Dégustation des vins de la maison Bernard Massard à Luxembourg

27 Octobre 2004

La maison Bernard Massard produit du vin et crémant luxembourgeois. Mais elle possède également d’une activité de négoce de vin étranger. Chaque année la dégustation d‘automne a lieu au Golf-Club Grand Ducal près de l’aéroport durant trois soirées. Les clients étaient cette année encore très nombreux, ce qui rendait les dégustations difficiles à cause de la difficulté de circuler. Jouer des coudes pour aller vers un crachoir n’est pas évident non plus. Le stress généré par la foule est-il à l’origine des déceptions rencontrées au moment de la dégustation ? En dehors des superbes vins luxembourgeois du millésime 2003 dont il faut souligner l’équilibre presque parfait, pas de grande découverte cette année pour moi.

Les impressions sont subjectives, l’ambiance et les conditions de dégustations ne faisant pas forcément du bien aux vins, de plus il fait assez chaud et les bouteilles sont ouvertes depuis lundi pour certaines. Néanmoins c’est dans ce genre de situation que de nombreux clients achètent du vin, donc c’est intéressant de noter ses impressions telles qu’on les ressent. Un grand buffet était organisé juste à coté des tables de dégustations, avec pain et plateau de fromage, noix fraîches et sandwichs au fromage et au saucisson. Le Munster qui ornait le plateau de fromage s’est rappelé au bon souvenir de toutes les tables de dégustations attenantes, et en mélangeant ces arômes avec les effluves des parfums des femmes élégantes on obtenait un mélange assez étonnant, ce qui perturbait beaucoup le dégustateur qui essayait de plonger son nez dans son verre INAO...

Vins Pétillants

Crémant de Luxembourg Brut millésimé 2002 – Domaine du Clos des Rochers : voilà un crémant très expressif, sur des arômes de fruits blancs au nez, avec une bouche très effervescente, ronde et florale. Beaucoup de fraîcheur et un style facile à boire. Bien. (10.35€)

Crémant de Luxembourg Brut Cuvée de l’Ecusson Rosé – Bernard Massard : le nez est très flatteur, sur des fruits rouges, mais la bouche déçoit par son manque de corpulence, son acidité assez marquée et un coté un peu amer. Bof. (7.82€)

Champagne Brut  Sans Année – Pol Roger : La différence avec le crémant se distingue rapidement : les bulles sont plus fines, le nez est plus complexe, moins fruité et floral, mais avec des arômes de foin coupé et de biscuit. La bouche est dense avec une bonne vivacité et beaucoup de finesse. Bien (25.07€)

Champagne Brut 1996 – Pol Roger : Le millésime ressort très fort dans cette cuvée avec des notes d’agrume au nez, et beaucoup de maturité. La bouche se montre à la fois vive et riche, avec malgré tout une petite amertume en finale. Un vin à attendre,  le dosage plus faible que chez Moët &Chandon le rendant plus difficile à boire. Bien (34.5€)

Vins Blancs Luxembourgeois

Auxerrois « Domaine et Tradition » 2003 – Domaine du Clos des Rochers : Le nez est corsé, parfumé et riche : on sent un forte maturité derrière les arômes floraux et de fruits blancs. La bouche est corsée avec une acidité encore bien présente. On est en 2003, mais à Luxembourg ! La concentration rappelle la cuvée ZIND de Zind-Humbrecht, mais le vin manque un peu d’élégance. Bof (7.17€)

Pinot Blanc « Domaine et Tradition » 2003 – Domaine du Clos des Rochers : Le nez montre plus de fraîcheur tout en restant marqué par des fruits blancs. Une pointe de pamplemousse vient rehausser la vivacité en bouche, le vin a un bel équilibre qui rappelle l’Alsace. Bien (7.5€)

Riesling « Domaine et Tradition » 2003 – Domaine du Clos des Rochers : Le nez se montre cette fois muscaté, croquant avec une belle pureté. La bouche est dense et équilibrée. Bien (8.74€)

Riesling Ahn Palmberg Grand Premier Cru 2003 – Domaine du Clos des Rochers : On monte encore d’un cran sur ce terroir avec un nez fin et minéral, parfumé sans être excessivement fruité. La bouche est finement acidulée, racée avec du gras. On est dans un style alsacien qui rappelle les très bonnes maisons. Très Bien (7.39€)

Riesling Grevenmacher Fels Grand Premier Cru 2003 – Domaine du Clos des Rochers : Le nez est un peu plus doux, plus floral avec des notes un peu lactées. La bouche est moins minérale que le Ahner Palmberg mais montre également beaucoup de finesse. Bien (7.39€)

Pinot Blanc Barrique 2001 – Domaine du Clos des Rochers : . Le nez est fumé et toasté avec un coté végétal et mentholé des barriques pas trop chauffées. La bouche est boisée avec une grosse amertume en finale. Les arômes du cépage sont très bien cachés. Pas du tout mon goût. Les essais  en barrique ne me convainquent pas tellement, mais il parait que certaines personnes aiment Beurk (10.02€)

Riesling 2002 – Château de Schengen : Retour sur un millésime plus typique de la région : le nez sur les arômes de poire et la bouche acidulée rappellent plus le style des rieslings du Luxembourg. Le vin est monolithique, assez dense, et pur. Bof (8.40€)

Gewürztraminer moelleux 2003 – Domaine du Clos des Rochers : une cuvée récoltée tardivement qui rappelle une VT alsacienne : la rose et le liche donnent au nez beaucoup de fraîcheur, la bouche reste sucrée sans que le botrytis ne soit trop perceptible. L’acidité donne une belle structure à ce vin. Bien (15.68€)

Pinot-Gris Vendange Tardive 2002 – Château de Schengen : Une cuvée du niveau d’une sélection de gains nobles, la couleur se fait dorée, le nez est mielleux, marqué par le botrytis et les fruits jaunes. L’acidité volatile est assez sensible. La bouche est liquoreuse, avec une acidité marquée qui équilibre la liqueur. Une belle performance qu’on paye le prix fort au regard des tarifs des Sauternes 2001. Bien (26.88€ en 37.5cl )

Vins Blancs - France

Mercurey « Clos Rochette » 2001 – Faiveley : Le nez est boisé et mentholé au point de ne pas sentir le fruit, la bouche est également décevante à cause de son bois, malgré une matière qui se montre doucement. Bof (15.46€)

Morey Saint-Denis blanc 2000 – Domaine Dujac : Le nez offre une belle minéralité, avec des arômes grillés et de pierre à fusil. La bouche est fine et grasse, beurrée avec des arômes de noisette. Un beau travail. Bien (34.00€)

Alsace-Gewurztraminer Réserve 1998 – Trimbach : Le nez est parfumé, mielleux avec des notes de liche. La maturité semble plus forte que dans le gewurztraminer moelleux bu précédemment. La bouche en revanche se montre plus sèche, épicée avec un léger moelleux qui n’est pas trop envahissant. Bien (12.99€)

Vins Rouges

Pinot Noir Réserve 2001 – Trimbach : Le nez est assez bouqueté avec des notes de cerise associées à un boisé discret. La bouche est légère, plus rosé dans le style que rouge malgré la couleur sombre du vin.  Bof (9.74€)

Bourgogne « Cuvée Joseph Faiveley » 2001 – Faiveley : Le nez est très mur avec des arômes de cerise noire et de pruneau. La bouche est souple et légèrement acidulée, avec une légère amertume en finale. Le meilleur de la série des bourgognes. Bien (8.40€)

Mercurey « La Framboisière » 2001 – Faiveley : Le nez est assez discret, avec des arômes de cerise griotte. La bouche est assez riche mais sèche et tannique. Bof (13.72€)

Fixin 2001 – Faiveley : curieusement très peu de différences avec le vin précédent. Le nez se porte plus sur des arômes de ronce et de mûre, mais la bouche est à nouveau assez astringente et sèche. Une période peut-être ingrate pour ces 2001 ? Bof (15.90€)

Santenay 2000 – Faiveley : Le nez est assez fruité, avec de la cerise et du cassis, mais la bouche ne se montre pas aussi souple qu’on pourrait l’attendre. Décevant. Bof (15.90€)

Gevrey-Chambertin 2000 – Faiveley : Le nez est un intéressant mélange de fruits rouges et d’épices, avec du bois assez sensible. La bouche est corsée et épicée mais reprend une certaine astringence à cause des tanins et du boisé. Pas encore très plaisant. Bof (30.58€)

Ce ne sont certes pas les meilleures cuvées de la maison Faiveley qui étaient en dégustation, mais je trouve qu’elles manquent cruellement de fruit. Les bordeaux et vins Italiens se montraient beaucoup plus souples.

Italie - Rosso di Montalcino 2001 – Tenuta Carpazo : Le nez est parfumé, avec des fruits rouges cuits et un peu de réglisse. La bouche est assez fruitée, souple avec une acidité présente. Un vin corsé et assez fin. Bien (12.99€)

Italie – Vino Nobile di Montepulciano 1999 – Fattoria Del Cerro : Le nez donne carrément dans le pruneau et les fruits cuits, ce qui tranche étonnement avec la bouche qui se montre verte et tannique. Bof (11.31€)

Italie – Brunello di Montalcino 1999 – Tenuta Carpazo : Le nez est fin et fruité avec une assez forte maturité, et cette fois la bouche se montre à la hauteur, avec beaucoup de finesse, une bonne concentration et beaucoup d’élégance. Très Bien (31.36€)

Saint-Emilion 2001 – Château Marquey : Le nez est épicé, légèrement évolué. La bouche est assez souple mais sans beaucoup de personnalité. Bof (14.56€)

Moulis 1998 – Château Poujeaux : Le nez est parfumé et fondu, avec des épices et des fruits rouges. La bouche est assez souple, avec un joli boisé et une bonne finesse. Bof (28.56€)

Pauillac 2000 – Château Duhart Milon : Le nez se montre plus causant, avec une grosse matière mure qui s’associe à un boisé de bonne qualité. La bouche est dense, fine et parfumée, avec des tanins fins. Pas encore prêt à boire pais un joli potentiel. Bien (31.36€)

Margaux 2001 - Château Siran : le nez est fin, légèrement fruité. La bouche est plus souple que les deux vins précédents, mais sèche un peu en finale. Bof (22.96€)

 Thierry Meyer