Présentation 2004 des Grands Crus d'Alsace

Présentation des Grands Crus d’Alsace
21-22 Novembre 2004 – Château de Kientzheim

 

Le contexte

Organisée depuis plus de 10 ans par le CIVA (Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace), la présentation des grands crus d’Alsace permet chaque année aux amateurs et professionnels de goûter les 50 grands crus de la région, par le biais de plus de 70 producteurs. Un immense catalogue recense les crus que chaque producteur emmène (entre 4 et 10), et parfois les domaines emportent quelques bouteilles en plus, qu’ils font goûter à quelques personnes. Le Château de Kientzheim est organisé en trois salles sur trois étages, chaque producteur ayant une table (2-3m de large) avec un crachoir. Cette année, pour répondre à la forte affluence de l’année dernière, la journée de dimanche débutait à 10h au lieu de 14h, mais le beau temps a réduit la participation à moins de 400 personnes (environ 100 de moins que l’année dernière).  La journée de lundi est réservée aux professionnels et se fait sur invitation des vignerons. Les participants portent un badge avec leur nom et leur secteur d’activité (sommellerie, restauration, caviste, distribution...). Des amateurs sont bien entendu présents, en lien avec les professionnels qui les invitent.

Plus de 600 vins sont proposés à la dégustation, avec le dernier millésime très représenté. Cette année c’était l’intrigant 2003 qui avait la vedette. Année chaude, le lieu commun est que ce sont des vins murs, souvent moelleux, qui manquent de structure et d’acidité. Encore fallait-il le vérifier à la dégustation. Les producteurs présentent la plupart du temps des rieslings, mais aussi les autres cépages (pinot gris, gewurztraminer, muscat). Le dernier millésime n’étant pas toujours, en bouteille ni à la vente, les producteurs viennent souvent avec le millésime précédent, 2002, ainsi qu’avec des 2001 et 1999, voire plus vieux (1996, 1990). Peu de millésime 2000 à la dégustation en revanche, apparemment le millésime est un peu fermé en ce moment.

Devant un tel choix, et dans l’impossibilité de raisonnablement tout goûter, chacun choisit une stratégie. Beaucoup ne goûtent qu’un cépage (le riesling) et qu’un millésime (2003 ou  2002). D’autres visitent les producteurs connus (Deiss, Kreydenweiss, Muré, Seppi Landmann, Blanck, Boxler, Dirler-Cadé, Burn, Josmeyer, Meyer-Fonné, Rominger, Schoffit, Louis Sipp, et j’en oublie), et goûtent toute la gamme. D’autre enfin en profitent pour goûter des vins de domaines moins médiatisés (connaissez-vous les domaines Gruss et Fils, Heywang, Armand Landmann, Edgar Schaller et fils, François Wischlen ?).

J’ai essayé de visiter un peu des deux types de producteur (en particulier dans le Bas-Rhin), en me concentrant sur les rieslings 2003, puis en goûtant d’autres millésimes et parfois en goûtant le muscat. Les notes ci-après sont des instantanés à prendre pour ce qu’elles sont : des impressions de vins en fin d’élevage pour les 2003, des notes plus claires sur les 2002 et millésimes antérieurs. Certains vins ont besoin d’aération pour s’exprimer, et en goûtant lors d’une telle journée, on est face à des bouteilles qui ont été ouvertes il y a 1, 2 voire 5 heures. J’ai encore mes notes de l’année dernière, lorsque cela est possible je comparerai les notes avec celles de l’année dernière, en particulier les 2002. Certains domaines affichent ou annoncent les taux de SR dans leurs vins, je les ai mentionné lorsque c’était le cas mais je n’ai pas systématiquement interrogé les vignerons sur ce sujet. Enfin, de nombreux domaines ont désormais des sites Web, et la plupart ont une adresse email. Preuve que la communication sur les produits passe de plus en plus par Internet, un médium moins cher que des brochures sur papier glacé.

Quelques conclusions

Quelle est l’utilité d’une telle dégustation ? En fait on aura compris qu’il ne s’agit pas de juger des vins spécifiquement ou des producteurs, mais de chercher à se faire une idée sur un millésime et un terroir. Le contact humain permet en outre de nouer des relations. Fort de cette dégustation, je vais retourner prochainement dans certains domaines pour approfondir les dégustations et remplir ma cave : Boeckel, Josmeyer, Klipfel, Cave de Hunawihr, Schlumberger...

Cohérence des millésimes

A goûter autant de vin en une journée, on se rend compte de certaines tendances propres à chaque millésime, qu’on retrouve dans presque tous les vins. Les généralisation ne permettent pas de juger un vin spécifiques, mais permettent au contraire de positionner chaque vin par rapport à cette moyenne.

  • 2003 est sec dans l'ensemble, très peu de dérives en arômes de fraises des bois (manière polie de dire fraise Tagada ou bonbon anglais), avec des acidités qui n'ont rien à voire avec le préjugé qu'on peut avoir sur ce millésime, et il s’agit la plupart des cas d’acidités naturelles !. 2003 a aussi fait de beaux muscats dans un style variétal, gourmands et élégants lorsque la fraîcheur du cépage s'associe à une petite rondeur.
  • 2002 se goûtait moyennement bien l'an dernier, avec des surmaturité et une jeunesse qui donnaient des arômes de caramel au nez. Aujourd'hui, le fruité du riesling explose, avec de fines notes muscatées, une jolie vivacité et un coté croquant très grand.
  • 2001 arrive chez beaucoup à maturité, il a perdu son austérité de l'an dernier et se montre avec de jolis arômes d'agrumes, sans oublier sa belle vivacité. Les moelleux sont exceptionnels.
  • 1999 est à son plateau de maturité pour le riesling, tous les vins dégustés ont des arômes de fleur d'acacia ou églantine qui leur donne beaucoup d'élégance, une certaine évolution, et un gras en bouche lié à une acidité pas trop marquée.
  • 2000 a un peu le cul entre deux chaises, pas toujours ouvert en ce moment, un peu un mélange de 1999 et 2000.
  • 1998 possède un profil acide/surmaturité très agréable, surtout que les deux sont désormais fondus et la sensation sucrée des débuts a quasiment disparu. Moins minéral et plus vif que 1999.

 

Terroirs?

Cette dégustation permet de goûter plusieurs producteurs sur un même terroir. Cette année J'ai particulièrement bien goûté le Sommerberg, le Kastelberg, le Kirchberg de Barr. Malgré cela, je reste sur ma faim coté terroir. L’idée de pouvoir goûter tant de grands crus de plusieurs producteurs  laisse à penser qu’on va pouvoir avoir une révélation sur la compréhension de la typicité de chaque cru. Mais mes notes et impressions ne décèlent pas si facilement une telle typicité, à l’exception peut-être du Sommerberg et du Kirchberg de Ribeauvillé. Pire, lorsque j’ai interrogé les vignerons présents, beaucoup n’arrivaient pas à exprimer ce qui dans leur vin exprimait le terroir. En l’absence de discours clair, je me demande comment définir la typicité lors des dégustations d’agrément des Grands Crus ? Il y a encore du travail de dégustation à faire à mon avis...

Les vins moelleux

Pour parler de moelleux, j’avoue ne pas avoir rencontré de riesling « sucraillons » lors de cette dégustation. Les taux de sucre étaient parfois affichés, et les sensations étaient parfois plus moelleuses à 8g/l qu’à 15g/l. En revanche, et cela nous était déjà apparu lors des 25h du riesling (Inédit Faller, VT de Guy Wach et Clos St Landelin), le millésime 2001 a produit de beaux rieslings demi-secs, avec un fondu remarquable du sucres et de l’acidité. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ces vins sur les prochaines années.

 

Les notes de dégustation

 

Les vins du Bas-Rhin

 

Domaine Mochel-Lorentz (Traenheim) – http://www.mochel-lorentz.com/

Grand Cru Altenberg de Bergbieten (marno-calcaro-gypseux)

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2003 : Le nez est floral, la bouche est acidulée, moyennement dense, équilibrée mais courte en finale.  Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2002 : Le nez est plus sur les agrumes, la bouche devient citronnée et plus vive, mais le vin garde une certaine amertume en finale.  Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2001 : Le nez est floral et un peu poivré. La bouche est fine et équilibrée, avec un bel équilibre. Très Bien.

Domaine Jean-Pierre Bechtold (Dahlenheim)

Grand Cru Engelberg (marno-calcaire)

Riesling Grand Cru Engelberg 2002 : Un nez minéral, pierre à fusil, une bouche riche, très grasse, droite. 4g/lSR. Très Bien.

Riesling Grand Cru Engelberg 1999 : Le nez est plus floral, fleur d’acacia, assez mur. La bouche est fondue, grasse et assez longue. 15g/lSR. Bien

EARL Roland Schmitt (Bergbieten)

Grand Cru Altenberg de Bergbieten (marno-calcaro-gypseux)

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2003 Vieilles Vignes : Un échantillon tiré du fût, les rieslings étant en général élevés 18 mois. Le nez est très simple, la bouche est vive, parfumée mais reste simple. Bof

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2002 Vieilles Vignes :  Le nez est très muscaté, la bouche est vive et minérale, sans beaucoup d’ampleur pour le moment. Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2001 Cuvée Roland : Le nez est mûr et parfumé, sur de la pierre à fusil, de la rhubarbe. La bouche est acidulée, toujours marquée par la pierre à fusil, mais possède un léger moelleux spécifique à cette cuvée Roland, qui lui donne un bel équilibre. Très Bien.

Domaine Gérard Neumeyer (Molsheim)
http://www.domaine-neumeyer-gerard.com/

Grand Cru Bruderthal (Marno-calcaire)

Riesling Grand Cru Bruderthal 2003 : Le nez est intense, mur. La bouche est assez souple, grasse avec beaucoup de densité. 5g/lSR. Bien

Riesling Grand Cru Bruderthal 2001 : Le nez est marqué par du miel et des fruits jaunes. La bouche est sèche et grasse, avec des notes d’encaustique qui traduisent une légère évolution. Bien.

Domaine Klipfel (Barr) – www.klipfel.com

Grands Crus Kirchberg de Barr (marno-calcaire), Wiebelsberg (sablo-gréseux), Kastelberg (Schisteux)

Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2003 : Le nez st minéral, la bouche est fine, moyennement corsée dans un ensemble sec. Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2001 : Le nez est marqué par des fleurs blanches. La bouche est cidulée, grasse, sèche avec un équilibre plus fondu que le précédent. Bien

Muscat Grand Cru Kirchberg de Barr 2003 : une cuvée à 50% de muscat Ottonel et 50% de muscat d’Alsace. Le nez est marqué par de la menthe verte fraîche. La bouche est croquante sur des arômes de raisins frais et de menthe, très parfumée, avec un léger moelleux. 8g/lSR. Très Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg 2003 : Le nez est mur avec des notes de fumée. La bouche est sèche et parfumée sur des arômes de fruits blancs. Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg 2001 : Le nez reste fumé mais prend de légères notes d’encaustique. La bouche est sèche et minérale, avec une pointe d’évolution. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2003 : Le nez est floral, la bouche est plus minérale avec une petite sensation crayeuse, mais pas encore achevé. Bof

Le domaine est très grand mais sait exploiter ses terroirs avec de beaux rieslings. Pas goûté le Gewurztraminer Clos Zisser, ce sera lors d’une visite au domaine.

Domaine Emile Boeckel (Mittelbergheim) - http://www.boeckel-alsace.com/

Grands Crus Kirchberg de Barr (marno-calcaire), Zotzenberg (Marno-calcaire), Wiebelsberg (sable-gréseux) et Moenchberg (marno-calcaire et colluvions)

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2003 : Echantillon tiré du fût, le nez est floral, avec des note de bonbon anglais. La bouche est minérale, un peu crayeuse, mais l’ensemble est encore en élevage. Bof

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2002 : Le nez est plus net, avec des fleurs blanches, la bouche se montre plus fine avec des notes d’agrumes. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 1999 : Le nez est parfumé, minéral, la bouche est grasse et acidulée. Très Bien.

Le domaine est très bien sorti lors de la dégustation Alsace Aujourd’hui en Février dernier, malheureusement les vins se trouvent difficilement en France, 75% de la production étant exportée.

Domaine des Marronniers  - Guy Wach (Andlau)

Grands Crus Kastelberg (schisteux), Wiebelsberg (sablo-gréseux) et Moenchberg (marno-calcaire et colluvions)

Riesling Grand Cru Kastelberg 2003 : Le nez est mur, minéral, avec de la pierre chaude. La bouche est bien structurée, légèrement moelleuse. Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg Vendanges Tardives 2000 : Le nez est minéral avec un joli fumé au nez qui s’accorde bien des notes de miel et d’abricot. La bouche est moelleuse, grillée, minérale et acidulée. Très Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg Sélection de Grains Nobles 2001 : Le nez est pur, avec du miel et une forte minéralité. La bouche est fine, moelleuse, légère et très puissante dans l’expression du terroir. 95g/lSR. Un vin monstrueux. Excellent.

Riesling Grand Cru Kastelberg Sélection de Grains Nobles 2000 : La pourriture noble est plus présente au nez, avec des notes de caoutchouc. La bouche est liquoreuse, assez fine, mais moins minérale que le précédent. Très Bien

Riesling Grand Cru Moenchberg 2003 : Le nez est parfumé et doux, minéral. La bouche est grasse avec un léger moelleux, et donne cette impression crayeuse en milieu de bouche. Bien.

Petit tour chez Guy Wach pour goûter les 2003 et quelques moelleux. Le Kastelberg et son terroir de schistes produit des rieslings liquoreux de toute beauté. Le Wiebelsberg 2003 n’était pas à la dégustation, il ne se présentait pas très bien.

Domaine Remy Gresser (Andlau)

Grands Crus Kastelberg (schisteux), Wiebelsberg (sablo-gréseux) et Moenchberg (marno-calcaire et colluvions)

Riesling Grand Cru Kastelberg 2003 : Le nez est parfumé, avec des notes fumées. La bouche est sèche, fumée, avec de l’amertume en finale. Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg 2002 : Le nez est minéral mais un peu végétal. La bouche est parfumée, acidulée avec des arômes d’agrumes. Un bel équilibre. Très Bien.

Riesling Grand Cru Kastelberg 1997 Vieilles Vignes : Le nez est plus complexe avec des notes de cire. La bouche est très parfumée, grasse, ronde, avec beaucoup de complexité. Très Bien.

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2003 : Le nez est discret, la bouche est crayeuse, sèche et minérale, avec des arômes de pamplemousse en finale. Très Bien.

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2000 : Le nez est parfumé, intense. La bouche est ample, minérale et acidulée, avec cette combinaison fondu d’arômes fumés et de pamplemousse. Très Bien.

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 1997 Vieilles Vignes : Le nez est floral, parfumé. La bouche est douce et souple, minérale avec un joli fondu. Moins puissant que le Kastelberg mais très beau. Très Bien.

Riesling Grand Cru Moenchberg 2003 : Le nez se montre floral et minéral. La bouche est parfumée, sèche et assez grasse. Bien

Une très belle série de vins de la commune d’Andlau, en particulier les 2003 se montrent très bien en comparaison avec les autres rieslings goûtés ce jour.

Domaine Julien Meyer (Nothalten)

Grand Cru Muenchberg (gréso-volcanique caillouteux)

Riesling Grand Cru Muenchberg 2002 : Le nez est parfumé, minéral et fumé. La bouche est acidulée, très fine, plaisante. Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 2001 : Le nez est fumé, avec des arômes de fleurs blanches. La bouche se montre vive et riche. Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 2000 : Le nez est minéral et prend des arômes qui rappellent le foin coupé. La bouche est équilibrée, légèrement évoluée, avec des arômes de fruits secs. L’ensemble est fondu et acidulé, un peu une synthèse des millésimes 1999 et 2001. Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 1999 : Le nez est parfumé, avec des notes de fleur d’acacia, la bouche est ronde, équilibrée et complexe. Un vin à maturité. Très Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg 1998 : Le nez est fumé, complexe. La bouche est acidulé, complexe et moyennement corsée. Très Bien

Riesling Grand Cru Muenchberg Vendanges Tardives 1998 : Le nez est parfumé, avec des arômes de miel et de pêche des vignes. La bouche est mure et un peu molle, l’acidité est en retrait et ne soutient pas assez le moelleux. Bien.

Une série qui est cohérente d’un vin à l’autre, les millésimes étant bien marqués. Mais le style singulier des vins n’est pas tellement à mon goût. Je n’ai pas goûté d’autres GC Muenchberg durant la journée donc difficile d’affecter ce style au terroir ou au producteur.

 

Les vins du Haut-Rhin

 

Domaines Schlumberger (Guebwiller) 
www-domaines-schlumberger.com

Grands Crus Saering (marno-calcaro-gréseux), Spiegel (marno-gréseux), Kessler (gréseux), Kitterlé (gréso-volcanique)

Riesling Grand Cru Saering 2001 : Le nez est intense, sur les agrumes. La bouche est acidulée, fruitée, vive avec une pointe de botrytis.  Un riesling mûr ayant du peps ! Très Bien

Riesling Grand Cru Kitterlé 1999 : Changement de style avec un nez doux et parfumé, sur la fleur d’acacia. La bouche est grasse, minérale et puissante, sans que l’acidité soit tranchante. Un peu moins vif que le 95 qui me plaît tant à la Taverne Alsacienne, mais ce 99 est remarquable de minéralité. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Kessler 2001 : une entorse à ma ligne de conduite, mais une rumeur persistante dans la salle incitait à goûter ce vin... Le nez est super complexe, avec des notes de liche, de pralin, mais aussi du moka. La bouche est ronde, riche et grasse, moelleuse sans que le sucre ne soit apparent. Les arômes fumés s’associent à de la noisette grillée pour donner une expression presque parfaite du cépage sur un sol minéral. Issu de la célèbre « Wanne » dans le Kessler, on a ici un vin superlatif qui montre le potentiel d’un terroir même sur un cépage parfumé. Excellent.

Gustave Lorentz (Bergheim) - http://www.gustavelorentz.com/

Grands crus Altenberg de Bergheim (marno-calcaire), Kanzlerberg (argilo-marno-gypsy-king)

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergheim 2003 : Le nez est floral, la bouche est équilibrée, souple, riche et grasse. 5g/lSR. Très Bien

Riesling Grand Cru Kanzlerberg 2003 : Le nez est ferme, fumé, minéral. La bouche est minérale, fruitée, un peu chaude en finale. Bien

Muscat Grand Cru Altenberg de Bergheim 2003 : Le nez est très parfumé, sur de la menthe fraîche. La bouche est minérale, souple et un peu ronde, avec beaucoup de fraîcheur. Très Bien

Robert Faller et Fils (Ribeauvillé)

Grands Crus Geisberg (marno-calcaro-gréseux), Kirchberg de Ribeauvillé (marno-calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Geisberg 2003 : Le nez est mûr mais encore marqué par l’élevage. La bouche est mure, sur les fruits jaunes, conserve ce coté crayeux, avec une finale sur le bonbon anglais. Bien

Riesling Grand Cru Geisberg 2002 : Le nez est marqué par les agrumes, la bouche est mûre et botrytisée, avec cette trame d’agrumes et ce coté crayeux qui persiste. . (Goûté en 2003, le vin était déjà sur les agrumes) Très Bien.

Riesling Grand Cru Geisberg 2001 : Le nez est fin, marqué par des arômes de pamplemousse. La bouche est sèche, fruitée, minérale. Bien

Muscat Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2003 : Le nez est assez parfumé avec des arômes de menthe verte. La bouche est grasse mais assez peu aromatique et courte. Le producteur n’est non plus pas très satisfait de son muscat. Bof

Muscat Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2001 : Le nez est parfumé, mais sur de la menthe poivrée cette fois-ci. La bouche est grasse et sèche, avec une belle minéralité. Bien.

Louis Sipp (Ribeauvillé) – http://www.sipp.com/

Grands Crus Osterberg (marneux), Kirchberg de Ribeauvillé (marno-calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2003 : Le nez est intense, avec un beau fruité. La bouche est fruitée, assez vive avec des arômes de fraise de bois. Bien

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2002 : Le nez est muscaté avec des agrumes, la bouche est très mûre, avec de la surmaturité, des fruits jaunes et des fruits exotiques. L’ensemble est élégant même si le vin est moyennement corsé. Très Bien.

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 2001 : Le nez est floral et marqué par des agrumes. La bouche est mûre et grasse, acidulée avec un bel équilibre. Une petite amertume en finale. Très Bien.

Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé Vendanges Tardives 2000 : Le nez est marqué par une légère évolution. La bouche est riche, grasse, acidulée et légèrement évoluée. Pas sous son meilleur jour apparemment. Bien.

J’avais découvert de grand cru chez un ami avec un Riesling 98 de Sipp en Avril dernier, j’aime beaucoup le style.

Cave Vinicole de Hunawihr et environs (Hunawihr)
http://www.cave-hunawihr.com/

Grands Crus Osterberg (marneux), Rosacker (calcaire dolomitique), Froehn (argilo-marneux), Schoenenbourg (marno-sableux-gypseux)

Riesling Grand Cru Osterberg 2002 : Le nez est frais et fruité, muscaté. La bouche est riche avec une bonne vivacité, et un moelleux assez prononcé. Bien.

Riesling Grand Cru Rosacker 2000 : Le nez est marqué par des notes de fleur d’églantier et de fleur d’acacia. La bouche est pure, sèche, moyennement dense mais très équilibrée. Très Bien.

Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2001 : Le nez et fumé, la bouche est grasse et prend des arômes d’écorce d’orange. L’équilibre est sur un vin dense et sec. Bien

La nouvelle cuverie permettant de produire des petites cuvées fait mouche : la qualité de la cave dans ses grands crus de riesling a été déjà soulignée, j’ai hâte de goûter le reste de la gamme.

Albert Boxler (Niedermorschwihr)

Grands Crus Sommerberg (granitique), Brand (granitique)

Deux cuvées de riesling sont produites dans le Sommerberg : la cuvée normale est issue du lieu-dit Eckberg, la Cuvée vieilles vignes du lieu-dit Dudenstein. Il y a une certaine excitation chez certains à utiliser des sigles comme L21E et L21D, j’utilise la terminologie conforme aux étiquettes.

Riesling Grand Cru Sommerberg 2003 : Le nez est parfumé, fruité. La bouche est souple et grasse, sur des arômes d’agrumes confits. 12g/lSR. Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg Vieilles Vignes 2003 : Le nez est plus minéral. La bouche est très marquée par les agrumes, acidulée, avec un léger moelleux et une finale citronnée. 25g/lSR. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 2002 : Le nez est fruité, citronné. La bouche est vive, acidulée, avec beaucoup de finesse. 6g/lSR. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg Vieilles Vignes 2002 : Le nez est encore un peu sur des arômes fermentaires. La bouche est citronnée, riche et acidulée. Moins ouvert que le précédent. 18g/l SR. Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 1999 : Le nez est parfumé, sur des arômes de fleur d’acacia. La bouche est fondue, grasse avec une belle vivacité. Une légère amertume de sent en finale. Bien.

Riesling Grand Cru Sommerberg Vieilles Vignes 1999 : Si le nez est marqué par des fleurs blanches, la bouche se montre plus riche que le précédent, avec un surcroît de fondu. Très Bien.

Riesling Grand Cru Sommerberg 1995 : Le nez est très parfumé, sur des agrumes confits, de l’écorce de mandarine. La bouche est élégante, grasse et parfumée, acidulée avec une légère évolution. Longue finale. Très Bien.

Riesling Grand Cru Sommerberg Vieilles Vignes 1996 : Le nez est marqué par le millésime avec des arômes de pâte de coing. La bouche est souple, acidulée avec un léger moelleux, on retrouve les arômes de coing du nez. Arrive à maturité mais encore un peu monolithique. Très Bien

Le Sommerberg est un très joli terroir, dont le sol granitique donne une fausse impression de légèreté et de précocité des vins. Avec le GC Brand, ce sont toutefois des terroirs qui donnent des vins puissants. Le domaine Boxler produit des vins qui sont de parfaits révélateurs des deux terroirs.

Domaine Josmeyer (Wintzenheim) – http://www.josmeyer.com/

Grands Crus Brand (granitique), Hengst (marno-calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Brand 2000 : Le nez est parfumé mais assez discret. La bouche est fine et minérale, mais encore sur la réserve. (goûté en 2003, le vin était crayeux en bouche avec une bonne densité). Bien.

Riesling Grand Cru Brand Vendanges Tardives 1991 : Le nez est fin, complexe avec des notes de pétrole. La bouche est minérale, fondue, avec des arômes de citron confits. Le moelleux est à peine perceptible tellement le vin est fondu. Très Bien.

Riesling Grand Cru Hengst 2003 : Le nez est fruité avec des arômes de raisin frais. La bouche est ronde, acidulée et sèche en finale, avec une bonne longueur en bouche. Un 2003 déjà bien équilibré. Bien

Riesling Grand Cru Hengst 2001 : Le nez est parfumé, floral. La bouche est plus vive, minérale et sèche, presque piquante. A attendre encore. Bien.

Le rigueur dans les vinifications donnent souvent des vins secs. L’année dernière le Hengst 2002 se goûtait plus facilement que le Brand 2002, preuve de la puissance du terroir granitique.

EARL Bruno Sorg (Eguisheim)

Grands Crus Florimont (marno-calcaire), Eichberg (marno-calcaire), Pfersigberg (calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Florimont 2003 : Le nez est parfumé, muscaté, la bouche est minérale, acidulée, avec des arômes d’agrumes. Beaucoup de peps dans ce vin déjà abordable. Très Bien

Riesling Grand Cru Pfersigberg Vieilles Vignes 2003 : Le nez est mûr, mielleux avec des notes de pamplemousse. La bouche est mûre, souple et équilibrée, avec une longue finale. Très Bien

Riesling Grand Cru Pfersigberg Vieilles Vignes 2001 : Le nez se fait plus minéral avec des notes de poivre blanc. La bouche est sèche et vive, minérale, muscatée, avec de l’amertume en finale. Bien

Muscat Grand Cru Pfersigberg 2003 : Le nez est mentholé, frais et très pur. La bouche est fruitée et parfumée avec une pointe de moelleux en finale. Bien

Les 2003 du domaine sont déjà très accessible, et ont gardé beaucoup de fraîcheur.

Wolfberger (Eguisheim) – http://www.wolfberger.com/

Grands Crus Mandelberg (marno-calcaire), Hengst (marno-calcaro-gréseux), Steingrubler (marno-calcaro-gréseux), Eichberg (marno-calcaire), Hatschbourg (marno-calcaire et loess), Rangen (volcanique)

Riesling Grand Cru Hengst 2003 : un nez discret, une bouche légère et souple, sèche avec une finale florale. Bien

Riesling Grand Cru Steingrubler 2003 : Le nez est discret avec des notes de bonbon anglais. La bouche est florale, fruitée, souple et légère. Bof

Riesling Grand Cru Eichberg 2003 : Le nez est floral, assez discret. La bouche est légère, pas trop concentrée, avec une légère amertume en finale. Bof

La maison possède des vignes sur 17 grands crus différents, et en présente 6. Les trois vins goûtés ne se différencient pas tellement, une légère dilution les empêche probablement de s’exprimer plus profondément. Est-ce une gageure d’aller goûter les vins de cette maison? Je ne pense pas, pour deux raisons. La première est que c’est plus facile de parler de vins qu’on a dégusté, surtout lorsqu’on veut donner un jugement mitigé : sinon on risque de ne colporter que des lieux communs. La deuxième est que le potentiel est là quand une cave possède tellement de terroirs. Le marketing de Wolfberger positionne les Grands Crus dans le haut de gamme, et nul doute que par rapport aux autres cuvées de la maison, ces grands crus paraissent relativement denses et concentrés. Compte tenu de la faible proportion des Grands Crus dans le total des vins produits, si l’image de la maison avait besoin de vins vraiment très haut de gamme en qualité, propre à être dans les guides et magazines, nul doute que la maison saurait mettre les moyens nécessaires pour y arriver. Gardons à l’esprit que les grandes cuvées de Champagne (Grande Dame, Comte de Champagne, Winston Churchill) sont l’œuvre de maisons produisant de grandes quantités, qui justement ont les moyens d’être sévères sur la sélection de leurs cuvées haut de gamme.

René Muré – Clos St Landelin – http://www.mure.com/

Grands Crus Vorbourg (calcaro-gréseux), Zinnkoepflé (calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Vorbourg 2003 : Le nez est assez discret, marqué par l’élevage. La bouche est minérale, un peu fumée, mais dissociée et pas terminée. Trop tôt pour le goûter correctement. Bof

Riesling Grand Cru Vorbourg Clos Saint Landelin 2002 : Le nez est plus net, muscaté. La bouche est fine et acidulée, avec des arômes de raisin frais. Très jeune mais équilibré. Bien.

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 2003 : Le nez est jeune et frais, élégant. La bouche est parfumée, avec des fleurs, un peu de fraise de bois, et une vivacité étonnante. Les vignes sont jeunes et on sent de la tension dans ce vin. La finale est un peu chaude. Très Bien

Pinot Noir Clos Saint Landelin 2003 : un échantillon de rouge dans un océan de blancs : c’est la surprise de la journée. Le nez est marqué par le bois à ce stade, du beau chêne bien toasté. La bouche est assez corsée, souple avec des arômes de cerise assez intenses. 2003 est supposé être un grand millésime pour le pinot noir, ce premier exemple n’est peut-être pas représentatif mais donne envie de goûter d’autres cuvées. Bien

Comme dans d’autres domaines où les vinifications prennent du temps, les 2003 ne se montrent pas forcément sous leur meilleur jour.

SCEA Eric Rominger (Westhalten)

Grand Cru Zinnkoepflé (calcaro-gréseux)

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé Les Sinneles 2003 : Le nez est parfumé, floral.La bouche est ronde et fruitée, avec beaucoup d’élégance. 11g/lSR. Bien

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé Les Sinneles 2002 : Le nez se montre à nouveau plus fruité, avec des notes d’agrumes. La bouche est dense, vive et sèche. 9g/lSR. Très Bien

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé Les Sinneles 2001 : Le nez montre un début d’évolution avec des notes poivrées. La bouche est minérale, fumée, sèche et riche. 5g/lSR. Très Bien

Domaine Schoffit (Colmar)

Grands Crus Sommerberg (granitique), Rangen (volcanique)

Riesling Grand Cru Sommerberg 2003 : Le nez est floral, la bouche est très vivace, avec une finale un peu courte. Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 2002 : Le nez est un festival de fruits jaunes et de fruits exotiques. La bouche est fine et sèche avec beaucoup de vivacité. Un beau vin sur un beau terroir. (goûté en 2003, le vin était sur les agrumes et le pamplemousse) . Très Bien

Riesling Grand Cru Rangen Clos Saint-Théobald 2003 :  Le nez se fait discret, la bouche est ronde, minérale avec des notes de miel et de fruits blancs (poire william). Très Bien

Riesling Grand Cru Rangen (Sélection de Grains Nobles) 1990 : Le nez est puisant, marqué par des notes de grillé, de cire et d’encaustique. La bouche est iodée, acidulée, avec de l’écorce d’orange et du pralin. 110g/lSR Superbe. Excellent.

Pinot Gris Grand Cru Rangen Clos Saint-Théobald Sélection de Grains Nobles 2001 : Le nez est floral, avec des notes de pralin et de grillé. La bouche est acidulée, fine et parait très légère, avec un moelleux très fondu à l’ensemble. 190g/lSR . Excellent.

Larmes de Lave 2001 : une trie spéciale dans les pinot gris du  Rangen en 2001 a donné un vin liquoreux extrême, titrant 4.5% d’alcool au terme d’une longue fermentation, et laissant 450g/l de sucre résiduel. Le nez est discret, marqué par des arômes de miel. La bouche est très sirupeuse, très concentrée, avec une forte sensation de sucre. Le monstre est monolithique et aura besoin de quelques dizaines d’années avant de développer sa minéralité. Très Bien

 

Autres producteurs non visités (et grands crus présentés)

Si vous êtes comme moi, la lecture de ces domaines va vous laisser pantois : outre les quelques noms connus, comment peut-il y avoir tellement de domaines produisant des grands crus sans qu’on en parle plus dans les média ? On touche du doigt le morcellement de l’offre alsacienne, et il y a encore plus de 1000 vignerons comme ça dans la région ! Les domaines sont triés du Nord au Sud !

Domaine Frédéric Mochel (Traenheim) – http://www.mochel.net/

  • Grand Cru Altenberg de Bergbieten

J.H. Heywang (Heiligenstein) – http://perso.wanadoo.fr/heywang.vins

  • Grand Cru Kirchberg de Barr

EARL Vincent Stoeffler (Barr) – http://www.vins-stoeffler.com/

  • Grands Crus Kirchberg de Barr, Schoenenbourg

EARL Seltz Fernand et Fils (Mittelbergheim)

  • Grand Cru Zotzenberg

EARL André Rieffel (Mittelbergheim)

  • Grands Crus Kirchberg de Barr, Zotzenberg, Wiebelsberg

Domaine Marc Kreydenweiss (Andlau) – http://www.kreydenweiss.com/

  • Grands Crus Kastelberg, Wiebelsberg, Moenchberg

Domaine Armand Landmann (Nothalten)

  • Grand Cru Muenchberg

Kientz René et Fils (Blienschwiller)

  • Grand Cru Winzenberg

Christian Schwartz (Blienschwiller)

  • Grand Cru Winzenberg

Cave vinicole d’Orschwiller (Orschwiller) – http://www.cave-orschwiller.fr/

  • Grand Cru Praelatenberg

Vignobles Charles Koehly et Fils (Rodern)

  • Grands Crus Gloeckelberg, Altenberg de Bergheim

Domaine Marcel Deiss (Bergheim) – http://www.marceldeiss.fr/

  • Grands Crus Schoenenbourg, Mambourg

Cave vinicole de Ribeauvillé et Environs (Ribeauvillé) – http://www.cave-ribeauville.com/

  • Grands Crus Gloeckelberg, Kirchberg de Ribeauvillé, Osterberg, Rosacker, Sporen, Schoenenbourg, Sonnenglanz

Domaine du Moulin de Dusenbach - Vins Bernard Schwach (Ribeauvillé)

  • Grands Crus Schoenenbourg, Sporen, Schlossberg

EARL Frédéric Mallo et Fils (Hunawihr)

  • Grands Crus Rosacker, Mandelberg

Jean Becker (Zellenberg) – http://www.becker-vins.com/

  • Grands Crus Froehn, Schoenenbourg

Maison Zimmer (Riquewihr) – http://www.riquewihr-zimmer.com/

  • Grands Crus Froehn, Schoenenbourg, Sporen

SA Dopff « Au Moulin » (Riquewihr) – http://www.dopff-au-moulin.fr/

  • Grands Crus Schoenenbourg, Sporen, Brand

Dopf & Irion (Riquewihr) – http://www.dopff-irion.com/

  • Grands crus Schoenenbourg, Sporen, Vorbourg

Cave vinicole « Au Château » Beblenheim (Beblenheim) – http://www.cave-beblenheim.com/

  • Grands Crus Froehn, Schoenenbourg, Sonnenglanz, Mandelberg

GAEC Schaller et Fils (Mittelwihr)

  • Grand Cru Mandelberg

Domaine Michel Fonné (Bennwihr) – http://www.michelfonne.com/

  • Grands Crus Marckrain, Mambourg

Domaine Paul Blanck (Kientzheim) – http://www.blanck.com/

  • Grands Crus Furstentum, Schlossberg, Wineck-Schlossberg, Sommerberg

Cave Vinicole de Kientzheim-Kaysersberg (Kientzheim)

  • Grands Crus Mambourg, Furstentum, Schlossberg
Domaine Jean-Marc et Frédéric Bernhard (Katzenthal)
  • Grands Crus Mambourg, Furstentum, Wineck-Schlossberg, Florimont
Domaine Meyer-Fonné (Katzenthal)
  • Grand Cru Wineck-Schlossberg

Boxler Justin (Niedermorschwihr)

  • Grands Crus Wineck-Schlossberg, Sommerberg, Florimont, Brand

Armand Hurst (Turckheim)

  • Grand Cru Brand

Cave de Turckheim (Turckheim) – http://www.cave-turckheim.com/

  • Grands Crus Sommerberg, Brand, Hengst, Ollwiller

GAEC Aimé Stentz (Wettolsheim) – http://www.vins-stentz.com/

  • Grands Crus Sommerberg, Hengst, Steingrubler

Domaine Paul Buecher (Wettolsheim)

  • Grands Crus Sommerberg, Brand, Hengst

Domaine Stentz-Buecher (Wettolsheim)

  • Grands Crus Hengst, Steingrubler, Pfersigberg

Wunsch & Mann (Wettolsheim) – http://www.wunsch-mann.fr/

  • Grands Crus Hengst, Steingrubler, Pfersigberg

Domaine Albert Mann (Wettolsheim)

  • Grands Crus Furstentum, Schlossberg, Hengst, Steingrubler

Paul Ginglinger (Eguisheim) – http://www.paul-ginglinger.fr/

  • Grands Crus Eichberg, Pfersigberg

EARL Jean-Louis et Fabienne Mann (Eguisheim)

  • Grands Crus Pfersigberg, Eichberg

Gruss et Fils (Eguisheim)

  • Grands Crus Eichberg, Pfersigberg, Vorbourg

Kuentz-Bas Alsace et Jean-Baptiste Adam (Husseren les Châteaux) – http://www.kuentz-bas.fr/

  • Grands crus Wineck-Schlossberg, Eichberg, Pfersigberg

Domaine Ernest Burn (Gueberschwihr) – http://www.domaine-burn.fr/

  • Grand Cru Goldert

EARL Pierre Frick (Pfaffenheim)

  • Grands Crus Eichberg, Steinert, Vorbourg

SARL Domaine Riefflé (Pfaffenheim)

  • Grand Cru Steinert

Domaine de l’Ecole (Rouffach) – http://www.rouffach-educagri.fr/

  • Grand Cru Vorbourg

EARL Jean-Marie Haag (Soultzmatt)

  • Grand Cru Zinnkoepflé

Seppi Landmann (Soultzmatt) – http://www.seppi-landmann.fr/

  • Grand Cru Zinnkoepflé

EARL François Wischlen (Westhalten)

  • Grand Cru Zinnkoepflé

Domaine Léon Boesch (Westhalten)

  • Grand Cru Zinnkoepflé

Domaine Zusslin Valentin et Fils (Orschwihr) – http://www.valentin-zusslin.com/

  • Grand Cru Pfingstberg

Château d’Orschwihr (Orschwihr) – http://www.chateau-or.com/

  • Grands Crus Zinnkoepflé, Kessler, Kitterlé, Rangen

EARL Dirler-Cadé (Bergholtz)

  • Grands Crus Spiegel, Kessler, Saering

Cave vinicole du Vieil Armand (Soultz – Wuenheim)

  • Grand Cru Ollwiller

 

Lire ici le Compte rendu de la Présentation 2005 des Grands Crus d'Alsace

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici