Vincent Spannagel (Katzenthal)

Domaine Vincent Spannagel – Katzenthal
Visite le 20 juin 2005

Si je m’intéresse au vin sérieusement depuis huit ans environ, je connais les vins de Vincent Spannagel depuis plus de treize ans. J’étais étudiant en stage à Paris en 1992 et j’habitais un grand appartement avec trois camarades de promotion. Le neveu de Vincent habitait à Paris avec un de mes amis et il nous fournissait en vin d’Alsace. Si je ne prenais pas encore de notes précises je me souviens encore de quelques repas du dimanche lors desquels nous abusions un peu de son Pinot Gris 1989 (14.5 degrés), avant de finir notre après-midi sur le canapé à regarder l’air absent l’Ecole des Fans sur Antenne 2 à la télé :-) 

Ma première visite d’amateur au domaine date de 1998, et je lui rends visite régulièrement depuis, consommant bouteilles sur bouteilles à cause de la sagesse de ses prix et de la franchise de ses vins. Vincent a repris le travail de son père il y a une quinzaine d’années et a commencé un long travail d’amélioration de la qualité. Sa clientèle autant locale que nationale et étrangère s’approvisionne principalement au domaine, et l’évolution qualitative se faisant en même temps qu’une hausse des prix, l’évolution est lente pour accompagner sa clientèle sans prendre le risque de devoir renouveler 10% de sa clientèle en quelques années des suites d’une hausse trop forte des tarifs. En attendant, le résultat est un rapport qualité prix très intéressant ! Depuis plusieurs années, ses vins du Grand Cru Wineck-Schlossberg sont médaillés voire coupdecoeurisés dans le guide Hachette, puis ce fut une médaille d’or au Rieslings du Monde pour son riesling Wineck Schlossberg 2000, avant que la RVF ne lui demande un échantillon de son Riesling Wineck-Schlossberg 2004 et le mentionne dans le Spécial Millésime 2004.

Le Grand Cru Wineck-Schlossberg est peu médiatisé, par rapport au Sommerberg, au Brand et au Schlossberg, et si le village de Katzenthal compte 21 producteurs de vin, c’est principalement grâce aux vins du domaine Meyer-Fonné que le nom est devenu familier pour beaucoup d’amateurs qui lisent la presse spécialisée. Le site web de la Route des Vins d’Alsace donne les précisions historiques suivantes sur le Grand Cru:

« Si le nom de Schlossberg apparaît pour la première fois dans des documents de 1706, c’est il y a plus de 700 ans, en 1264, qu’on trouve la première trace écrite du vin de Katzenthal. Le plan du finage d’Ingersheim et de Katzenthal, dressé en 1760 montre autour du château du Wineck une vaste superficie de vignes, le "Schlossberg", dont les mentions se multiplient depuis la fin du 18ème siècle et témoignent de son renom. La réputation de ces coteaux est telle qu’ils se retrouvent souvent comme l’illustration type du vignoble alsacien, de Hansi (le clocher dans les vignes en 1929) aux encyclopédies (le Million de 1970, Découvrir la France de 1972) et aux manuels scolaires de géographie. Le château du Wineck domine le vignoble de Katzenthal. Depuis le12ème siècle, il est le seul château d’Alsace entièrement entouré de vignes. »

La salle de dégustation a été refaite à neuf ce printemps, nous goûtons l’ensemble de la production en vente en Juin 2005 avec Vincent. Tarifs départ cave.

Sylvaner 2003 – Vincent Spannagel (3.50€) : Le nez est un mélange étonnant d’agrumes et d’amande. La bouche est assez vive, légèrement moelleuse, assez corsée. Un Sylvaner 2003 qui a pas mal de peps. Bien

Sylvaner 2004 – Vincent Spannagel (3.30€ en 100cl) : le nez est un peu plus intense, avec de nouveau des agrumes, mais encore des traces de levures. La bouche est vivace avec du gras, assez concentrée, et termine sur des notes florales élégantes. Le vin est pratiquement sec (5 g/l de SR sucre résiduel) et assez vif (5.51 g/l d’AT acidité totale exprimée en tartrique). Bien

Pinot Blanc 2004 – Vincent Spannagel (3.75€ en 100cl) : Une cuvée 100% Pinot auxerrois. Le nez est floral, assez intense avec des notes de citron à l’aération. La bouche est souple et fraîche, avec une belle acidité, et termine sur des notes de fruits blancs. La fin de bouche est étonnamment longue. Un joli vin qu’il serait presque dommage de gâcher avec de la crème de cassis. 3.8g/l de SR, 5.75 g/l d’AT, un bel équilibre pour 2004. Le meilleur rapport QP de toute la sélection ! Bien

Pinot Blanc Fleur de Printemps 2004 – Vincent Spannagel (4.25€) : Cuvée 100% Auxerrois, comme tous les pinots blancs du domaine. Le nez se fait plus discret, avec des notes de fleurs séchées. La bouche est ample, grasse avec une acidité absorbée par un léger moelleux. Des notes de levures apparaissent en finale. Un beau pinot blanc avec beaucoup d’élégance, à attendre quelques mois pour qu’il devienne parfait. Le vin de l’été 2005 ! (9.8g/ SR, 5.16 g/l AT). Très Bien

Pinot Blanc Révélation 2003 – Vincent Spannagel (5.50€) : Le nez est assez discret. La bouche est lourde, moelleuse (environ 25 g/l SR), dense, avec une faible acidité. Une trie spéciale de pinot auxerrois qui ne me convainc pas, le sucre étant un peu dissocié. L’avantage de cette trie est d’avoir pu conserver des raisins moins surmaturés pour la cuvée « Fleur de Printemps 2003 » ! Bof

Riesling 2004 – Vincent Spannagel (3.90€) : Le nez est assez parfumé, légèrement citronné. La bouche est sèche, acidulée, légère et simple, avec un coté floral en finale. Le vin est mur, l’acidité compensant même très bien le sucre (9.6 g/l SR, 7.10 AT) mais reste assez court en bouche. Bof

Riesling Cuvée Réservée 2003 – Vincent Spannagel (5.50€) : Le nez se fait cette fois plus intense, complexe, avec des notes de fruits exotiques, de résine de pin, et de raisin frais. La bouche est sèche, assez dense, avec une acidité sensible. La finale prend des notes mentholées. Un riesling issu d’une parcelle orientée plein nord, traditionnellement assemblé dans la cuvée générique, qui a bien supporté le millésime 2003. Très Bien

Muscat Sélection 2004 – Vincent Spannagel (6.10€) : Le nez est floral et musqué, encore jeune. La bouche est dense, avec une acidité crayeuse et une belle minéralité en finale. Une cuvée 100% Muscat d’Alsace qui montre pas mal de vivacité. Attendre un peu avant d’en profiter pleinement au niveau des arômes. Bien

Muscat Grand Cru Wineck-Schlossberg 2004 – Vincent Spannagel : C’est la grande surprise de la journée. Vincent a planté du muscat Ottonel et du Muscat d’Alsace en 2000, et la première récolte vinifiée à partir exclusivement des muscats d’alsace donne le premier Muscat GC Wineck-Schlossberg jamais répertorié sur la commune. Le nez est parfumé, élégant avec des notes d’églantine et de menthe sauvage, légèrement alcoolique. La bouche possède beaucoup de matière en comparaison avec le vin précédent, possède du gras avec une acidité très fine, ce qui lui procure une longue finale. J’aime beaucoup retrouver la finesse du muscat dans un millésime comme 2004 avec l’élégance du Wineck-Schlossberg qui donne ces notes florales à tous les cépages. L’association du cépage et du terroir semble évidente, dans un style qui rappelle le muscat GC Frankstein de Gilbert Beck. Gros potentiel, un vin qui fera un malheur une fois étiqueté et mis à la vente. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2002 – Vincent Spannagel (8.40€) : Dégustation du fleuron de la maison dans un millésime que j’aime beaucoup. Le nez est parfumé, avec des notes mûres d’abricot, de miel, de fleurs blanches et d’églantine. Seule un peu d’acidité volatile vient troubler cette belle entrée en matière. La bouche est sèche et dense, élégante, bien structurée par une acidité très agréable, avec des notes de miel et de rhubarbe en finale. Un vin qui a besoin de 2-3 ans pour atteindre son apogée et qui sera parfait à table. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2000 – Vincent Spannagel (15€) : L’exemple précédent avec 2 ans de plus, ça donne quelque chose d’étonnant. Le nez est intense, avec des notes de pamplemousse, de fruits jaunes, et une légère évolution. La bouche est mûre et sèche, avec du gras et une assez bonne acidité, et a déjà pris ses notes secondaires d’encaustique. Un vin à point dès maintenant, l’exemple du 1996 montrant qu’il va y rester au moins encore 5 ans. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2003 – Vincent Spannagel (pas encore en vente) : Le nez est très net, avec des notes mûres d’agrumes, de fleurs blanches et d’églantine. La bouche est grasse et mure, mais relevée par une bonne acidité qui vient soutenir la bonne matière. La finale est longue et dévoile quelques notes de violette et de bonbon anglais au réchauffement. Un vin très équilibré. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 1997 – Vincent Spannagel (9.15€) : le nez est parfumé, un peu évolué, avec toujours ces notes d’encaustique et d’églantine. La bouche est grasse, sèche, avec une acidité bien perceptible. Un vin qui est désormais à maturité, après avoir traversé une phase un peu molle. UN avant-goût de 2003 ? Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2001 – Vincent Spannagel (9.15€) : Le domaine produit depuis 1997 un riesling Schlossberg issu d’une parcelle proche du château. Le nez est parfumé, avec des notes de pierre à fusil, épices et fruits jaunes. La bouche est sèche, avec une acidité un peu crayeuse et des notes fumées. Un vin très minéral en bouche, à attendre quelques années. La différence de terroir est évidente. Très Bien

Pinot Gris 2004 – Vincent Spannagel (5.50€) : le nez est assez parfumé, avec des notes de fruits blancs, mais reste marqué par l’élevage (levures, asperge), avec seulement 20 jours de bouteille. La bouche est grasse, assez vive, riche avec une belle maturité. Ce 2004 propose à nouveau une jolie tension sucre/acide qui le rend très plaisant (10g/l SR, 6.30 g/l AT). Bien

Pinot Gris Cuvée Réservée 2004 – Vincent Spannagel (6.10€) : Le nez est très jeune, marqué par l’élevage (mise récente), avec des notes de cellulose et d’agrumes. La bouche est acidulée, assez corsée, ronde avec beaucoup d’élégance. L’équilibre est aussi presque idéal pour un pinot gris (10g/l SR, 5.78 g/l AT). Les arômes de pêche accompagnent une finale assez courte. Un vin encore sous le choc de la mise en bouteille, à regoûter cet été. Bof

Pinot Gris Grand Cru Wineck-Schlossberg 2003 – Vincent Spannagel (pas encore en vente) : Le nez est parfumé, avec des notes de levure, de pain grillé et d’agrumes. La bouche est grasse, assez vive, avec un joli fondu en milieu de bouche. La finale est sèche et assez longue. Si le nez a encore besoin d’un peu de temps, la bouche est déjà remarquablement équilibrée. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Wineck-Schlossberg 2002 – Vincent Spannagel (9.95€) : Le nez est très parfumé, avec des notes de miel, d’abricot et d’églantine. La bouche est assez moelleuse, avec une acidité bien présente qui procure une belle tension en bouche. La sensation de légèreté couplée à la richesse en bouche donne beaucoup d’élégance. Un vin encore un peu jeune pour être à son optimum, mais comme bien des 2002, se boit déjà très facilement. Les puristes attendront 4->5 ans que le sucre se fonde un peu plus. Super rapport QP. Excellent

Pinot Noir Cuvée des Seigneurs 2004 – Vincent Spannagel (6.10€) : le robe est moyennement soutenue, dans un style Clairet. Le nez est marqué par des notes de cerise et de fruits rouges. La bouche est épicée, souple avec des tanins présents, et propose une acidité mûre mais assez sensible. Voilà un pinot noir très recherché pour son style alsacien, très bien fait. Le 2004 sera probablement épuisé avant la fin de l’été, comme d’habitude ! Très Bien

Pinot Noir Fût de chêne 2001 – Vincent Spannagel (10.70€) : le nez est assez parfumé mis très boisé avec des notes de torréfaction. La bouche est assez sèche, avec du cuir et du café. Le fruit est un eu en retrait au profit du bois. Les origines sont variées Allier, Vosges, et même un fût américain qui semble marquer pas mal le vin. Le style a ses amateurs, je trouve personnellement dommage de mettre tant de bois car il ne se fondra jamais : dans 5-6 ans le fruit ne sera plus assez présent pour supporter une baisse du boisé et le vin restera déséquilibré. Bien

Gewurztraminer 2004 – Vincent Spannagel (5.50€) : Le nez est parfumé, avec des notes de litchi, d’épices et des traces de levures. La bouche est assez ronde, souple et parfumée, avec une acidité fine qui donne un bel équilibre. La fin de bouche redevient épicée à nouveau. Un beau vin d’entrée de gamme, à boire sur le fruit. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg 2003 – Vincent Spannagel (10.00€) : le nez est intense, floral avec des notes de rose et violette, puis épicé, et un peu exotique dans un style plantes médicinales. La bouche est très pure, dense, légèrement moelleuse, acide et sucre étant atténués on ressent surtout les parfums de rose, ce qui donne beaucoup d’élégance. Un vin sec et aérien. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg 2001 – Vincent Spannagel (10.70€) : Le nez est très parfumé, sur des fruits exotiques avec des notes de miel et de pralin. La bouche est moelleuse, riche et assez corpulente, avec une acidité un peu masquée par le sucre à ce stade, et des notes de miel en finale. Le style opulent et botrytisé plait beaucoup mais je le trouve un peu classique. Il n’y a pas eu de Gewurztraminer Wineck-Schlossberg en 2002, la récolte a été assemblée dans la cuvée Saint Urbain. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg 1999 – Vincent Spannagel (10.70€) : Changement de style pour revenir à plus de terroir. Le nez est parfumé, épicé avec des notes de pierre à fusil. La bouche est sèche, élégante avec une acidité assez bonne et des notes de grillé en finale. Un gewurz de table, parfait sur de la cuisine méditerranéenne. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg Vendanges Tardives 2002 – Vincent Spannagel (15€) : Le nez est parfumé, très élégant, avec des notes de fruits exotiques, d’agrumes et de miel La bouche est fraîche, vive avec des arômes de fruits confits. L’acidité fait un eu penser à des notes de prunelle. Un vin très équilibré doté d’un grand potentiel au vieillissement. Rapport QP excellent, tout comme les SGN qui vont suivre. Très Bien

Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles 1998 – Vincent Spannagel (16.75€ en 50cl) : Le nez est épicé avec des notes de miel et pralin. La bouche est moelleuse, ronde avec des notes de rose et de fruits confits. Une SGN pas trop corsée et très digeste. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg Sélection de Grains Nobles 1998 – Vincent Spannagel (17.55€ en 50cl) : La robe se fait plus dorée. Le nez est parfumé, avec des notes de prunelle, de pralin, ainsi que des notes de cire marquant une certaine évolution. La bouche est liquoreuse, grasse et parfumée, avec beaucoup d’élégance. A parfaite maturité, l’équilibre entre le cépage et la surmaturité est superbe. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Wineck-Schlossberg Sélection de Grains Nobles 1998 – Vincent Spannagel (18.30€ en 50cl) : Le nez est assez parfumé, avec des notes de miel et de fruits jaunes. On sent un peu d’acidité volatile comme dans un jeune sauternes. La bouche est très liquoreuse (120g/l SR), mielleuse avec une acidité qui arrive à donner le change au sucre. Depuis que j’ai goûté cette cuvée en cuve en 1999, je savais que ce vin était inhabituellement concentré, apte à jouer dans la cour des plus grands. Quelques années de vieillissement ont confirmé cette impression, et on est face à un vin de grande garde, à un prix de nouveau ridiculement bas. Les bouteilles de 75cl se garderont certainement mieux. Excellent

Bilan de la dégustation

Les notes qui précèdent sont bien entendu teintées de l’amitié que je porte à Vincent et à ses vins, preuve que la connaissance et l’appréciation d’un vigneron ajoute au plaisir de la dégustation. Néanmoins, comme les impressions le confirmeront, si le domaine produit des vins corrects, ils sont parfois encore loin des meilleurs domaines alsaciens, à quelques exceptions qu’on aimerait de plus en plus nombreuses chaque année. Mais leur prix les rendent plus qu’accessibles, une grande partie de la gamme étant vendue sous les 10 euros. On peut donc les boire jeunes et sans forcément attendre la grande occasion. Le caviste Luxembourgeois qui distribue les vins du domaine Zind-Humbrecht vend également ceux du domaine Vincent Spannagel. Il a compris qu’en proposant deux gammes de prix différentes, il contenterait sa clientèle, tout en restant sur un bon niveau qualitatif à tous les étages.

En février dernier j’avais très mal goûté les grands crus Wineck-Schlossberg 2003, ils étaient tous fades, sans relief et sans parfum, presque décharnés. Les dégustations qui avaient suivi chez Zind-Humbrecht et dans d’autres domaines me laissaient penser que la période était peu propice à la dégustation. Aujourd’hui, le millésime 2003 se montre ravissant, bien structuré, et je commence à penser qu’on n’a pas fini d’entendre parler de ce millésime dans les meilleures cuvées. Le Grand Cru Wineck Schlossberg s’est également montré d’un très haut niveau, la concordance des millésimes récents et des efforts qualitatifs a permis de révéler le terroir qui donne des notes florales très élégantes qu’on retrouve dans les vins issus de tous les cépages. Le terroir est d’autant plus marqué que les vins ne sont pas systématiquement récoltés en surmaturité, ce qui laisse de la place aux notes florales. Quoi qu’il en soit, le sous-sol est granitique, pas trop désagrégé, et les vins n’auront jamais la puissance d’un Brand, d’un Sommerberg ou d’un Schlossberg. On se rapproche plutôt du style des vins du Frankstein à Dambach le ville, la protection aux vent et l’exposition Sud en plus. Un vigneron en harmonie avec son terroir, quoi de plus agréable ?

Thierry Meyer

  • Vincent SPANNAGEL
  • 82, rue du Vignoble
  • 68230 Katzenthal
  • Tél. :+ 33 3 89 27 52 13
  • Fax :+ 33 3 89 27 56 48

 

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici