Première Visite au Domaine Emile Boeckel (Mittelbergheim)

10 avril 2006

A l’occasion de la journée porte ouverte, la dégustation permettait de goûter toute la gamme des vins produits par le domaine. De nombreuses cuvées étaient proposées dans plusieurs millésimes dont des plus anciens. Pris par le temps, j’ai goûté en priorité les vins du millésime 2005 ainsi que les rieslings et sylvaners. La dégustation s’est achevée en beauté avec la découverte de très vieux millésimes, en particulier des extraordinaires rieslings de 1957, 1922 et 1911.

Mittelbergheim est situé entre Andlau et Barr et possède un Grand Cru Zotzenberg de terroir marno-calcaire qui accepte depuis le millésime 2005 le Sylvaner dans la liste des cépages autorisés à porter l’AOC Alsace Grand Cru. Thomas et Jean-Daniel Boeckel, aidés par leur père Emile, représentent la 5ième génération de viticulteurs (qui vendent du vin depuis 1853). Le domaine possède 20 hectares de vignes autour de Mittelbergheim, en particulier sur les Grands Crus Zotzenberg, Kirchberg, Moenchberg et Wiebelsberg (le domaine utilise le nom original Wibelsberg).

Les prix TTC départ cave de mars 2006 sont indiqués lorsque les vins dégustés sont à la vente. Pour les millésimes plus jeunes, le prix des millésimes en vente est indiqué pour donner un ordre de grandeur.

Pinot Blanc Réserve 2005 – Emile Boeckel (4.7€): Le nez est floral, ouvert. La bouche est grasse en attaque, fruitée, simple et mûre avec une bonne sensation de chaire. L’équilibre est gras et le vin se boit déjà très bien (8 g/l de sucre résiduel). Très bon rapport qualité/prix. Bien

Pinot Gris 2005 – Emile Boeckel : Le premier nez est discret avec une note de réduction, évoluant à l’aération avec des arômes plus intenses et plus net de fleurs et de miel. La bouche est fruitée en attaque, fraîche avec un beau croquant, dans un style riche, sec et gras. Un vin qui évoluera bien. Bien

Muscat 2005 – Emile Boeckel : Le nez est moyennement intense, avec des arômes de raisin frais. La bouche est sèche en attaque, croquante et nette avec une évolution sèche et une finale sur les fruits à chaire blanche. Un vin simple et très pur, un style parfait sur les asperges. Bien

Riesling Brandluft 2005 – Emile Boeckel : Echantillon tiré du fût. Le nez est jeune, intense dans un registre floral avec des arômes de genêts. La bouche est assez vive en attaque, puis développe une bonne concentration avec une amertume qui rappelle le pamplemousse. Le vin possède une belle salinité, et un bon potentiel de garde. A regoûter après la mise en bouteille. (Bof)

Riesling Brandluft 2004 – Emile Boeckel (6€) : Le nez est discret, floral avec des notes d’agrumes. La bouche est franche en attaque, puis sèche avec une bonne amertume qui apparaît progressivement. La finale est longue, tirée par l’acidité. Le sol silico-calcaire du Brandluft  donne des vins ciselés à conserver quelques années. Bien

Riesling Brandluft 1995 – Emile Boeckel : Le nez est intense, avec des arômes de miel et d’écorce d’orange. La bouche est sèche avec du gras en attaque, puis propose une acidité fondue qui apparaît progressivement, évoluant sur un fruité intense avec un léger moelleux. La finale est longue sur l’écorce d’agrumes. Un riesling Brandluft très mûr qui a très bine évolué. Très Bien

Riesling Stein « Clos Eugénie » 2001 – Emile Boeckel (12€ le millésime 2000): « Le Clos Eugénie se trouve sur le terroir STEIN, situé en bordure sud de Mittelbergheim ; Exposé sud, ce terroir à dominance calcaire est protégé des vents du nord par le village ; ce qui permet à ce sol très sec d'emmagasiner la chaleur la journée pour la restituer à la vigne la nuit. » : Le premier nez est marqué par une pointe d’acidité volatile, puis à l’aération prend des notes de fruit mûrs et de botrytis. La bouche est grasse en attaque, puis très saline avec une bonne densité. L’acidité se dévoile progressivement et donne de la puissance et de la profondeur au vin. La finale est longue sur l’acidité avec des arômes d’abricot sec. Un vin riche, mûr et vif, à garder. Très Bien

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2005 – Emile Boeckel : Le nez est jeune, initialement marqué par l’élevage, prenant des notes fruitées et d’amande fraîche à l’aération. La bouche est mûre, grasse et riche, sur un équilibre salin qui possède beaucoup de gras. La finale est longue sur la sensation saline. Un vin riche (14% alcool, 7g/l de sucre résiduel) et mûr, qui devrait gagner en équilibre avec quelques années de garde. 2005 est un millésime parfait pour produire le premier Sylvaner Grand Cru Alsacien ! Bien

Sylvaner Vieilles Vignes (Zotzenberg) 2004 – Emile Boeckel  (6.1€) : Le nez est discret, floral avec des notes de noisette fraîche. La bouche est grasse en attaque, puis sèche, riche et saline avec beaucoup de pureté. Le vin se montre encore jeune, possède un équilibre plus affiné que le 2005 à ce stade, et devrait bien vieillir. Très bon rapport qualité-prix. Bien

Sylvaner Zotzenberg 1985 – Emile Boeckel : Le nez est ouvert, de bonne intensité, avec des arômes de cire et de paille qui font âgé. La bouche est sèche, fumée en attaque, assez légère avec un fruit encore présent. La finale est sèche avec des arômes de paille. Un vin qui se montre bien 20 ans plus tard, mais qui n’est pas du même calibre que les 2004 et 2005, ces derniers devant mieux vieillir. Bien

Riesling Grand Cru Moenchberg 2005 – Emile Boeckel (7.5€ le millésime 2004): Le nez est jeune, floral avec des notes de fruits à chaire blanche. La bouche est sèche et assez vive en attaque, puis délicatement fruité avec une acidité plus discrète qui laisse la place à un joli toucher de bouche. La finale est longue avec des arômes de fruits à chaire blanche. Très bon potentiel pour ce vin très typé Moenchberg. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2003 – Emile Boeckel (8.7€ le millésime 2002): Le nez est très mûr avec des arôme de pêche blanche, et une pointe de vernis. La bouche est grasse, et minérale en attaque, puis souple et légèrement moelleuse avec des arômes de tisane de plante. La finale est longue, grasse avec des arômes de réglisse et d’anis. Un vin très typé 2003 qui minéralise doucement. A boire tel quel ou à conserver quelques années. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2005 – Emile Boeckel : Le premier nez est jeune, discret et légèrement réduit, prenant des notes florales plus nettes à l’aération. La bouche est grasse en attaque, puis minérale avec une fine acidité qui tire la finale en longueur sur des notes citronnées. Un vin qui se goûte sec (7g/l de sucre résiduel) et qui est promis à un bel avenir. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg  1995 – Emile Boeckel : la robe est jaune dorée. Le nez est intense, complexe, avec des arômes de cire, d’agrumes et de miel, mais présente une touche d’oxydation assez marquée (pomme blette). La bouche est grasse en attaque, puis plus sèche et assez vive avec des notes de fruits secs et de feuille séchée La finale est assez courte. Un vin qui n’est pas très marqué par l’âge mais dont le caractère oxydé me dérange un peu. A regoûter. Bof

Riesling Grand Cru Zotzenberg 2005 – Emile Boeckel (8.7€ le millésime 2003): Echantillon tiré du fût. Le nez est intense, net avec des arômes de fleurs blanches, de pierre et de citron vert. La bouche est franche en attaque, pure, minérale et très droite. Le vin se montre salin avec un joli toucher de bouche. Un grand riesling qui ira très loin. (Très Bien)

Riesling Grand Cru Zotzenberg 2004 – Emile Boeckel : Le nez est montre discret, avec des notes de silex. L’attaque en bouche est franche, le vin se montre fruité et riche avec une bonne salinité sur la langue, évoluant sur un équilibre finement acidulé. La finale est longue. Un terroir qui produit de très beaux vins, et sur ce 2004 déjà ouvert on imagine aisément de très beaux accords gastronomiques avec les produits de la mer (tourteau, langoustines, bar). Très Bien

Riesling Grand Cru Zotzenberg 1990 – Emile Boeckel : Le nez est ouvert, intense et complexe avec des arômes d’écorce de pamplemousse, de miel, d’agrumes. La bouche est grasse en attaque, assez riche et mûre avec une acidité fondue qui se montre très fine. Une discrète salinité tapisse la langue mais l’ensemble donne une impression de gras et de fondu remarquable. La finale est longue et laisse la bouche très nette. Un grand riesling à maturité, qui se gardera encore longtemps. Très Bien

Pinot Noir Prestige 2004 – Emile Boeckel (7.7€) : Le nez est marqué par des arômes de fruits rouge, avec initialement une pointe d’acidité volatile et de boisé. La bouche est corsée, fruitée avec des tanins fondus. L’élevage en barrique est bien maîtrisé pour conserver un bon équilibre du fruit, ce qui donne un vin déjà facile à boire. Bien

Pinot Noir « Terres Rouges » 2003 – Emile Boeckel (12€) : une cuvée produite depuis peu à partir d’un sol ferrugineux. Le nez est parfumé, très net avec des arômes de cerise, de violette et de suie. La bouche est grasse et puissante en attaque, parfumée avec des tanins secs bien intégrés. Le vin a du gras et de la profondeur, il se montre encore jeune avec une finale légèrement asséchante mais vieillira très bien. Un des grands pinots noirs alsaciens produits en 2003. Très Bien

Emile Boeckel a eu la gentillesse de sortir de la réserve personnelle du domaine quelques vieux flacons qui vont se montrer remarquables. Ce qui n’est pas une surprise, le Sylvaner 1962 bu en novembre dernier s’était déjà montré très jeune.

Riesling Grande Réserve 1957 – Domaine Boeckel : Le nez est ouvert, complexe avec des arôme de terre, de tabac blond, de fruits secs et de noisette grillée. La bouche est grasse en attaque, assez légère avec une bonne acidité, possédant un équilibre fruit/acidité remarquable. La finale est longue avec une longue persistance des arômes du nez. Un beau vin. Très Bien

Riesling 1922 – Domaine Boeckel : Le nez est ouvert, parfumé avec des arôme de menthe séchée et de fleurs séchées. La bouche est grasse, étonnante de jeunesse, avec des arômes de menthe poivrée qui rappellent un vieux muscat. La finale est longue. Un vin incroyable à plus de 80 ans, un vrai coup de coeur. Très Bien

Riesling 1911 – Domaine Boeckel : La robe se montre plus dorée que les vins précédents. Le nez est légèrement oxydé, avec des arômes de fruits secs. La bouche est sèche, acidulée avec des notes d’herbe séchée en finale. Le vin a de beaux restes mais décline sérieusement. D’après Emile Boeckel il se montrait encore bien il y a cinq ans. Bof

Gewurztraminer Zotzenberg 1953 – Domaine Boeckel : Le nez est discret avec des arômes de pain grillé. La bouche est grasse, sèche avec un bel équilibre fruit/acidité. Le fruit est encore très présent, tirant vers les agrumes avec des notes de carambole en finale. Un beau gewurztraminer. Bien

La franchise et la pureté des vins, associée à des prix très sages font de ce domaine un bon fournisseur de vins secs et minéraux. Les différents grands crus produisent des vins typés, et le sylvaner Grand Cru Zotzenberg est idéal pour exprimer la salinité du terroir.  Les vins sont également de grande garde, comme le confirme les millésimes plus anciens dégustés. Le domaine est enfin présent dans de nombreux restaurants de la région, où ils constituent des valeurs sûres.

Thierry Meyer

  • Maison Boeckel
  • 2, Rue de la Montagne - B.P. 53
  • F-67140 Mittelbergheim
  • Tel : 03 88 08 91 02
  • Fax : 03 88 08 91 88
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Participez aux discussions sur le domaine Boeckel sur le forum web de degustateurs.com

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici