Albert Hertz (Eguisheim) : la robe est jaune doré de nuance vieil or. Le nez est délicat, complexe, fruité avec des arômes de prunelle, de mirabelle et de fumée, évoluant à l’aération sur des notes de fleurs et de pêche. La bouche est ronde en attaque, puis fraîche et minérale avec une superbe acidité mûre qui se mêle au moelleux. La finale est longue avec une pointe de tanins. Un vin racé, marqué par son terroir, mais qui pou une fois ne crée pas le consensus dans le groupe. A suivre sur les 15 prochaines années. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Altenberg de Bergbieten 1996 – Cave DIVINAL d’Obernai : la robe est jaune citron avec un bel éclat. Le nez est net, fumé et épicé avec des arômes d’écorce de pamplemousse. La bouche est moelleuse en attaque, puis minérale, riche et fine avec une évolution acidulée très agréable. La fin de bouche est longue, légèrement moelleuse avec des notes de fumée et d’agrumes. Un Altenberg de Bergbieten pur et de grande classe, magnifié par le cépage dans un millésime qui lui donne beaucoup de race. Une belle bouteille pour la cave DIVINAL, qui se maintiendra à ce niveau au moins 10 ans. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Kanzlerberg 1996 – Sylvie Spielmann (Bergheim) : La robe est jaune citron. Le nez est parfumé, complexe et très intense avec des arômes nets de coing, de truffe, de fumée, évoluant sur des notes d’herbe sauvage typiques du terroir. La bouche est moelleuse en attaque, fine et délicate, puis se montre très minérale avec un équilibre plus sec, finissant sur des tanins. La fin de bouche est sèche, très longue sur la sensation minérale avec des arômes de este d’agrumes et de fumée. Un vin de terroir très typé, magnifique dans son style, même s’il reste peu consensuel. A suivre sur 15 ans. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Sporen 1996 – Dopff au Moulin (Riquewihr) : La robe est jaune doré, assez claire. Le nez est parfumé, riche avec des arômes de fruits mûrs, de noisette, de pain grillé et une pointe de fumée. La bouche est riche en attaque, avec du gaz, puis mielleuse,  riche et très ample. Le moelleux présent est fondu et la profondeur du terroir donne une belle ampleur au vin. La fin de bouche est longue. Un vin classique et très facile à boire, sur un terroir très bien mis en valeur par le gewurztraminer. A garder au moins 20 ans. Très Bien

Une belle série qui montre la progression dans les matières et dans les expressions du terroir. Le gewurztraminer a souffert de problèmes de floraison en 1996, réduisant les rendements et les quantités produites dans le vignoble. L’hétérogénéité de la qualité a été gommée par le filtre du Sigille de qualité, et les vins présents dans l’Oenothèque sont d’un très bon niveau.

L’association du cépage gewurztraminer et de l’acidité propre au millésime 1996 a produit des vins de grande garde, avec des terroirs souvent mis en avant par des équilibres pas trop marqués par le sucre.

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Voir le programme 2007 des séminaires de vieux millésimes à la Confrérie Saint-Etienne