Présentation 2005 des Grands Crus d’Alsace

Présentation-Dégustation des Grands Crus d’Alsace
20-21 Novembre 2005, Château de Kientzheim

Rendez-vous annuel d’automne, la manifestation organisée par le CIVA avait cette année encore lieu au château de Kientzheim. Le grand public était invité dimanche après midi, l’expérience d’une ouverture le matin n’ayant pas été reconduite cette année. La journée de lundi était réservée aux professionnels du vin et de la restauration, ainsi qu’aux personnes invitées par les producteurs. Cette journée débute à 10h le matin et la présence d’un buffet froid permet de rester sur l’heure de déjeuner sans quitter le château.

Voici les notes des 80 vins dégustés chez 23 producteurs…

Le millésime 2004 était le dernier présenté, avec parfois des échantillons tirés de la cuve à l’occasion du week-end. De nombreux domaines proposaient plusieurs millésimes à la dégustation, et certains avaient choisi de ne pas présenter de 2003. Les producteurs qui avaient des 2003 m’ont dit que lors de la journée de dimanche, les amateurs avaient eu tendance à bouder ce millésime, ce qui est dommage car suivre leur évolution par rapport à l’an dernier était intéressant.

Les vins dégustés, du Nord Au Sud 
Maurice Heckmann (Dahlenheim)

Riesling Grand Cru Engelberg 2004 – Maurice Heckmann : Le nez est assez parfumé, marqué par des agrumes. La bouche est dense, grasse avec un léger moelleux. Très Bien

Riesling Grand Cru Engelberg 2002 – Maurice Heckmann : le nez est légèrement herbacé avec des notes d’essence de pin. La bouche est fine en attaque, sèche, assez dense, avec une acidité qui se développe en finale. Un vin à la puissance maîtrisée. Très Bien

Riesling Grand Cru Engelberg 2003 – Maurice Heckmann : Le nez est assez parfumé, avec des notes florales. La bouche est grasse, sèche et assez dense, avec une belle salinité sur la langue. On sent une légère sucrosité en finale (12 g/l de sucre résiduel). Bien

Riesling Grand Cru Engelberg 1999 – Maurice Heckmann : Le nez est parfumé, minéral avec des notes de camphre et de fleur d’acacia. La bouche est sèche, dense et minérale avec des notes florales en finale. L’acidité est fondue mais bien présente, ce qui donne beaucoup d’élégance au vin. Très Bien

Je suis très agréablement surpris par le Grand Cru Engelberg que je ne connais pas trop. La pureté des vins de Maurice Heckmann est intéressante et donne des vins secs à l’acidité qui n’agresse pas du tout.

Frédéric Mochel (Traenheim)

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2004 – Frédéric Mochel : le nez est variétal, fruité et simple. La bouche est un peu piquante, assez vive, encore fermée. Un vin encore très jeune que je ne goûte pas très bien. Bof

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten Cuvée Henriette 2004 – Frédéric Mochel : Le nez et fermé avec des notes de pierre. La bouche est très saline, assez vive avec des notes beurrées et une légère amertume en finale. Le surcroît de maturité rend ce vin plus accessible, mais on est encore loin de son apogée. Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten Cuvée Henriette 2003 – Frédéric Mochel : Le nez est mûr avec des notes de bergamote. La bouche est grasse, légèrement moelleuse, avec des tanins perceptibles. L’équilibre est assez bien structuré mais le vin a besoin de temps pour se fondre. Bien

Muscat Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2004 – Frédéric Mochel : une cuvée 100% Muscat Ottonel. Le nez est assez intense, musqué et floral. La bouche est grasse, avec une belle acidité et des notes de menthe fraîche. Une belle expression de muscat qui ne minéralise pas encore trop mas qui s’apprécie déjà bien. Très Bien

J’ai trouvé les vins très fermés à part le muscat, l’Altenberg de Bergbieten a besoin de temps. Dommage que le domaine n’avait pas de plus vieux millésime en dégustation.

Alsace WILLM (Barr)

Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2003 – Willm : Le nez est foral, assez mûr. La bouche est grasse, moyennement acide, mais manque un peu d’ampleur à ce stade. Bien

Klipfel (Barr)

Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2004 – Klipfel : le nez est muscaté, fruité et frais. La bouche est sèche, assez vive avec une amertume assez marquée en finale. Un vin encore jeune. Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2001 – Klipfel : le nez se fait plus discret avec des notes poivrées. La bouche est épicée, bien équilibrée, avec des notes de camphre qui accompagnent une finale très agréable. Le vin manque un peu d’ampleur et de finesse à ce stade. Bien

Muscat Grand Cru Kirchberg de Barr 2004 – Klipfel : Le nez est discret avec des notes de menthe poivrée. La bouche est assez grasse, très jeune avec des notes de champignon. Une impression étrange. Echantillon de cuve ou vin déjà mis en bouteille ? Pas aussi ouvert que les muscats génériques déjà en vente en en tout cas. Bof

Riesling Grand Cru Kastelberg 2004 – Klipfel : Le nez est très discret. La bouche est sèche, sapide avec des notes anisées et pierreuses en finale. Un vin qui se dévoile doucement. Gros potentiel. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg Hospices de Strasbourg 2004 – Klipfel : Le nez est assez parfumé, doux sur des notes d’agrumes. La bouche est grasse, sapide avec un bel équilibre entre la densité et l’acidité très plaisante en fin de bouche. Des notes de levures reviennent en finale. Un vin déjà ouvert, qui annonce un grand flacon dans quelques années. Très Bien

Je goûte de nouveau assez difficilement les vins jeunes, en particulier le terroir marno-calcaire du Kirchberg. Un gewurztraminer Clos Zisser VT 2000 était aussi en dégustation, mais je n’ai pas goûté de vins moelleux. C’est frustrant…

Domaine Boeckel (Mittelbergheim)

Riesling Grand Cru Zotzenberg 2004 – Boeckel : le nez est assez intense mais encore marqué par les levures. La bouche est corsée, assez sèche avec la salinité typique du Zotzenberg. Le vin est encore jeune mais déjà assez fin, et montre un bon potentiel au vieillissement. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2004 – Boeckel : Le nez est discret, marqué par le citron vert. La bouche est jeune, assez fine et bien équilibrée, mais pas encore très expressive. A attendre. Bien

Riesling Grand Cru Moenchberg 2004 – Boeckel : Le nez est floral, avec des notes de pêche blanche, très agréable. La bouche est grasse avec un bel équilibre sans que l’acidité ne domine. Le style peut surprendre certains mais je retrouve le même style du Moenchberg tel que Guy Wach en produit. Un vin encore jeune mais déjà bien ouvert. Très Bien

Domaine des Marronniers (Andlau)

Riesling Grand Cru Wiebelsberg  2004 – Domaine des Marronniers : le nez est fruité et un peu fumé. La bouche est ferme, assez vive, dotée d’une longue finale avec des arômes de citron. Un Wiebelsberg avec beaucoup de peps qui se goûte déjà bien. Très Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg  2003 – Domaine des Marronniers : le nez se fait minéral, avec des notes de camphre. La bouche est sèche, riche avec des tanins présents. La matière compense aisément le manque d’acidité pour procurer un très bon équilibre. Le vin se goûte nettement mieux que l’en dernier. Un des plus beaux 2003 bus lors de cette journée. Très Bien

Riesling Grand Cru Moenchberg  2004 – Domaine des Marronniers : le nez est floral, avec des notes de pêche des vignes. La bouche est assez équilibrée, corsée mais encore un peu vive. Attendre quelques années qu’il s’assagisse. Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg  2004 – Domaine des Marronniers : Le nez est fermé. La bouche est dense, grasse, très sapide sur la langue. Le terroir s’exprime déjà bien avec une acidité très fine qui s’exprime en fin de bouche et donne cette sensation de douceur en bouche tout en restant sur un vin sec. Gros potentiel. Très Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg  2003 – Domaine des Marronniers : Le nez est parfumé, minéral avec des notes de fleurs séchées et de camphre. La bouche est dense, crayeuse, grasse et très pure. Un vin de garde qui se fond doucement. Très Bien

Le trio des grands crus de Guy Wach est à nouveau très typique de chacun des terroirs. Les vins de 2003 commencent doucement à s’ouvrir ce qui est très encourageant. Compte tenu des similitudes de terroirs et de la quantité d’autres producteurs à visiter, je ne me suis pas arrêté chez Kreydenweiss ou Gresser. Frustrant…

