Le millésime 2005 au Domaine Etienne Loew

19 juin 2006

Les journées portes ouvertes au domaine les 19 et 20 juin dernier était l’occasion de faire le tour de la production dans l’excellent millésime 2005, en compagnie d’Etienne Loew. Malgré une mise en bouteille début mai, les vins sont au rendez-vous avec des équilibres acides typiques du millésime. Moins immédiatement flatteurs que les 2004, ce sont des vins à la minéralité marquée, qui se garderont longtemps. Les tarifs restent bas, faisant de ce domaine un des meilleurs rapports qualité prix de la région. Tour d'horizon en 18 vins.

Westhoffen et Balbronn se situent au cœur du champ de fracture de Saverne, le plus vaste des quatre champs de fracture du vignoble alsacien. Légèrement plus bas que la pleine d’Alsace du coté de Strasbourg, et entouré par les Vosges sur le Grand Ouest, cette zone est protégée des vents tout en ayant une exposition au soleil couchant particulièrement prolongée. Les différents terroirs à dominante de marnes et de calcaire donnent des vins toujours profonds, avec une matière et une acidité qui masquent souvent les éventuels sucres résiduels.

Les tarifs départ cave sont indiqués pour les vins actuellement en vente. A noter qu’il reste quelques flacons du millésime 2004 (lire le compte rendu des 2004 ici).

Sylvaner de Westhoffen 2005 – Etienne Loew (4.8€) : La robe est or pâle avec des reflets verts. Le nez est discret, jeune, avec des arômes de fleurs et  de pomme mûre. La bouche est riche en attaque, puis ronde et sapide avec une acidité présente en fin de bouche. La finale est sèche et pure avec du gras. Un vin floral, léger et pur, parfaite illustration d’un bon sylvaner. Bien

Vérité de Sylvaner « Le préféré de Mathilde » 2005 – Etienne Loew (11€) : produit à partir d’une vigne de plus de 60 ans d’âge, le préféré de Mathilde est un vin récolté tardivement (15 degrés potentiels) avec des petits rendements (25 hl/ha). Le nez est ouvert, intense avec des arômes de fruits jaunes, de sous-bois et de fruits secs à la façon d’un pinot gris très mûr. La bouche est moelleuse en attaque, puis ronde avec une acidité fine et peu intense, ainsi qu’une touche saline. La finale est épicée avec une bonne persistance des arômes du nez. Un vin riche qui mérite quelques années de garde pour que le sucre se fonde un peu. Bien

Riesling Muschelkalck 2005 – Etienne Loew (7€) : La robe est or blanc avec de légers reflets verts. Le nez est ouvert, net et intense, avec des arômes d’agrumes, d’herbe coupé et de fleurs blanches. L’attaque en bouche est grasse, puis le vin se montre dense avec une acidité marquée et très fine, qui domine la fin de bouche. La finale est longue, grasse et pure avec des arômes de poire. Un superbe vin complètement sec, issu de parcelles de 10, 30 et 40 ans d’âge (rendement autour de 45 hl/ha). Le calcaire coquiller du sous-sol donne de la race à ce vin, le sol pauvre ne dépasse pas 10-15 cm d’épaisseur par endroit. Très Bien

Riesling Bruderbach Clos des Frères 2005 – Etienne Loew (8€) : Le Bruderbach est un terroir orienté plein Sud comprenant un sol de grès dolomitique (grès calcaire avec du calcium et du magnésium ainsi que des pierres de muschelkalk). Le clos des frères est une parcelle délimitée à l’époque romaine. La robe est or blanc, avec des reflets verts. Le nez est ouvert, jeune avec des arômes de fruits acidulés et de rhubarbe. La bouche est franche et fruitée en attaque, puis montre une belle concentration avec une salinité qui tapisse la langue, développant de l’amertume en fin de bouche. La finale est sèche, de bonne longueur. Les 6g/l de sucre résiduel passent complètement inaperçus. Moins accessible jeune que le riesling Muschelkalk, c’est un vin qui a un gros potentiel. Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2005 – Etienne Loew (10.5€) : Le premier nez est marqué par l’élevage sur les lies, puis prend de l’intensité et de la netteté avec des arômes de fleurs, d’agrumes dont le pamplemousse, et d’abricot. La bouche est grasse en attaque, puis finement acidulée, dense et très fin, sas que la salinité du terroir ne soit très présente à ce stade. La finale est dense, longue avec des notes florales. Un vin concentré (environ 30hl/ha) d’une grande finesse, déjà agréable mais doté d’un gros potentiel de bonification au vieillissement. Très Bien

Muscat Les Marnes Vertes 2005 – Etienne Loew (7.5€) : La robe est or blanc, avec de légers reflets verts. Le nez est ouvert et net, d’intensité moyenne, initialement encore marqué par l’élevage, puis marqué par des arômes de raisin frais, d’herbe coupée et de fleurs. La bouche est grasse et très dense en attaque, puis concentrée et épicée avec beaucoup de gras. La finale est très longue avec des notes d’épices et de silex. Une cuvée composée de deux tiers de muscat Ottonel et un tiers de Muscat d’Alsace, remarquable de concentration et d’équilibre. 2005 est une grande année pour le muscat. N’attendez pas les asperges du printemps 2007 pour en acheter, le vin sera certainement épuisé d’ici Noël. Excellent

Sylvaner Rouge 2005 – Etienne Loew : Un essai de vinification en rouge sur une jeune vigne. La robe est rouge cerise bigarreau, claire. Le nez est parfumé avec des arômes de cerise griotte, d’amande et de violette. La bouche est souple en attaque, légèrement marquée par l’alcool avec un fruit en retrait qui réapparaît en finale. Issu d’une macération courte (5 jours), le vin rappelle certains trousseaux du Jura. Plus que le pinot noir à mon avis, voilà un rouge qui se sert plutôt frais. Bien

Pinot Noir de Westhoffen 2005 – Etienne Loew (7.2€) : La robe est rouge cerise clair. Le nez est parfumé, fruité et simple avec des arômes de cerise griotte et de ronce. La bouche est souple en attaque, puis plus fraîche avec une belle acidité et des fruits rouges acidulés. Les tanins sont gras et fins, bien intégrés à la matière. Un pinot noir bien fait, à garder quelques années pour profiter de son fruit. Bien

Alsace 2005 – Etienne Loew (6€) : L’Edelzwicker du domaine est un assemblage de riesling, gewurztraminer, pinot gris, muscat et sylvaner, en grande partie des jeunes vignes du domaine. La robe est or pâle, brillante avec des jambes épaisses. Le nez est riche, encore marqué par la mise récente, avec des notes fumées et fermentaires et des arômes de pomme. La bouche est franche en attaque, riche et assez vive, avec une complexité de texture en bouche que seul l’assemblage sait réaliser. La finale est fruitée, assez longue dans un style sec. Un vin riche et facile à boire, qui plaira au plus grand nombre mais qui manque de droiture à mon goût. Je préfère le sylvaner Westhoffen pour accompagner mes repas. Bien

Auxerrois Botrytis 2005 – Etienne Loew () : Une cuvée issue de pinot blanc et pinot auxerrois à parts égales, récoltés en surmaturité. La robe est or blanc. Le nez est intense, très mur avec des arômes de miel, de pralin et de fleurs printanières. L’attaque en bouche est moelleuse, puis le vin se montre pur et cristallin, moelleux et acidulé avec beaucoup d’élégance. La finale est longue avec des notes de fruits rouges. Un vin gras, pur et très élégant, qui rappelle certains pinots blancs moelleux allemands. A boire dès à présent ou à garder quelques années pour conserver cette fraîcheur aromatique. Très Bien

Pinot Gris Cormier 2005 – Etienne Loew (7.5€) : Le lieu-dit Cormier est un terroir marno-calcaire complexe qui tire son nom d’un arbre rare en Alsace, proche du sorbier des oiseleurs. Le pinot gris provient d’un sol de marnes rouges et de calcaire oolithique situé sur la commune de Balbronn. Le nez est encore jeune, marqué par l’élevage, avec des notes de fruits acidulés. La bouche est moelleuse en attaque, puis très fine, donnant une sensation de rondeur sans jamais tomber dans la lourdeur. Le vin est sur un équilibre demi-sec combinant une forte richesse en sucre (40-45g/l) avec une acidité fine très persistante. La finale est longue avec des aromes de miel et d’abricot. Un vin très mur et dense qui a besoin de quelques années pour s’épanouir. Bien

Pinot Gris Bruderbach Clos Marienberg 2005 – Etienne Loew (10€) : Le Clos Marienberg est une parcelle légèrement plus argileuse du Bruderbach. Le nez est fermé, discret, légèrement réduit et grillé avec des notes de sous-bois. La bouche est moelleuse en attaque, puis très riche et grasse avec beaucoup de pureté, prenant une touche saline en finale. La fin de bouche est plus sèche, de longueur moyenne. Un vin fermé, à regoûter plus tard (20g/l de sucre résiduel). Bien

Pinot Gris Grand Cru Engelberg 2005 – Etienne Loew : ce pinot gris est issu de parcelles sur le haut du grand cru Engelberg au sol plus riche en muschelkalk qu’en calcaire oolithique. Le nez est jeune, discret, avec des notes de brioche et une pointe d’acidité volatile. La bouche est riche en attaque, puis pure et concentrée avec beaucoup de gras et une fine acidité qui accompagne la bouche du début à la fin. La finale est plus sèche, donnant une impression de vin plutôt sec. Un vin très bien né, qui exprime bien le potentiel de l’Engelberg, mais au nez encore fermé. Un futur grand. Très Bien

Pinot Gris Elixir de Cormier 2005 – Etienne Loew (12€ en 50cl) : Issu d’un tri de raisins botrytisés sur la parcelle de Cormier. Le nez est discret, mûr avec des notes de sous-bois et de pomme cuite. La bouche est moelleuse en attaque, puis épicée et saline avec un coté mielleux qui est rehaussé par une fine acidité. La finale est riche, moelleuse et de bonne longueur. Une cuvée moelleuse et minérale à la fois, qui porte bien son nom. Très Bien

Gewurztraminer de Westhoffen 2005 – Etienne Loew (7€) : La robe est jaune pâle avec des reflets dorés. Le nez est légèrement réduit, puis se montre minéral et fumé avec des arômes de litchi et de pierre à fusil. La bouche est ronde et souple en attaque, puis riche avec une impression de confiture de rose, terminant sur une acidité fine et légère. La finale est longue avec une pointe d’alcool. On ne sent pas la richesse en sucre, pourtant le vin dépasse les 30g/l de sucre résiduel. Bien

Gewurztraminer Cormier 2005 – Etienne Loew (8.5€) : Le gewurztraminer est issu d’une partie du coteau au sol de marnes noires à gypse, profondes. La robe est jaune dorée, très brillante. Le nez est ouvert et de bonne intensité avec des épices et des notes de cuir. La bouche est riche et acidulée avec des arômes de fruits jaunes, évoluant sur des notes épicées avec un équilibre aérien (environ 40g/l de sucre résiduel). La finale est longue, ronde et très nette. Un très beau terroir qui donne beaucoup de profondeur à ce vin. Encore sur la réserve au niveau aromatique, la bouche possède déjà une finesse et une précision qui sont la marque des grands terroirs. Très Bien

Gewurztraminer Ostenberg 2005 – Etienne Loew : Un vin issu d’un vigne de plus de 60 ans qui plonge ses racines dans une faille sous-vosgienne, entre du muschelkalk et du calcaire oolithique. La robe est jaune dorée. Le premier nez est mur, avec des arômes de fruit jaunes et de miel, évoluant sur des notes d’agrumes confits dont le pamplemousse. La bouche est moelleuse en attaque, puis riche et ronde avec des arômes de coing, miel et litchi. L’alcool est présent en milieu de bouche et la finale évolue sur des arômes d’ananas, de fruits exotiques et d’agrumes. La finale est un peu courte à ce stade. Un gewurztraminer marqué par son terroir qui lui apporte beaucoup de fraîcheur, faisant oublier les 60+g/l de sucre résiduel. Un vin à garder un peu pour que son bouquet s’affine, qui sera parfait sur des desserts à base de fruits. Bien.

Gewurztraminer Ostenberg Vendanges Tardives 2004 – Etienne Loew (19€ en 50cl) : La robe est jaune dorée. Le nez est ouvert, intense et très net avec des arômes de pamplemousse et d’ananas. L’attaque en bouche est moelleuse, laissant place à une liqueur très présente et à une acidité fine marquée. La finale est ronde avec des notes de caramel et de pamplemousse. Un vin déjà agréable qui méritera d’être attendu encore quelques années. Très Bien

Des vins très prometteurs dans tous les cépages, avec un petit plus en 2005 pour le muscat, le sylvaner et le gewurztraminer qui se montrent particulièrement bien. Comme pour le millésime 2004 les pinot gris et gewurztraminers du lieu-dit Cormier sont denses mais fermés et nécessitent un peu de garde. Les Grands Crus Altenberg de Bergbieten et Engelberg sont mis en avant avec une minéralité et une profondeur qui font honneur à l’AOC Alsace Grand Cru. Sans forcément avoir une concentration supérieure aux autres vins, ils se distinguent par une finesse et une minéralité très intéressante.

En 2005 comme en 2004, les vins partiront très rapidement et il faudra se dépêcher si on veut avoir quelques flacons de Muscat, de Vérité de Sylvaner ou de Riesling Muschelkalk.

Thierry

  • Domaine Etienne Loew
  • 28, rue Birris
  • 67310 Westhoffen
  • Tel : 03 88 50 59 19
  • Fax : 03 88 50 59 19
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Participez aux discussions sur le Domaine Etienne Loew sur le forum

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici