Quelques 2004 de la Cave Bestheim

17 mars 2006

Depuis le rapprochement, des caves coopératives de Bennwihr et Westhalten, Bestheim est devenu le quatrième producteur de vin en Alsace, avec une superficie de 720 hectares cultivés. Développant une offre de crémant en hausse pour supporter la demande, il n’en reste pas moins une gamme de vins tranquilles intéressante et bon marché. Buveur depuis plus de 10 ans de Riesling lieu-dit Rebgarten et de Gewurztraminer lieu-dit Roemerberg à Bennwihr, je suis retourné faire un état de lieux des vins du millésime 2004. Tour d’horizon en 15 vins.

Les prix indiqués sont issus du tarif départ cave TTC pour les particuliers. Dommage que certains vins se retrouvent en grande surface à quelques kilomètres de Bennwihr moins chers qu’au domaine. Mais à Bennwihr et Westhalten on peut au moins goûter avant d’acheter !

Muscat Réserve 2004 – Bestheim (4.6€): Le nez est net, ouvert, fruité et muscaté, évoluant sur des notes florales en restant simple. La bouche est fruitée en attaque, sèche avec une acidité moyenne, dans un style léger et simple. La fin de bouche est un peu végétale, avec une persistance de notes acerbes qui font saliver. Un vin simple et sans défaut mais qui manque un peu d’ampleur. Bof

Muscat Bollenberg 2004 – Bestheim (6.3€): Le premier nez est discret, floral, évoluant sur des arômes de fruits à chaire blanche à l’aération an gagnant de l’intensité. La bouche est grasse en attaque, mûre avec un léger moelleux, évoluant sur un équilibre souple et fruité. La finale est ronde, un peu surmaturée, mais reste courte. Un vin plus mûr que le précédent mais qui gagnerait en éclat avec un peu plus de fraîcheur. A boire avec plaisir à l’apéritif. Bien

Riesling Réserve 2004 – Bestheim (4.5€): Le premier nez est discret et floral, prenant de l’intensité à l’aération avec des arômes de fruits acidulés et de silex avant de perdre cette intensité. La bouche est souple en attaque, puis plus fraîche avec une acidité vive, adoucie par un peu de rondeur. La fin de bouche est courte, grasse avec des notes d’herbe coupée en rétro-olfaction. Un vin franc, simple et léger avec une acidité assez mordante en milieu de bouche qui lui donne de la structure. Bof

Riesling Médaille d’Or Colmar 2004 – Bestheim (5.5€): Le premier nez est discret, net avec des arômes d’agrumes, évoluant sur des notes de fleurs blanches et de fruits acidulés sans vraiment gagner en intensité. En bouche l’attaque est vive, renforcée par un peu de gaz, évoluant sur un équilibre fruité plus mûr que le précédent, mais qui reste léger et dominé par une acidité mordante. La fin de bouche est courte, sèche et légèrement amère. Un vin simple et un peu vif qui reste léger. Bof

Riesling Rebgarten 2004 – Bestheim (6.25€): Le premier nez est discret et fruité, prenant de l’intensité à l’aération avec des aromes de fleurs, d’agrumes, de fruits acidulés et de pomme verte. La bouche est grasse en attaque, puis développe une matière grasse et acidulée avant de revenir sur des notes plus végétales en finale. Le vin possède un équilibre agréable à boire maintenant, la matière supportant bien la vivacité du vin. Une de mes cuvées préférées de la maison, que je goûte depuis le millésime 1995 et qui a longtemps arrosé des repas entre amis. Surtout quand on peut trouver ce vin facilement en France, pour moins de 5 euros. Bien

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 2004 – Bestheim (8.25€): Le premier nez est discret, minéral avec des notes de silex, évoluant plus intense avec des arômes de pierre à fusil, d’agrumes et de fleurs blanches. En bouche l’attaque est grasse, puis vive avec une bonne salinité sur la langue, dominant un peu la matière en bouche. La finale est sèche, légèrement tannique et minérale, avec une bonne persistance des arômes d’agrumes. Un vin moyennement corsé mais qui exprime bien son origine. Un grand cru à petit prix qui permet d’approcher le Zinnkoepflé. Bien

Pinot Blanc Médaille d’Or Colmar 2004 – Bestheim (4.55€): Le premier nez est net et ouvert, floral avec des arômes de chèvrefeuille, prenant des notes de silex à l’aération. La bouche est grasse en attaque, légèrement acide et un peu asséchante, évoluant sur un équilibre gras et acidulé restant léger mais bien équilibré. La finale est un peu asséchante, courte avec des notes fruitées en rétro-olfaction. Un vin simple et équilibré, gouleyant. Bien

Pinot Gris Médaille d’Or Colmar 2004 – Bestheim (6.45€): Le premier nez est discret, floral, prenant des notes d’asperge à l’aération qui marquent sa jeunesse. La bouche est moelleuse en attaque, un peu dominée par le sucre, évoluant de manière plus fraîche avec l’arrivée d’une acidité un peu vive adoucie par le sucre. La fin de bouche est assez longue, tirée par le couple sucre/acidité et des notes de fruits acidulés en rétro-olfaction. Un pinot gris franc et léger, construit sur un équilibre sucre/acide qui ne remplace pas un manque de fond. Bof

Pinot Gris Grand Cru Marckrain 2003 – Bestheim (9.35€): Le nez est discret, légèrement vanillé. La bouche est moelleuse en attaque, mielleuse avec une acidité présente, évoluant sur un équilibre rond avec des arômes de caramel. La fin de bouche est assez sèche, marquée par l’alcool. Un vin moyennement corsé, marqué par le millésime 2003. A garder un peu. Bien

Pinot Gris Grand Cru Zinnkoepflé 2004 – Bestheim (9.35€): Le premier nez est ouvert, net et floral, prenant des notes de coquille d’huître à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, évoluant sur une bonne matière fruitée couplée à une bonne acidité qui lui donne un équilibre harmonieux, minéral et très plaisant. La fin de bouche est nette, assez longue et fruitée. Bien

Gewurztraminer Roemerberg 2004 – Bestheim (7.35€): Le premier nez est agréable, floral et léger, prenant des notes de pralin et une petite pointe végétale à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, souple et délicate, évoluant sur un équilibre rond, fondu et floral. La fin de bouche est assez longue, simple et moelleuse, avec une persistance des arômes de rose. Un vin assez léger mais qui se boit très bien jeune. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Marckrain 2003 – Bestheim (9.35€): Le nez est fermé, affichant des arômes de miel et de géranium après agitation. La bouche est moelleuse, épicée, avec une rondeur apportée par le sucre. La fin de bouche est dominée par une sensation alcoolique et une légère amertume. Un vin concentré mais encore fermé pour le moment. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé 2004 – Bestheim (9.35€): Le premier nez est grillé, évoluant sur des notes florales et de sous-bois. La bouche est moelleuse en attaque, restant sucrée avec une acidité présente qui lui allège un équilibre un peu dominé par la liqueur du vin. Un vin très mûr, qui devrait se fondre dans 1-2 ans et gagner en équilibre. Bien

Pinot Noir Médaille d’Or Colmar 2003 – Bestheim (5.95€): la robe est rouge rubis, assez profonde. Le nez est moyennement intense, un peu flou avec des notes de ronce et le caramel. La bouche est sèche en attaque, puis plus corsée avec une dominante de ronce, évoluant légèrement fruité mais finissant immédiatement par un coté asséchant. Un vin sec et léger. Bof

Pinot Noir Fût de Chêne 2002 – Bestheim (7.55€): La robe est rouge cerise, assez claire, avec des bords tuilés. Le nez est ouvert et boisé, dominé par l’élevage en barrique. La bouche est sèche à l’attaque, puis assez souple avec un fruit un peu plus présent mais reste dominée par le boisé. La finale est asséchante. La matière du vin est trop légère pour supporter tant de bois. Bof

Les vins sont techniquement bien faits, vinifiés à partir d’une vendange saine et non triturée, mais manquant souvent un peu de maturité et de corps. Lorsqu’on rapporte les 8.5 millions de bouteilles revendiqués dans le production annuelle aux 720 hectares cultivés, cela fait un peu plus de 88 hl/ha, soit le plafond de l’AOC Alsace. Au regard des prix pratiqués, on est dans une bonne moyenne, mais si on écarte les grands crus, il faut se rappeler que certains producteurs réputés jouent dans cette même catégorie de prix. La gamme n’en reste pas moins cohérente, l’évolution des vins de réserve aux grands crus dans chacun des cépages montre une progression nette de la maturité et de la densité, dans des proportions assez alignées avec les prix. Riesling Rebgarten et Gewurztraminer Roemerberg restent mes vins préférés à bon équilibre qualité-prix-disponibilité. Les apports des terroirs de Westhalten sont indéniables, avec un riesling Grand Cru Zinnkoepflé qui complète la gamme et un muscat lieu-dit Bollenberg qui créent un peu de variété dans l’offre.

Thierry Meyer

 

  • Bestheim – Site de Bennwihr
  • 3, rue du Général de Gaulle
  • 68630 Bennwihr
  • Tel : 03 89 49 09 29
  • Fax : 03 89 49 09 20
  • Bestheim – Site de Westhalten
  • 52 route de Soultzmatt
  • 68250 Westhalten
  • Tel : 03 89 78 09 09
  • Fax : 03 89 78 09 01
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Participez aux discussions sur le Groupe Bestheim sur le forum