Zind-Humbrecht 2004 : Les notes détaillées

14 mars 2006

Suite à une visite rapide en février dernier et à la publication des informations techniques et notes de dégustation du domaine, j’avais hâte de goûter attentivement l’ensemble de la production 2004. Les conditions atmosphériques et lunaires étaient idéales pour une dégustation intense, et j’ai pu goûter une gamme 2004 très homogène et déjà très ouverte. Je goûte presque tous les vins du domaine chaque année depuis le millésime 1996, et j’avoue ne jamais avoir ressenti un tel degré de perfection dans l’équilibre des vins. Si 1999, 2001 et 2002 ont produit quelques cuvées d’anthologie, 2004 montre l’aboutissement du travail  réalisé dans les vignes depuis 1996. Les crus les plus réputés ont produit de grands vins, mais quelques perles à découvrir se trouvent aussi dans les vins du Herrenweg ou du Heimbourg.

La dégustation a lieu dans la cave, et en ce mardi 14 mars très froid, la température en milieu d’après midi est correcte grâce à la présence des visiteurs. La lumière ambiante dans la cave n’est cependant pas propice à un examen des robes, les commentaires seront donc concis. Les prix indiqués sont les prix départ cave, souvent assez proche des tarifs proposés comme les cavistes (le magasin La Sommelière à Colmar vend les vins du domaine au tarif départ cave).

Les infos techniques (sucre, rendement, maturité, surfaces, age des vignes) sont sur un document fourni par le domaine. Je rappelle ici la signification des indices de dégustation :

Indice: Niveau de sucrosité au palais. Cette note essaye de combiner les sucres résiduels, l’alcool, l’acidité et la structure générale du vin pour mieux en comprendre son style. Il est clair que cette perception peut varier d’une personne à une autre et cet indice n’est là que pour éviter d’éventuelles erreurs de service du vin. Echelle de 1 à 5 :

  • 1 : vin techniquement sec (<2 à 6g/l)
  • 2 : pas techniquement sec, mais les sucres ne sont pas apparents de façon évidente au palais. Certains dégustateurs peuvent trouver une légère rondeur en fin de bouche.
  • 3 : sucrosité moyenne, plus importante dans la jeunesse du vin, qui s’estompera progressivement avec l’âge.
  • 4 : vin moelleux.
  • 5 : vin moelleux, très proche d’une vendange tardive.

Vin de Table ZIND 2004 – Zind-Humbrecht (16.1 €, indice 1) : Le nez est discret, un peu réduit. La bouche est grasse en attaque, dense et sèche avec une acidité assez vive. La fin de bouche est longue et discrète. Un vin encore fermé, plus sec que d’habitude, avec un bon potentiel de vieillissement. C’est le Grand Vin du Clos Windsbuhl, tous les raisins provenant de ce cru. Bien

Muscat Herrenweg 2004 – Zind-Humbrecht (21.7€, indice 1) : Le nez est mûr et très muscaté, intense et immédiatement ouvert avec une bonne tenue des arômes dans le verre. La bouche est grasse en attaque, puis fruité et croquante, sèche avec beaucoup de chaire, avec une finale un peu sèche, qui persiste longtemps sur les arômes de fruit. Un vin ouvert et déjà très plaisant, un grand muscat dans le style du millésime 1990. Très Bien

Muscat Grand Cru Goldert  2004 – Zind-Humbrecht (28€, indice 2) : Le nez est discret, fruité, légèrement minéral à l’agitation. La bouche est moelleuse en attaque, puis grasse et minérale, avec une évolution sur une légère douceur encore marquée qui accompagne une belle minéralité sur la langue. L’acidité est présente mais un peu atténuée par le léger sucre, la finale est très pure, sapide et minérale. Un vin encore sur la réserve mais déjà très minéral, à carafer avant de le boire maintenant, un peu comme le millésime 2001. Gros potentiel de bonification au vieillissement. Très Bien

Riesling Gueberschwihr 2004 – Zind-Humbrecht (18.4€, indice 1) : Le nez est ouvert, sur des fruits acidulés, avec des arômes de bourgeon de cassis et de raisin qui apparaissent à l’aération. La bouche est grasse en attaque, puis assez concentrée, sèche et très fraîche, avec une évolution sur un équilibre mur et sec. La fin de bouche est très longue, accompagnée par une acidité très présente. Le vin est très nerveux, à garder quelques années pour qu’il s’assagisse. Bien

Riesling Turckheim 2004 – Zind-Humbrecht (18.4€, indice 1) : le premier nez est fruité, un peu grillé, prenant de l’intensité à l’aération avec des arômes très purs de fruits murs. En bouche l’attaque est grasse, immédiatement suivie par une bonne vivacité avec une forte minéralité, évoluant sur un équilibre dense et très fin. La finale est sèche, fine et très longue sur les sensations minérales. Un vin superbe, du niveau d’un très bon riesling sur grand cru granitique. Très bon rapport qualité/prix. Très Bien

Riesling Herrenweg 2004 – Zind-Humbrecht (23€, indice 1) : Le premier nez est encore un peu marqué par l’élevage sur les lies, prenant à l’aération des arôme de fruits à chaire blanche et de fleurs blanches. L’attaque en bouche est vive, racée et assez sèche, avec une évolution sur le gras et des agrumes (pamplemousse, citron vert). La finale est longue, tenue par une acidité un peu mordante et des arômes de pamplemousse. Un vin qui plaira aux amateurs de vins un peu vifs qui trouvent les vins du domaine généralement trop moelleux ! Bien

Riesling Clos Häuserer 2004 – Zind-Humbrecht (30.8€, indice 1) : Le nez est très fruité, pur avec des arômes d’agrumes mûres - citron doux. La bouche est sèche en attaque, assez vive et encore un peu marquée par le gaz carbonique, évoluant sur un équilibre minéral très puissant. L’acidité est moins marquée dans la longue finale. Un vin très puissant qui réunit une bonne maturité et une bonne vivacité, qui sera de grande garde. Très Bien

Riesling Heimbourg 2004 – Zind-Humbrecht (26.7€, indice 2) : Le nez est très ouvert, mûr avec des fruits acidulés et du citron confit, très net. La bouche est moelleuse en attaque, grasse avec une forte acidité qui apparaît progressivement. Le milieu de bouche est riche, dans un style légèrement doux, et la finale très longue sur une trame acide dense et des arômes d’écorce de pamplemousse. C’est le riesling de la gamme 2004 qui a la plus forte acidité (9g/l en tartrique), le sucre résiduel est très discret. Un beau Riesling Heimbourg plus riche que par le passé. Très Bien

Riesling Grand Cru Rangen 2004 – Zind-Humbrecht (52.8€, indice 1) : Le nez est parfumé, ouvert et déjà complexe avec des arômes de fruits et de feuille de thé laissant rapidement la place à des notes fumées et tourbées. La bouche est grasse en attaque, évoluant sur un équilibre riche et sec avec une amertume marquée signant le caractère volcanique du cru. L’impression d’avoir du caillou concassé en bouche rappelle celle du riesling Grand Cru Kitterlé. Malgré cela, le toucher de bouche est d’une précision exemplaire, l’acidité n’est jamais saillante, et la minéralité enrobe un fruit mûr et accompagne la longue finale. Superbe évolution prévisible. Un vin superlatif, encore dominé par le fruit et assez facile d’accès pour le moment. Excellent

Riesling Clos Häuserer 2003 – Zind-Humbrecht (32.6€) : le vin était remis en dégustation ce jour car l’an dernier il était encore en train de fermenter. Le nez est très ouvert, marqué par des fruits mûrs et des arômes de citronnelle, évoluant sur des notes grillées à l’aération. La bouche est sèche en attaque, un peu marquée par le gaz, devenant par la suite très grasse, avec une acidité qui tapisse la langue au point de faire oublier le sucre résiduel. Encore un peu jeune pour magnifier son terroir, le vin se goûte déjà bien par son équilibre riche, frais et fruité. Probablement le meilleur riesling produit par le domaine en 2003. Très Bien

Pinot Gris Herrenweg 2004 – Zind-Humbrecht (18.4€, indice 1) : le premier nez est minéral et grillé, évoluant sur des arômes de fruits jaunes avec des notes fumées. En bouche l’attaque est grasse et mûre, évoluant dans un registre puissant, gras et très concentré sans qu’on perçoive de sucrosité ou d’acidité excessive. Au contraire c’est la densité et le gras du vin qui forment sa charpente, et l’acidité apparaît plus clairement en finale, contribuant à donner de la fraîcheur et une bonne sensation de sapidité. La persistance aromatique et gustative est très longue, sans qu’on sente une quelconque lourdeur due au fort taux d’alcool. Très bon rapport qualité prix. C’est le coup de cœur de la dégustation. Excellent

Pinot Gris Rotenberg 2004 – Zind-Humbrecht (26.7€, indice 2) : le nez est discret, fruité et légèrement grillé, s’ouvrant lentement. La bouche est moelleuse en attaque, très concentrée et très grasse avec une acidité qui apparaît progressivement. La finale est longue, marquée par les arômes de grillé. Superbe équilibre sec, très prometteur pour le futur. Très Bien

Pinot Gris Clos Windsbuhl 2004 – Zind-Humbrecht (34.9€, indice 2) : Le nez est discret, avec des fruits jaunes et des notes fumées. L’attaque en bouche est moelleuse, relayée rapidement par une grosse concentration de fruit et une acidité qui se dévoile progressivement, donnant une forte tension sucre/acide à l’équilibre. La finale est longue, moelleuse et dominée par les fruits jaunes, dans un style très classique. La forte maturité masque un peu le terroir du Windsbuhl à ce stade, mais ce vin est taillé pour une grande garde, dans un style flamboyant qui rappelle le 1996. Très gros potentiel. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Rangen 2004 – Zind-Humbrecht (43.2€, indice 1) : le nez est assez fermés, fumé, dévoilant des arômes de pierre concassée à l’aération. La bouche est très grasse en attaque, très minérale avec une forte concentration, l’acidité du cru et la minéralité apportant une sensation de finesse incroyable. Même si le vin n’est pas encore trop marqué par le Rangen, la finesse combinée à une forte matière donne un vin très complexe. Une main de pierre dans un gant de dentelle. Très grand vin, et rapport qualité prix excellent en comparaison avec d’autres grands blancs français. Excellent

Gewurztraminer 2004 – Zind-Humbrecht (13.7€, indice 1) : Le nez est assez discret, mûr et floral avec une dominant de rose. La bouche est grasse en attaque, mûre, sèche et grasse, avec un toucher de bouche d’une grande délicatesse. L’acidité donne de la fraîcheur sans être prononcée, et le caractère sec et gras de ce vin met en valeur des notes épicées en finale. Superbe expression du cépage, grande qualité et très bon rapport qualité prix. Très Bien

Gewurztraminer Wintzenheim 2004 – Zind-Humbrecht (17.2€, indice 2) : Le nez est assez parfumé, floral et un peu fumé à l’aération. La bouche est grasse en attaque, souple avec une acidité qui n’apparaît que progressivement, donnant un équilibre rond, avec une finale fraîche et épicée. Un vin qui se dévoile doucement, déjà très plaisant mais qui possède une bon potentiel de bonification avec un peu de garde. Très Bien

Gewurztraminer Herrenweg 2004 – Zind-Humbrecht (23€, indice 1) : Le nez est frais, floral avec une évolution sur des fruits exotiques. La bouche est souple en attaque, ronde et florale, avec une évolution plus puissante marquée par l’alcool et une acidité plus présente. La fin de bouche est longue, l’alcool accompagnant les arômes floraux très longtemps. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Hengst 2004 – Zind-Humbrecht (40.4€, indice 1) : Le nez est déjà ouvert, quittant rapidement le registre variétal (jasmin, litchi) qui prendre des notes de cuir et de fumée. La bouche est grasse, très puissante et minérale, évoluant sur un équilibre gras et concentré. La fin de bouche est longue, très puissante, épicée et fumée. Un vin sec une fois de plus très marqué par le terroir, sec et déjà bien expressif. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Rangen 2004 – Zind-Humbrecht (43.2€, indice 1) : Le nez est complexe, vanillé, minéral, avec des arômes de thé, de café, et un caractère oxydatif qui rappelle le Gewurz Rangen millésime 96. La bouche est très grasse en début de bouche, très minérale, donnant presque une sensation huileuse en bouche, avec une acidité fondue et un caractère sec qui renforce l’expression du terroir. Un vin hors norme, à essayer à table plus qu’à l’apéritif. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Goldert 2004 – Zind-Humbrecht (37.7€, indice 1) : Le premier nez est floral, prenant des notes vanillées et des arômes de fruits frais à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque avec une légère sucrosité, puis l’acidité apparaît et encadre une évolution très concentrée, minérale et sapide. La finale est longue, épicée et tendre. Un vin très bien né, très minéral mais moins abouti à ce stade que les autres. Attendre un peu que tous les éléments se mettent en place pour atteindre le Nirvana, sans céder à la tentation de boire ce vin sur son équilibre frais et moelleux. Très Bien

Gewurztraminer Heimbourg 2004 – Zind-Humbrecht (29.4€, indice 2) : Le premier nez est ouvert et floral, prenant de la complexité à l’aération avec des arômes de fruits exotiques. La bouche est moelleuse en attaque, très minérale, grasse avec une matière moins puissante que le précédent, se montrant très fondu avec une acidité très équilibrée. La finale est fraîche et ronde, avec une longue persistance du fruit. Un vin très pur, qui se boit déjà bien. Très Bien

Gewurztraminer Clos Windsbuhl 2004 – Zind-Humbrecht (37.7€, indice 2) : Le premier nez possède des arômes de fleurs blanches, évoluant sur des notes de pierre. L’attaque en bouche est grasse, suivie par une sensation plus sèche de forte minéralité sur la langue. Le vin est concentré, avec une acidité très présente en fin de bouche, qui donne une finale fruité, longue et presque sèche. Belle expression du Windsbuhl sur un vin qui est taillé pour une grande garde. Très Bien

Riesling Clos Windsbuhl Vendanges Tardives 2004 – Zind-Humbrecht : Le premier nez est assez discret, sur du citron confit, évoluant à l’aération avec des arômes de pâte de coing et de miel. La bouche est moelleuse, assez vive avec une forte salinité sur la langue. La fin de bouche est marquée par des arômes d’agrume. Véritable concentré de riesling et terroir calcaire, digne d’un grand riesling Goldkapsel allemand, ce vin a besoin de quelques années pour gagner en complexité et compléter sa grande pureté et son équilibre cristallin. Un très grand vin en devenir, probablement plus grand encore que le Riesling Clos Windsbuhl SGN 1989, dans un style un peu différent. Très Bien

Riesling Grand Cru Brand Vendanges Tardives 2004 – Zind-Humbrecht : Le nez est ouvert, fruité et minéral avec des notes d’agrumes frais, très pur. La bouche est liquoreuse en attaque, immédiatement soutenue par une forte acidité mûre, évoluant sur un équilibre très riche, frais et très minéral. Le vin possède un équilibre moins confit que le Windsbuhl, avec paradoxalement une liqueur plus présente à ce stade. La fin de bouche est très longue, très pure, avec l‘exceptionnelle fraîcheur des grands rieslings moelleux. Déjà extraordinaire maintenant, et certainement sublime dans 10 ans, un cran au dessus du superbe Brand VT 95. Excellent

Pinot Gris Clos Jebsal Vendanges Tardives 2004 – Zind-Humbrecht : Le nez est assez parfumé, fruité avec des fruits jaunes et des fruits confits. La bouche est liquoreuse, assez saline avec un caractère asséchant sur la langue très typique du Jebsal, évoluant sur un équilibre moelleux plus classique autour d’arômes de miel t de pralin. La finale est longue, tendue par l’acidité. Difficile de passer derrière deux grands rieslings VT 2004, mais ce pinot gris y arrive avec les honneurs. Gros potentiel au vieillissement. Très Bien

Pinot Noir Wintzenheim 2004 – Zind-Humbrecht : Le nez est assez parfumé, épicé et délicatement boisé. La bouche est grasse en attaque, puis sèche et assez dense avec des tanins présents. Un pinot noir corsé et assez concentré qui a besoin de quelques années pour se fondre. Bien

Pinot Noir Heimbourg 2004 – Zind-Humbrecht : Le nez est intense, fumé et boisé. La bouche est franche en attaque, marquée par une acidité et des tanins très présents, concentrée mais encore dominée par le boisé à ce stade. A garder et regoûter dans quelques années. Bien

La gamme est très intéressante, car derrière le profil de vins gras, sapides, souvent secs et riches en alcool se dessine une typicité propre à chaque cru. Le Clos Windsbuhl, le Rangen et le Herrenweg permettent des comparaisons très intéressantes car ils sont tous les trois plantés de riesling, pinot gris et gewurztraminer.

L’expression des vins jeunes n’a jamais été aussi nette pour moi, et cette impression vient probablement de deux caractéristiques. Les taux de gaz carboniques dans les vins jeunes étaient souvent assez élevés, et les niveaux de sucre résiduels souvent très perceptibles dans les premières années des vins. En 2004, les vins ont gagné en pureté et en sapidité, et peuvent être bus rapidement. Les vins sont souvent secs mais du coup ils sont riches en alcool, sans que cette richesse se ressente par de la chaleur en fin de bouche. L’alcool renforce plutôt le coté gras des vins avec une présence forte de glycérol, qu’on observe le long des parois du verre.

Cette dégustation vient un peu après les dégustations des 2004 qui ont eu lieu précédemment chez d’autres producteurs réputés, ainsi que lors de la journée des Grands Crus au Château de Kientzheim en Novembre 2005 : Domaine Weinbach, Marcel Deiss, Josmeyer, Albert Mann, Paul Blanck, Barmès-Buecher etc. La grande qualité des vins réalisés par ces producteurs montre que le haut du panier est dorénavant très large. Le trio des triple-étoilés du guide vert (Deiss/Weinbach/Zind-Humbrecht) continue de dominer la région grâce à une gamme très homogène depuis plusieurs millésimes, mais les locomotives ont enfin accroché des wagons derrières elles. Les vins sont certes parmi les plus chers de la région, mais en comparant avec des vins de qualité similaire en Bourgogne, ils restent (relativement parlant) très bon marché. Il ne reste qu’à espérer que de nombreux vignerons alsaciens goûteront ces vins pour les comparer à leur propre production.

Thierry Meyer

 

  • Domaine Zind-Humbrecht
  • 4 Route de Colmar
  • 68230 Turckheim
  • Tel : 03 89 27 02 05
  • Fax : 03 89 27 22 58

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Participez aux discussions sur le Domaine Zind-Humbrecht sur le forum