Le millésime 2004 chez Albert Boxler (Niedermorschwihr)

11 février 2006

Rencontre avec le fils de Jean-Marc Boxler, Jean, exemple parfait de cette jeune génération qui tire vers le haut le niveau la viticulture alsacienne. Ses multiples cuvées produites sur les Grand Cru Sommerberg et Brand permettent de comprendre la diversité des crus granitiques. Dégustation de la majorité des vins du millésime 2004, dont de superbes rieslings Vendanges Tardives.

Les tarifs sont indiqués pour les vins sont en vente au domaine en février 2006.

Sylvaner 2004 – Albert Boxler (5.5€) : Issu de terroirs granitiques autour du village. La robe est jaune pâle à reflets verts. Le nez est assez parfumé, avec des arômes d’agrumes. La bouche est grasse en attaque, souple et légèrement moelleuse. Un sylvaner mûr et dense, au très bon rapport qualité/prix. Bien

Pinot Blanc 2004 – Albert Boxler : assemblage de pinot blanc et pinot auxerrois issu du versant ouest du GC Brand. La robe st jaune beurre assez pâle. Le premier nez est discret avec des notes de silex, évoluant à l’aération vers des notes fruitées plus intenses. La bouche est moelleuse en attaque, riche et légèrement perlant, avec une légère sucrosité. La fin de bouche est longue avec des arômes de citron. Un vin doux, concentré, élégant, qui a besoin d’un peu de temps pour se fondre. Très Bien

Pinot Blanc « B »  2004 – Albert Boxler : Une cuvée 100% pinot blanc issu du Grand Cru Brand. Le nez est délicat, moyennement intense, floral à dominante fleur d’acacia. La bouche est grasse en attaque, assez moelleuse avec une sensation crayeuse sur la langue. Le vin est très concentré avec beaucoup de salinité, très peu de sucre résiduel (7-8g/l) et termine sur des notes de coquille d’huître. Un vin puissant et très minéral. Très Bien

Riesling 2004 – Albert Boxler (10€) : la robe est or blanc avec des reflets verts. Le premier nez est floral sur de la fleur d’oranger, développant beaucoup d’élégance à l’aération avec des arômes de raisin frais et de fleur de sureau. La bouche est sèche en attaque, assez vive dans un style croquant, évoluant vers du gras en conservant un beau fruité. Le toucher de bouche est très agréable et donne envie de boire ce vin. Une cuvée obtenue avec des jeunes vignes du Sommerberg et des parcelles sur un sol plus calcaire, de bon niveau sur un riesling générique. Très Bien

Riesling « M » 2004 – Albert Boxler : Le riesling générique a été scindé en deux cuvées, dont une plus moelleuse issue des colluvions de la Harth. Le premier nez évoque des agrumes confits, évoluant à l’aération sans trop d’intensité vers des arômes de rhubarbe et de pain grillé. La bouche est acidulée en attaque, grasse et fruitée, la légère sucrosité donnant  de l’ampleur et du répondant à l’acidité. La finale est un peu courte. Un vin à boire dès aujourd’hui. Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg « Jeunes Vignes » 2004 – Albert Boxler (12€) : Première cuvée revendiquant l’AOC Alsace Grand Cru. La robe est jaune pâle, claire et brillante. Le nez est initialement discret et floral, prenant de l’ampleur à l’aération, avec un peu d’alcool. La bouche est finement acidulée en attaque, puis se montre plus grasse, dense avec beaucoup de pureté, l’acidité donnant beaucoup de précision à la finale. Le vin est sapide et agréable à boire mais semble un peu léger pour se bonifier avec le temps. A boire dès aujourd’hui. (8g/l de SR, 13.3% alc). Bien

Riesling Grand Cru Brand 2004 – Albert Boxler (16€) : une cuvée issue de vignes sur le lieu-dit Steinglitz, colline du Grand Cru qui surplombe Turckheim La robe est jaune pâle avec des reflets verts. Le premier nez est discret, floral et un peu fumé, dévoilant des arômes plus intenses de pamplemousse et de miel à l’agitation. La bouche est vive en attaque, sèche avec une acidité qui reste présente, tout en développant beaucoup de gras avec une forte sensation crayeuse sur la langue. Le vin possède encore le coté sauvage du Grand Cru Brand dans sa jeunesse, comme on peut le retrouver chez Josmeyer ou Zind-Humbrecht. Un vin riche doté d’un gros potentiel, à attendre. Très Bien

Riesling Grand Cru Brand Vieilles Vignes « K » 2004 – Albert Boxler : une cuvée issue du Lieu-dit « Kirchtal », dans l’amphithéâtre du Brand, sur de vieilles vignes (60 ans). La robe est jaune pâle, brillante, avec un peu de gaz. Le premier nez est moyennement intense, surmûri avec des arômes d’agrumes confits, prenant de l’intensité à l’aération avec des arômes floraux, une sensation d’alcool et évoluant vers des notes fumées. En bouche l’attaque est vive, évoluant sur du gras et une forte minéralité gustative, avec un léger sucre qui atténue la sensation crayeuse sur la langue. La finale est longue, avec des arômes de gentiane en arrière-bouche. Un vin très puissant, de longue garde, doté d’un gros potentiel. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 2004 – Albert Boxler (18€) : Le premier nez est discret, floral, prenant de l’intensité à l’aération avec des arômes de citron frais. En bouche l’attaque est grasse et pure, évoluant vers un équilibre concentré et vif, l‘acidité combinée à la richesse du vin donnant beaucoup de finesse. Les 8g/l de sucre résiduel passent inaperçus dans une telle matière. La fin de bouche est très longue et les notes d’agrumes ainsi que la fine acidité très persistantes. La cuvée classique du domaine est déjà ouverte mais possède un énorme potentiel de bonification avec le temps (13.6% alc). Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg « E » 2004 – Albert Boxler : Cuvée issue du coteau « Eckberg » véritable amphithéâtre dans le Sommerberg. La robe est jaune citron, dense et brillante. Le premier nez est encore un peu marqué par l’élevage sur lies, discret, prenant des notes végétales (rhubarbe) et surmûries à l’aération. La bouche est grasse, dense avec un moelleux perceptible en partie du au sucre, évoluant sur beaucoup de fraîcheur grâce à une acidité très marquée qui laisse une impression saline très persistante en bouche. La fin de bouche est très longue et très sapide. Avec 14.3% d’alcool et 10g/l de sucre résiduel, cette cuvée possède presque un degré de maturité supplémentaire par rapport à la précédente, et se présente dans un style demi-sec. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg « D »  Vendange Tardive 2004 – Albert Boxler : La vigne du lieu-dit Dudenstein repose sur un sol granitique reposant sur du Muschelkalk. Le premier nez est un peu réduit, évoluant de manière intense et très mûr avec des arômes d’agrumes confits, de miel et un peu d’acidité volatile. La bouche est moelleuse en attaque, très sucrée (65g/l de sucre résiduel pour 13.5% d’alcool) avec une évolution sur la forte acidité qui donne un équilibre acidulé en finale, la forte matière restant présente très longtemps sur la langue. Une vendange tardive tendue comme un arc, qui promet un vin monumental dans 10 ans. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg Cuvée Zacharie Vendanges Tardives 2004 – Albert Boxler : Le premier nez est un peu végétal et marqué par l’alcool, puis prend des notes d’agrumes confits à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, puis évolue de manière assez légère sur un équilibre sucre/acide qui manque encore un peu de fondu. Le vin est moins puissant que le précédent, encore fermé mais possède un équilibre aérien digne des meilleurs crus de Moselle allemande. A attendre. Bien

Pinot Gris 2004 – Albert Boxler : Un vin issu de vignes plantées dans le Heimbourg, à l’Est du Brand. La robe est jaune claire, brillante. Le premier nez est très mur, encore marqué par l’élevage, avec des notes de grillé et d’alcool qui apparaissent à l’agitation. La bouche possède une attaque grasse et acidulée, puis évolue sur une matière dense avec un léger sucre. La fin de bouche revient sur un équilibre sucre/acide très harmonieux, avec des notes grillées et fumées. Le vin est déjà bien ouvert, et laisse une impression de croquant très agréable. Bien

Pinot Gris Grand Cru Sommerberg 2004 – Albert Boxler : La robe est jaune citron, brillante avec de belles larmes. Le premier nez est parfumé, fruité avec des notes de thym, évoluant vers des arômes de miel en restant assez discret. La bouche est moelleuse en attaque, évoluant sur la sensation sucrée mise en avant par un peu de gaz carbonique. L’acidité se fait présente en fin de bouche avec une bonne longueur. On trouve des notes de pain grillé en rétro-olfaction. Un vin tendu par le terroir, qui manque encore un peu d’ampleur. Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand 2004 – Albert Boxler : Vigne issue du lieu-dit Kirchtal. La robe est jaune pâle très claire. Le nez est assez parfumé, initialement fruité évoluant vers des notes d’herbe coupée. Ma bouche est grasse et pure en attaque, avec une grosse concentration et beaucoup de chair. La finale est ronde et très longue. Le vin est croquant, équilibré, et se boit déjà très facilement. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand Vieilles Vignes 2004 – Albert Boxler : Une cuvée issu de vieilles vignes sur le Steinglitz. Le nez est fruité, complexe avec des notes d’agrumes et de fruits jaunes, évoluant vers des notes fumées. La bouche est grasse en attaque, élégante et très fondue avec une grosse matière en bouche, l’acidité contribuant à l’impression de rondeur en restant fondue dans l’ensemble. La fin de bouche est  La maturité initiale digne d’une vendange tardive a été corrigée par la pluie, il en reste une cuvée concentrée et très pure. Magnifique à boire aujourd’hui, et dotée d’un gros potentiel de garde. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Brand 2004 – Albert Boxler (18€) : Le nez est parfumé, foral et immédiatement intense sur des notes de géranium et de rose, prenant des notes épicées à l’agitation. La bouche est riche en attaque, puissante avec une évolution plus élégante grâce à l’acidité. La fin de bouche est un peu courte avec une persistance d’arômes de girofle. Un vin encore fermé, bien structuré, mais à garder un peu en cave. Bien

Une belle dégustation qui fait apparaître un très bon millésime 2004. Les vins conservent des niveaux non négligeables de sucre résiduels, qui passent cependant inaperçus tant l’attaque acide des terroirs granitiques couvre la sensation de sucrosité. Si les Grands Crus Brand et Sommerberg sont tous les deux de nature granitique, le plus fort niveau de désagrégation du granit sur le Sommerberg donne des vins un peu plus faciles à boire jeunes. Dans les deux cas, l’acidité est très présente en début de bouche et laisse peu à peu place au gras, sensation inverse de celle généralement ressentie avec des vins issus de terroirs plus calcaires. Cette acidité est très majoritairement tartrique, les sols pauvres et chauds du Sommerberg dégradant facilement l’acide malique.

Le travail de sélection et de vinification des différentes parcelles sur les grands crus est remarquable et montre toute la complexité de lieux-dits existant au sein du même Grand Cru, mais crée un peu de confusion car les étiquettes ne sont pas toujours très lisibles : « E », « D », « K », L32, les sigles et autres signes distinctifs sont parfois un peu durs à comprendre. Au domaine les explications sont claires, mais qu’en sera-t-il chez le caviste ou au restaurant ?

Si l’acheteur arrive à trouver la cuvée qu’il recherche sans se tromper dans un tel jeu de piste, le bonheur sera complet. Les Riesling VT 2004 seront probablement très demandés, il faudra surveiller leur mise en vente de près pour s’en procurer.

Thierry Meyer

  • Domaine Albert Boxler
  • 78 rue des Trois Epis
  • 68230 Niedermorschwihr
  • Tel : 03 89 27 11 32
  • Fax : 03 89 27 70 14
  • Pas d’email
  • Pas de site Internet

Pour comprendre la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Participez aux discussions sur Albert Boxler sur le forum