Armand Landmann (Nothalten)

Riesling Grand Cru Muenchberg Vieilles Vignes 2004 – Armand Landmann : le nez est discret, fruité. La bouche est grasse, équilibrée et bien ouverte, avec un léger moelleux fondu dans une acidité assez présente qui donne une bonne impression de salinité. Un vin bien né, à garder. Très Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg Vieilles Vignes 2001 – Armand Landmann : le nez est parfumé, mûr avec des arômes d’agrumes confits. La bouche est souple, élégante, grasse avec une bonne minéralité. Un style riche qui s’accommode bien de l’acidité du millésime. Déjà abordable. Très Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg Vieilles Vignes 2002 – Armand Landmann : Le nez est parfumé, légèrement évolué avec des notes d’encaustique et de cire. La bouche est évoluée, souple, saline dans un équilibre un peu surprenant. Apparemment le terroir marque fortement ce vin au point de faire disparaître le cépage. Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg Vieilles Vignes 2003 – Armand Landmann : Le nez est intense sur des notes de vanille et citronnelle. La bouche est grasse, élégante et assez parfumée, dans un style un peu souple qui le réserve  l’apéritif. Bien

Sylvaner « M » 2004- Armand Landmann : Le nez est fermentaire, la bouche est très saline, légèrement amère avec une acidité fine. On voit bien avec cette cuvée que le Sylvaner est adapté au terroir du Muenchberg qu’il met en valeur, de manière un peu similaire au Zotzenberg. Bien

Sylvaner Quintessence 2003 – Armand Landmann : le nez est marqué par des fruits jaunes et des notes de cuir. La bouche est moelleuse, finement acidulée, avec une bonne persistance. Un sylvaner vendange tardive goûté en sus, qui n’a rien à voir avec les Grands Crus. Bien

Un producteur qui vient à Kientzheim depuis quelques années, et qui fait des Muenchberg vraiment intéressants. Les Sylvaners méritent d’être regoûtés au domaine.

Julien Meyer (Nothalten)

Riesling Grand Cru Muenchberg 2004 – Julien Meyer : Le nez est parfumé, floral. La bouche est minérale et très sapide, légèrement oxydée et un peu animale en finale, dans le plus pur style des vins de la maison. Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 2002 – Julien Meyer : Le nez est parfumé, complexe, dominé par des notes de mie de pain. La bouche est acidulée, légèrement végétale avec des notes de citron vert. La fin de bouche est très longue. Un vin un peu plus classique dans le style, qui rappelle le Muenchberg 2002 de Landmann par son style. Très Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 2001 – Julien Meyer : Le nez est parfumé, avec des notes de pain grillé et de fumée qui rappelle les meilleures rieslings des années 60 goûtés le mois dernier. La bouche est dense, sèche et très classique, avec une acidité assez marquée. La marque du Muenchberg est un peu absente de ce vin dont la structure me fait penser au Riesling Sigillé 1961 de la Cave Vinicole de Hunawihr. Bien.

Le style de la maison est constant, à part cette année un 2002 qui parait peut-être moins atypique. Pas de 2003 en dégustation malheureusement.

Marcel Deiss (Bergheim)

Grand Cru Altenberg de Bergheim 2004 – Marcel Deiss : Le nez est vanillé, marqué par des fruits exotiques, des agrumes. La bouche est grasse et moelleuse, avec une bonne acidité et beaucoup de minéralité gustative. Le vin est encore jeune avec des notes de levures qui reviennent en finale. Très Bien

Grand Cru Schoenenbourg 2004 – Marcel Deiss : Le nez est aussi parfumé, avec des notes de fruits exotiques, de pêche, de miel et de pralin. La bouche est moelleuse, dotée d’une fine acidité et d’un coté crayeux sur la langue. La fin de bouche est citronnée. Un vin très pur doté d’un gros potentiel. Très Bien

Grand Cru Mambourg 2004 – Marcel Deiss : Le nez est floral, mûr, légèrement boisé. La bouche est grasse, sèche et puissante. Un vin mis en bouteille récemment, qui se montre encore un peu sauvage, même si la puissance du Mambourg a toujours quelque chose de viril. Très Bien

Une dégustation déroutante à plus d’un titre. Buvant principalement des rieslings pendant cette journée, la nature aromatique des vins d’assemblage était particulière. De plus, les vins du millésime 2004 sont très jeunes.

Louis Sipp (Ribeauvillé)

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2004 – Louis Sipp : Le nez est assez discret, avec des notes de raisin. La bouche est minérale, assez fraîche, légèrement moelleux avec des notes florales et fruitées en finale. Très Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2003 – Louis Sipp : Le nez parait légèrement évolué. La bouche est dense assez sapide, sèche avec un bel équilibre. Un bon exemple de ce que 2003 va donner chez les meilleurs. Très Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2001 – Louis Sipp : Le nez est mur, sur des notes d’agrumes confits. La bouche est riche, un peu moelleuse avec une acidité assez forte, donnant un vin puissant et brillant dans un style demi-sec. Très Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 1999 – Louis Sipp : Le nez est minéral, camphré avec des notes de pierre concassée. La bouche est dense, sèche, assez grasse, avec des fleurs blanches en finale. Un grand vin sec qui confirme que la bouteille bue le 12 novembre dernier était défectueuse. Très Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 1985 – Louis Sipp : Le nez est un peu évolué, très complexe, avec des fruits secs et du cuir. La bouche est grasse, sèche, bien équilibrée avec beaucoup de complexité. Un vin qui a très bien vieilli, alors qu’il est moins acide et tout aussi mûr que le 2003. Très Bien

Riesling Grand Cru Osterberg 2004 – Louis Sipp : Le nez est parfumé, floral avec des notes d’agrumes. La bouche est mûre, corsée, dotée d’une fine acidité qui donne un coté doux sur le langue. Déjà un bel équilibre dans sa prime jeunesse. Très Bien

Les rieslings du domaine Sipp sont toujours très purs et fins, et reflètent bien leurs millésimes d’origine. La belle verticale de Kirchberg de Ribeauvillé rappelle que plusieurs millésimes sont encore en vente au domaine (de 2003 à 1997).

Cave Vinicole de Hunawihr (Hunawihr)

Riesling Grand Cru Rosacker 2004 – Cave Vinicole de Hunawihr : le nez est assez discret, avec du citron vert. La bouche est grasse mais très vive, ce qui la déséquilibre un peu. La finale est longue, laissant présager un beau vin. Bien

Riesling Grand Cru Rosacker 2002 – Cave Vinicole de Hunawihr : Le nez est floral avec des notes de fleurs blanches, et de fumée. La bouche est grasse, équilibrée, avec une acidité qui se montre plus présente en fin de bouche, typique du Rosacker. Très Bien

Riesling Grand Cru Rosacker 2003 – Cave Vinicole de Hunawihr : Le nez est très mûr, floral avec des notes de bergamote. La bouche est sèche, grasse et assez acide pour donner une sensation agréable. Un vin qui s’ouvre doucement, aux antipodes des rieslings exubérants du millésime. Bien

Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2004 - Cave Vinicole de Hunawihr : le nez est fruité, muscaté avec des notes de pamplemousse. La bouche est sèche avec une forte salinité en attaque, évoluant vers un vin un eu plus doux en fin de bouche. A garder. Bien

Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2002 - Cave Vinicole de Hunawihr : Le nez est légèrement évolué, minéral avec des notes de camphre. La bouche est sèche, racée avec une acidité sous-jacente qui donne de la puissance à la matière. Un beau vin à attendre plusieurs années. Très Bien

La cave a été repêchée au dernier moment suite à la défection de dernière minute de Michel Fonné. J’aime toujours autant la marque forte des terroirs dans les rieslings grands crus, et le bon rapport qualité prix de ces vins.

Paul Blanck (Kientzheim)

Riesling Grand Cru Furstentum 2004 - Paul Blanck : Le nez est fruité, dense et intense. La bouche est riche, sapide, avec une grande pureté de texture, en particulier l’acidité quasi parfait qui vient soutenir l’équilibre de ce vin. Si jeune et déjà parfait. Excellent

Pinot Gris Grand Cru Furstentum 1997 en magnum – Paul Blanck : Le nez est parfumé, grillé avec des notes de pierre à fusil. La bouche est équilibrée, minérale et mûre avec une belle acidité et un léger moelleux en finale. Un vin de gastronomie à maturité, qui minéralise doucement. Le pinot gris aussi aime les terroirs calcaires. Très Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2004 – Paul Blanck : Le nez est parfumé, mûr, avec des notes de fruits jaunes et d’encaustique. La bouche est grasse, saline, avec une acidité fine qui marque en attaque puis se fait plus discrète. Un vin très pur, qui s’ouvre doucement. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Schlossberg 2004 – Paul Blanck : Le nez est fumé avec des notes de pierre à fusil. La bouche est grasse, citronnée, sèche et dense. L’acidité du Schlossberg marque l’attaque comme dans le riesling. Un bel équilibre marqué par le terroir. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2004 – Paul Blanck : Le nez est un peu fumé. La bouche est fine, vivace, avec une forte salinité qui tapisse la langue. La fin de bouche reste fine avec beaucoup de précision. Voilà une quintessence de Wineck-Schlossberg dans la lignée du 2002 bu en Novembre. La finesse de l’acidité, la salinité en finale et la corpulence moyenne typiques du terroir sont ici magnifiés dans un style qui peut décevoir, car on ne retrouve pas la fine acidité en attaque du Schlossberg, le coté gras et parfois vif d’un Sommerberg, ou la douceur et la puissance en finale d’un Furstentum. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 2004 – Paul Blanck : Le nez est foral, fruité, assez discret. La bouche est minérale, souple, mûre avec beaucoup de sapidité. Très Bien

Quelle chance pour le domaine d’avoir du riesling sur tellement de terroirs différents. Le mot « apprécier » prend toute sa dimension de neutralité (ni positive ni négative)  avec ces vins, tant il y en a pour le goût de chacun, voire pour tous les plats. Il faudrait organiser une masterclass sur les rieslings grands crus du domaine en cherchant des accords mets&vins idéaux pour chacun des terroirs.

Albert Mann (Wettolsheim)

Riesling Grand Cru Furstentum 2004 – Albert Mann : Le nez est mûr, sur des notes d’agrumes, très pur. La bouche est dense, grasse et très pure, avec une acidité qui revient fortement en fin de bouche. Un vin déjà très ouvert et qui promet beaucoup pour le futur. Excellent

Riesling Grand Cru Schlossberg 2004 – Albert Mann : Le nez se montre discret et fruité. La bouche est très minérale, élégante avec un équilibre entre la chair et l’acidité qui donne beaucoup de sapidité. Un vin qui se boit très très facilement et qui doit être dur à garder (mes bouteilles sont heureusement inaccessibles, au fond de la cave) ! L’apparente facilité de ce vin cache un travail d’orfèvre qui se dévoilera dans quelques années. Un de mes coups de cœur de cet automne. Très Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2001 – Albert Mann : Le nez est minéral, assez discret. La bouche est mûre, bien structurée par un équilibre acide assez marqué, mais sans grande complexité apparente et avec une finale courte. Le vin est sur la réserve, est-ce que les 2004 vont se refermer de la sorte ? Bien

Après Blanck, on reste presque en famille avec les mêmes terroirs en sortie de vallée de Kaysersberg. C’est vraiment intéressant pour un producteur  de disposer de terroirs granitiques et calcaires, cela lui permet de jouer sur différents tableaux. J’ai demandé au domaine Weinbach s’ils n’avaient jamais envisagé de produire du riesling sur le Furstentum, apparemment c’est la taille des parcelles actuelles qui ne permet pas de se diversifier sur plusieurs cépages, et le domaine préfère consacrer le riesling tout entier au Schlossberg.

Jean-Marc Bernhard (Katzenthal)

Gewurztraminer Grand Cru Florimont 2004 – Jean-Marc Bernhard : Le nez est marqué par la rose et le pralin. La bouche est  moyennement corsée, ronde sans être trop moelleuse, avec un retour des notes florales en finale. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Mambourg 2004 – Jean-Marc Bernhard : Le nez se fait plus fumé, la bouche un peu plus moelleuse avec un peu plus de puissance. Le vin est encore jeune et surtout marqué par le cépage. Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2004 – Jean-Marc Bernhard : le nez est mûr, un peu iodé, avec des notes florales. La bouche est sèche, assez vive, presque piquante avec une finale un peu chaude. Un vin qui ne se goûte pas tellement bien, peut-être une mise très récente voire un échantillon tiré de la cuve. Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2002 – Jean-Marc Bernhard : Le nez est marqué par une légère évolution, avec des notes de fleur d’églantier et d’encaustique. La bouche est dense, assez grasse, avec une belle salinité. Les notes de fleur d’églantier reviennent en finale. Un vin très abouti, de la même trempe du 2001 bu cet été. Très Bien

Petite incursion dans les gewurztraminers, histoire de comparer Florimont et Mambourg. Pour le reste, la série des Wineck-Schlossberg continue d’être de haut niveau.

Armand Hurst (Turckheim)

Riesling Grand Cru Brand 2004 – Armand Hurst : Le nez est fruité et fumé. La bouche est riche, sèche mais assez marquée par l’alcool. Un vin à attendre, Bien

Riesling Grand Cru Brand 1991 – Armand Hurst : Le nez est très pur, avec de fines notes de camphre et de poivre blanc. La bouche est minérale, sèche, avec du camphre et de l’anis en finale. Un vin fin et fondu, qui manque un peu de structure. Bien

Muscat Grand Cru Brand Cuvée Aurélie 2004 – Armand Hurst : Le nez est floral, avec des arômes de raisin. La bouche est moyennement corsée, sèche, fine et parfumée, mais déborde de fruit au point de masquer un peu l’acidité. Bien

Barmès-Buecher (Wettolsheim)

Riesling Grand Cru Hengst 2004 – Barmès-Buecher : le nez est assez discret. La bouche est sèche, dense avec un équilibre maturité/acidité remarquable. L’acidité tapisse la langue en donnant une sensation crayeuse et sapide. Un vin encore jeune mais visiblement doté d’un gros potentiel. Bien

Riesling Grand Cru Steingrübler 2004 – Barmès-Buecher : Le nez est encore un peu fermentaire. La bouche est ronde, grasse et très sapide, avec une acidité pas très tranchante qui donne beaucoup de pureté au vin. Gros potentiel également, même si ce vin est un peu plus agréable à boire en ce moment. Très Bien

Josmeyer (Wintzenheim)

Riesling Grand Cru Brand 2004 – Josmeyer : Le nez est classique, parfumé avec des notes fruitées et des agrumes. La bouche est sèche, presque métallique, avec une acidité mûre assez sensible. Un gros potentiel pour ce Brand très typé. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Brand 2004 – Josmeyer : le nez est parfumé, floral avec des notes de jasmin et un peu de pierre à fusil. La bouche est grasse, assez sèche, légèrement crayeuse avec des notes florales en finale. La finesse du vin est impressionnante. A attendre quelques années. Très Bien

Riesling Grand Cru Hengst 2004 - Josmeyer : Le nez est floral avec des notes fumées. La bouche est dense, crayeuse au point d’assécher la bouche en finale. Forte minéralité pour ce vin de grande garde. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Hengst 2002 – Josmeyer : Le nez est parfumé, dans des notes florales complexes dominées par la rose. La bouche est grasse avec cette rondeur qui fond le peu de sucre dans la matière de manière à donner un ensemble parfaitement fondu, sans aucune aspérité. Voilà un vin superlatif au même titre que les rieslings Furstentum 2004 de Mann et Blanck. Excellent

Chez Josmeyer le Grand Cru Brand est toujours magnifié dans sa puissance, et aide à lutter contre la prétendue légendaire légèreté des vins issus de terroirs granitiques, prétexte fallacieux de certains producteurs pour vendre des vins dilués à boire rapidement. La preuve, les vins du Hengst sont souvent plus faciles d’accès lorsqu’ils sont bus jeunes. Cette approche des Grands Crus en 2004 complète la très bonne impression laissée par la dégustation au domaine en mai dernier des autres crus de 2004, d’un niveau exceptionnel.

Paul Ginglinger (Eguisheim)

Riesling Grand Cru Eichberg 2004 – Paul Ginglinger : Le nez est exotique et légèrement fumé. La bouche est fine, assez mure, avec beaucoup de pureté. Un beau terroir apparemment que je ne connais pas assez bien. Très Bien

Riesling Grand Cru Pfersigberg 2004 – Paul Ginglinger : Le nez est floral, assez intense. La bouche est vive, grasse et élégante, sur des notes citronnées. Un vin encore jeune. Bien

Riesling Grand Cru Pfersigberg 2002 – Paul Ginglinger : le nez est mûr, fruité avec des arômes de fruits exotiques. La bouche est sèche, dense et minérale, avec un bel équilibre. Très Bien

Riesling Grand Cru Pfersigberg 2001 – Paul Ginglinger : Le nez évoque les agrumes, en particulier la mandarine. La bouche est sèche, minérale avec beaucoup de richesse. 2001 a donné un équilibre sec dans un millésime très mur. Très Bien

Découvert à plusieurs reprises cette année, il faut que j’aille au domaine pour goûter l’ensemble de la production qui m’a l’air d’être dotée d’une finesse et d’une pureté exceptionnelle.

Ernest Burn (Gueberschwihr)

Riesling Grand Cru Goldert Clos Saint Imer 2004 – Ernest Burn : Le nez est très concentré, sur des notes d’agrumes. La bouche est moelleuse, assez vive, très riche avec un grain sensible sur la langue. Voilà un riesling digne d’une VT, soutenu par une forte acidité, avec beaucoup de corps. Le 1996 était pareil dans sa jeunesse ?  Très Bien

Riesling Grand Cru Goldert Clos Saint Imer 2003 – Ernest Burn : Le nez est discret. La bouche est moelleuse, assez équilibrée, très parfumée. L’acidité manque un peu à l’appel pour permettre d’apprécier ce vin, dans sa jeunesse avec autant de plaisir que le 2004. Bien

Muscat Grand Cru Goldert Clos Saint Imer 2004 – Ernest Burn : Le nez est musqué, mentholé avec des notes de raisin frais. La bouche est grasse, riche et parfumée, dans un équilibre sec. Un muscat qui se goûte très bien aujourd’hui, mais qui mérite d’être gardé. Très Bien

Muscat Grand Cru Goldert Clos Saint Imer 2003 – Ernest Burn : Le nez est marqué par de fines notes de fleurs blanches et de poire. La bouche est moelleuse, fruitée avec des notes florales dans la longue finale. Une belle réussite dans un millésime qui a donné des muscats souvent lourds. Très Bien

Pierre Frick (Pfaffenheim)

Riesling Grand Cru Steinert 2004 – Pierre Frick : le nez est parfumé, assez complexe, sur des notes fruitées. La bouche est dense, minérale et très sapide, avec un léger moelleux en finale qui ne retire rien au caractère sec du vin. Superbe équilibre et grande finesse. Très Bien

Domaine Rieflé (Pfaffenheim)

Riesling Grand Cru Steinert 2004 – Domaine Rieflé : Le nez est assez parfumé, avec des agrumes. La bouche est fine, acidulée, avec des notes de pamplemousse pas désagréables. Bien

Peu connaisseur du Grand Cru Steinert, le terroir calcaire donne des vins bien structurés. A regoûter en détail.

Domaine du Clos Saint Landelin (René Muré)

Riesling Grand Cru Vorbourg 2004 – Domaine du Clos Saint Landelin : Le nez est intense, avec des fruits exotiques et des agrumes, complétées par des notes de biscuits. La bouche est riche est dense, avec une grosse matière et un léger moelleux en finale. Un vin bien né, a l’équilibre sucre/acide tendu, dans la lignée des 98 et 2001. Très Bien

Riesling Grand Cru Vorbourg Clos Saint Landelin 2002 – Domaine du Clos Saint Landelin : Le nez est plu discret, plus pur. La bouche est très dense avec une acidité qui tapisse la langue. Le vin se montre un peu plus vif avec moins de surmaturité, mais possède plus de complexité. Très Bien

Domaines Schlumberger

Riesling Grand Cru Saering 2004 – Domaines Schlumberger : Le nez est encore marqué par l’élevage, les levures laissant place à des agrumes. La bouche est dense, assez vive, avec une trame serrée. Un beau vin en devenir, dense et pur. Bien

 

Voir le compte rendu de la Présentation 2004 des Grands Crus d'Alsace.

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici