Quatre millésimes de Riesling Jubilée et quelques autres vins chez Hugel

27 juillet 2006

Passage estival à Riquewihr avant le congé annuel d’Etienne Hugel, pour goûter quelques vins du domaine : Le célèbre Pinot Noir Les Neveux 2003 qui s’ouvre doucement, quelques  2005 déjà en vente et surtout le Riesling Jubilée 2004 récemment mis en avant par la presse US, complété par des millésimes plus anciens de cette cuvée issue du Schoenenbourg: 2002, 1994 et 1987.

Le dernier né des Riesling Jubilée a été récemment porté au firmament des grands vins alsaciens du millésime 2004 lors d’une dégustation organisée pour le Wine Spectator. Dans une sélection de 76 rieslings et de gewurztraminers distribués aux Etats-Unis, un tiers a obtenu des notes supérieures à 90/100, et le Riesling Jubilée 2004 partage la plus note la plus élevée (93/100) avec trois autres vins, d’Albert Mann et Weinbach.

Les tarifs indiqués sont ceux de la boutique Internet, qui doivent être les même que départ cave.

Gentil 2005 – Hugel et Fils (8€) : le nez est discret, léger et fruité. La bouche est sèche et pure en attaque, puis dense et racée avec une bonne acidité. La finale est nette mais un peu courte. L’assemblage de cépages nobles et de sylvaner a produit un vin très agréable dans le millésime 2005, qui se boit très facilement cet été. Bien

Muscat Tradition 2005 – Hugel et Fils : Un vin goûté en fin de fermentation le 12 octobre 2005, qui est désormais en bouteille. Le nez est encore légèrement marqué par l’élevage mais possède des arômes de raisin frais très nets. La bouche est sèche en attaque, croquante à souhait avec une évolution dense qui termine sur des notes de fleurs blanches. Des vignes de 40 ans d’âge ont produit cette année encore un muscat sec très classique et de très bon niveau. Profitez des derniers flacons de l’excellents 2004 en vente (10.98€) mais ne soyez pas déçu. Très Bien

Gewurztraminer Tradition 2005 – Hugel et Fils (14.3€) : Le nez est ouvert, net et intense avec des arômes floraux dominés par la rose et le jasmin, évoluant sur une discrète note d’épice. La bouche est moelleuse en attaque, puis plus sèche avec du gras, donnant de nouveau dans un style très pur avec une acidité présente. La rigueur du vin et sa pureté traduit la grandeur du millésime. Voilà un gewurztraminer de gastronomie par excellence, Très Bien

Riesling Jubilée 2004 – Hugel et Fils (26.06€) : Le nez est intense et fin, très mûr avec des arômes de fleurs, d’agrumes et de miel. La bouche est grasse en attaque, puis très minérale avec une bonne concentration, l’équilibre entre un fruit mûr et une acidité fine donne un vin digeste, ample et possédant une bonne longueur. Le Schoenenbourg s’exprime discrètement à ce stade, et si le vin se montre de manière étonnante facile à boire jeune, quelques années de garde lui permettront d’exprimer sa race minérale si particulière de manière plus évidente, au risque de paraître moins consensuel et peut-être plus difficile à boire pour certains. Il s’agit effectivement d’un vin qui joue dans la cour des grands rieslings du millésime 2004. Très Bien

Riesling Jubilée 2002 – Hugel et Fils (20.34€): Le nez est intense, pointu avec des arômes de groseille à maquereau, d’herbes sauvages, de poivre blanc et de fumée, avec une bonne tenue à l’aération. La bouche est franche en attaque, presque vive avec beaucoup de race, une minéralité saillante mêlée à une acidité présente qui donne une touche saline en bouche. La finale reprend des arômes de fruits acidulés et de poivre blanc du nez, avec une bonne longueur tendue par l’acidité du vin. Un vin racé, encore jeune mais très typique des terroirs marneux contenant de fortes doses de gypse (Grands crus Kanzlerberg et Altenberg de Bergbieten par exemple). Un grand vin dans sa phase peut-être difficile à goûter pour certains, mais qui est aujourd’hui le candidat idéal pour accompagner une cuisine exotique épicée (poisson cru au wasabi ou à la citronnelle, cuisine à la sauce d’huître ou aux herbes). Chacun trouvera sa préférence. Très Bien

Pour illustrer le contraste saisissant entre le style des Rieslings 2004 et 2002, Etienne cherche deux autres millésimes ayant connu des évolutions multiples.

Riesling Jubilée 1994 – Hugel et Fils : la robe prend des nuances jaune dorées. Le nez est discret, peu évolué et complexe avec des arômes de fruits mûrs, de miel, de tisane de plantes, de poivre blanc. La bouche est grasse en attaque, sèche et fondue avec une légère évolution perceptible qui renforce l’équilibre fondu en bouche. La finale est longue avec des arômes de menthe séchée. Pureté du fruit, minéralité et texture fondue donnent à ce vin sec un équilibre que seuls les grands vins possèdent après 10 ans de garde dans un millésime mûr. (1994 en Alsace c’est un peu 1992 pour les bourgognes blancs). Remarquable cuvée qui fut semble-- il décriée à sa sortie. Le temps a oeuvré dans le bon sens. Très Bien

Riesling Jubilée 1987 – Hugel et Fils : Le nez est évolué et très minéral avec des arômes complexes de poivre, de cuir, d’encaustique et de fumée, évoluant par paliers sur des notes de fleurs séchées. La bouche est ample et minérale en attaque, puis dense et très grasse avec une acidité légère qui affine l’équilibre. La finale est épicée, très longue. Un vin à maturité, parfait à boire aujourd’hui, dans un style un peu moins austère que le 1985 bu il y a deux ans. Superbe exemple de l’évolution de cette cuvée dans le temps. (note : la récolte a aussi donné lieu à une vendange tardive). Très Bien

Gewurztraminer Jubilée 2003 – Hugel et Fils (21€) : Le nez est ouvert, riche et très mûr avec des arômes de fruits mûrs et d’épices. La bouche est moelleuse en attaque, puis plus sèche, minérale et souple avec beaucoup de pureté. Le style opulent de ce vin convient parfaitement au coté surmûri du millésime, et cette cuvée Jubilée a conservé une belle netteté aromatique sans lourdeur en bouche. Le gras et les épices avec une légère touche tannique en finale donnent une bonne structure. Très Bien

Pinot Noir Les Neveux 2003 – Hugel et Fils : La robe est rouge sombre tirant sur le violet,  avec des légers reflets tuilés. Le nez est intense, ouvert et net, avec des fruits noirs, du cassis et de la myrtille, évoluant sur de la figue, du chocolat et du pruneau avec des notes toastées. La bouche est sèche et concentrée en attaque, puis le vin se montre concentré avec des tanins frais qui sont désormais intégrés à l’ensemble. Seule le boisé semble encore un peu dissocié, mais l’évolution du vin depuis l’année dernière est remarquable, et on peut tout doucement commencer à apprécier cette cuvée dégustée ici à partir d’une demi-bouteille. Le vin reste sur un équilibre très mur assez inhabituel pour un pinot noir, et s’il s’assouplit avec le temps il ne perdra pas son caractère surmûri. Le millésime 1990 de cette cuvée est à mon avis plus dans un style bourguignon classique. Il ne reste plus qu’à attendre dix ans... Très Bien

Une dégustation très intéressante de quelques vins sélectionnés par Etienne Hugel, qui apporte son lot de réjouissance : 2005 est très réussi, le pinot noir 2003 les neveux commence enfin à sortir de sa phase ingrate, et le riesling Jubilée 2004 montre un style plus facile à boire jeune que certains autres millésimes. Ce 2004 sera certainement rapidement épuisé car son style est très plaisant, alors mieux vaut ne pas trop tarder pour s’approvisionner.

Sur un point plus commercial, le caveau Hugel au centre de Riquewihr témoigne de l’attrait touristique international d’un village comme Riquewihr (un des plus beaux  et plus visités de France dit-on), et de la réputation de la maison. La maison Hugel exportant dans près d’une centaine de pays, le caveau est une destination de choix pour tous les touristes qui visitent le village. Pendant l’heure et demi que j’ai passée au caveau, j‘ai ainsi vu passer un couple venu du Koweit, une famille brésilienne, un couple d’américains, des anglais et des hollandais. Ces clients n’achètent pas des cartons par dizaines, mais parfois quelques bouteilles souvenir quand même. Et ils repartent avec un souvenir qui sera très présent quand ils achèteront du vin de retour au pays. La possibilité d’une rencontre en personne avec Jean Hugel en personne apportait ce jour là une touche encore plus incroyable. On comprend le rôle que joue une grande maison comme Hugel dans l’essor des vins d’Alsace à l’étranger.

Thierry Meyer 

  • Hugel et Fils – Voir le site Internet pour les détails de contact

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Discuter du domaine Hugel sur le forum de degustateurs.com