Ciné-Dégustation chez Josmeyer (Wintzenheim)

24 avril 2006

La dégustation annuelle avait pour thème le cinéma, et la proximité du Festival de Cannes était là pour rappeler que cette journée de dégustation est presque aussi réputée que la montée des marches. La sélection des vins est de très haut niveau, on est dans le cercle restreint des grands vins de la région. En particulier les vins du millésime 2005 s’annoncent d’un équilibre et d’une pureté remarquable. Tour d’horizons en 27 vins.

Les vins étaient organisés par table avec un thème précis à chaque fois, comme l’année dernière. Les tarifs départ cave sont indiqués pour les vins actuellement à la vente du domaine, parfois de millésimes diférents.

Table 1 : Les Choristes

« Un seul printemps dans l’année et dans la vie une seule jeunesse » - Simone de Beauvoir

Sylvaner 2005 – Josmeyer (7.75€): le nez est ouvert, net et moyennement intense, avec des notes d’amande fraîche et une trace d’élevage sur lies. La bouche est franche en attaque, sèche avec beaucoup de pureté, proposant un bel équilibre avec ce qu’il faut d’acidité et de corps. Un vin cristallin qui se boit avec beaucoup de plaisir, probablement un des meilleurs sylvaners produits en Alsace. A découvrir. Très Bien

Muscat 2005 – Josmeyer (11.4€): une cuvée provenant du Herrenweg coté Wintzenheim (le terroir de graves est recouvert de loess sur cette partie), comprenant pour moitié du muscat d’Alsace et du muscat Ottonel. La robe est or pâle, très brillante avec de grosses larmes. Le nez est net, parfumé avec beaucoup de netteté et des arômes de raisin frais, de fleur de sureau et de jasmin. La bouche est grasse  en attaque, sèche et pure avec une bonne maturité, l’acidité basse renforce la sensation de gras. La finale est longue et sapide. Un muscat très pur, qui se déguste déjà superbement. Très Bien

Muscat « Les Fleurons » 2005 – Josmeyer : Une cuvée à majorité de muscat Ottonel, provenant du Herrenweg sur le coté Turckheim. Le nez est net mais plus discret que le vin précédent, avec des arômes de raisin frais. La bouche est grasse en attaque, puis sèche et dense avec une acidité bien présente qui donne une bonne charpente à ce vin. La finale est longue en restant discrète sur les arômes. Une cuvée dotée d’un bon potentiel mais qui a besoin de quelques années de garde pour s’ouvrir. Bien

Pinot Blanc Mise de Printemps 2005 – Josmeyer (8.8€) : le nez est ouvert, d’intensité moyenne avec des arômes de fleurs printanières et de silex. La bouche est franche en attaque, puis plus grasse avec une bonne concentration et une acidité mûre qui donne beaucoup de fraîcheur au vin. La finale est portée par l’acidité du vin et prend des notes de bonbon anglais. Une cuvée à boire dès à présent mais qui se gardera plusieurs années. Bien

Pinot Blanc « Les Lutins » 2004 – Josmeyer : la robe est or blanc. Le nez est intense, initialement marqué par l’élevage sur les lies, puis frais et floral avec des fruits acidulés. L’attaque en bouche est vive, puis le vin se montre gras et minéral avec une bonne maturité et une petite note de champignon, avant de reprendre un caractère plus vif en finale. Un vin fermé, taillé pour la garde : c’est actuellement le millésime 2001 qui est en vente (12.3€). Bien

Pinot Auxerrois H Vieilles Vignes 2002 – Josmeyer (14.7€ le 2001): Le nez est ouvert, de bonne intensité avec des arômes de miel et de fruits acidulés typiques du millésime. La bouche est grasse en attaque, sèche et concentrée avec une minéralité gustative très présente à la fin de cette série de vin, signant l’origine du grand cru Hengst. Le vin est très mûr mais conserve un caractère sec avec une acidité soutenue, la finale est longue, minérale et fumée. Cette cuvée de pinot auxerrois demande généralement du temps pour être appréciée, apparemment le millésime 2002 est maintenant mûr. Très Bien

Table 2 : Le Grand Bleu

« Le Vin, c’est la lumière du soleil captive dans l’Eau » - Galilée

Riesling Le Kottabe 2005 – Josmeyer : échantillon tiré du fût. La robe est or pâle avec de légers reflets verts. Le premier nez est net et intense, floral avec des arômes de fleurs blanches, puis prend des notes fruitées à l’aération. La bouche est grasse en attaque, puis croquante, nette et fuitée, avec beaucoup de gras et une bonne concentration. La final est légèrement amère, avec une bonne longueur. Voilà un riesling proche de l’image parfaite qu’on peut se faire du cépage, doté d’un gros potentiel. Très Bien

Riesling Le Kottabe 2004 – Josmeyer (11.4€): La robe est jaune pâle avec des reflets verts. Le nez est moyennement intense, minéral avec des notes d’agrumes. La bouche est sèche et concentrée en attaque, grasse avec une bonne acidité, évoluant sec et fruité avec beaucoup de pureté. L’équilibre est légèrement vif mai soutenu par une bonne concentration, et la finale est très longue avec une persistance des arômes d’agrumes. Un superbe vin, dense et très pur, à boire dès à présent ou à garder. Superbe rapport Qualité/Prix Très Bien.

Riesling les Pierrets 2003 – Josmeyer : La robe est jaune doré. Le nez est ouvert, de bonne intensité, avec des notes terpéniques et fumées. La bouche est grasse en attaque, puis immédiatement acidulée avec une belle matière mûre soutenue par beaucoup de gras et une minéralité fine. La finale est sèche, fruitée avec des notes de pierre. Un riesling qui se boit déjà bien, belle réussite en 2003.

Riesling les Pierrets 2002 – Josmeyer (17.6€ le 2001): Le nez est intense, minéral avec des notes de miel. L’attaque en bouche est grasse, puis le vin se montre minéral, dense et légèrement amer avec une finale riche, longue et marquée par des notes d’agrumes. Un vin qui s’ouvre doucement, de la même trempe que le superbe 2001 auquel il succède. Un magnifique compagnon à table. Très Bien

Table 3 : Breakfast at Tiffany’s

« Le plus court chemin de l’élégance à la perfection est la simplicité » - Hubert de Givenchy

Riesling Grand Cru Brand 2004 - Josmeyer (24.9€): Le nez est moyennement intense, floral et doux. La bouche est grasse en attaque, puis plus fraîche, très puissante et minérale sur la langue, évoluant sur un équilibre concentré moins vif. La fin de bouche est très très longue sur des notes d'agrumes. Un vin encore jeune mais gros potentiel de bonification au vieillissement. Très Bien

Riesling Grand Cru Hengst 2003 – Josmeyer : le nez est ouvert, intense, avec des arômes de citron confit et de mélisse. La bouche est moelleuse en attaque, puis très minérale avec une acidité fine et fondue, évoluant avec un léger moelleux sur des notes de citronnelle. Le vin gagne en puissance en bouche, et prend une note asséchante en finale, avec une longue persistance d’arômes d’agrumes. Un vin qui s’ouvre doucement, concentré et minéral. Un vin de grande garde, qui n’a pas dit son dernier mot. Très Bien

Riesling Grand Cru Hengst 2002 – Josmeyer (25.5€): le premier nez est d’intensité moyenne, fumé avec des arômes de fruits acidulés, évoluant à l’aération sur des notes minérales et des arômes de rhubarbe. La bouche est grasse en attaque, puis minérale et sèche, gagnant en puissance avec une acidité qui apparaît progressivement. Le vin se montre droit, grand et très pur. La finale est longue, tendue par l’acidité et soutenu par des arômes persistants de citron. Du grand riesling à l’aube de sa longue carrière, et surtout une expression ciselée du Hengst. Excellent.

Riesling Grand Cru Hengst Samain 2000 – Josmeyer (27.5€): cuvée surmaturée récoltée tardivement. La robe se pare de nuances jaunes doré avec des reflets verts. Le premier nez est discret avec des notes de pierre à fusil, prenant de o’intensité à l’aération avec des arômes d’écorce d’agrumes et des notes fumées et minérales. La bouche est moelleuse en attaque, puis se montre grasse avec un caractère plus sec et une bonne minéralité. La puissance du vin se livre progressivement, avec un léger moelleux en finale qui adoucit l’acidité. Un vin riche qui arrive doucement à maturité, mais qui gagnera à être encore attendu. Très Bien

Riesling Grand Cru Hengst Samain 1997 – Josmeyer (27.5€): Le nez est pur, intense et net, avec des arômes de fleurs et de grillé, évoluant sur une note de beurre. L’attaque est riche et grasse en bouche, puis le vin se présente plus sec et légèrement tannique, fumé avec des notes de cuir en finale qui rappellent un vin rouge. Le vin possède une belle patine, possède un équilibre magnifique qui exprime le terroir du Hengst avec perfection. Un vin prêt à boire qui reste promis à une longue garde supplémentaire. Excellent.

Table 4 : Les Incorruptibles

« Ce sont les personnalités et non les principes qui font avancer leur époque » - Oscar Wilde

Pinot Gris Le Fromenteau 2004 – Josmeyer (13.5€): La robe est jaune pâle. Le nez est discret, aérien avec des arômes de miel et de sous bois. La bouche est grasse, minérale avec une acidité présente, dense dans un style sec. La finale est longue avec une persistance d’arômes de fleurs séchées et de sous-bois. Un pinot gris sec encore sur la réserve, à boire à table ou à garder quelques années. Bien

Pinot Gris Fondation 2002 – Josmeyer : Le premier nez est ouvert, intense avec des arôme de miel, sous-bois et fruits secs, prenant des notes de pain grillé à l’aération. L’attaque en bouche est ample, mielleuse, avec une acidité fondue qui reste présente. Le vin présente un caractère quasi sec, mais offre surtout une belle minéralité gustative, beaucoup de sapidité et un équilibre qui donnent envie d’avaler le vin. Comme avec le riesling Kottabe 2004, le réflexe de déglutition est plus fort que la volonté consciente de recracher le vin ! Très Bien

Pinot Gris Fondation 2001 – Josmeyer (21.6€): Le premier nez est discret, avec des arômes d’abricot et de miel, évoluant en gagnant un peu d’intensité sur des notes de fruits secs. La bouche est grasse, élégante et finement acidulée, avec une bonne concentration et beaucoup de sapidité. Moins expressif que le 2002, ce Fondation 2001 possède un équilibre qui le rapproche des plus grands vins blancs. Excellent.

Pinot Gris Grand Cru Brand 2000 – Josmeyer (24.1€): Le nez est très discret, il faut beaucoup l’agiter pour sentir apparaître des notes de miel, de fleurs et de silex. La bouche est moelleuse en attaque, avec une acidité fondue, puis développe une forte minéralité qui prend de l’ampleur. La bouche devient très puissante en gardant un coté sapide, et prend des notes de pralin dans la longue finale. Un vin à l’équilibre parfait, combinaison parfaite de la puissance du terroir et de la finesse du cépage. Une cuvée rare qui demande du temps pour s’ouvrir, ce 2000 est désormais à maturité avec un gros potentiel de garde. Excellent.

Table 5 : Moulin Rouge

« Rouge… comme la volupté du vin, le velouté d’une étoffe, le roman par excellence, un sublime conte de fée » - Sonia Rykiel

Gewurztraminer Les Folastries 2005 – Josmeyer : Echantillon tiré du fût. Le nez est encore jeune, légèrement marqué par l’élevage, et dessine lentement des notes florales et poivrées à l’aération. La bouche est franche en attaque, sèche et très florale, avec beaucoup de pureté, de netteté, et une légère amertume en finale. Un superbe gewurztraminer sec dont la matière, la pureté et l’équilibre se passent très bien de sucre résiduel, à l’image des gewurztraminers allemands. Un futur grand vin de table. (Très Bien)

Gewurztraminer Les Folastries 2004 – Josmeyer (13.5€): Le nez est moyennement intense, avec des arômes de rose et de litchi, très pur. L’attaque en bouche est grasse, puis le vin se montre acidulé, sec avec de l’amertume en finale. Le vin se montre un peu austère pour le moment, avec plus de vivacité que le 205 sans en avoir la finesse. A regoûter plus tard. Bien

Gewurztraminer les Archenets 2000 – Josmeyer (20.4€) : La robe est jaune dorée. Le nez est ouvert, de bonne intensité, avec des arômes de miel, de fruits exotiques et des notes fumées qui apparaissent à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, mielleuse avec du gras et une petite acidité présente, évoluant sur un équilibre moelleux avec des notes fumées et grillées. La finale est plus classique, épicée et légèrement amère. Un gewurztraminer concentré prêt à boire. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Hengst 2002 – Josmeyer (27.2€): Le premier nez est ouvert, net et intense, avec des arômes de fleurs et d’écorce d’agrumes, perdant un peu d’intensité à l’aération pour redevenir discret. La bouche est moelleuse et fruitée en attaque, puis très saline avec une forte minéralité et une concentration de fruit exceptionnelle. Le vin évolue en bouche sur un équilibre très pur et très sapide, avec beaucoup de puissance. La finale est très longue, puissante avec des arômes de miel et d’agrumes. Un air de famille avec le riesling Hengst 2002,  dont on comprend ici les différences de cépages. Du très grand vin d’Alsace, et un rapport qualité prix exceptionnel. Excellent.

Table 6 : Charlie & La Chocolaterie

« Le chocolat est comme le nectar ou l’ambroisie, la vraie nourriture des Dieux » - Joseph Bachot

Pinot Gris Grand Cru Brand 2001 – Josmeyer : La robe est jaune dorée. Le nez est parfumé, très mûr avec des arômes de noisette grillée et de fruits secs et une note oxydative qui fait penser à un élevage long. La bouche est moelleuse en attaque, puis acidulée, très minérale avec une pureté cristalline, évoluant sur un équilibre sec et très mûr. La finale est assez longue avec des arômes de sous-bois et des notes fumées et grillées. Un pinot gris surmuri, à la fois pur et très minéral mais qui conserve un coté rôti dominant. Moins abouti que le millésime 2000 à ce stade. A conserver quelques années. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Hengst 2002 – Josmeyer (26.6€): Le nez est discret, avec des arômes de fruits exotiques, d’écorce d’agrume, une note fumée et une pointe d’acidité volatile. La bouche est moelleuse et corsée avec une arrivée progressive d’une bonne acidité qui accompagne la montée en puissance du vin. La finale est presque sèche, avec une grande longueur. Un pinot gris minéral et profond, moins équilibré à ce stade que le riesling ou le gewurztraminer Hengst 2002. Très Bien

Gewurztraminer Vendange Tardive 2002 – Josmeyer (29€) : Le nez est intense sur des arômes de rose, évoluant avec des notes de citronnelle. La bouche est moelleuse, le sucre couvrant légèrement l’acidité, évoluant sur un équilibre rond et fin avec une belle structure. La finale est assez longue sur le fruit. Une vendange tardive encore dominée par le sucre, à conserver pour qu’elle gagne en complexité. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Hengst Vendange Tardive 2001 – Josmeyer : Le nez est délicat, moyennement intense, floral avec des notes fumées. La bouche est moelleuse en attaque, puis très minérale, très fluide avec une sensation de pureté exceptionnelle. Le sucre est fondu et la très longue finale est portée par des arômes de fruits exotiques et d’écorce d’orange. Grand vin, gros potentiel de garde. Excellent.

Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles 1995 – Josmeyer (46€ en 50cl): La robe est jaune doré. Le nez est intense et complexe, dévoilant toute la palette des gewurztraminers sélection de grains nobles : pralin, pain grillé, fruits secs, pain d’épices, fumée. La bouche est liquoreuse en attaque, avec une liqueur très fine, évoluant sur un équilibre très fin ou la concentration du fruit marque le palais plus que le sucre : on mange des fruits confits sans avoir la bouche pâteuse, et la finale est très longue avec une persistance d’arômes d’écorce d’orange et de notes fumées. Une sélection de grains nobles dans sa phase secondaire, déjà appréciable mais qui laisse entrevoir une belle évolution sur les dizaines d’années à venir.  Excellent.

Buffet du déjeuner

Le buffet du déjeuner reprenait les thèmes de la dégustation avec un plat et un vin du domaine en parfaite harmonie.

Les Choristes : Souvenirs de jeunesse accompagnés d’une purée de verdure et du Muscat 2005

La purée est très douce. Le muscat, accord idéal qui amplifie les arômes d’herbes en bouche. Le muscat d’Alsace présent dans cette cuvée générique apporte le gras nécessaire pour équilibrer la crème qui lie la purée. On aimerait pouvoir manger cette purée avec une grosse cuiller, directement dans le plat !

Le Grand Bleu : Plongez dans l’immensité Bleu ! Tartare de thon rouge et Riesling les Pierrets 2002

Le tartare de thon est préparé comme un tartare de bœuf, sauce Tabasco, oignon, câpres etc. La vivacité et la concentration du Pierrets 2002 est un accord idéal, l’oignon effectuant un bon liant. Penser à essayer un Riesling les Pierrets directement sur un tartre de bœuf.

Breakfast at Tiffany’s : Elégant et raffiné le toast New-yorkais charme le Riesling Grand Cru Hengst Samain 1997

Le Toast croustillant avec des crevettes épicées appelle un vin riche, mais une fois la pâte neutralisée par le vin, c’est la minéralité du vin qui va faire ressortir le coté iodé du plat. Superbe accord.

Les Incorruptibles : Al Capone boit du Pinot Gris le Fromenteau 2004 et dévore des crostinis di fegatini di pollo

L’idée du pinot gris sur la terrine est excellente, et la terrine fait ressortir le coté citronné eu pinot gris. Mais comme le vin ne se montre pas très expressif à ce stade, l’accord est bon sans être explosif. Un test discret avec le gewurztraminer de la table suivante donne de meilleurs résultats !

Moulin Rouge : Venez vous encanailler ! C’est l’Amour fou entre le Gewurztraminer les Folastries 2005 et la saucisse épicée en brioche.

L’Amour fou, on pense à une formule toute faite, mais après avoir goûté cet accord, le mot est un peu terne ! Les épices de la saucisse, dont la cannelle, se marient à merveille avec ce gewurztraminer sec. Une fois en bouteille et en vente, j’ai hâte de faire découvrir cet accord à la maison.

Charlie & La Chocolaterie : Friandises au chocolat de la pâtisserie Mulhaupt : Orangettes avec Gewurztraminer VT 2002 et Florentins abricot-pistaches avec Gewurztraminer SGN 1995

Deux accords extraordinaires pour terminer. Parfois les desserts sucrés sont difficiles à vraiment accorder avec des vins moelleux. Les orangettes aiment la douceur et l’acidité du gewurztraminer VT 2002, son coté simple et franc s’accord très bien et l’écorce d’orange fait ressortir la vivacité du vin, laissant une impression très nette en bouche.  La liqueur du SGN est le parfait compagnon du chocolat qui enrobe les florentins, et permet aux fruits confits du vin  de se mêler au plat. La pistache fait également bon ménage avec les épices du vin.

Bilan de la journée

Une très belle dégustation avec des vins de très haut niveau. Malgré la chaleur à l’extérieur, la cave était à parfaite température pour déguster dans les meilleures conditions, et les vins étaient servis à température idéale pour en apprécier les qualités. Sylvaner, muscat et riesling sont les dignes ambassadeurs du grand millésime 2005, avant que les autres cépages atteignent leur équilibre. Si les grands crus sont devenus des bijoux exceptionnels à garder quelques années, la pureté des vins  et leur forte sapidité se retrouve dans les autres cuvées : riesling Kottabe et Pierrets, pinot gris Fromenteau et Fondation, gewurztraminer Folastries et Archenets, autant de cuvées (à acheter et à consommer de suite pour les plus pressés) qui feront d’excellent compagnons à table. En Grand Cru, les millésimes 2001 et 2002 actuellement à la vente proposent des équilibres remarquables sur le riesling, le pinot gris et le gewurztraminer. Je suis prêt à parier que les gewurztraminers et riesling Hengst 2002 ainsi que le gewurztraminer Hengst VT 2001 vont devenir des bouteilles de légende dont on parlera encore longtemps. C’est intéressant de profiter des quelques 2000 encore disponible car ils sont aujourd’hui à parfaite maturité.

Les millésimes plus récents semblent se montrer moins austères dans leur jeunesse que les précédents, s‘agit-il d’un changement de style en douceur ou de la conséquence de la biodynamie ? En tout cas, les vins se boivent plus facilement jeunes, pour le plus grand plaisir des amateurs.

Le buffet du déjeuner montre un réel intérêt à rechercher des accords mets/vins originaux, loin de la solution de facilité consistant à associer des grands vins à des grands mets dans ce dernier cas les accords ne sont pas toujours extraordinaire, mais personne ne s’en plaint !).

Cette formule de journée porte ouverte est une belle manière de communiquer sur les vins mais aussi sur l’enthousiasme qui anime le domaine Josmeyer. Dans un monde du vin parfois morose on ressort d’une telle journée en se disant que la vie est belle et que le plaisir des papilles est un plaisir facile à obtenir.

Au vu des tarifs pratiqués (et même avec quelques euros en plus chez son caviste de proximité), on se dit en plus que le bonheur est vraiment accessible en Alsace. A ce niveau de qualité à Bordeaux ou en Bourgogne, les tarifs sont souvent deux à trois fois plus élevés.

Thierry Meyer

Pour les coordonnées du domaine, voir le Site Web du Domaine

Participez aux discussions sur le domaine Josmeyer sur le forum web de degustateurs.com

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici