Portes Ouvertes au Domaine Marcel Deiss (Bergheim)

Journée portes ouvertes au Domaine Marcel Deiss – Bergheim
16 décembre 2005

Après une manifestation organisée à l’attention des clients professionnels à l’été 2005, deux journées similaires ont eu lieu pour les clients particuliers en décembre. Une salle a été emménagée pour pouvoir déguster une grande partie de la gamme des vins. En venant le vendredi matin pour éviter la foule du samedi, nous avons pu goûter quasiment toute la gamme en compagnie de Jean Michel Deiss et Marie-Hélène Cristofaro. Une matinée passionnante.

Photo : un environnement idéal et pédagogique pour approcher les vins du domaine.

J’ai placé sur une page à part les renseignements donnés par le domaine sur les terroirs et les vins, en particulier les cépages qui composent les vignes complantées. Les prix indiqués sont les tarifs particulier départ cave TTC.

Pinot Blanc Bergheim 2002 – Marcel Deiss (11€): Un vin issu de quatre pinots (Blanc, Auxerrois, Beurot et Noir). Le nez est assez discret, floral avec notes grillées. La bouche est grasse, concentrée avec une belle acidité, très sapide. La finale est longue, développant des arômes de beurre et de noisette. Un beau vin. Très Bien

Muscat Bergheim 2004 – Marcel Deiss (15€): Un assemblage 50%/50% de muscat d’Alsace et muscat Ottonel. La robe est or pâle. Le nez est parfumé, pur et très net avec des arômes de raisin frais. La bouche est ronde en attaque, puis grasse, minérale et très sapide avec beaucoup de fraîcheur. L’acidité mûre est très constante du début à la fin, contribuant à la sensation d’équilibre du vin. La finale est assez longue, un peu fumée avec des arômes de citronnelle. Un vin encore jeune, très pur et déjà très agréable à boire. Très Bien

Riesling Saint-Hippolyte 2004 – Marcel Deiss (15€): Issu du coteau du Langenberg, le nez est parfumé, citronné, encore jeune. La bouche est sèche, assez vive en attaque avec une salinité typique des sols granitiques de Saint Hippolyte. La fin de bouche est assez longue sur des notes citronnées. A attendre quelques années. Très Bien

Pinot Gris Beblenheim 2002 – Marcel Deiss (16€): Le nez est discret avec des arômes de biscuit, évoluant vers des notes fruitées plus intenses à l’agitation. La bouche est acidulée en attaque, puis très grasse avec une acidité fine qui donne beaucoup de sapidité. La finale est longue et très pure. Un vin dense qui se goûte déjà très bien. Très Bien

Pinot Gris Bergheim 2001 – Marcel Deiss (21€): Le nez est très expressif, mielleux avec des notes de pierre à fusil. La bouche est grasse en attaque, puis continue sur une forte densité avec une légère sucrosité et acidité très fine. La fin de bouche devient plus puissante avec une présence d’alcool sensible, et évolue longuement sur des notes un peu toastées (15% de bois neuf). Un vin encore jeune, tendu et puissant, qui va s’améliorer encore avec quelques années de garde supplémentaires. Très Bien

Gewurztraminer Saint-Hippolyte 2002 – Marcel Deiss (21€): Le nez est parfumé, floral sur la rose, avec des notes de fruits exotiques qui apparaissent à l’agitation. La bouche est moelleuse en attaque, puis reste concentrée et supportée par une fine acidité, dans un équilibre très gras et fondu. La fin de bouche est très longue et très sapide. Du travail d’orfèvre sur cette cuvée qui montre le haut niveau atteint par le gewurztraminer en 2002. Le granit de Saint Hippolyte a donné un superbe résultat sur ce cépage. Excellent

Gewurztraminer Bergheim 2002 – Marcel Deiss (23€): Le nez est intense et cette fois très mûr, avec des arômes d’écorce de mandarine. La bouche est riche en attaque, confite avec une amertume qui rappelle l’orange amère. La finale est longue et évolue sur des arômes d’agrumes confits. Une cuvée pas encore tout à fait ouverte, à garder quelques années pour qu’elle se fonde un peu. Très Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergheim 2001 – Marcel Deiss (38€): Le nez est intense et complexe, minéral et fruité, avec des arômes de beurre, de craie, de cerise et framboise. La bouche est grasse, très fluide et très pure, avec beaucoup de sapidité. La tension gras/acidité excite les papilles, et la longue finale revient sur des arômes de surmaturité. Devant une telle matière, la sucrosité parait presque inexistante, alors qu’il y a plus de 35g/l de sucre résiduel. Excellent

Vins de niveau Premier Cru en cours de classification,  issus de complantation

Burlenberg 2001 – Marcel Deiss (23€): La robe est rouge foncé, opaque et limpide avec un disque épais. Le nez est parfumé, complexe avec des arômes de violette, de cerise façon kirsch, d’épices, de jambon fumé, et des notes toastées. La bouche est corsée en attaque, dense et assez tannique, puis évolue doucement vers une finale assez amère et épicée. Un vin un peu asséchant, puissant et encore jeune. La forte matière supportera une longue garde le temps que les tanins se fondent un peu. Très Bien

Burlenberg 2000 – Marcel Deiss (23€): La robe est rouge rubis foncé, brillante avec un disque épais. Le nez est également intense mais plus fruité, avec des arômes de cassis, d’épices et de houx. La bouche est souple en attaque, concentrée avec beaucoup de pureté. La fin de bouche est longue et reste légèrement amère, avec des arômes de réglisse et d’épices. Une version plus souple que le 2001, qui se boit plus facilement. Très Bien

Engelgarten 2001 – Marcel Deiss (22€): Le nez est intense, floral et végétal, avec des notes de citron vert. La bouche est fruitée en attaque, très pure, puis conserve une constance de style avec un équilibre gras/acidité proche de la perfection. L’acidité est présente et intégrée au gras, et ne montre pas d’évolution particulière en bouche. La longue finale prend des notes florales. Un vin d’une grande droiture et d’une grande pureté en bouche. Excellent

Rotenberg 2002 – Marcel Deiss (30€): Le nez est très parfumé, pur avec des arômes d’agrumes et de fruits jaunes. La bouche est grasse en attaque, très dense et très fine à la fois, avec une forte minéralité gustative et beaucoup de sapidité. La finale est très longue et reprend les arômes du nez. Un vin d’une très grande droiture et d’une pureté gustative exceptionnelle. Excellent

Schoffweg 2002 – Marcel Deiss (31€): Le nez est assez intense, très mur avec des arômes de miel, de vanille, et des notes toastées. La bouche est souple en attaque, légèrement boisée, grasse avec une forte salinité sur la langue. La finale est longue et légèrement asséchante. Un vin qui titille toutes les papilles en bouche, mais qui nécessite un peu de garde pour qu’il soit plus fondu. Très Bien

Grasberg 2002 – Marcel Deiss (30€): Le nez est assez discret, fruité sur des arômes de fruits exotiques, très pur. La bouche est vive en attaque, puis reste constante avec une combinaison de tanins fins, d’une acidité un peu crayeuse et de fruits exotiques qui donne beaucoup de tension. La longueur en bouche est à nouveau phénoménale. A nouveau un vin qui propose une belle intégration, le nez, la bouche et la finale étant parfaitement alignés sur un même équilibre, ce qui donne une grande sensation de pureté. Excellent

Burg 2002 – Marcel Deiss (32€): La robe est jaune clair, brillante. Le nez est parfumé, avec des arômes de cerise et graphite qui rappelle plus un vin rouge issu de pinot noir qu’un vin blanc. La bouche est corsée en attaque, dense et sèche avec une acidité un peu crayeuse, très sapide mais avec des tanins un peu asséchants en finale. Un vin un peu ferme pour le moment. Très Bien

Gruenspiel 2001 – Marcel Deiss (29€): Le nez est discret, végétal avec des notes qui rappellent la rhubarbe et le pamplemousse. La bouche est assez vive en attaque, sèche avec une acidité combinée à des tanins qui masque un peu la sensation de gras. La finale est assez longue, grasse, et dévoile des arômes de pêche et des notes épicées. Le gras en bouche et la finale suggèrent un vin qui est un peu fermé. Je ne le goûte pas bien aujourd’hui, à revoir. Bien

Huehbuhl 2000 – Marcel Deiss (29€): La robe est jaune doré. Le nez est très parfumé, mûr avec des arômes de fruits jaunes, de coing, et un léger boisé. La bouche est mielleuse en attaque, puis dense et très pure avec une liqueur fine. La finale est longue mais redevient sèche avec des notes grillées. Un vin extrême, surmaturé avec beaucoup de finesse. Très Bien

Grand Cru issu de Complantation

Grand Cru Altenberg 2002 – Marcel Deiss (51€): Le nez est complexe, floral et minéral. La bouche est fruitée en attaque, dense et grasse avec une acidité assez marquée. La très forte concentration marque fortement la langue, et la longue finale dévoile des arômes d’orange confite. Un vin bien né, doté d’un potentiel énorme au vieillissement, mais qui se boit déjà très très bien. Excellent

Photo : Chaque cru est présenté avec son terroir, sa position géographique, les cépages cultivés et des suggestions d’accords mets/vins.

Les Vins moelleux

Riesling Vendanges Tardives 2000 – Marcel Deiss (33€): Le nez est assez discret, fumé, devenant plu intense à l’agitation avec des arômes de mandarine. La bouche est grasse en attaque, légèrement moelleuse avec une acidité fine qui accompagne le vin, sur un équilibre minéral et acidulé. La finale est un peu sèche sur la langue, légèrement évoluée et longue avec des notes de kumquat, d’agrumes confits et d’encaustique. Un bel équilibre. Très Bien

Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles 2002 – Marcel Deiss (55€): Le nez est intense, complexe avec des arômes de pralin, de truffe, d’écorce d’orange et des notes fumées. La bouche est liquoreuse mais très fine grâce à une acidité très présente qui évite de tomber dans la lourdeur. La fin de bouche est très longue et l’arrière bouche dévoile des arômes de kumquat, litchi et fruits exotiques. Un superbe équilibre sur le fruit qui donne envie de renoncer à attendre que la patine de l’âge renforce sa complexité. Excellent

Pinot Gris Sélection de Grains Nobles 2001 – Marcel Deiss (45€): Le nez est puissant, marqué par une acidité volatile assez élevé et un boisé assez toasté. La bouche est grasse, moelleuse avec une liqueur équilibrée par un boisé encore présent, mais encore sur la réserve. La fin de bouche est assez longue mais dominée par le bois. Un style qui rappelle les grands Sauternes du millésime 2001, à attendre bien entendu. Très Bien

Pinot Gris Vendanges Tardives 2003 – Marcel Deiss (30€): La robe est jaune dorée assez foncé, presque saumonée. Le nez est assez discret, épicé, puis prend de l’ampleur à l’agitation avec des arômes de foin coupé et de fleurs séchées et des notes vanillées. La bouche est grasse, fine avec un beau moelleux, et revient sur des notes boisées en finale. Un vin marqué par le millésime mais qui reste équilibré grâce aux tanins. Très Bien

Gewurztraminer Vendanges Tardives 2002 – Marcel Deiss (31€): Le nez est assez intense, avec des arômes de miel ainsi que des notes grillés et fumées. La bouche est mielleuse en attaque, très moelleuse et corsée avec une acidité qui donne beaucoup de finesse à l’équilibre. Un vin très pur marqué par le fruit, à attendre un peu pour qu’il gagne en complexité. Très Bien

Impression générale

Voilà une dégustation de très très haut niveau, du premier au dernier vin. Si les vins de fruits révèlent beaucoup de pureté, les vins de terroirs vibrent au son des acidités avec toujours beaucoup de sapidité, donnant un caractère propre à chaque vin. Les vins sont souvent très cohérents du début à la fin : la continuité nez-bouche-arrière bouche donne une impression de droiture dans l’équilibre du vin. On retrouve souvent une sensation de gras en début de bouche, avec des équilibres acides qui peuvent surprendre l’amateur qui a l’habitude de boire des vins à forte teneur en acide malique.

La dégustation des vins issus de complantation ne laisse pas indifférent. La crainte de se concentrer sur une recherche des cépages utilisés et de leurs proportions n’est pas fondée dès lors qu’on se laisse envahir par la complexité des sensations procurées au nez et en bouche. La présence et les explications de Jean-Michel Deiss ajoutent sans doute un surcroît de concentration nécessaire pour vraiment chercher à comprendre chaque vin, et l’attention particulière donnée à chaque cuvée par son caractère nouveau renforce certainement l’intensité des sensations perçues.

L’heure n’est certainement pas au débat « pour ou contre la complantation ». Si la notion de valorisation de terroir fait son chemin en Alsace et rassemble beaucoup de vignerons, beaucoup pensent que la complantation se détourne des habitudes et des traditions alsaciennes. Néanmoins, s’il faut passer par les vins de complantation dans une vie de dégustateur pour augmenter sa sensibilité au terroir, et voir de moins en moins la part variétale dans un Riesling Grand Cru, je me dis que cela aura été un détour très utile à tous. Ce sera intéressant de goûter ces vins sur plusieurs millésimes et à différents stades d’évolution.

Il reste à travailler le domaine des accords mets et vins sur avec les terroirs alsaciens, les premiers crus de Marcel Deiss seront un très bon support pour un dîner le 25 mars prochain.

Thierry Meyer

 

Voir le Site Web pour les coordonnées du domaine

Voir le compte rendu de la précédente visites au domaine Marcel Deiss le 22 janvier 2005

Discutez du domaine Marcel Deiss sur le forum de degustateurs.com

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici