Les Vins du mois de Janvier 2006

Compte rendu des vins dégustés en janvier 2006 à différentes occasions.

Riesling Grand Cru Kitterlé 2001 – Domaines Schlumberger (1/2b) : La robe est jaune beurre éclatante, avec un disque épais. Le nez est parfumé, minéral pierreux avec des notes florales, puis des notes fruitées (pêche blanche, poire). La bouche est grasse, assez sèche avec une acidité fine et tranchante un peu masquée par la grosse matière du vin. Un vin mur, puissant et concentré, sans concession sur son terroir. A carafer deux heures impérativement, et si possible à attendre un peu. Gros potentiel. Très Bien.

Gewurztraminer 2003 – Gilbert Ruhlmann : robe assez dorée, brillante. Le nez est parfumé, délicat, avec des notes de géranium. La bouche est ronde, grasse avec une bonne densité, dans un style sec des gewurztraminers bas-rhinois. Bien

Saint-Romain 1999 – Pascal Prunier : La robe est rubis assez brillant, foncée. Le nez est parfumé, cerise et humus avec des notes de chocolat. La bouche est fine, souple mais moyennement concentrée, avec une acidité assez élevée qui rappelle certains 96. Un bon vin de table. Bien

Vin de Table L’R de Rien - François de Ligneris : La robe est brillante, assez foncée. Le nez est épicé, avec des notes de poivron et un léger boisé, dans un style assez technique. La bouche est bien faite, souple et fraîche, dans un style légèrement plus fruité que le nez, mais reste courte en finale. Un bon vin bien fait, qui a accompagné la table ce week-end. Bien.

Riesling Drei Exa 2002 – Paul Ginglinger : robe jaune avec des reflets verts, assez profonde. Le nez est parfumé, fruité et mûr sur des nuances d’agrumes et de citronnelle, avec une légère évolution. La bouche est sèche, assez dense sur le palais, soutenue par une acidité présente du début à la fin mais jamais dominante. La fin de bouche est assez courte avec une jolie amertume. Un beau vin bu en semaine, qui n’a pas procuré la même émotion que le flacon bu au domaine le mois dernier. Bien

Morgon 2003 – Jean Descombes : une de mes cuvées préférées, je me réjouissais de la partager. Le vin est corsé, coloré, gras, mais bouchonné ! Le bouchon a cassé à l’ouverture, la bouteille a du être choquée dans l’armoire à vin.

Riesling Grand Cru Rangen 1992 – Zind-Humbrecht : la robe est or pâle, avec des reflets verts légers. Le nez est parfumé, très pierre à fusil et fumé, dans un style qui rappelle le riesling Wintzenheim 1992. La bouche est sèche, minérale et assez concentrée pour l’année. Très Bien

Pinot Gris Grand Cru Rangen 1992 – Zind-Humbrecht : un magnum exhibé pour l’occasion, la bouche est encore marquée par du CO2, avec un bel équilibre entre les notes fumées et un léger moelleux. Très Bien

Saint Joseph 2001 – E. Guigal : Robe ocre, foncée, avec des bords violacés rouge. Le nez est assez discret, épicé avec des notes de prune et de réglisse. La bouche est souple, fruitée et assez pure avec des notes fumées qui apparaissent. L’acidité est bonne et la finale est douce. Je ne retrouve pas la pureté du vin bu il y a 6 mois et suis un peu déçu. Bien

Champagne Cuvée Winston Churchill 1988 – Pol Roger : la robe est jaune doré, assez foncé, avec une bulle fine et un cordon fin. Le bouchon est déjà bien chevillé. Le nez est parfumé, avec des noisettes grillées, des fruits secs. La bouche est sèche, fine et assez vivace, avec beaucoup de densité, terminant sur une sensation sèche qui tapisse la langue. Les aromes du nez se retrouvent en bouche avec une touche d’évolution et de complexité en plus : cuir, encaustique, mandarine. La fin de bouche est longue. Un grand champagne à maturité. Excellent

Gewurztraminer Cuvée des Seigneurs de Ribeaupierre 1999 – Trimbach : la robe est cristalline, brillante, fluide avec un disque épais, d’un joli jaune doré. Le nez est très parfumé, complexe avec des arômes de rose, litchi et pêche blanche. La bouche est grasse, dense et très souple avec un très léger moelleux, soutenue par une bonne acidité et des notes épicées qui évoluent en finale vers une légère amertume. Voilà un vin très fin, gras et quasiment sec, très pur en bouche, une quintessence du gewurztraminer de table tellement la texture est parfaite. Super accord avec un soufflé au curry. Le coup de cœur d’Août dernier est plus que confirmé. Excellent.

Gevrey Chambertin 1er Cru Les Cazetiers 1989 – Bruno Clair : la robe est un peu troublée par du dépôt en suspension, encore assez foncée, rouge foncé avec des bords plus orangés. Le nez est parfumé, fumé et marqué par des arômes de sous-bois, un peu évolué avec des notes fruitées en retrait. La bouche est souple, mûre avec des tanins fondus, mais manquant un peu de corps avec une évolution aromatique qui le fait ressembler à un vin de 30 ans d’âge. Je suis un peu déçu par l’évolution de cette bouteille qui m’avait beaucoup plu il y a 5 ans. Le Chambertin Clos de Bèze 1992 bu à l’été dernier était bien meilleur. Bien

Riesling Sélection de Grains Nobles 1996 – Hugel et Fils (1/2b) : la robe est jaune citron assez claire très brillante avec de grosses larmes. Le nez est parfumé, assez simple, sur des notes de citron confit, de mandarine et de miel. La bouche est liquoreuse avec une acidité assez forte qui la rend plus légère, mais garde une grande finesse. La fin de bouche est très pure, l’acidité laissant une impression nette, avec les notes de citron confit et de mandarine du nez. Un vin qui est encore loin d’avoir la complexité que 10 ans de garde supplémentaires lui donneront, qui a été bu sur le fruit. Gros potentiel de garde bien entendu. Un style un peu plus vif que le 95 et légèrement plus puissant en sucre que le 98. Très Bien

Côtes du Rhône Parallèle 45 – Paul Jaboulet  Ainé : La robe est rubis assez foncé, limpide et brillante, avec une bonne fluidité. Le nez est assez intense, mûr avec des notes de fruits noirs confiturés et des arômes d’épices, prenant de l’ampleur à l’agitation. La bouche est souple en attaque, assez grasse avec une acidité un peu en retrait, qui donne de la rondeur au vin. La fin de bouche laisse apparaître des tanins fins qui assèchent un peu la bouche, et contribuent à une longueur moyenne. Un bon Côtes du Rhône 2003 pas trop sec, qui se boit très facilement. Plus ouvert actuellement que la CdR 2003 de Guigal. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Mambourg Steinigerweg 1995 - Marc Tempé : la robe est jaune doré, assez foncée, avec des traces de gaz. Le nez est parfumé, miellé et fumé, avec des notes de fruits jaunes, de coing et de grillé à l’agitation. La bouche est fine, assez vive en attaque, concentrée avec une liqueur assez forte soutenue par une acidité présente du début à la fin. La fin de bouche est un peu courte, avec des notes un peu oxydées, suivie par un bouquet de vieux vin : cuir, épices, fumée, sental. Une bouteille couleuse qui n’est peut-être pas représentative de l’évolution de cette cuvée. Bien

Luxembourg - Riesling Wormeldange Elterberg 2002 – Robert Elter : la robe est or pâle avec des reflets verts, avec un peu de gaz visible. Le nez est parfumé, végétal avec des notes de poire et de citronnelle. La bouche est assez vive en attaque, légèrement sucré avec un gaz carbonique très présent à l’ouverture, qui diminue un peu au bout de quelques heures. La bouche est moyennement concentrée et propose un équilibre frais qui ne laisse pas trop apparaître la sucrosité. La fin de bouche est assez courte avec des notes citronnées. Un riesling très agréable à boire à table sur de la charcuterie et du poisson en sauce. Bien

Alliance 2000 – Marc Tempé : une robe jaune paille assez dense et grasse annonce un nez assez complexe, avec des arômes fruités et un peu évolués, rappelant un riesling à maturité : poire, anis, camphre, fruits secs. La bouche est sèche, dense et moyennement acide, ce qui lui donne beaucoup de digestibilité et en fait un bon compagnon à table. L’étiquette est un clin d’œil au nom de cette cuvée d’Edelzwicker. Vendu 5 euros, voilà une cuvée très sympathique à boire (à deux bien sur) sans se prendre la tête. Bien

Thierry