Les Vins des Mois de Juin/Juillet 2008

Compte rendu des vins dégustés en Juin/Juillet 2008 à différentes occasions, dont un très bon Saint Joseph Blanc 2004 de Guigal

Riesling Cuvée Particulière 1990 - Gustave Lorentz : la robe dorée et le nez fumé et pétrolé annoncent un vin dans la force de l'âge. la bouche est grasse, presque huileuse, et le vin prend des senteurs minérales accentuées lorsque la température grimpe de quelques degrés. Un vin à maturité à boire sans trop tarder, pour amateurs de vieux rieslings qui apprécieront une telle longévité dans le simple riesling du domaine. Les Grands Crus Altenberg et Kanzlerberg permettent une garde encore plus importante. Très Bien

Gewurztraminer Clos Windsbuhl 1997 - Zind-Humbrecht : 1997 a produit un gewurztraminer sec sur le Clos Windsbuhl, qui possède a la fois la profondeur et la puissance des grands Windsbuhl. Les fleurs séchées et les épices douces remplissent le nez de parfums complexes la bouche est massive, puissante sans aucune trace de surmaturité. Un vin puissant qui mérite une cuisine riche pour éviter une domination totale. Excellent
 
Riesling Grand Cru Osterberg 2005 - Cave de Ribeauvillé : une belle minéralité pour ce vin sec déjà accessible. Un surcroit de maturité aurait pu lui donner des airs plus séduisants, mais en l'état, le vin se montre remarquable avec des poissons. Très Bien
 
Château Falfas 2004 : Un côtes de Bourg magnifique, issu de vieilles vignes de merlot et de cabernet sauvignon. Une robe encore violacée, très brillante, un nez de fruits noirs écrasés marqué par un boisé léger, et une bouche souple, de bonne concentration avec une finale légèrement amère qui trahit le millésime. Un beau bordeaux magnifique dès à présent. Bien

Tavel 2003 – E. Guigal : vieux au nez, le coté poussiéreux et âgé ne s'améliore pas en bouche malgré une densité et un gras typique de l'appellation. Une bouteille qui a mal vieilli, espérons que c'est à cause d'une mauvaise conservation. la précédente était similaire. Beurk
 
Tavel 2004 – E. Guigal : plus frais, doté d'un nez fruité de bonne intensité, le vin se montre vineux et de bonne concentration en bouche, en faisant un rosé redoutable sur la table estivale. Le niveau d'alcool (13.5% affiché) en fait toutefois un vin à boire avec modération. Bien
 
Gewurztraminer Cuvée Saint Urbain 2005 - Vincent Spannagel : Vincent signe une cuvée 2005 moins riche en sucre résiduel que par le passé, ce qui en fait une cuvée d'équilibre demi-sec tout à fait remarquable, parfaite à table sur un assortiment de dim sum. Les épices et les fruits mûrs animent le nez, la bouche se montre fine et précise avec une bonne définition. Longue finale sur le raisin et les épices. Bien
 
Mondeuse du Bugey 2003 - Maison Duport et Dumas : la réduction initiale est retirée avec 2 heures de carafe. Se dévoile alors un vin soyeux, fruité et mur avec beaucoup de souplesse et des tanins gras en bouche. La richesse du fruit et le petit manque de maturité des tanins signent le millésime pour cette cuvée qui se boit très bien sur son fruit à l'heure actuelle. Bien
 
Saint Joseph Blanc 2004 - E. Guigal : frais, élégant et surtout d’une grande précision, des arômes de fruits à chair blanche à peine perturbés par un boisé léger. Très grand en bouche avec une bonne acidité. Très Bien
 
ZIND 2003 - Zind-Humbrecht : une grande richesse et du moelleux soutenu par une acidité puissante, profonde et très présente en finale, ce qui rend le vin superbe sur une table estivale. Un vin dans la démesure. Très Bien
 
Pinot Gris Grand Cru Gloeckelberg 2004 - Cave de Ribeauvillé : une année de récolte tardive a donné un vin charmeur, moelleux tout en gardant une belle finesse. Les fruits jaunes et le miel forment un nez de bonne intensité qui annonce une bouche suave, finement acidulée et d'une grande pureté. Dégusté à l'apéritif avec du melon frais, les arômes de miel de fleur ressortent. Plus tard sur une viande blanche avec du gratin dauphinois, l'acidité du vin se montre plus présente et la sucrosité se fait très discrète. Très Bien

Alsace 2007 - Etienne  Loew : Muscat, riesling, pinots gris et gewurztraminer forment un mélange détonnant, dominé par le muscat au nez avec des notes de raisin frais et de pêche très franches. La bouche est franche, portée par une bonne densité et l'acidité mûre et intense typique du millésime, faisant presque oublier le léger moelleux qui se montre plus sensible une fois le vin réchauffé dans le verre. L'assemblage de cépages nobles de la maison n'est pas le vin le moins cher au tarif, et pour cause : plus qu'un Edelzwicker de plus à mélanger avec de la crème de cassis pour faire des apéritifs, il s'agit bien d'un vin plaisir à boire pour lui. L'ensemble est net, intense et franc, à l'image des premiers vins d'Alsace du millésime 2007 qui apparaissent sur le marché. Mis en bouteille au mois d'avril et vendu environ 8€ départ cave si mes souvenirs sont bons, et jusque là personne ne s'est plaint. Très Bien

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici