Les Vins du mois de Juin 2006

Compte rendu en vrac des vins bus ce mois, à table mais aussi en vacances.

Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2003 – Vincent Spannagel : Le premier nez est floral, très mur, avec des notes de bois sec en évolution. La bouche est moelleuse en attaque, souple et fruitée avec du gras, évoluant sur un registre minéral très fin avec un bel équilibre. La finale se montre encore assez chaude à ce stade. Un vin qui arrive doucement à maturité (15g/l de SR). Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2004 – Vincent Spannagel : Une parcelle exploitée par le domaine depuis 1997, cultivée en terrasse près du château. Le nez est parfumé, net avec des arômes d’agrumes dominées par le citron doux et des notes minérales qui rappellent la pierre sèche, prenant des notes plus florales à l’aération. La bouche est moelleuse en attaque, très mûre avec du gras, évoluant sur un équilibre demi-sec avec un botrytis élevé. La finale est longue avec des notes de miel. Un beau vin demi-sec (25g/l de SR) encore jeune, qui devrait être encore meilleur dans 4-5 ans. Très Bien

Riesling Grand Cru Schlossberg 2001 – Vincent Spannagel : Le nez est plus délicat que le 2004, floral avec une fine minéralité qui apparaît. La bouche est sèche en attaque, minérale avec une acidité fine qui laisse la place à une belle amertume. La finale est longue sur des notes de pamplemousse. Un beau riesling sec à maturité, parfait à table. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Wineck-Schlossberg 2004 – Vincent Spannagel : Le nez est d’intensité moyenne, net avec une dominante de fleurs blanches, évoluant sur des notes de fleur d’églantier à l’aération. La bouche est grasse et équilibrée avec une belle minéralité qui rend le vin aérien et sapide. Une belle bouteille qui s’apprécie pleinement dès à présent. Très Bien 

Tavel 2003 – E. Guigal : moyennement fruité au nez, gras mais un peu insipide en bouche, cette bouteille ne me convainc pas autant que les précédentes. Est-ce la découverte récente des rosés alsaciens qui me calibre le palais différemment ? Bof

Riesling Beblenheim 2002 1/2bt – Marcel Deiss : Le nez est parfumé, avec des arômes d’agrumes et de fruits à chaire blanche. Le vin est fruité, gras et rond en bouche, mais nécessite d’être carafé pour être au point car le nez met du temps à s’ouvrir. Bien

Sylvaner 2004 – Albert Boxler : le premier nez est dominé par des notes d’élevage, l’aération lui apporte des arôme de fleurs printanières et une touche fruitée mûre. La bouche est sèche en attaque, avec un peu de gaz, puis montre une bonne matière avec une acidité bien présente, amplifiée par le gaz. La finale est assez longue avec une note épicée. Un vin très plaisant à boire par ces temps de chaleur, sa structure le rend accessible sur quasiment tous les plats à table sans qu’il domaine. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Brand 1983 – Cave de Turckheim : la robe est jaune dorée de nuance vieil or avec des reflets cuivrés, avec une belle brillance. Le nez est parfumé, complexe et évolué, avec des notes typiques des gewurztraminers mûrs et vieux : rose fanée, encaustique, fruits secs et safran. Le terroir granitique n’est pas propice au développement de notes épicées très intenses. La bouche est souple en attaque, légère avec un moelleux discret, conservant beaucoup de finesse avec des notes d’encaustique et de suie en finale. Un vin fondu, à boire sans trop tarder avant que cet équilibre subtil ne s’écroule. Parfait sur un assortiment de beignets vietnamiens et un poulet au curry. Bien.

Pinot Gris Château de Schengen 2004 –  Thill Frères (Luxembourg) : La robe est or pâle avec des reflets orangés. Le nez est net, parfumé, avec des arômes de miel, de sous-bois, d’amande grillée. La bouche est moelleuse en attaque, puis grasse et plus sèche, avec une assez bonne concentration et une acidité présente et fondue. Un vin équilibré à la finale longue, riche pour un pinot gris luxembourgeois. Un modèle du genre qui pourrait inspirer de nombreux alsaciens. Très Bien

Riesling Vent d’Est 1/2b 2002 – Domaines Schlumberger : la robe est jaune pâle avec des reflets verts. Le nez est délicat et de bonne intensité, avec des arômes d’agrumes et de fleurs blanches ainsi q’une pointe de fumée. La bouche est fruitée et fraîche en attaque, puis développe du gras en gardant une fine acidité, sur une matière de concentration moyenne. La finale est longue, sur l’acidité et les agrumes. Un vin à maturité, bien équilibré, qui se goûte sec mais sans amertume exagérée. Très Bien

Muscat Cuvée Exceptionnelle 2001 – Bott Frères : Le nez est parfumé, net, frais et complexe, avec des arômes de pêche, de menthe poivrée, et de fruits rouges acidulés (groseille). La bouche est moelleuse en attaque, pure et fraîche, évoluant sur un équilibre minéral intéressant, avec des notes épicées en finale. Le vin est riche, élégant et donne une impression de pureté remarquable, un vin à boire à l’apéritif pour son caractère généreux. Très Bien

Crémant Brut zéro dosage 2004 – Barmès-Buecher : la robe est or blanc, avec une bulle fine et un cordon persistant. Le nez est parfumé, floral avec des notes de brugnon. L’attaque en bouche est vivace, la mousse étant compacte et le dégazage lent, prenant une bonne expression sèche et citronnée en finale. Un crémant fin et vif, désaltérant. Bien

Pinot Gris Sélection de Grains Nobles 1994 – Martin Schaetzel : La robe est jeune doré avec des reflets vieil or tirant sur ambre, intense et profonde. Le nez est parfumé, de bonne intensité avec un fruité généreux sur les fruits jaunes (mirabelle, abricot), ainsi que des notes de miel. La bouche est moelleuse, très souple avec une liqueur concentrée qui fond dans la bouche, laissant une impression très nette. La finale est longue et fruitée. Un superbe vin typique des liquoreux fruités produits en 1994, qui évolue doucement. Très Bien

Hermitage Blanc 1993 – Henri Belle : Le nez est moyennement intense, complexe avec des notes d’herbe sèche de fleurs blanches et de cire. La bouche est grasse, moyennement acide et très équilibrée avec une matière dense. La finale est longue. A l’aveugle je pense à un Hermitage blanc 88. Superbe flacon. Très Bien

Bourgogne 2004 – Bernard Dugat-Py : la robe est rouge rubis avec des reflets violacés. Le nez est parfumé, assez simple avec des arômes de violette, de cerise griotte et de fumée. La bouche est pure, dense et équilibrée par des tanins fins et une acidité qui restent discrets. La finale est assez longue et parfumée. Un vin bien fait, fruité et équilibré, parfait à boire en cette saison. Bien

Latricières Chambertin 1992 – Faiveley : Le nez est complexe, avec initialement des notes animales, puis des arômes de lard fumé, de réglisse et de cuir qui rappellent plus un vin du Sud. La bouche est souple en attaque, corsée et fondue avec une belle matière. La finale est longue avec une persistance d’arômes complexes. 1992 réussit très bien au domaine Faiveley. Très Bien

Margaux 1995 – Château Bel-Air Marquis d’Aligre : Le nez est marqué par des arômes de fruits noirs et des notes fumées et épicées. La bouche est franche, concentrée avec une bonne maturité, dans un style légèrement rustique qui lui donne beaucoup de charme. Le domaine ne soumet quasiment jamais de bouteilles pour les guides et magazines, et son style est très agréable. Un vin qui se boit bien mai qui en a encore sous le pied.  Très Bien

Hermitage rouge 1988 – E. Guigal : Le nez est typé, avec des arômes de suie, d’olive noire et de tabac. La bouche est sèche, concentrée et très pure, on s’attend à avoir des tanins mais en fait le vin a atteint un équilibre ou la puissance de l’Hermitage est maîtrisée. Une main de fer dans un gant de velours, avec en prime une finale très longue. Mes 90 puvent encore dormir tranquille ! Très Bien

Auxerrois Côteaux du Galgenrain 2003 – Domaine du Rempart : Le nez est parfumé, très mur avec des arômes de pêche intenses. La bouche est grasse en attaque, légèrement moelleuse mais la vivacité de l’auxerrois prend rapidement le dessus pour donner un vin à l’équilibre aérien, qui se boit très facilement à l’apéritif et accompagne un début de repas. Le coteau en altitude sur Albé a bien supporté la chaleur du millésime. Bien

Pinot Noir rosé Belle Saison 2005 – Wolfberger : le nez est net et de bonne intensité, fruité avec des arômes de fruits rouges, frais. La bouche est souple en attaque, franche et fruitée avec une acidité mesurée et une assez bonne concentration. La finale est fruitée, assez courte. Un rosé alsacien idéal pour ces vacances. Bien

Thierry Meyer

 

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...), cliquer ici