Visite au Domaine Ostertag (Epfig)

Première visite au Domaine Ostertag - Epfig
6 janvier 2006

Après les fêtes de fin d‘année, retour au turbin avec cette première visite au domaine Ostertag agrémentée d’une dégustation de quelques vins des trois derniers millésimes en compagnie d’André Ostertag. Très beau travail sur le pinot gris très à l’aise avec un élevage à la bourguignonne, et des rieslings 2004 qui vibrent littéralement au son des terroirs.

Photo : 4 dessins extraits de « VIVANTS », la dernière œuvre de la femme d'André Ostertag, Christine Colin, composite de 12 dessins de ceps aux formes vivantes. Ses œuvres servent souvent de support aux étiquettes des vins du domaine

Epfig est situé au nord de Sélestat, à mi-chemin entre Colmar et Strasbourg. Le domaine André Ostertag possède 13 hectare de vigne sur cinq villages différents : Epfig, Nothalten, Itterswiller, Albé (dans le val de Villé), et même Ribeauvillé un peu plus au Sud.

Sylvaner Vieilles Vignes 2004 – André Ostertag : la robe est pâle, brillante. Le nez est intense, végétal et fruité, avec des notes de rhubarbe. La bouche est grasse en attaque, puis assez vive avec beaucoup de finesse. La finale est assez longue avec les arômes du nez en rétro-olfaction. Un vin encore jeune qui se boit actuellement sur sa fraîcheur. Une cuvée issue d’une parcelle de 2 hectares avec des vignes de 30 à 70 ans d’âge comprenant encore du sylvaner rose. Des rendements modérés permettent de produire environ 18000 bouteilles d’un vin très demandé dans les bars à vins branchés. Certains voient là le porte-drapeau d’un retour en grâce du sylvaner, d’autres ne voient que l’exception qui confirme la règle. Ais tout le monde est unanime sur le haut niveau de cette cuvée. Très Bien

Pinot Gris « Barrique » 2004 – André Ostertag : Le nez est discret, laissant apparaître à l’agitation des arômes floraux avec des notes beurrées et finement boisées. La bouche est grasse, un peu tannique, avec un aspect sec qui donne une sensation crayeuse sur la langue. Très peu de sucre résiduel dans ce vin, mais l’élevage donne un joli moelleux. Le fruité revient fortement en fin de bouche, donnant beaucoup de fraîcheur à l’ensemble. Un vin offrant eu belle complexité, mais encore un peu jeune, élevé dans des barriques bourguignonnes en chêne des Vosges, dont un quart de fût neuf. Fermentation malo-lactique et bâtonnage complètent l’élevage. Bien

Pinot Gris Zellberg 2003 – André Ostertag : Le premier nez est parfumé, épicé avec des notes de caramel au lait et de frangipane. A l’agitation des notes de fruits et de fleurs apparaissent sans être exubérantes. La bouche est grasse en attaque, puis très puissante, les tanins se combinant à l’acidité pour donner un équilibre fin. La fin de bouche est longue, un peu marquée par l’alcool. Un style pur et dense qui rappel certains Châteauneuf du Pape blancs. Le Zellberg est un côteaux entre Itterswiller et Nothalten, sur un sol argilo-gréso-calcaire. Elevage en barrique dont un tiers de bois neuf. Bien

Pinot Gris Fronholz 2002 – André Ostertag : Le nez est parfumé, avec des arôme de pain grillé et de fumée. La bouche est fruitée en attaque, grasse avec beaucoup de densité, laissant apparaître une légère surmaturité. Les quelque 10 g/l de sucre résiduel donnent de la rondeur à un équilibre qui reste vif.  La finale est longue et prend des arômes de caramel. Terroir d’argile et de quartz, le Fronholz donne souvent des vins à l’acidité très pure, même après fermentation malo-lactique. Un vin déjà bien ouvert, à boire sur des plats qui mettent en valeur cette acidité. Très Bien

Pinot Gris A360P (Grand Cru Muenchberg) 2004 – André Ostertag : Le premier nez est discret, prenant de l’ampleur à l’agitation avec une dominante florale. La bouche est grasse et crayeuse en attaque, puis très puissante, grasse et sapide avec une superbe acidité, le boisé apparaissant de manière encore un peu dissociée dans la longue finale. Gros potentiel pour cette cuvée déjà bien expressive en bouche. La cuvée de Grand Cru connaissant parfois des problèmes d’agrément, c’est le nom cadastral qui a été retenu (A360P), la dénomination Grand Cru étant reléguée à la contre étiquette lorsque le vin est agréé. A dominante gréso-volcanique, le pinot gris provient du haut du cru, situé sur une veine calcaire. Elevage en barrique, deux tiers de fût neuf et un tiers de fût de un vin. Excellent.

Muscat Fronholz 2004 – André Ostertag : Le premier nez est musqué, puis développe des notes grillées et florales à l’agitation (violette, lilas). La bouche est grasse en attaque, fraîche et minérale, avec une acidité assez discrète et un peu crayeuse qui accompagne agréablement un vin sec. La fin de bouche est assez longue et développe des notes mentholées. Une cuvée 100% muscat Ottonel qui n’est pas encore tout à fait à son apogée. Bien

Riesling Heissenberg 2004 – André Ostertag : Le nez est parfumé, mûr avec des notes d’agrumes dominées par le citron. La bouche est vive en attaque, puis dense et propose un équilibre gras/acide qui donne beaucoup de finesse. Un riesling provenant d’un coteau de grès et gneiss à Nothalten, situé à la jonction entre les Vosges granitiques et les Vosges gréseuses. Un vin équilibré, facile à boire dès aujourd’hui. Très Bien.

Riesling Fronholz 2004 – André Ostertag : le nez est discret, pur avec des notes lactées à l’agitation. La bouche est finement acidulée en attaque, puis prend un équilibre sec et gras avec une acidité très pointue qui fait vibrer le palais. La finale est longue et fruitée. Un très beau riesling qui exprime son terroir de manière magistrale, la comparaison avec le Heissenberg donnant des expressions très différentes. Très Bien

Riesling Clos Mathis 2002 – André Ostertag : le nez est assez discret, poivré, un peu camphré avec des notes de fleurs blanches. La différence de région et de style saute littéralement aux yeux (ou plutôt au nez). La bouche est assez vive en attaque, sèche et très minérale avec une forte densité. Toute la bouche est saisie par la forte matière du début à la fin. La finale est très longue et possède beaucoup de sapidité. Un vin extraordinaire de pureté qui rappelle un peu le style de la cuvée Frédéric Emile 2000 de Trimbach. Une vigne en terrasse sur du granite et du gneiss sur la commune de Ribeauvillé, appartenant au chef de culture du domaine. Excellent.

Riesling Grand Cru Muenchberg 2004 – André Ostertag : Le nez est assez parfumé, jeune, évoluant d’arômes d’agrumes à des notes de pierre à fusil. La bouche est sèche en attaque, dense et très minérale, avec beaucoup de gras et une acidité qui donne tout le long une sensation cristalline et saline. Les 12g/l de sucre résiduel passent complètement inaperçus, et si le vin a une forte maturité (14% d’alcool acquis), le coté sauvage du terroir volcanique reprend le dessus, tout comme dans le pinot gris de même origine. A garder quelques années bien entendu avant de vider son carton. Excellent.

Gewurztraminer Vendanges Tardives 2003 – André Ostertag : le nez est parfumé, les arômes de rose et de bouillon blanc laissant place à l’agitation à des notes de pralin. En bouche l’attaque est très moelleuse, puis prend un style très pur et frais grâce à une présence élevée de gaz carbonique (saturation volontaire sur ce millésime) et une bonne acidité. Les 125gl de sucre résiduel sont très discrets, et le vin se goûte comme une VT fruitée et veloutée. La longue finale dévoile des arômes de fraise. Un gewurztraminer VT parmi les plus belles réussites du millésime en Alsace. Très Bien

Une dégustation d’un tel niveau ne laisse pas indifférent. Le travail des sols et la mise en valeur des expressions des terroirs fait penser à la dégustation des vins du domaine Marcel Deiss, et montre que la complantation n’est pas forcément la seule solution pour exprimer la personnalité des vins de terroirs. Il ne reste qu’à espérer que les amateurs qui goûtent un Riesling Fronholz ou Grand Cru Muenchberg lisent autre chose qu’un riesling dans le vin. La similitude de style dans les deux vins du Grand Cru Muenchberg (riesling et pinot gris) fait vraiment apparaître une forte typicité. Je n’ai pas encore les tarifs particulier du domaine, je les ajouterai à réception. De mémoire, les prix s’échelonnent en gros entre 10 et 25 euros, un très bon rapport qualité prix au regard du haut niveau des vins.  Le domaine ne vend pas beaucoup sur place, et est distribué assez largement par des cavistes, ce qui rend les flacons disponibles dans de nombreux endroits en France et à l’étranger.

Thierry Meyer

 

  • Domaine Ostertag
  • 87 rue Finckwiller
  • 67680  Epfig
  • Tel : 03 88 85 51 34
  • Fax : 03 88 85 58 95

 

Participez aux discussions sur le Domaine Ostertag sur le forum web de degustateurs.com

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici