Les vins du Groupe Wolfberger – Partie 1

Depuis le mois d’avril 2006, l’Oenothèque Alsace a pris ses quartiers colmariens dans la salle de dégustation moderne de l’espace Wolfberger. C’était l’occasion de goûter l’ensemble de la gamme avec des vins à la qualité très hétérogène, qui reflètent bien la diversité de la production de la région. L’occasion aussi de faire une mise au point sur les qualités réelles d’une cave souvent décriée par des amateurs se disant « avertis » mais souvent adeptes de lieux communs, qui n’ont pas souvent eu l’occasion de goûter les différentes cuvées. Le groupe Wolfberger représente environ dix pour cent de la production alsacienne, et à ce titre propose plusieurs niveaux de qualité. Un tour d’horizon sans concessions avec quelques belles réussites aptes à changer l’image que les amateurs se font de la maison. La première partie porte sur les cépages sylvaner, muscat, pinot blanc et pinot noir.

Près de 100 vins différents ont été dégustés depuis le mois de mars 2006. Les prix sont les prix de vente du printemps 2006 à l’espace Wolfberger à Colmar, magasin commercialisant une grande partie des vins des différentes entreprises du groupe Wolfberger.

Les vins dégustés se répartissent en trois grandes catégories d’étiquettes, hiérarchisées comme suit :

Gamme Wolfberger : domaine historique d’Eguisheim comprenant sous cette étiquette les acquisitions du Château Ollwiller, de la cave de Dambach la Ville Krossfelder et celle du Vieil Armand à Wuenheim

  • Gamme Belle-Saison : vins Primeurs, souvent récoltés à la machine, mis en vente au printemps qui suit la vendange
  • Gamme Vins de Talent : étiquette noire classique
  • (Gamme étiquettes jaunes pour GMS)
  • Gamme Médaillés : étiquette noire + médaille (Macon, Colmar, Paris)
  • Les Grandes Réserves, des cuvées portant un nom spécifique d’après leur cépage : Réserve des Seigneurs, Cuvée La Louve, Cuvée du Schlossherr et Cuvée Saint Léon
  • Gamme « Hospices de Strasbourg », élevé dans la cave historique des hospices.
  • Gamme BIO, qui a débuté en 2002, mais seulement certifiée à partir du millésime 2003
  • Gamme Armoriés (généralement des VT déclassées pour les blancs)
  • Gamme Grands Crus
  • Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles

Domaine JUX : domaine situé dans la Harth

  • Gamme tradition sans aucune indication sur l’étiquette
  • Gamme « Réserve », du niveau de concentration et de prix d’un GC

Alsace WILLM : la maison de Barr qui exporte vers l’Amérique du Nord

  • Willm Sélection
  • Cuvée Emile Willm
  • Grands Crus
  • VT et SGN (commercialisés à Barr seulement)


Les Sylvaners (8 mars 2006)

Sylvaner Sélection 2003 – Alsace Willm (3.9€): La robe est or pâle. Le premier nez est floral avec des nuances de fleur d’acacia, peu intense et légèrement évolué, prenant des notes poussiéreuses à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, puis immédiatement plus fraîche, évoluant assez souple en gardant du gras. La finale est simple, anisée et sèche, assez longue. (12%) Bien

Sylvaner Bio 2003 – Wolfberger (5.5€): Le nez est parfumé, floral et agréable avec des notes de tilleul. La bouche est grasse en attaque, ample et fraîche avec une belle présence tannique en bouche, finissant sur des aromes floraux. Un équilibre sympathique pour ce vin sec et léger. Bien

Sylvaner Médaille d’Or 2003 – Wolfberger (4.3€): La robe est moyennement intense. Le nez est franc, doux et parfumé, avec des arômes de frangipane et de fleurs blanches, évoluant sur des notes grillées et fruitées. La bouche est franche en attaque, assez concentrée, légèrement poussiéreuse. La finale est sèche, crayeuse sur la langue, assez courte. Malgré une vendange peut-être un peu trop triturée, la matière est assez concentrée. (12%) Bien

Une série de Sylvaners assez intéressante, avec des équilibres secs et parfumés sur les 3 vins sélectionnés parmi les 5 disponibles. Les rendements étaient plus bas que d’habitude en 2003, et l’état sanitaire assez bon.

Les Pinots Blancs (8 mars 2006)

Pinot Blanc Sélection 2004 – Alsace Willm (4.3€): La robe est or blanc avec des légers reflets orangés. Le nez est discret et fruité, évoluant sur des notes de silex et de fruits acidulés. La bouche est vive en attaque, restant frais à l’évolution avec un léger moelleux qui vient l’adoucir. La finale est fruitée, assez longue. Un pinot blanc franc. Bien

Pinot Blanc Médaille d’Or Paris 2004 – Wolfberger (4.6€): La robe est jaune pâle, brillante. Le nez est discret, floral, légèrement végétal, très net et devenant plus fruité à l’aération. La bouche est vive en attaque, assez végétale avec du gras à l’évolution, finissant sur un coté salin qui fait saliver. Un pinot blanc frais et franc malgré un léger manque de maturité. Bien

Pinot Blanc Bio 2003 – Wolfberger (5.95€): la robe est brillante, de nuance or blanc. Le premier nez est floral, assez intense, diminuant un peu en intensité à l’aération. En bouche l’attaque est grasse, évoluant sur un registre plus frais, un peu confit, avec une belle finale fruitée et sèche. Un vin mûr, bien fait. Bien

Pinot Blanc Réserve 2002 – Domaine Jux (4.2€): le nez est fruité, sur des fruits acidulés, avec des arômes de rhubarbe. La bouche est acidulée en attaque, assez fraîche avec une évolution sur les agrumes verts, finissant sur une note un peu plus moelleuse. Un vin franc et net qui reste léger. Bien

Les pinots blancs semblent plus fragiles dans leur équilibre, le rendement généreux et la maturité étant parfois limite et donnant des vins de consommation rapide. Dans un millésime comme 2004, les vin s’en sortent plutôt bien avec une fraîcheur qui le rend désaltérants. 4 vins sélectionnés sur 6.

Les Muscats (8 mars 2006)

Muscat Belle Saison 2004 – Wolfberger (4.85€): le premier nez est très expressif, fruité sur des arômes de pêche, diminuant en intensité à l’aération. L’attaque en bouche est fraîche, avec une évolution sèche, un peu crayeuse, léger et construit sur la fraîcheur du fruit. Un vin léger et parfumé, à boire rapidement tant que les arômes sont encore présents. Bien

Muscat Cuvée de la Comtesse 2003 – Wolfberger (6.8€): Le premier nez est discret et un peu évolué, prenant des arômes de fleurs blanches à l’aération sans gagner en intensité. En bouche l’attaque est fruitée, sur des fruits acidulés, devenant grasse et assez souple avec des arômes floraux. La finale est assez longue et parfumée. Un vin simple, léger mais agréable. Bien

Muscat Cuvée Emile Willm 2003 – Alsace Willm (7.4€): Le nez est discret, floral avec des notes de foin à l’aération. La bouche est franche et fruitée en attaque, assez grasse, presque lactée avec une sensation crayeuse sur la langue qui donne un peu de structure. Un vin mûr, typé 2003, assez plaisant. Bien

Les muscats sont bien réalisés sur le plan sanitaire, mais manquent un peu d’ampleur en 2003. La seule cuvée de 2004 goûtée ne s’en sort pas mal avec un beau parfum, malgré une matière légère. 3 vins sélectionnés sur 5.

Les Pinots Noirs (6 avril 2006)

Pinot Noir rosé Belle Saison 2005 – Wolfberger (4.85€) : la robe est claire, saumonée, brillante. Le premier nez est fruité, légèrement amylique, simple et moyennement intense. La bouche est franche en attaque, fraîche et fruité avec une matière souple et gouleyante. L’acidité se fait plus présente en finale, combinée à de légères notes végétales qui assèchent la langue. Un vin simple, fruité et pur, très agréable à boire frais, qui sera parfait en été 2006. Espérons que les diverses mises de ce vin se maintiendront à ce niveau. Bien

Pour information, la cuvée de rosé 2005 « Pink Wolf » commercialisée 3.85€ en grande surface est différente de cette cuvée Belle Saison: elle ne titre que 11.5% d’alcool, possède un nez plus discret, manquant de netteté, et une bouche légère sur un registre végétal et épicé. Mieux vaut payer un euro de plus et acheter au domaine la cuvée Belle Saison à mon avis.

