Domaine A. Hurst (Turckheim)

14 Août 2006 – Le Domaine A. Hurst est basé à Turckheim au pays du Brand ; c’est aujourd’hui Armand et Nicole qui gèrent l’exploitation, avec 10 ha de vignes dont un tiers sur les différents lieux-dits du Grand Cru Brand, et un autre tiers sur le coteau granitique de l’Eichberg derrière le Brand. Passage en revue de 32 vins marqués par les nombreux terroirs autour de Turckheim, et une véritable plongée dans les méandres du célèbre Grand Cru Brand.

Gros propriétaire sur le Grand Cru Brand, les vignes du domaine se répartissent sur la plupart des nombreux lieux-dits qui ont fait la réputation du terroir : Eichberg, Kirchberg, Schlatten, Kirchtal, Erstein, Schneid, Steinglitz, Schneckelsbourg, sans oublier le lieu-dit Brand, cœur historique du grand cru. Si la majorité du cru est basée sur un sous-sol de granit à deux micas de Turckheim, une petite veine calcaire du coté du Schlatten (sous l’Eichberg) et sur le Schneckelsbourg (juste en face du Heimbourg, dont une partie seulement est dans le Grand Cru Brand) change le style des vins en apportant un surcroît de gras et une puissance plus forte en fin de bouche, au risque d’augmenter le coté rustique de vins connus par ailleurs pour leur finesse. L’influence des vents et des différentes expositions du cru, Est, Sud-Est, Sud, permet également de jouer avec les cépages pour produire des vins plus ou moins charpentés et moelleux. La possibilité de goûter des vins issus de parcelles sur différents lieux-dits, cultivées et vinifiées par le même producteur est une véritable aubaine pour qui cherche à comprendre les subtilités du terroir, à l’instar des sélections parcellaires du domaine Albert Boxler de Niedermorschwihr sur les grands crus Brand et Sommerberg.

Les prix départ cave du mois de décembre 2006 sont indiqués. Les tarifs expédition sont légèrement plus élevés pour compenser le franco de port à partir de 24 bouteilles.

Riesling Grand Cru Brand Bouteille numérotée 2003 – A. Hurst : une cuvée originaire à 100% du lieu-dit Brand, cœur du grand cru. La robe est de nuance or blanc avec de légers reflets verts. Le nez est de bonne intensité, fondu avec des arômes de fleurs, de poivre blanc et de fumée. La bouche est sèche et vivace en attaque, puis fortement minérale, fruitée avec du gras. La fin de bouche est longue, sur des notes minérales. L’effet millésime est discret sur cette bouteille qui magnifie le terroir du Brand. Très Bien

Riesling Grand Cru Brand « Schneckelsbourg » 2003 – A. Hurst : La robe est or pâle à reflets verts. Le nez est plus discret, minéral, évoluant sur des notes de camphre et de sous-bois. La bouche est sèche, plus crayeuse en attaque, avec du gras en évolution et une acidité un peu plus rêche. L’équilibre possède une puissance similaire à la cuvée numérotée, mais dans un style plus rustique. Très Bien

La comparaison des deux cuvées est exemplaire pour comprendre la notion de lieu-dit même au sein d’un même grand cru. S’agit-il d’une simple intellectualisation ? Pour en avoir le cœur net, Armand me présente à l’aveugle deux verres avec des échantillons tirés de la cuve des mêmes cuvées vinifiées à part issues du millésime 2005. Le nez suffit déjà à reconnaître les deux cuvées, la bouche confirmant encore plus l’exceptionnelle finesse du lieu-dit Brand.

Riesling Grand Cru Brand Bouteille numérotée 2005 – A. Hurst (10€): La robe est or vert. Le nez est net et intense sur des arômes de fleurs blanches et de fruits à chaire blanche dont la poire. La bouche est fine, grasse et légèrement fumée avec une longue finale. Un vin délicat et fin, qu’il faudra suivre à sa sortie. Un coup de cœur personnel. (Très Bien)

Riesling Grand Cru Brand « Schneckelsbourg » 2005 – A. Hurst : La robe est or pâle avec de légers reflets verts. Le nez est floral, légèrement terreux. La bouche est grasse, charnue avec une acidité plus présente, dans un style épicé qui donne du relief à la fin de bouche, sans avoir la finesse du vin précédent. (Bien)

Riesling Grand Cru Brand Vieilles Vignes 2002 – A. Hurst (12€): Issu des vielles vignes sur les lieux-dits Kirchtal et Schlatten. Le nez est net, de bonne intensité, avec des arômes d’ananas, de fruits exotiques, puis de poivre et de fruits acidulés typiques des vins surmaturés du millésime 2002. L’attaque en bouche est moelleuse et acidulée, puis plus minérale avec une acidité plus mesurée, évoluant sur de beaux amers et des notes d’écorce d’agrume. Une cuvée qui prend un équilibre sec au vieillissement, malgré les 14 g/l de sucre résiduel. Très Bien

Riesling Schneckelsbourg 1978 – August Hurst : Avant l’avènement du Grand Cru Brand, le domaine revendique une cuvée Scheneckelsbourg depuis 1963. Le millésime 1978 est froid et difficile pour le riesling, avec une bouteille qui présente aujourd’hui un nez discret et évolué, et une bouche acidulée aux notes de foin et d’encaustique, finissant sur des arômes d’herbe sèche. Le vin conserve une trame solide, mais est aromatiquement altéré. Le bouchon en mauvais état est peut-être la cause de cette altération, il faudra regoûter le vin. Bof

Sylvaner Turckheim 2004 – A. Hurst (3.8€) : la robe est or pâle, limpide. Le nez est de bonne intensité, avec des arômes d’herbe coupé et de brioche qui trahissent une petite fermentation malolactique. La bouche est grasse en attaque, avec du gaz qui apporte de la fraîcheur, puis sèche, acidulée, évoluant sur un équilibre sec et gras. Très Bon rapport qualité-prix. Bien

Pinot Blanc 2004 – A. Hurst (5€) : une cuvée 100% pinot blanc issue de parcelles sur le Hinterer Eichberg, la face arrière de l’Eichberg au dessus de la Cave Coopérative de Turckheim. La robe est or blanc très clair. Le nez est marqué par des arômes nets de fleurs printanières et de muguet, puis par des notes de fruits acidulés. L’attaque en bouche est fraîche voire vive, puis le vin se montre sec, moyennement dense avec une légère amertume. La fin de bouche reste fraîche et propose une belle pureté. Un vin de bonne maturité, plaisant à boire dès à présent. Bien

Riesling Turckheim 2005 – A. Hurst (5€) : une cuvée issue de plusieurs parcelles de coteaux dont des jeunes vignes du Grand Cru Brand et de quelques parcelles autour du Grand Cru (Heimbourg à l’Est, Schlichtenhardt à l’Ouest derrière la Cave Coop). La robe est or pâle. Le nez est intense, muscaté avec des arômes d’herbe coupée et de menthe. La bouche est ample en attaque avec du gras, puis se montre sèche, fumée et poivrée avec des notes d’anis en évolution. L’équilibre est sec avec une bonne minéralité, et si le vin n’a pas la pureté minérale d’un grand cru à cause de l’assemblage de plusieurs terroirs, il montre une belle profondeur. Excellent rapport qualité-prix dans le grand millésime 2005. Bien

Riesling Heimbourg Sigillé 2004 – A. Hurst (15.6€ en Magnum) : Le sol marno-calcaire du Heimbourg est de la même veine que le terroir Grand Cru Hengst, et produit des rieslings ample, souvent de grande garde. La robe de ce 2004 est or pâle, avec de légers reflets verts. Le nez est mûr, fruité et minéral avec des arômes de fruits à chair blanche et de brioche. La bouche est sèche et grasse en attaque, puis assez profonde et minérale avec une belle matière en évolution. La fin de bouche est ample, de bonne longueur avec une bonne acidité. Voilà un vin bien structuré, issu de raisins murs (récoltés entre 12.5% et 15% potentiels selon les parcelles). La fermentation malolactique et les 6g/l de sucre résiduels ont un peu arrondi le vin pour le rendre facile d’accès jeune. Un vin à servir en magnum dès à présent sur une grande tablée, ou à conserver. Très Bien

Riesling Heimbourg 2005 – A. Hurst (6.5€): La robe est pâle, brillante. Le nez est encore jeune, moyennement intense avec des notes de fleurs blanches et d’agrumes frais. La bouche est ample et acidulée en attaque, puis plus nerveuse avec une acidité bien présente. La finale se montre à nouveau plus florale avec de la finesse. Un vin bien né, récolté moins mur et moins ouvert que le 2004, à garder quelques années. Bien

Riesling Grand Cru Brand Vendanges Tardives 2000 – A. Hurst : Une cuvée tardive issue du lieu-dit Schneckelsbourg. La robe est or pâle. Le nez est surmuri avec des arômes de miel et d’écorce d’orange, légèrement évolué avec une note d’alcool. La bouche est grasse en attaque, souple et minérale avec une acidité mesurée, évoluant sur un style gras et sec. Il y a moins de 4g/l de sucre résiduel dans cette cuvée qui a fermenté tous ses sucres, mais le style vendange tardive est là, confirmant qu’il ne s’agit pas d’une question de sucrosité mais bien de maturité. La finale possède un joli moelleux issu de l’alcool et de l’acidité basse. Très Bien

Muscat 2005 – A. Hurst (5.3€) : Une cuvée 100% muscat Ottonel, produite sur le lieu-dit Schlittweg, au cœur du terroir de graves et de loess communément appelé « Herrenweg ». Le nez est intense, net et de bonne maturité avec des arômes de raisin, de menthe fraîche et de poivre blanc. La bouche est ample en attaque, avec du gaz, uis se montre sur un registre sec et parfumé, avec un corps moyen. La finale est poivrée avec une longue persistance. Un bon muscat sur le grand millésime 2005, qui se montre encore un peu jeune et austère, mais qui sera parfait au printemps 2007. A ce prix, achetez-le dès maintenant, il n’en restera peut-être plus après Noël. Bien

Muscat Grand Cru Brand Cuvée Aurélie 2004 – A. Hurst (9.5€) : La parcelle de muscat d’Alsace qui produit ce grand vin réputé est située sur le haut du lieu-dit Brand. La robe est jaune doré, profonde et éclatante. Le nez est riche, surmuri, avec des arômes d’agrumes confits. La bouche est grasse et légèrement moelleuse en attaque, puis ample avec une acidité légère, évoluant sur des notes de miel. Le vin a du corps, se goûte sur un équilibre sec malgré les 9g/l de sucre résiduel, et si la finale se montre riche et très pur, l’ensemble a besoin de se fondre. Un grand muscat de terroir aujourd’hui, un vin immense dans quelques années. Une cuvée qu’il faudra savoir attendre. Très Bien

Muscat Grand Cru Brand Cuvée Aurélie 2005 – A. Hurst : Le même vin goûté en cuve dans le grand millésime 2005 se montre plus austère : robe pâle, nez floral et mentholé agrémenté d’une pointe de surmaturité, avec des notes de levure. La bouche est moelleuse en attaque, puis pure et dense avec une belle richesse, prenant des notes mentholées en évolution. La finale est plus sèche, poivrée avec une longue persistance de notes florales. Un grand vin en préparation, probablement à maturité entre 2015 et 2030... (Bien)

Muscat Grand Cru Brand Vendanges Tardives 2001 – A. Hurst (18.3€, épuisé) : la robe est or pâle avec de légers reflets verts. Le nez est moyennement intense, fruité avec des notes d’abricot sec, de fruits à chair blanche et de miel. La bouche est moelleuse en attaque, puis acidulée avec beaucoup de chair, présentant un bel équilibre à la fois frais et moelleux (37g/l de sucre résiduel). La fin de bouche est très longue et complexe, avec un florilège d’arômes d’agrumes frais, de citron confit, de fleur d’oranger, de miel et de verveine. Un muscat récolté à 17 degrés potentiels (16.4 sont suffisants pour revendiquer la mention SGN), et une nouvelle preuve de la capacité qu’ont les grands muscats alsaciens à produire des vins demi-secs ou moelleux de grande classe. Sur un terroir granitique fin, le muscat donne ici un vin à la sucrosité mesurée, mais tout en rondeur avec une palette aromatique remarquable. Grand terroir, grand millésime, grand vin, l’équation est évidente. A essayer sur un foie gras d’oie servi avec un chutney de mangues. Excellent

Pinot Gris 2004 – A. Hurst : Le nez est aromatique, avec des notes typées e miel, de sous-bois et de grillé. La bouche est grasse et sèche en attaque, puis légère avec une bonne maturité et un équilibre sec. La finale est courte et nette. Un pinot gris issu du coteau Hinterer Eichberg (derrière le lieu-dit Eichberg du GC Brand), terroir granitique moins complexe que le Brand, qui donne ici un pinot gris élégant et facile à boire. Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand 2004 – A. Hurst (11€ en 75cl) : Le nez est intense, avec des arômes d’herbes sauvages, de sous bois et de miel, évoluant sur des notes de fruits secs et de pierre à fusil. La bouche est ample en attaque, très minérale avec une grande finesse, sèche avec une fine acidité qui lui donne de l’élégance. La finale est longue sur des notes fumées. Un pinot gris d’apparence assez légère mais dont la forte minéralité en fera un vin de choix à table. La cuvée vendue en 75cl est d’équilibre sec (3.5g/l de sucre résiduel) et est issue du lieu-dit Brand. Un coup de cœur personnel. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand 2003 – A. Hurst : Le même vin en 2003 possède un nez plus évolué, minéral avec des arômes de fruits secs et de sous-bois. La bouche est grasse, très fluide et évite de tomber dans la lourdeur grâce à une forte présence minérale. La finale est de bonne longueur, marquée par un léger moelleux (8g/l de sucre résiduel). Issu du lieu-dit Brand, les vignes ont visiblement un enracinement suffisamment profond pour avoir résisté à la canicule de 2003, qui a été particulièrement difficile pour les vignes sur terroirs granitiques. Un vin minéral où le terroir domine le cépage et le millésime Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand 2004 – A. Hurst (7.7€ en 50cl) : La cuvée 2004 vendue en 50cl est d’équilibre moelleux et est issue du lieu-dit Erstein (aucun rapport avec la production de sucre du célèbre village :-) . le nez est de bonne intensité, avec des arômes de fruits mûrs, de miel et de sous-bois. La bouche est moelleuse an attaque, puis ample et moelleuse avec une touche de champignon en finale. Un vin d’équilibre plus classique, moelleux avec ses 19g/l de sucre résiduel, mais doté d’une belle minéralité, et qui plait beaucoup apparemment. Bien

Gewurztraminer Herrenweg 2005 – A. Hurst (7€) : Echantillon tiré de la cuve, le 2004 étant épuisé. Le nez est très typé 2005 avec des arômes intense de rose, de lilas blanc et de poivre. La bouche est sèche en attaque, puis grasse et légère avec une petite minéralité. La finale est plus souple, de bonne longueur avec des arômes de rose. Un beau gewurztraminer de style sec très typé par le millésime 2005. (Bien)

Gewurztraminer Grand Cru Brand Cuvée Angélique 2002 – A. Hurst : une cuvée issue de plusieurs parcelles sur les lieux-dits Schneid, Schneckelsborg, et Brand. La robe est jaune doré. Le nez est mur, sur des arômes de fruits confits avec une pointe d’acidité volatile. L’attaque en bouche est moelleuse, avec de la fraîcheur, puis le vin se montre riche, aérien avec des arômes de fruits exotiques en finale. Le vin est haut en alcool (14.5%), discret en sucre (10g/l), et donne un équilibre surmaturé sec qui convient bien au gewurztraminer dans ce millésime. Parfait sur une cuisine asiatique aigre-douce. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Brand Cuvée Angélique 2004 – A. Hurst (7.7€ en 50cl, 11€ en 75cl) : une cuvée issus de plusieurs parcelles sur les lieux-dits Schneid, Schneckelsborg, et Brand. Le nez est discret, légèrement fruité avec des arômes de mangue et de litchi. La bouche est grasse en attaque, légère, minérale et aérienne, avec beaucoup de finesse et un équilibre moins surmuri que le 2002 (13.5% d’alcool, 9g/l de sucre résiduel). Un vin à attendre. Bien

Pinot Noir 2005 – A. Hurst (7€ en 75cl, 5€ en 50cl) : la robe est rouge cerise claire, légère, presque rosée. Le nez est de bonne intensité, sur les fruits rouges avec des notes fumées en évolution. La bouche est fraîche, légère et assez souple avec de légers tanins en finale. Un pinot noir de léger à boire frais, avec une bonne maturité. Assemblage de raisins issus des granits du Hinterer Eichberg et des graves de la plaine de Turckheim, vinifié avec 20 jours de macération carbonique. Bien

Pinot Noir Vieilles Vignes 2004 – A. Hurst (10€) : Une cuvée issue de la partie supérieure du lieu-dit Brand dans le Grand Cru Brand. La robe est rouge-orangée, claire et brillante. Le nez est intense, avec des arômes de fraise cuite. La bouche est souple et épicée en attaque, puis souple et concentrée avec des arômes de fruits mûrs. La fin de bouche est plus sèche, marquée par des tanins fins, et des notes grillées. Un pinot noir aérien de bonne maturité, facile à boire jeune mais qui se conservera longtemps. Probablement ce qu’on peu produire de mieux sur un terroir granitique, les sols marno-calcaires étant plus propices à la production de vins profonds. Très Bien

Pinot Noir « Fût de Chêne » 2004 – A. Hurst (12€) : Les jeunes vignes du Brand sont utilisées pour la cuvée boisée. La robe est rubis clair, très brillante. Le nez est discret, fruité et marqué par la barrique. L’attaque en bouche est souple, marquée par la sucrosité du bois toasté, puis le vin se montre souple sur des fruits rouges cuits, avec des notes de ronce et de bois. La fin de bouche se montre plus tannique avec des arômes de fraise cuite. Une cuvée à ne pas garder trop longtemps pour conserver la bonne intégration du fruit et du bois et éviter que le vin ne s’assèche. Un peu cher à mon avis relativement aux autres cuvées du domaine. Bien

Sylvaner « Cuvée Rare » 2004 – A. Hurst (13€) : la série des vins moelleux débute par cette rare cuvée de Sylvaner moelleux (58g/l de sucre résiduel). La robe est intense, ambre avec des reflets cuivrés. Le nez est intense, ouvert, avec des arômes de miel, de thé et de fruits secs. La bouche est moelleuse, riche avec une bonne salinité, évoluant sur des aromes de tarte tatin avec une légère amertume en finale qui rappelle le cépage. Une cuvée récoltée à maturité grains nobles (18 degrés potentiel), à servir en dessert à l’aveugle. Bien

Riesling Grand Cru Brand Vendanges Tardives 2004 – A. Hurst (17€) : Issu du lieu-dit Brand, le vin présente un nez ouvert, net et mûr avec des arômes de pêche et de fumée. La bouche est moelleuse en attaque, aérienne avec des arômes de pamplemousse rose, puis évolue sur un équilibre aérien à la minéralité encore discrète, dominée par le moelleux du vin (35 g/l de sucre résiduel). La fin de bouche est longue, sur des notes d’agrumes murs. Une cuvée à garder 5 ans au moins. Bien

Riesling Grand Cru Brand Sélection de Grains Nobles 2000 – A. Hurst : le lieu-dit Brand a produit en 2000 une sélection de grains nobles riche (76g/l de sucre résiduel). Le nez est intense, surmuri avec des arômes de miel, de fruits confits et de cuir. La bouche est moelleuse en attaque, puis liquoreuse avec une fine acidité, évoluant vers une finale très longue dominée par des arômes de pamplemousse rose et de miel. Un vin en début de carrière, de très longue garde, encore dominé par une forte liqueur aujourd’hui. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Brand Sélection de Grains Nobles 1999 – A. Hurst (27.45€ en 75cl) : La robe est jaune dorée. Le nez est net, intense, avec des arômes de coing, de miel et de thé. La bouche est moelleuse, fraîche et élégante en attaque, puis riche et minérale avec une liqueur fine (61 g/l de sucre résiduel). La fin de bouche est longue avec des arômes d’abricot sec et une note d’herbe sèche. Une cuvée issue du lieu-dit Brand, déjà aboutie et facile à boire, qui bénéficiera de quelques années de garde. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Brand Sélection de Grains Nobles 2001 – A. Hurst (19€ en 50cl) : la robe est dorée, de nuance vieil or, brillante et profonde. Le nez est ouvert, intense avec des arômes d’abricot, de fumée et de foin. La bouche est liquoreuse, très pure avec des arômes de coing et d’abricot, évoluant sur un équilibre liquoreux rehaussé par une fine acidité (91g/l de sucre résiduel). La finale est longue, avec une sensation de manger de la pâte de fruits acidulés. Seule une légère amertume en fin de bouche rappelle le cépage. Une cuvée gourmande à boire ou à garder, selon l’usage qui en sera fait. Très Bien

Auxerrois Cuvée Rare 2004 – A. Hurst : Après le sylvaner, c’est le cépage auxerrois qui offre une curiosité moelleuse. Récolté à plus de 20 degrés potentiels, la cuvée titre 14 degrés d’alcool pour 116 g/l de sucre résiduel. La robe est profonde, de nuance vieil or. Le nez est discret, sur des notes confites, annonçant une bouche liquoreuse à l’acidité très fine, évoluant sur un équilibre encore très sucré. La finale est marquée par des notes de miel et des arômes de fleurs plus fraîches. Un vin à attendre pour que le forte sucrosité se calme et que l’élégance de l’auxerrois se réveille. A essayer après le dessert en fin de repas. Très Bien

Les vins possèdent une belle homogénéité, et si les concentrations souvent moyenne par rapport aux producteurs stars (50hl/ha sur le Riesling Brand 2005 tout de même), les cuvées se goûtent bien jeunes et les prix très raisonnables en font de très bonnes affaires. La présence de nombreuses bouteilles en 50cl permet une consommation à table à 4 personnes sur un plat, et les quelques références de magnums offrent de quoi animer une grand table au moment des fêtes de fin d’année.

Si l’élevage souvent long donne des vins de garde, la fermentation malolactique de plusieurs cuvées leur donne un style qui n’est pas toujours facile à comprendre jeune, les vins se montrant parfois assez mou la première année après leur mise en bouteille. Les nombreuses bouteilles Sigillées bues lors des séminaires de vieux millésime ont pourtant confirmé depuis longtemps la bonification et la grande tenue des vins dans le temps, en particulier le Muscat Grand Cru Brand dont les exceptionnels millésimes 1976 et 1985 sont aujourd’hui encore de véritables monuments. S’il faut garder une cuvée phare du domaine, c’est bien ce muscat.

Sur les différents vins du Grand Cru Brand, le lieu-dit Brand possède une finesse exemplaire qui se distingue des autres. En Bourgogne la colline aurait certainement été délimitée différemment, avec un Grand Cru Brand de taille mesurée, entouré de plusieurs premiers crus, comme autour du Musigny par exemple. Une telle séparation aurait peut-être été trop compliquée à faire passer en Alsace, la délimitation actuelle des crus ayant déjà donné beaucoup de fil à retordre aux vignerons.

Du coup, avec un Grand Cru de 58 hectares comprenant tant de zones différentes, certaines nuances disparaissent, et la typicité du Brand devient plus floue à percevoir lorsque les vins proviennent de producteurs qui ont des parcelles sur une zone précise. Est-ce vraiment un bon choix ? Les dégustations de ce type donnent en tout cas envie de chercher à comprendre encore plus la finesse des terroirs alsaciens.

Thierry Meyer

  • Nicolas et Armand HURST
  • 8 rue de la Chapelle
  • 68230 Turckheim
  • Tel 03 89 27 40 22
  • Fax 03 89 27 47 67
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici

Discuter du domaine A. Hurst sur le forum de degustateurs.com