Domaine Paul Blanck (Kientzheim)

12 Novembre 2005, lors des 24h du riesling alsacien

Samedi matin, alors que le brouillard peine à se lever sur Kientzheim, nous partons à la rencontre de Philippe Blanck. La présentation des terroirs de la région entre Turckheim et Sigolsheim est passionnante, entraîne de nombreuses questions, au point qu’on en oublie presque de goûter les vins. Le domaine cultive 38 hectares dont 12ha en grand cru (Sommerberg, Wineck-Schlossberg, Schlossberg, Furstentum et Mambourg) et 14ha sur des lieux dit (Altenbourg, Patergarten, Grafreben et Rosenbourg).


 


 

Image
Philippe Blanck explique la géologie du Grand Cru Furstentum
 

Chasselas 2004 – Paul Blanck : Le nez est assez parfumé, avec des notes de fruit blanc et de raisin frais. La bouche est grasse, pas trop acide, souple avec des notes florales en finale. Un peu de gaz est perceptible au début, qui s’estompe à l’aération. Bien

Sylvaner Vieilles Vignes 2003 – Paul Blanck : Le nez est discrètement parfumé, avec des notes de lilas et d’amande verte. La bouche est grasse, assez sèche et crayeuse sur la langue, avec un fruit intense soutenu jusqu’en finale par une jolie acidité. Un vin mûr et bien structuré, issu de vignes de 65 ans d’âge. Bien

Auxerrois Vieilles Vignes 2003 – Paul Blanck : Le nez est discret, avec des notes de fleur d’acacia. La bouche est assez grasse, sèche avec une acidité et des tanins présents. Le bouquet se réveille un peu en rétro-olfaction avec des notes de réglisse et de noisette, ainsi que du caramel en finale. La fin de bouche est un peu alcooleuse. Un vin surmûri qui garde une structure fine en bouche. Bien

Riesling 2004 – Paul Blanck : Le nez est fruité, légèrement beurré, avec des notes de citron vert. La bouche est aérienne, sèche, citronnée avec une fine acidité un peu piquante en fin de bouche. Un vin frais et agréable. Bien

Riesling Patergarten 2003 – Paul Blanck : La robe est jaune assez profond avec des reflets verts. Le nez est mûr, épicé, légèrement beurré avec des notes de citron confit. La bouche est grasse et sèche avec une acidité moyenne. La finale est assez longue et parfumée sur des notes de rose et d’anis. Un vin à garder encre un peu. Bien

Riesling Rosenbourg 2002 – Paul Blanck : Le nez est très parfumé, complexe avec des notes de citronnelle, de miel et de noisette, avec une légère évolution. La bouche est sèche, bien équilibrée avec une acidité assez marquée et des tanins perceptibles en milieu de bouche, reprenant les arômes citronnés et légèrement évolués du nez. Un vin à maturité proposant une belle minéralité. Très Bien

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2002 – Paul Blanck : La robe est jaune citron assez dense. Le nez est assez discret, floral sur des notes de fleur d’églantier. La bouche est dense, assez mûre avec une belle salinité sur la langue. Une belle expression tout en finesse du Wineck-Schlossberg, sans la maturité du Sommerberg, la richesse du Schlossberg ou la puissance du Furstentum. Au final un riesling très typé. Très Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2002 – Paul Blanck : la robe est jaune très éclatant. Le nez est parfumé, mûr et riche avec des notes de pierre à fusil et d’agrumes. La bouche est un peu amère, sèche et grasse en attaque, puis développe une grande finesse avec une grosse concentration et une finale longue. Un grand vin encore un peu jeune, doté d’un gros potentiel de garde. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Schlossberg 2001 – Paul Blanck : La robe est pâle avec un disque épais. Le nez est marqué par des notes de pierre à fusil, de foin et de noisette. La bouche est grasse et riche, avec un bel équilibre cristallin. On sent encore un peu de gaz à l’ouverture, et la finale se fait plus épicée. Le millésime, le cépage et le terroir s’expriment très bien dans ce vin à attendre encore un peu. Très Bien

Riesling Grand Cru Sommerberg 2003 – Paul Blanck : La robe est jaune pâle avec des reflets verts, jeune et chatoyante. Le ne est fin, minéral avec des notes d’agrumes. La bouche est grasse, crayeuse sur la langue, riche avec une acidité assez basse. Les tanins et des notes beurrées accompagnent la finale. Un vin très réussi en 2003, à garder un peu. Très Bien

Riesling Grand Cru Furstentum 2002 – Paul Blanck : la robe st jaune dense avec un bel éclat. Le nez est floral, mûr et complexe avec des notes de bergamote et de biscuit. La bouche est très fine et très sapide, avec une attaque assez douce et une acidité puissante qui apparaît en milieu de bouche. Le calcaire du sol apparaît clairement sur ce vin puissant qui se montre déjà très ouvert. Excellent.

Image
Un Grand Blanc(k) d’Alsace …

Riesling Grand Cru Furstentum Vieilles Vignes 1985 – Paul Blanck : La robe est jaune dense, assez foncé, avec des reflets verts. Le nez est très parfumé et complexe, se dévoilant par couches successives avec des notes de café, fruits secs, pain grillé fumée, encaustique, houblon. La bouche est grasse, riche et encore très jeune, avec une acidité fine et fondue qui procure un équilibre proche de la perfection. Le millésime 2002 a certainement plus de matière et plus de potentiel encore, mais à 20 ans d’âge, ce flacon est un bel exemple d’un grand vin alsacien à maturité. Une sorte d’exemple à suivre qui illustre le potentiel de la région. Excellent.

Gewurztraminer Grand Cru Furstentum 2001 – Paul Blanck : La robe est pâle avec beaucoup d’éclat. Le nez est parfumé, assez complexe, mielleux avec des notes de pierre à fusil. La bouche est ronde avec un moelleux très fondu, encore marqué par le gaz carbonique, avec une belle acidité qui donne une impression tonique. La finale dévoile des arômes de rose. Un vin qui se boit bien sur le fruit, à garder quelques années de plus pour faire ressortir son terroir. Très Bien

Riesling Grand Cru Furstentum Vendanges Tardives 1999 – Paul Blanck : Le Riesling a été récolté à maturité de sélection de grains nobles, et a finalement terminé en VT. La robe est jaune dorée, très brillante. Le nez est parfumé, minéral avec des notes de cuir, de figue et de caramel, avec une touche oxydative qui rappelle un jeune cognac. La bouche est grasse, ample avec un moelleux fondu. L’acidité n’est pas beaucoup perceptible, mais c’est un équilibre entre une acidité très élevée (8.5g/l exprimé en tartrique) et une liqueur très forte (90g/l de sucre résiduel). L’ensemble est encore dominé par cet équilibre sucre/acide qui laisse peu de place à la minéralité du vin sur la langue, et si le nez est déjà très ouvert, il faudra être patient pour  que le vin dévoile tout son potentiel. Très Bien

Image
Une dégustation très conviviale au caveau

Une belle dégustation pour débuter le week-end consacré au riesling. Le domaine a la chance de pouvoir proposer des vins de plusieurs terroirs très différents. Sommerberg, Schlossberg et Wineck-Schlossberg sont certes des terroirs granitiques, mais à la désagrégation différente, ce qui donne des styles très différents. Le millésime 2002 a produit des rieslings très minéraux, à l’acidité typée selon les terroirs d’origine.  Les 2003 ne sont pas en reste avec de beaux équilibres sur les vins souvent issus de vieilles vignes. Le haut niveau d’ensemble des rieslings est remarquable. Il faudra goûter le reste de la production, en particulier les gewurztraminer et pinots gris sur les terroirs plus argileux (Furstentum, Mambourg et Altenbourg). Le domaine s’est doté d’un site web complet qui donne des informations sur les terroirs, les vins et les millésimes.

Thierry Meyer

Domaine Paul Blanck et Fils
29-32, Grand'Rue
68240 Kientzheim
Tel : 03 89 78 23 56
Fax : 03 89 47 16 45
Site Web du Domaine
email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici