Les Vins du mois de Décembre 2005

Compte rendu des vins dégustés en décembre 2005 à différentes occasions.

Pinot 2003 – Rolli-Edel (100 cl) : Frais, fruité presque typé riesling, avec une belle acidité et un léger moelleux. Un très bon vin d’apéritif, probablement richement doté en cépage pinot blanc. Bien.

Muscat Andlau 2003 – Domaine des Marronniers : La robe est jaune pâle avec des reflets verts. Le nez est très parfumé, exubérant avec des notes de bergamote, miel, fraise des bois. La bouche est souple, moyennement acide, légèrement douce avec un coté un peu crayeux en bouche. Pas aussi bon qu’au printemps. Bien

Gewurztraminer Cuvée Saint Urbain 1998 – Vincent Spannagel : Une robe jaune citron assez pâle. Le Nez est minéral avec des notes grillées et de la pierre à fusil, des fruits exotiques un peu discrets et une légère évolution. La bouche est fine, ronde avec une bonne acidité, restant encore assez jeune. Un beau gewurztraminer gouleyant qui montre que cette cuvée vieillit bien. Bien

Gewurztraminer Grand Cru Kessler 2001 – Domaines Schlumberger : gras, fin, rond, pas trop sucré, assez acide, minéral, sapide, floral, fruité, souple. La perfection ! Excellent

Riesling Beblenheim 2002 1/2b - Marcel Deiss : gras, sapide, acidité perceptible, mais légère cire et vieux au nez, traduisant le bouchon qui sort un peu et qui passe. Oxydation prématurée sinon belle bouche. Très Bien

Gewurztraminer Grand Cru Kessler 2002 – Domaines Schlumberger : La robe est jaune pâle, très grasse avec un disque épais. Le nez est parfumé, complexe avec des fruits exotiques et un bouquet d’épices impressionnant autour du girofle et du laurier. La bouche est fine, très tendue entre la rondeur et le gras de la grosse matière et une acidité fine qui vient atténuer la sensation moelleuse. Un vin très bien défini, pur et complexe, qui manque encore d’un poil de fondu pour rejoindre son excellent prédécesseur du millésime 2001. Cela ne devrait probablement pas tarder longtemps. A moins de 20 euros, on reste sur un formidable rapport Q/P. Très Bien

Riesling Princes Abbés 2002 - Domaines Schlumberger : nez marqué un peu par le soufre. La bouche est classique, fruité et sèche, sur des notes muscatées et citronnées. Un bon riesling. La différence de minéralité saute aux yeux avec le Beblenheim. Bien

Sylvaner Réserve 2004 – Domaine Weinbach : robe jaune dense brillante. Le nez est très parfumé, floral avec des notes d’agrumes. La bouche est riche, sapide, avec une bonne acidité. Un vin très fin, minéral et doté d’un gras exceptionnel pour le cépage. Superbe sylvaner. Très Bien

Riesling Cuvée Saint Marc 2000 – Vincent Spannagel : Robe jaune dorée, très brillante. Le nez est un peu miellé, légèrement évolué avec des notes de fleurs blanches et de fruits exotiques. La bouche est grasse, presque huileuse, avec une acidité fine en milieu de bouche, qui ne suffit plus pour accompagner un sucre résiduel qui devient un peu lourd. Le vin se maintient encore bien. Bien

Côte Rôtie Champin le Seigneur 2000 – Gérin : lardé, fumé, olive verte, avec de la finesse et une acidité assez présente, tout est bon dans ce Cote Rôtie  à point qui accompagne merveilleusement une entrecôte généreuse et goûteuse à point. Très Bien

Sylvaner Réserve 2001 – Domaine Weinbach : La robe est pâle, grasse avec un bel éclat. Le nez est parfumé, initialement floral, puis grillé avec des notes d’abricot et d’amande fraîche. La bouche est initialement un peu fermée, sèche, puis développe une belle minéralité avec beaucoup de gras. La fin de bouche est longue et un peu amère. Très Bien

Bourgogne Pinot Noir 2003 – Jean-Luc Joillot : Une robe brillante, rouge-noir, assez profonde. Le nez est parfumé, cerise et violette, très charmeur. La bouche est assez acide et tannique, la sensation étant atténuée par le coté charmeur du nez. La comparaison avec les pinots noirs alsaciens de Fleith-Eschard montre que ces derniers ont plus de chair à défaut d’avoir un nez plus avenant. A 4.5 €, bon rapport qualité prix toutefois. Bien

Bourgogne Pinot Noir 2003 – Sylvie Esmonin : Plus fin, concentré avec du pruneau, presque porto, avec une finesse et un gras des tanins qu’on retrouve un peu en finale. Une cuvée ample, très mure, qui n’assèche pas. Bien

Côtes du Rhône 1996 – E. Guigal : La robe est encore dense, rouge noir façon café, avec des bords qui tuilent légèrement. Le nez est parfumé, un peu de fruits rouges avec des note se cuir et d’épices, puis un peu de réglisse. La bouche est souple, fondue et très agréable avec beaucoup de fraîcheur en bouche. Syrah et Grenache se mêlent pour donner un vin très équilibré 9 ans après. Une cuvée très réussie dans le millésime. Bien

Riesling Grand Cru Altenberg de Wolxheim 1999 – Cave du Roi Dagobert : La robe est jaune beurre pâle, brillante avec un bel éclat, un disque assez épais et un beau jambage. Le nez est parfumé, délicat, sur des notes de fleurs blanches et de poivre, légèrement fumée. La bouche est pure, assez dense avec une acidité fine qui persiste bien, mais comprend une légère sucrosité qui n’est pas bien intégrée. La fin de bouche est courte avec une petite amertume. Le terroirs le montre assez bien par ce coté crayeux sur la langue, dommage que le sucre résiduel vienne un peu encore troubler l’équilibre. A regoûter dans quelques années. Un bel équilibre, et à moins de 8 euros, un très bon rapport QP. Très Bien

Riesling Grand Cru Kastelberg SGN 2000 50cl – Domaine des Marronniers : Le nez évoque le citron confit, mais aussi un fort bouchon qu’on retrouve en bouche. Dommage

Gewurztraminer Grand Cru Mambourg Sélection de Grains Nobles 1998 1/2b – Marc Tempé : La robe est jaune doré, brillante avec de grosses larmes. Le nez est intense avec des notes de miel et de pralin. La bouche est liquoreuse avec une acidité peu sensible, mais conserve une belle finesse. La fin de bouche est longue et dévoiles des notes de fruits rouges. Une gourmandise de Noël. Le sucre masque encore tellement l'acidité, la texture rappelle le jus de pêche, le bouquet est exubérant, le vin est complètement déséquilibré au point que sa démesure en devient jouissive, et suscite l'adhésion de toute la table. Excellent

Saint Joseph Lieu-dit Saint Joseph 2003 – E. Guigal : issu des anciennes vigne de JL Grippat, voilà un vin qui plait beaucoup. La robe est dense, presque noire, avec des reflets violacés.  Le nez est très fruité, confituré avec des notes boisées. La bouche est grasse, riche avec l’alcool  et des tanins gras qui donnent beaucoup de moelleux. L’équilibre reste souple et fin, et la longueur en bouche est assez bonne. Un plaisir immédiat sur le fruit. Très Bien

Crémant Brut – Domaine de l’Ancien Monastère : Un crémant à la bulle fine, parfumé avec des notes d’anis. En bouche, le vin est gras, fin, un peu dosé, assez corsé, avec une bonne longueur. Bien

Riesling Cuvée Particulière 2003 – Gustave Lorentz : fondu, minéral et gras en bouche, avec des tanins et une minéralité qui donnent une structure très agréable. Passe bien sur la choucroute. Bien

Riesling Steinweg 2001 – Fleith-Eschard : la robe est pâle le nez est parfumé, un peu végétal avec des notes de citronnelle. La bouche est assez vive et sèche, puis minérale, laissant une impression de netteté en fin de bouche. Bonne longueur. Très Bien

Muscat Grand Réserve 2000 – Cave de Pfaffenheim : Le nez est mentholé, légèrement évolué. La bouche est plate, sèche, moyennement dense. Un vin conforme à l’étiquette, il aurait fallu boire ce muscat 2000 plus tôt. Bof.

Pinot Gris Zellenberg 2002 – Marc Tempé : Le nez est très intense, acidulé avec des notes de miel, de fruits jaunes et d’agrumes. La bouche est vive, grasse avec un beau moelleux, très fine. La longue finale est très sapide. Gros potentiel. Très Bien

Pomerol 2000 - Château du Couvent : Voilà un bordeaux concentré, très fin, épicé avec une bonne pureté. Un millésime déjà agréable à boire, même si le vin est en début de maturité. Très Bien

Châteauneuf du Pape 1977 - Château la Nerte, sans H à l'époque, ayant beaucoup plus que de beaux restes et rappelant certaines 78 par le coté fondu d'une bonne maturité et d'une belle concentration. Bien

Chablis 1er Cru l’Homme Mort 1998 – Georges Noël (Jean Durup) : la robe est jaune profond avec des reflets dorés, avec une apparence grasse. Le nez est parfumé, anisé avec des notes d’encaustique. La bouche est grasse en attaque, puis devient plus sèche avec une acidité qui se développe en fin de bouche. La texture est assez crayeuse, le vin a du corps mais la finale est un peu courte. Un vin à maturité. Bien

Riesling Princes Abbés 2002 – Domaines Schlumberger (1/2b) : la robe est jaune citron pâle, avec un bel éclat. Le nez est moyennement parfumé, avec des notes d’agrumes. La bouche est pure, assez dense, grasse avec une acidité douce. Un riesling frais et fruité, pas trop vif pour un 2002. Bien

Riesling Grand Cru Wiebelsberg 1985 – André et Rémy Gresser : la robe est jaune dorée, très brillante. Le nez est parfumé, complexe, assez évolué avec des arômes de fleurs séchée, d’encaustique, de beurre et de fumée. La bouche est sèche, assez grasse, très fine avec une pointe d’amertume en finale. Un beau vin à maturité. La finale est longue. Très Bien.

Champagne cuvée RD 1990 – Bollinger : robe paille, bulle fine avec une jolie collerette. Le nez est parfumé, complexe avec des fleurs séchées, des fruits secs, de la noisette grillée, du chocolat. La bouche est sèche, dense et assez vive, le vin ne faisait pas son âge. Superbe pour le réveillon, il a accompagné divinement le jour de l’an les huîtres d’Omaha Beach au goût de noisette. Excellent.

 

Thierry Meyer