Degustation "in-situ" à Andlau

Degustation "in-situ" à Andlau
18 septembre 2005

Quel plaisir que de goûter des vins de terroir les pieds dans les vignes. Avec quelques amis européens, la matinée de dimanche 18 septembre était parfaite : un beau soleil, un vent du nord un peu frais, et les pieds dans le Kastelberg à Andlau.

 

La première comparaison consiste à goûter les deux crus adjacents, Kastelberg et Wiebelsberg en prenant comme base le riesling 2002 de Guy Wach.

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 2002 – Domaine des Marronniers : La robe est jaune citron assez dense avec des reflets verts. Le nez est assez parfumé, avec des notes d’agrumes, de citronnelle et de fleurs blanches. La bouche est riche, assez grasse avec une belle fraîcheur même si l’acidité n’est pas mordante, et termine avec un coté épicé sur la langue. Un joli vin encore jeune, doté d’une belle finesse, dans un style pur et fruité. Très Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg 2002 – Domaine des Marronniers : La robe est jaune pâle avec des reflets verts. Le nez est parfumé, minéral avec des notes de menthe, de mousseron, de camphre et un coté poivré qui apparaît à l’aération. La bouche est très fortement minérale, très fluide, sans aucune agressivité de l’acidité. La langue est tapissée par une impression un peu crayeuse, et le vin se développe en bouche avec le support d’un léger sucre résiduel. Whoao, ça c’est du super riesling, le terroir se montre déjà généreux. Excellent.

Pour continuer, on goûte un plus vieux millésime à l’aveugle pour voir si les 10 personnes présentes sont capables de détecter s’il s’agit d’un Kastelberg ou d’un Wiebelsberg.

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 1985 – André et Remy Gresser : la robe est cette fois jaune foncé, avec des reflets dorés, et beaucoup d’éclat. Le nez est assez intense et nous entraîne dans une autre dimension, celle des vins à maturité, avec une grande complexité : fleurs séchées, encaustique, fumée, miel... La bouche est grasse, sèche et légèrement évoluée, avec le côté crayeux sur la langue qui ressort d’une manière pus fondue. Le vin se montre sous un beau jour et possède une finale en queue de paon. Très Bien

7 personnes sur 10 votent pour le Wiebelsberg, 3 pour le Kastelberg. Vive les terroirs alsaciens, vive le riesling, vive le Domaine des Marronniers !

Thierry Meyer