Domaines Schlumberger (Guebwiller)

Dégustation au domaine Schlumberger
17 Janvier 2005

Visite un matin en compagnie du maître de chai Alain Freyburger. Lors du week-end de dégustation organisé en Novembre 2003 autour des saveurs d’automne et du pinot gris, nous avions goûté en sa compagnie différents vins dans des millésimes à maturité. Je voulais repasser au domaine pour goûter l’ensemble de la gamme et apprécier les rapports qualité prix.

Pour rappel, le domaine Schlumberger est l’un des plus grands propriétaires privés d’Alsace. Disposant d’un vignoble de 140 hectares au Nord de Guebwiller, dont 70 hectares sur les grands crus Spiegel, Saering, Kessler et Kitterlé, la caractéristique étonnante est que ce vignoble est quasiment d’un seul tenant. Si les quatre grands crus sont connus pour leur forte minéralité, le Kitterlé est un peu le fleuron de la maison avec sa pointe saillante marquant l’angle entre les deux coteaux, l’un orienté Est à dominante gréseuse, l’autre orienté au Sud avec des parcelles sur un sol de Grauwacks (roche métamorphique de type granit vitrifié un peu similaire à ce qu’on trouve dans le Rangen). Les vignes non classées en Grand Cru sont quasiment toutes en coteaux, dans le prolongement du Kitterlé ou en contrebas du Saering et du Spiegel. Ces coteaux à proximité de Guebwiller supportent bien les aléas climatiques, et les millésimes 1995 à 2004 sont tous magnifiques à l’exception de 1997 et 2003 où la chaleur a créé des équilibres inhabituels.

La gamme Schlumberger compte trois niveaux : Les cuvées « Princes Abbés » regroupent  des vins de cépages d’un bon rapport qualité prix. Le Riesling Princes Abbés 2000 est d’ailleurs dans le palmarès 2004 des 100 meilleurs vins du monde, palmarès qui combine qualité, prix, et disponibilité. La seconde gamme comprend les grands crus, classés par terroir et cépage.  La dernière catégorie regroupe les vendanges tardives et sélections de grains nobles, avec des noms des ancêtres du domaine : Christine (Gewurztraminer VT), Anne (Gewurztraminer SGN), Clarisse (Pinot Gris SGN) et Ernest (Riesling SGN). Ces cuvées sont généralement issues de parcelles dans les Grands Crus, et ne sont produites que dans les meilleurs années, et si l’expression est parfois utilisée pour des cuvées produites quasiment chaque année (Riesling Frédéric-Emile par exemple), ici il s’agit d’une sélection drastique : Au 20e siècle on a produit une quinzaine de cuvées Anne, et trois cuvées Ernest seulement: 1945, 1971 et 1999 ! Les quantités produites dans les Grands Crus permettent une approche commerciale à grande échelle, en particulier à l’export (65% de la production). Le domaine étant très actif à l’export, le site web est très utile et utilisé comme source de renseignements. 

Revue de détail des vins à la vente au domaine avec Alain Freyburger. Les tarifs sont TTC départ cave.

Pinot Blanc Les Pinces Abbés 2003 (6.9€, 8g/l SR) : Une cuvée composée de 70% de pinot auxerrois et de 30% de pinot blanc. Le nez est moyennement parfumé, floral avec des notes fines de jasmin. La bouche est légère, finement acidulée, avec un peu de gras. Le vin est élégant mais un peu fermé à ce stade pour un pinot blanc. La chaleur de 2003 a bloqué la maturation de certains pinots auxerrois, ce qui a permis de conserver de la fraîcheur dans cette cuvée. Bien.

Riesling Les Princes Abbés 2002 (7.80€, 8.5 g/l SR) : Le nez est parfumé, un coté lacté trahissant une mise récente, avec des notes de raisin frais et de pierre à fusil à l’agitation. La bouche est sèche, vive, légèrement crayeuse sur la langue. 2002 est décidément une très bonne année pour le riesling. A attendre un peu. Bien

Riesling Vent d’Est 2002 (7.80€, 8g/l SR) : Une parcelle au fond de la vallée sur un sol de grauwacks exposé Sud/SudEst produit depuis peu un riesling plus minéral que le Princes Abbés. Le nez est Minéral, un peu fumé, avec une légère évolution à l’aération. La bouche est sèche mûre avec une acidité assez sensible sans être tranchante. L’équilibre est remarquable pour ce vin d’un rapport qualité prix très intéressant. Très Bien

Riesling Grand Cru Saering 2001 (11.90€, 8g/l SR) : Le nez est minéral, sur des agrumes, typique des rieslings très aromatiques et flamboyants. La bouche est citronnée, riche avec beaucoup de maturité, un peu de botrytis, et des agrumes, le tout baignant dans une acidité un peu vive qui donne beaucoup de peps à ce vin. Du grand riesling minéral comme j’aime beaucoup en boire, et un vin parti pour une longue garde même s’il se boit déjà très bien. Rapport qualité prix remarquable. Très Bien.

Riesling Grand Cru Kitterlé 1999 (16.35€, 8g/l SR) : On change de millésime et de terroir, le 1999 a un nez plus fin, minéral avec des notes de fleurs blanches. La bouche est grasse et délicate, parfumée, avec une légère évolution. Le vin est très puissant mais semble aérien au nez, dans un style qui rappelle un peu les Riesling Clos Sainte Hune 1999 de Trimbach et le Clos Windsbuhl 1999 de Zind-Humbrecht. L’équilibre est très bon. Très Bien

Riesling Grand Cru Kitterlé Vieilles Vignes 1999 (17.89€, 4g/l SR) : Une parcelle plantée en 1959, située intégralement sur la partie grauwacks du Kitterlé a été vinifiée à part en 1999. Le nez se montre à nouveau minéral avec des arômes de fleurs blanches, mais prend des notes fumées. La bouche est plus sèche, dense et riche, avec des notes d’agrumes complétant les arômes de fleur d’acacia. Proche de la perfection maintenant, à regoûter dans 15 ans pour l’extase totale !  Excellent.

Pinot Gris Les Princes Abbés 2001 (10.11€, 14g/l SR) : Le nez est épicé et fruité, avec une pointe de caramel. La bouche est grasse, ronde, le sucre étant encore un peu perceptible. Un typé pinot gris qui sera à parfaite maturité pour être consommé à table dans 2-3 ans. 2001 a produit une sélection un peu plus riche que les autres années. Bien

Pinot Gris Grand Cru Spiegel 1999 (16.60€, 42g/l de SR) : Le nez est parfumé, avec des arômes de miel et une légère évolution. La bouche est moelleuse, acidulée, légèrement fumé. La finale est un peu chaude, l’alcool étant assez perceptible. Un vin qui a besoin de s’affiner encore un peu à ce stade.  Bien

Pinot Gris Grand Cru Kitterlé 2001 (19.40€, 64g/l SR) : Le nez est épicé, intense et légèrement fumé, avec une bonne complexité. La bouche est liquoreuse, acidulée, avec une forte minéralité. La tension entre le sucre et l’acide est très forte, la bouche termine même sur des notes un peu citronnées. Un vin très fin, frais et minéral, de grande garde. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Kessler 2001 (17.45€, 48g/l SR) : Le nez est floral avec des notes de rose et de lilas, un peu fumé à l’agitation, et prend des notes de fleur d’oranger à l’aération. La bouche est riche et dense, florale avec une sucrosité pas très perceptible. Quel équilibre, seule une matière énorme arrive à rendre les 48g/l de SR à peine voyant. Excellent.

Gewurztraminer Grand Cru Kitterlé 2001 (21.70€, 50g/l SR) : Un équilibre très différent du Kessler. Le nez est assez discret, avec des notes de lichee et de surmaturité. La bouche est épicée, riche et moelleuse, avec des arômes de praline.  L’équilibre est très fin mais le terroir semble un peu en retrait pour le moment, surtout compte tenu de la forte minéralité des rieslings et pinot gris goûtés ce jour. Très Bien

Gewurztraminer Cuvée Christine 2000 (28.45€, 70g/l SR) : Une Vendange Tardive issue du Grand Cru Kitterlé qui se montre très agréable : le nez est parfumé avec des notes de miel et pralin typique d’un vin en surmaturité. La bouche est souple et moelleuse, ronde avec une sucrosité bien fondue. L’acidité est un peu en retrait, ce qui donne beaucoup de souplesse à cette cuvée. A boire sur le fruit comme une gourmandise immédiate, ce vin ne se bonifiera probablement pas avec 15 ans de garde supplémentaire. Très Bien

Gewurztraminer Cuvée Anne 1998 (44.46€, 90g/l SR) : Une Sélection de Grains Nobles issue du Grand Cru Kessler, le nez se montre parfumé mais inhabituel : des notes de houblon, de persillade et de beurre à l’ail se développent dans un ensemble complexe. La bouche est fine et liquoreuse, et reprend des fruits jaunes comme la mirabelle ou l’abricot, la texture rappelant un jus de pêche. Un vin à garder (si on peut), riche aujourd’hui et doté d’un potentiel énorme. Excellent.
(autres millésimes produits : 1945, 1947, 1959, 1964, 1971, 1976, 1988, 1989, 1997)

Pinot Gris Cuvée Clarisse 1998 (44.46€, 67g/l SR) : Sélection de Grains Nobles issue du Grand Cru Spiegel, le nez est très mûr avec des arômes de caramel, de chocolat, de pain grillé. On imagine les grains flétris qui ont servi à produire ce vin. La bouche est acidulée, avec un peu de gaz, la pourriture noble reprenant le dessus et se mélangeant avec un coté fumé en fin de bouche.  Un vin très fin, presque vif, remarquable de tension à nouveau. Très Bien
(autres millésimes produits: 1964, 1989, 1997)

Riesling Cuvée Ernest 1999 (44.46€, 90g/l SR) : 1000 bouteilles produites à partir de raisins du GC Kitterlé, c’est vraiment La cuvée rare du domaine car les précédentes avaient été produites en 1945 et 1971 ! Le nez est fumé, minéral et complexe. En bouche le terroir domaine complètement le sucre au point qu’on a une impression de vin sec un peu riche, sans plus. Pourtant, il s’agit bien de tension entre les arômes de citron confit, la liqueur très fine et l’acidité assez  vive (plus que 10g/l en tartrique ?). Excellent, voire plus.

Le millésime 2001 se montre vraiment sous un très bon jour en ce moment, mais avec un gros potentiel de garde. Les GC à moins de 20 euros départ cave, c’est également une bonne chose car on dispose d’un panel de vins minéraux remarquables. La disponibilité des cuvées est aussi bonne, en particulier chez Nicolas en France. Des vins minéraux, expressifs, pas trop chers et faciles à trouver un peu partout en France et au BeNeLux, qui dit mieux?

Thierry Meyer

Informations sur le domaine à partir de son site web

 

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici