Les Vins du Mois de Janvier 2008

Compte rendu des vins dégustés en Janvier 2008 à différentes occasions (dont l'anniversaire de votre serviteur...) , avec un magnifique Montlouis Cuvée Touche-Mitaine 2006 du Domaine de la Roche des Violettes

Pinot Noir Tradition 2004 – Jean-Marc Bernhard : aromatique au nez, fruité et souple en bouche, voilà une belle réussite dans un millésime où l’excès d’extraction a souvent donné des vins secs manquant de fruit. Bien

Chignin-Bergeron Harmonie 2006 – Jean Vullien : Le nez sur la fleur de camomille et les fruits à chair blanche signe l’origine de ce vin à la texture délicate, ample et gras en bouche avec une acidité discrète qui rehausse la structure. Bien

Meursault les Narvaux 1999 – Joseph Matrot : un vin très classique, beurré avec des notes de noisette fraîche au nez. La bouche est ample, de bonne concentration avec une petite retenue dans le gras qui rappelle le caractère frais du terroir des Narvaux, même dans un millésime comme 1999. Bien

Malvoisie Flétrie 2001 Grain Noble Confidentiel – Les Frères Philippoz (Valais Suisse) : la robe est dorée, le nez marqué par un boisé qui enrobe les notes miellées et confites. La bouche est suave, liquoreuse et acidulée avec une bonne longueur. Très Bien

Vosne Romanée 1er Cru les Suchots 1996 – Confuron-Cotetidot : faible au nez, court en bouche, la matière semble poncée par un effaceur de goût. Problème de bouchon ou évolution peu favorable de la cuvée, voilà une bouteille très peu flatteuse. Bof

Riesling Wormeldange Elterberg Grand Premier Cru 2002 – Robert Elter : un riesling luxembourgeois de bonne origine, frais et citronné, assez léger avec une acidité marquée, mais bien équilibré pour accompagner des poissons grillés. Peut encore vieillir une dizaine d’année sans problème. Bien

Côtes du Jura 2005 Cuvée Fleurs  - Julien Labet : un joli chardonnay floral au nez, net et acidulé en bouche avec une finale fraîche un peu courte. Très peu typé, et plaisant à table. Bien

Chablis 1er Cru L’Homme Mort 2002 – Georges Noël : le nez est minéral, frais avec des arômes de chèvrefeuille et de silex. La bouche est sèche, crayeuse avec une finesse agréable, évoluant sur un équilibre à l’acidité moyenne, rehaussée par une note beurrée. Très joli chablis. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Eichberg 2001 – Paul Ginglinger : les fruits jaunes et le miel dominent cette cuvée encore jeune, où la profondeur et la finesse passent derrière un moelleux encore très présent. Déjà très pur, quelques années de plus lui feront du bien pour exprimer la finesse du terroir. Très Bien

Riesling Cuvée Prestige 1995 - Domaine Jux : un vin surprenant, net et droit avec très peu de pourriture noble. Fleurs blanches et fumée partagent un nez net de bonne intensité, et la bouche sèche en attaque possède une certaine densité. A boire sans trop tarder toutefois. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Mambourg 2003 – Marc Tempé : une robe jaune citron, dense et légèrement trouble. Le nez est intense, sur la citronnelle, la mélisse, le citron confit, évoluant sur une note de rose. La bouche est moelleuse en attaque, puis ample, profonde et bien structurée autour d’une matière concentrée et d’une bonne acidité. La finale est longue. Un grand vin de terroir dans un millésime extrême. La vendange tardive produite à partir des plus vieilles vignes du Mambourg est encore plus concentrée. Excellent.

Côtes de Castillon Château la Roche Beaulieu Cuvée Prestige 2000 : mur, concentré, de bonne densité en bouche, voilà un bordeaux plaisant de bonne tenue à table sur des viandes rouges. Le merlot apporte beaucoup de suavité à l’ensemble. Très Bien

Coteaux Varois Champ du Sesterce 2006 – Domaine de Deffens : fruité au nez, aromatique en gras en bouche avec de l’ampleur et une acidité discrète, voilà un vin de table de grande tenue, dans un style qui rappelle certains condrieux. Très Bien

Rully 1er Cru La Pucelle 2005 – Domaine Jacquesson : encore légèrement marqué par le bois au nez, le vin se montre mur, ample et bien structuré, dans un style classique. A garder encore quelques années. Très Bien

Gewurztraminer Vendanges Tardives 2005 – Domaine de l’Agapé : exemplaire dans un grand millésime le vin se montre magnifique de pureté, avec un nez sur le pralin et la rose fraîche, et une bouche tendre, très pure avec une longue finale. Un moelleux de grande qualité. Très Bien

Montlouis Cuvée Touche-Mitaine 2006 – Domaine de la Roche des Violettes : un vin demi-sec de grande finesse, au nez de verveine et de miel, doux en bouche avec une acidité fine qui lui donne de la longueur. Déjà séduisant, on imagine sans peine le vin évoluer sur plusieurs années etgagner en complexité aromatique. C'est un vin à présenter à table sur des plats fins. Très Bien

Ladoix 2006 – Domaine Jacob : pur et net, un flacon encore marqué par le boisé au nez, mais de bonne fraîcheur en bouche. Bien

Crémant Brut Prestige – René Muré : frais, net et ample, avec une bulle assez fine, ce crémant reste un des références en Alsace. Très Bien

Riesling Cuvée des Comtes d’Eguisheim 1990 – Léon Beyer : une cuvée issue des meilleures parcelles sur les terroirs d’Eguisheim et Husseren les Châteaux. Le nez trahit une légère évolution mais offre une superbe complexité, et quelle chair en bouche ! Un grand riesling dans un grand millésime. Excellent

Pessac Léognan Château Haut Bailly 1990 : fin, élégant et racé, abouti, corps bon sans être trop puissant, cuir, tabac blond et tanins d’une grande finesse, le Bordeaux sait être grand quand le cru et le millésime sont réussis. Excellent

Gewurztraminer Grand Cru Brand 1983 – Cave de Turckheim : nez fatigués, fleurs séchées. Robe claire, bouche dense, fine, beau fruit, épices douces en finale. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Furstentum Vieilles Vignes 2005 – Albert Mann : rose et litchi au nez, belle profondeur en bouche, encore fermé mais se développant tout en puissance à l’aération avec une grande pureté. Un vin de très grande garde. Excellent

Coteaux du Layon 1990 – Domaine Cady : une belle bouteille en perspective, qui se montre malheureusement sévèrement bouchonnée. Zut et désolé prou le généreux donateur de ce flacon.

Vouvray Moelleux 1996 – Domaine du Clos Naudin : fin, élégant, notes de pain grillé, de citron confit, de coing aunez, bouche finement acidulée, nette. Finale assez courte. Un vin décevant. Bien

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici