Le vin de la semaine du 10 octobre : un auxerrois 2009

Le précédent auxerrois 2009 mentionné était un vin élevé en barrique. Pourtant, sans l'apport du bois, l'auxerrois récolté mûr mais sans excès de surmaturité, et vinifié sec, a produit de belles choses en 2009. L'Auxerrois 2009 du Domaine Mersiol à Dambach la Ville est le vin de la semaine.

L'auxerrois est comme le sylvaner, ce que André Ostertag appelle "le pain quotidien". Buvant peu la semaine, je parlerai plutôt de "vin du vendredi soir". Gouleyant, fruité, passe-partout à table sur des mets simples, c'est le vin qu'on aime garder à portée de main, et qu'on peut même ouvrir seul, sans que la tablée soit complète. Le Pinot Auxerrois  est un cépage différent du pinot blanc, mais les deux cépages peuvent entrer dans la composition du vin sous la dénmination AOC Alsace Pinot Blanc. Des cuvées portant le nom d'Auxerrois existent lorsque le vin est produit à 100% par de l'auxerrois, et l'usage des deux noms est certainement historique, la proportion de cuvées Auxerrois étant plus élevée dans la partie Nord de l'Alsace. Pourtant, même dans les cuvées appellées Pinot Blanc, on trouve de moins en moins de cépage pinot banc, car ce cépage est très demandé pour l'élaboration du crémant à qui il apporte l'acidité necéssaire. L'Auxerrois est un cépage précoce qui murit facilment, et dans des millésimes comme 2009, le dilemme est souvent de le récolter avec un léger manque de maturité, ou de le laisser monter en degré potentiels, avec le risque de perdre de la fraîcheur, voire de le voir grimper à 13 degrés d'alcool acquis avec 15 grammes de sucre résiduel. Cela peut produire un vin d'apéritif doux qu'on servira bien frais, mais le vin remplit moins bien sa fonction à table.
Si le profil des pinots blancs 2009 est souvent un peu surmuri et mou en bouche, certains domaines ont su tirer leur épingle du jeu, en récoltant à la date optimale des raisins issues de parcelles à la vigueur maîtrisée, avec des sols travailé qui prmettent au vin d'avoir de l'expression. L'auxerrois de Guy Mersiol est de cette trempe là, et offre un nez floral frais et une bouche structurée qui ne manque pas de gras. Mur et sec avec 13° d'alcool et 4g/l de sucre résiduel, c'est un vin simple et facile à boire, qui fait partie de ces tuyaux que les amateurs s'échangent entre eux. On la boira dans les 2 ans sur des plats variés allant des charcuteries au quiches et autres spécialités à base d'oeuf. Vendues 5.5€ la bouteille départ cave, les 2200 bouteilles produites trouveront certainement preneur rapidement. Une juste récompense pour un auxerrois que d'être très recherché. Il ets facile ou un domaine de produire un vin un peu meilleur sur un grand cru qu'en plaine, et de produire un vin sucré en récoltant tardivement. Mais je trouve souvent que la qualité du travail aux vignes et en cave se constate plus facilement sur un pinot blanc, et cette cuvée témoign des progrès réalisés par le domaine ces dernières années.

Domaine Mersiol
Retrouvez tous les vins de la semaine