7 gewurztraminer 1971 à Kientzheim

Dans le cadre de la préparation de la vente aux enchères et des chapitres de la Confrérie Saint-Etienne plusieurs vins ont été dégustés en octobre 2006 dans la cave du Château de Kientzheim en compagnie de Philippe Gisselbrecht, Major du conseil des jeunes 2006 de la Confrérie. Déguster des gewurztraminers du fabuleux millésime 1971 en 2006 est une occasion rare de se rendre compte de la bonne conservation de ces vins.

La dégustation horizontale des différentes cuvées montre un niveau qualitatif très élevé, avec des différences de style liées à la maturité des raisins et à la vinification.  La complexité des bouquets est remarquable, et si les bouchons sont bons, les vins ont encore de belles années devant eux.

 Gewurztraminer Gaensbroennel 1971 – Hering : la robe est jaune doré très intense, avec des reflets cuivrés. Le lez est fumé et oxydé avec des notes de pomme blette. La bouche est grasse, avec des notes de chocolat, de miel et de pralin, mais est marquée par une forte oxydation. Dommage car la matière est là. A regoûter. Non noté

Gewurztraminer Clos Gaensbroennel 1971 – Alsace Willm : La robe est jaune doré, de nuance vieil or avec un bel éclat. Le nez est complexe, assez intense, avec des fruits secs, du pralin, des fleurs séchées et du cuir. La bouche est grasse, sèche et dense, avec du gras et une belle patine. L’évolution se fait sur les épices douces, avec des fleurs séchées en finale. Un beau vin très charmeur, incroyable de finesse après 35 ans. Ne pas se presser pour finir les bouteilles, le vin a encore 10 ans devant lui largement. Bien

Gewurztraminer 1971 – Zind-Humbrecht : la robe est jaune doré de nuance vieil or, intense et brillante. Le nez est ouvert, complexe, avec des arômes d’encaustique, de miel, de fruits murs de houblon et d’épices douces. La bouche est légèrement moelleuse en attaque, puis grasse, d’équilibre sec avec une grande longueur en finale. Un vin très équilibré qui évolue très bien au vieillissement. A garder encore 10 ans au moins. Très Bien

Gewurztraminer 1971 – Paul Ginglinger : La robe est jaune dorée, intense avec des reflets orangés. Le nez est délicat, avec des fruits murs, pêche et abricot, et des notes fumées et d’amande grillée.  La bouche est légèrement moelleuse en attaque, riche et puissante, avec une belle définition procurée par une acidité discrète mais bien présente. La final est longue sur les notes grillées du nez et des arômes de thé vert. Une légère oxydation due au bouchage altère un peu le vin et l’empêche d’atteindre des sommets. Les bonnes bouteilles se conserveront 15 ans encore au moins. Très Bien

Gewurztraminer 1971 – Robert Faller : Le nez est parfumé, très mûr avec des arômes de fruits rouges et de cassis qui pourraient faire croire à un vin rouge à l’aveugle. La bouche est riche, beurrée et épicée en attaque, avec une évolution sur les fruits mûrs, dans un style sec et acidulé. La finale est plus grasse, légèrement alcoolique et assez courte. Un vin qui impressionne moins que le fabuleux 1968 bu cette année, mais qui reste de haut niveau. A boire dans les 15 ans. Bien

Gewurztraminer Réserve Exceptionnelle 1971 – Hugel et Fils : La robe est jaune doré, intense. Le nez est complexe, ouvert avec des arôme de miel, de tabac, de fleurs séchées et de fruits secs. La bouche est légèrement moelleuse en attaque, puis grasse et plus sèche avec beaucoup d‘ampleur et une belle pureté rehaussée par une petite acidité. La finale est longue, épicée et légèrement tannique. Une superbe bouteille de très grande garde dans la tradition des grands millésimes chez Hugel. A boire sur les 20 prochaines années. Très Bien

Gewurztraminer Cuvée Exceptionnelle 1971 – Bott Frères : La robe est vieil or, profonde et brillante. Le nez est parfumé, complexe, avec des arômes de noisette grillée, de sous-bois, de miel de fleur, de fougère et d’épices douces. La bouche est moelleuse en attaque, grasse et très concentrée avec beaucoup de matière, évoluant sur du gras avec des arômes de chocolat blanc et de noisette. La finale est longue avec des notes de thé. L’équilibre est celui d’une vendange tardive ayant évolué lentement, à l’image des récoltes tardives qui font les « cuvées exceptionnelles » au domaine. Le vin est magistral et possède au moins encore 30 ans devant lui. Un vin exceptionnel. Excellent.

Voir les autres vins dégustés en octobre 2006 au château de Kientzheim derrière ce lien.

Thierry Meyer