2003 chez Zind-Humbrecht (Turckheim)

Dégustation du millésime 2003 au Domaine Zind-Humbrecht
14 mars 2005

Suite à la publication des notes du domaine, j’ai participé rapidement à la dégustation horizontale qui a eu lieu au domaine le 14 mars dernier. Pour des raisons indépendantes de ma volonté (et elles l’étaient bien croyez-moi), je n’ai malheureusement pu passer qu’une heure et demi au domaine, j’ai donc survolé les vins au pas de charge. Sans vouloir donner autant de précision que les notes du domaine, j’ai quand même noté mes impressions sur les différents vins. La période est très défavorable pour goûter des vins du millésime 2003, ils se goûtaient probablement mieux il y a 6 mois. Couplés à la rapidité de la dégustation, les commentaires seront donc souvent concis, et plus que jamais il s’agira d’impressions.

Le Vin de Table

Zind 2003 – Zind-Humbrecht : non dégusté, encore en fermentation.

Les Muscats

Muscat Herrenweg de Turckheim 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est fruité, muscaté, franc avec beaucoup de finesse. La bouche est  grasse, assez alcoolique, avec beaucoup de puissance. La fin de bouche est marquée par la sensation alcoolique. Attendre qu’il s’assagisse un peu. Bien

Muscat Grand Cru Goldert 2003 – Zind-Humbrecht : le nez se fait plus intense, minéral avec des notes de pierre à fusil. La bouche se fait plus épicée, avec une rondeur plus que perceptible, mais reste plaisante, grasse et minérale. La fin de bouche est un peu fumée, et reste assez chaude. A boire maintenant en apéritif ou dans quelques années à table. Très Bien

Les deux muscats du domaine jouent leurs rôles respectifs, sur le fruit et la minéralité. 2003 a assez bien réussi aux deux vins, en espérant que la sensation d’alcool disparaîtra un peu. 2000 avait donné des vins plus murs, parqués par des fruits jaunes, 2001 avait fait des vins plus secs et plus herbacés, 2002 avait redonné des vins secs et intensément fruités, le millésime 2003 porte à nouveau une signature particulière, réussie sur le muscat.

Les Rieslings

Riesling 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est assez parfumé, avec des notes florales qui sont semblables à des vins jeunes à base de chardonnay. La bouche est acidulée, tannique, avec une amertume qui rappelle les agrumes. La fin de bouche est acidulée. Le style surprend un peu. A regoûter. Bien.

Riesling Thann 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est cette fois très discret. La bouche est sèche, minérale avec une pointe fumée, l’acidité étant bien présente. Un vin qui se ne montre pas trop mal, à l’image du Thann  2001 dans sa jeunesse. Il devrait faire une belle bouteille minérale à souhait dans 2-3 ans, l’occasion de goûter un mini-Rangen (mini d’après les normes qualitatives du domaine Zind-Humbrecht bien entendu). Bien

Riesling Turckheim 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est encore marqué par l’élevage avec des notes fermentaires, qui disparaissent progressivement pour laisser de la place à une belle minéralité. La bouche est très fruitée, assez concentrée, élégante, dans un style classique, mûr et sec qui rappelle plus le millésime 2002 que 2003. Un bel équilibre dès à présent. Très Bien.

Riesling Gueberschwihr 2003 – Zind-Humbrecht : le nez se fait cette fois ouvert et parfumé, avec des notes de citronnelle. La bouche est ronde, moelleuse, avec une fin de bouche fraîche et fruitée. Généralement le Riesling Gueberschwihr se fait attendre avant de s’ouvrir, cette année il est déjà très plaisant jeune. Je me régale encore des quelques 96 qui restent dans ma cave. Très Bien.

Riesling Herrenweg de Turckheim 2003 – Zind-Humbrecht : le nez se fait à nouveau plus discret. La bouche est muscatée, riche avec du gras et beaucoup d’élégance. L’acidité est présente ce qui donne un vin équilibré, déjà ouvert. Bien.

Riesling Clos Häuserer 2003 – Zind-Humbrecht : non dégusté, encore en fermentation

Riesling Clos Windsbuhl 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est assez parfumé, floral et minéral, assez complexe. La bouche est marquée par une pointe de gaz, ce qui donne beaucoup de pureté dans une petite rondeur. La fin de bouche est minérale. On sent une bonne tension dans ce vin. J’aime beaucoup ce style. Très Bien

Riesling Heimbourg 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est parfumé, floral. La bouche est jeune, muscatée, puissante en milieu de bouche, avec une acidité un peu en retrait en comparaison des autres vins. La fin de bouche est puissante. Bien

Riesling Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain 2003 – Zind-Humbrecht : Le nez est assez parfumé, minéral avec des arômes d’élevage encore très présents. La bouche est racée, fumée, florale et minérale, avec une bonne acidité pas du tout mordante. Le vin est sec et nerveux sans être amer ou tranchant. Un très bel équilibre déjà maintenant, avec plus de puissance et d’intensité aromatique que le riesling Thann. Très Bien.

Riesling Grand Cru Brand 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est assez discret. La bouche est minérale, réveillée par la rondeur en milieu de bouche, avec une finale puissante. Un vin déjà bien équilibré mais encore dans sa prime jeunesse en bouche, à attendre. Le Brand est toujours un vin qui met du temps à s’ouvrir. Très Bien

Les rieslings sont assez divers cette année, et montrent un éventail complet sur l’échelle des sucres, des acidités, avec divers profils aromatiques. Il faudra les regoûter dans 6 mois/1 an pour se faire une idée plus précise de l’équilibre de chacun. Les acidités sont très bonnes et les vins montrent une bonne minéralité. Même s’ils ne sont pas toujours à boire dès maintenant, leur acidité n’est jamais tranchante ce qui les rend digestes.

Les Pinots Gris

Pinot Gris Herrenweg de Turckheim 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est encore marqué par l’élevage, avec des fruits jaunes à l’aération. La bouche est sèche et dense, marquée par des épices et des fleurs séchées, dans un style qui pourrait faire penser à un bourgogne blanc. Bien

Pinot Gris Rotenberg 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est également marqué par les levures, avec un alcool assez sensible. La bouche est grasse, sèche et riche, dans un style propre au pinot gris qui donne de la matière sans être sucré. Bien

Pinot Gris Heimbourg 2003 – Zind-Humbrecht : La robe est couleur saumon, avec de légers reflets rouges. Le nez est beurré et épicé, avec des touches de pierre à fusil. La bouche est grasse, fine, dense avec une finale puissante. Un vin exubérant qui reste sec. Très Bien

Pinot Gris Clos Windsbuhl 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est initialement un peu réduit, puis grillé et épicé. La bouche est ronde, grasse, minérale avec des arômes de torréfaction. Des notes de fruits jaunes apparaissent en milieu de bouche, avant un finale puissante et longue. Un vin superlatif, concentré et sec. Excellent.

Pinot Gris Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est parfumé, minéral et fin, avec des notes d’herbes séchées. La bouche est beurrée, fine, avec de l’amertume en milieu de bouche, dans un style sec qui rappelle un bourgogne blanc assez riche. Un vin de gastronomie, une fois de plus loin du style Pinot Gris fruité et moelleux. Très Bien.

Pinot Gris Clos Jebsal 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est parfumé et minéral. La bouche est moelleuse, souple, variétale, avec beaucoup de finesse. Le profil aromatique semble assez simple et c’est en revenant sur d‘autres vins qu’on se rend compte de la grosse concentration. Un vin très puissant. Très Bien

Le pinot gris sec est toujours difficile à appréhender en dégustation pure, sa richesse fait penser à un peu de sucre en bouche, du coup la bouche est contraire aux attentes et surprend un peu. A table ces vins passeront très bien, une fois les arômes de fermentation digérés. Belle réussite à nouveau pour le clos Windsbuhl.

Les Gewurztraminers

Gewurztraminer Herrenweg de Turckheim 2003 – Zind-Humbrecht : Le nez est mûr et épicé. La bouche est sèche, presque amère, riche et assez simple. Plus «gewurz» que «traminer», les épices marquent fortement ce vin. Un vin à apprécier à table, l’absence de sucre modifie sa structure et le rend difficile à apprécier au dessert ou en apéritif. Très Bien.

Gewurztraminer Wintzenheim 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est très parfumé, avec des notes de rose et des épices. La bouche est riche, acidulée, avec une certaine rondeur sans être pour autant doux. La fin de bouche est élégante et reprend des arômes de rose. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Goldert 2003 – Zind-Humbrecht : le nez est assez discret. La bouche est puissante, minérale, avec des arômes de cuir, avec une fin de bouche assez puissante et marquée par l’alcool. Un vin qui rappelle le Hengst 96 bu en janvier dernier. Bien

Gewurztraminer Heimbourg 2003 – Zind-Humbrecht : Le nez est assez parfumé, très floral, avec des notes de rose et de géranium. La bouche est moelleuse, finement acidulée, avec une finale assez longue. Un vin déjà bien équilibré doté de beaucoup d’élégance. Les 16 degrés d’alcool passent complètement inaperçus cette fois-ci. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Hengst 2003 – Zind-Humbrecht : Le nez est floral, assez discret mais complexe. La bouche est jeune, riche, moelleuse, avec une belle acidité qui donne beaucoup de fraîcheur. La fin de bouche est très longue, autour de la rose. Excellent.

Gewurztraminer Clos Windsbuhl 2003 – Zind-Humbrecht : Le nez est un peu réduit, épicé, grillé. La bouche est riche, minérale et grasse, semble sèche, et reste fine, tout simplement extraordinaire. Les mots manquent pour décrire cet équilibre entre finesse et puissance qui masquent quasiment l’impression de moelleux. Ce vin est celui qui se présente le mieux actuellement. Excellent

Les gewurztraminers du domaine se montrent sous un beau jour, avec pour la plupart un équilibre sec qui ravira les amateurs du cépage qui y voient autre chose que simplement un vin très aromatique et un peu doux. Le temps achèvera la maturation des vins en bouteille et peaufinera l’équilibre de chacun des vins.

La Sélection de Grains Nobles

Pinot Gris Clos Jebsal Sélection de Grains Nobles 2003 – Zind-Humbrecht : Seule cuvée liquoreuse du domaine, il n’y aura pas de VT cette année ni de SGN en pinot gris. Le nez est très intense, marqué par de l’acidité volatile et des fruits jaunes. La bouche est liquoreuse, acidulée, avec des arômes de kumquat. Le sucre résiduel est encore trop présent pour donner beaucoup de finesse, c’est surtout l’aspect mielleux et monolithique qui remplit la bouche. Incroyable d’avoir autant d’acidité sur ce millésime. Très Bien.

Les Pinots Noirs

Pinot Noir Wintzenheim 2003 – Zind-Humbrecht : la robe est sombre et dense. Le nez est boisé, avec des notes de ronce et de cerise à l’agitation. La bouche est marquée par le bois neuf à ce stade, sèche et dense. La fin de bouche se montre un peu plus expressive et longue. Bien

Pinot Noir Heimbourg 2003 – Zind-Humbrecht : Robe plus sombre avec plus d’éclat que le précédent. Le nez se fait plus doux, parfumé mais encore marqué par le bois. La bouche est épicée, avec des tanins très présents, mais le bois masque une matière un peu plus souple et dense. A regoûter impérativement. Bien

L’année semble favorable au pinot noir en Alsace, même si chaleur et sécheresse ont provoqué les mêmes stress que sur les autres cépages. Les vins du domaine sont marqués assez fortement par le bois neuf, et le fruit se montre un peu en retrait, tout comme le pinot noir les neveux 2003 goûté chez Hugel le matin même. Jugement réservé donc pour des vins à regoûter dans quelques mois.

Au Final

Goûter la production d‘un domaine lors d’une horizontale au mois de mars 18 mois après les vendanges est un exercice plaisant, qui donne souvent des surprises tant les niveaux d’évolution des vins sont variables. Dur de tirer des conclusions définitives tant les vins vont évoluer au cours de l’année à venir, néanmoins on peut quand même souligner le haut niveau général des vins du domaine ainsi que les différences de styles assez marquées sur les différents terroirs. Ce serait probablement mieux de refaire une horizontale dans un an, mais les importateurs doivent acheter maintenant et profiter de leur séjour en France à l’occasion des primeurs 2004 dans le Bordelais pour visiter d’autres régions. J’organiserais bien une horizontale complète cet été sur Paris, s’il y a des volontaires.

Les 2003 vont progressivement être disponibles à la vente, et devront être conservés un peu avant d‘être bus.  Les quantités étant limitées par rapport aux millésimes antérieurs, les dégustateurs pressés se tourneront vers les excellents millésimes 2001 et 2002 encore à la vente pour étancher leur soif… de dégustation !

Thierry Meyer

 

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici