Les Vins du Mois de Mai 2011

Compte rendu des vins dégustés en mai 2011 à différentes occasions, dont un très bon Rully Blanc 1999 de Raymond Dureuil-Janthial .

Pinot Noir Albé Cuvée des Ripailleurs 2008 – Domaine du Rempart : un rosé soutenu produit pour accompagner la cochonnaille annuelle de la confrérie locale, et qui se montre parfait pour un déjeuner de printemps :

Rully Blanc 1999 – Raymond Dureuil-Janthial : un bel hommage a Raymond qui a pris sa retraite et confié ses vignes à son fils Vincent, avec un 1999 blanc magnifique de pureté, avec des notes de noisette, de tilleul et une note beurrée au nez, dans un style assez léger en bouche mais bien vinifié. Mon premier millésime était 1989, et je retrouve dix ans plus tard le même plaisir à boire ce 1999 sur une blanquette de volaille. Très Bien

Ribera del Duero 1996 – Alion (Espagne) : un vin moderne au nez encore marqué par le boisé, dense en bouche avec des tanins riches, mûrs et fermes qui structure une bouche concentrée. Belle interprétation du terroir espagnol pour ce vin à maturité, loin du déclin. Très Bien

Gewurztraminer 2006 – François Bléger : tendre et fruité avec des notes épicées, c’est un vin désormais équilibré qui s’apprécie particulièrement au début de repas et sur des fromages pas trop faits. Un fond de verre sur de la saucisse épicée a montré qu’il y avait du potentiel à déguster ce vin sur des plats relevés. Bien

Riesling Fronholtz 2005 – Louis Hauller : léger et un peu fatigué au nez, le vin a perdu de son pétillant et de sa fraîcheur pour proposer une version mûre encore plaisante, sans trop de salinité. A boire. Bien

Pinot Gris Grand Cru Steinert 2005 – Domaine Rieflé : un petit manque de densité pour ce vin au moelleux encore marqué. L’aération le fait évoluer, suggérant une garde moyenne. Bien

Riesling Réserve 2005 – Weingt Nigl (Kremstal, Autriche) : frais et fruité avec une petite touche florale, léger et encore perlant en bouche, voilà un riesling croquant sans trace de botrytis, qui évolue agréablement. Manque de fond par rapport aux vins de terroir alsacien. Bien

Rully Rouge 1996 – Raymond Dureuil-Janthial : la robe commence à toiler, mais garde des reflets rubis. La nez est tendre, sur la cerise à l’eau de vie, avec des notes fumées. La bouche est souple avec un joli fruité, et une acidité moindre que celle rencontrée sur les vins de la Côte de Nuits sur ce millésime. Bien

Crémant Rosé 2009 – Fernand Engel : une belle robe rose sans déviations orangées, une belle bulle fine qui dessiner une collerette soutenue, des arômes de fraise  des bois très plaisant et une bouche vineuse, ample et fruitée sans aucune amertume : voilà un crémant rosé de grande qualité qui met loin derrière tous les 2007 peu murs ou les 2008 aux arômes de champignon qu’on trouve encore sur les linéaires. Si les consommateurs étaient un peu plus regardant sur la qualité de leurs rosés, ils n’imposeraient pas aux producteurs de leur fournir des vins imbuvables vendus 6€ la bouteille. Cette cuvée est exemplaire et mérite d’être mise en avant. Le 2008 était également très bon. Très Bien

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...) et des notes chiffrées, cliquer ici