Dégustation de Noël 2010 : le millésime 1999

Si les repas de fête sont toujours l'occasion d'ouvrir de belles bouteilles, le contexte familial n'est parfois pas forcément optimal pour ouvrir ses meilleurs flacons. J'ai pris l'habitude avec quelques amis de faire une petite dégustation quelques jours avant les deux réveillons, et cette année le thème portait sur les rouges du millésime 1999. La dégustation réalisée à l'aveugle devait permettre de comparer deux vins du Rhône avec deux vins de Bourgogne, mais j'ai rajouté un pirate originaire d'Italie.

La mise en bouche se fait à l'aide de deux vins blancs d'Alsace bien entendu, un riesling Grand Cru Mandelberg de Bott Geyl qui arrive à maturité mais conserve un moelleux assez sensible, et un pinot gris de Zind-Humbrecht au moelleux bien fondu qui possède désormais une belle complexité aromatique. Les cinq rouges ont été servis à l'aveugle et moi-même ayant cacheté les bouteilles je me suis surpris à essayer de les retrouver, puisque j'avais mélangé volontairement les flacons une fois débouchés. La présence du pirate et l'ordre de service choisi au hasard était censé dérouté les dégustateurs autour de la table, et si j'ai trouvé personnellement que chaque cru français était bien marqué par son terroir, ce ne fut pas le cas de tout le monde. Au final c'est le Barbaresco italien qui a le plus impressionné, et lorsque nous nous sommes retrouvés à table au restaurant pour accompagner le civet de biche, ce fut le vin qui réalisa l'accord parfait.

Riesling Grand Cru Mandelberg 1999 – Bott-Geyl : le nez est ouvert, intense, marqué par des notes fumées et une pointe d'amande, très nette. La bouche offre un très léger moelleux en attaque, puis se montre ample, grasse, avec une finale légèrement amère marquée par l'écorce d'agrumes. Le moelleux reste toutefois sensible, et à plus que 10 ans d'âge cela montre que le terroir n'a pas réussi à dominer l'équilibre du vin. Bien

Pinot Gris Heimbourg 1999 – Zind-Humbrecht : les amateurs historiques des vins en particulier des pinots gris de Zind-Humbrecht se retrouveront dans ce vin au nez marqué par le grillé des fruits jaunes de miel de manière très classique. La bouche est ample avec un moelleux intégré très présent, mais conserve une grande pureté avec une évolution aromatique sur le grillé le sous-bois le fumé et une légère. Boisée. Le vin conserve une très belle jeunesse et malgré l'âge des vignes très jeunes, se conservera encore très longtemps. Très Bien

Châteauneuf du pape 1999 – Domaine du Vieux Télégraphe : le premier nez est réduit, les arômes de fruits noirs étant dominés par une pointe d'acidité volatile. La bouche est riche et dense en attaque avec des tanins serrés, présentant une finale sur les fruits cuits et de chocolat, avec un niveau d'alcool sensible. L'aération va apporter un peu plus de fraîcheur aromatique à ce vin qui reste marqué par la chaleur du millésime à Châteauneuf du Pape. Très Bien

Volnay 1er Cru Les Angles 1999 – Lucien Boillot : le nez est cette fois très élégant, très fin avec des arômes de cerise. La bouche est très pure en attaque, très nette, fine et élégante. Les tanins sont fins, déjà fondus, donnant un équilibre aérien au vin. Très Bien

Côte Rôtie la Mordorée 1999 – Chapoutier : la robe est foncée, très dense voire opaque. Le nez est ouvert, intense, parfumé sur des notes de petits fruits, mûre, groseille, très belle complexité avec une fine note boisée. La bouche est ample en attaque, dense avec du gras, les tanins sont encore très présents, et la finale est épicée. Un vin encore très jeune, doté d'un très gros potentiel de vieillissement. Excellent

Barbaresco 1997 – Angelo Gaja : la robe est très dense, à peine tuilée, avec de grosses larmes sur les parois du verre. Le nez est intense, fumé et fruité, avec des notes typiques de petits fruits acidulés, groseille, myrtille. La bouche d'une grande jeunesse, dense et profonde dès l'attaque, avec un fruité exemplaire. Peut-être le vin de cette série qui impressionne le plus par son équilibre à la fois puissant et fin. Excellent

Clos des Lambrays 1999 : la robe est brillante avec de légers reflets tuilée. Le nez est ouvert, avec des arômes de cacao, mais surtout un joli boisé qui reste très présent. La bouche est ample en attaque, puis très concentrée, charnue, on sent qu'il y a du jus, l'ensemble reste très élégant. La finale est longue. L'élevage de style moderne masque légèrement le terroir à ce stade. Très Bien

Thierry

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...) et des notes chiffrées, cliquer ici