Pinot Noir Réserve 2003 – Domaine Jux (5.65€) : La robe est rouge cerise noire, brillante et dense. Le premier nez évoque la ronce, puis gagne en intensité sur des arômes de fruits rouges et de la vanille, avant de diminuer en intensité en évoluant sur des notes florales et épicées. La bouche est souple et concentrée en attaque, évoluant sur des fruits de bonne concentration avec des tanins légers qui sont bien intégrés. La finale est légèrement asséchante avec de l’amertume. Un vin bien fait, gras et corsé, à garder quelques années pour qu’il se fonde un peu. Bien

Pinot Noir Bio 2003 – Wolfberger (6.95€): la robe est rouge cerise clair, grasse avec de belles jambes. Le premier nez est légèrement réduit, avec des notes de chocolat et de grillé, évoluant à l’aération vers plus de netteté avec des arômes de pêche et de fruits rouges avec une note boisée. La bouche est fruitée en attaque, puis souple avec des fruits rouges acidulés, évoluant sur une structure fruitée et gourmande soutenue par des tanins fins qui restent discrets. La finale est sèche mais de bonne longueur avec du fruit. Un vin bien fait, vinifié de manière cohérente avec des raisins mûrs. Un pinot noir à boire dès à présent ou à attendre. Bien

Pinot Noir Prestige 2003 – Domaine Jux (9.15€): la robe est rouge cerise noire très soutenue, avec de légers reflets orangés. Le premier nez est marqué par de l’acidité volatile et des notes empyreumatiques, évoluant à l’aération sur des arômes plus nets et plus intenses de fruits rouges. La bouche est fruitée en attaque, évoluant sur des fruits acidulés avec des tanins fins qui assèchent la bouche. Le fruit revient en finale avec une bonne longueur. Un vin puissant et mûr à garder quelques années, en buvant la cuvée Réserve plus ouvert en attendant. Bien

Pinot Noir Ollwiller 2003 – Château Ollwiller (8.7€): la robe est rouge cerise noire, profonde et très brillante. Le nez est parfumé, net avec des petits fruits noirs et une dose généreuse de bois neuf. La bouche est fruitée en attaque, franche avec une pointe asséchante, évoluant avec beaucoup de vinosité sur des petits fruits noirs acidulés (myrtille, cassis). La finale est assez longue, légèrement asséchante, mais laisse une impression de bonne concentration. Un beau vin doté d’un grand potentiel de bonification. A garder 5-6 ans pour en profiter pleinement. Bien

Pinot Noir Elsbourg 2004 – Alsace Willm (7.80€) : La robe est rouge cerise bigarreau, avec des grosses larmes colorées qui descendent rapidement le long des parois du verre. Le nez est ouvert, légèrement toasté avec des aromes de cerise et de ronce, conservant une bonne intensité à l’aération. La bouche est souple et fruitée en attaque, évoluant sur un fruit de bonne densité avec une acidité fondue, qui donne un équilibre fruité et léger qui s’associe parfaitement aux tanins polis. La finale est plus amère, avec des arômes de cerise et un boisé qui se montre arômatiquement très présent. Les tanins viennent du fût plus que de la rafle, donnant un équilibre corsé qui n’assèche pas trop la bouche. Un vin bien fait, à garder quelques années. Bien

Le Pinot Noir est un cépage difficile à produire pour plaire au consommateur. Trop léger il manque de couleur, trop corsé les tanins dominent le fruit, pourtant l’idéal est de proposer une vinification qui colle le mieux à la qualité de la matière première, quitte à produire lorsque les raisins ne sont pas au niveau des vins moins colorés et plus fruités, plus faciles à boire. La cuvée qui s’en sort le mieux est le rosé Belle Saison 2005, les pinots noirs de Jux et le Pinot Noir Elsbourg 2004 : sont-ce là les prémices d’une amélioration qualitative à venir dans les millésimes plus récents ? L’Elsbourg du coté de Hatschtatt est probablement le terroir qui a le plus grand potentiel, mais le Château Ollwiller possède des vignes qui produisent actuellement de plus beaux raisins. 7 vins sélectionnés sur 13.

Avec 17 vins retenus sur 29 dégustés, la gamme offre des flacons dignes d'intérêts qui ne démériteraient pas sur une belle table. Les cuvées non retenues sont buvables, mais manquent d'intérêt par une dilution marquée, un manque de maturité ou une évolution précoce.

Les rieslings, gewurztraminers et pinot gris vont permettre d'aborder les cépages nobles et les terrois, le patrimoine des 19 grands crus proposés par la cave offrant une grande diversité.

Lire la deuxième partie derrière ce lien...

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Discuter du groupe sur le forum de degustateurs.com