Les Vins du Mois de Juillet 2010

Compte rendu des vins dégustés en Juillet 2010 à différentes occasions, dont un très estival Chasselas 2007 d'André Kientzler

Auxerrois Muhlweg 2005 – Guillaume Rapp : un auxerrois presque sec qui possède du gras, marqué par une légère évolution en partie due au bouchage synthétique. A finir. Bien

Saint Emilion Grand Cru Château  Raby Jean-Voisin Cuvée Prestige 2000 : riche et très mur avec un boisé encore présent, c’est un vin à maturité parfait sur des grillades. Bien

Vin de Savoie Jacquères 2007 – Noël Dupasquier : frais, léger en alcool et facile à boire avec des arômes de poire, c’est un vin désaltérant parfait sur les fruits de mer en hiver, mais aussi facile à boire en été lorsqu’il fait chaud. Bien

Volnay 1er Cru Les Angles 1999 – Joseph Voillot : Magnifique équilibre mûr sans excès de maturité, avec un nez avenant de cerise noire, de cacao et de fumée, et une bouche tendre, de bonne densité avec des tanins fins. A point. Très Bien

Riesling 2004 – Albert Boxler : un vin riche au moelleux fondu, donnant des arômes de fruits exotiques sur un équilibre demi-sec qui a conservé de la fraîcheur. Bien

Bandol 2000 – Jean-Pierre Gaussen : un Bandol mur, puissant au nez de mourvèdre tirant entre le fumé et les notes plus animales. Profond en bouche avec une bonne pure, le vin termine sur une longue finale épicée. Grand vin dans un grand millésime. Très Bien

Rosé d’Alsace 2007 – Domaine de l’Oriel : vineux, fruité et très pur en bouche, voilà un rosé alsacien qui possède une patte souple à l’opposé de la fraîcheur des blancs de la région. Bien

Crémant du Jura – Jean-François Ganevat : une cuvée produite en petite quantité, qui possède une bulle fine, un équilibre droit et sec en bouche marqué par une légère minéralité. Une cuvée de haut vol délicieuse à l’apéritif pour son caractère désaltérant, mais qui conviendra également à un repas complet. Très Bien

Gigondas 2008 – Gabriel Meffre : un gigondas de qualité moyenne marqué par le caractère solaire du millésime : des notes de fruits à l’eau de vie et de cacao baignent le nez, la bouche se montre pure mais légère avec une pointe alcoolique. Il y avait certainement mieux à faire dans ce beau millésime, mais pour une consommation immédiate, le vin se tient. Bof

Sylvaner 2009 – Gustave Lorentz : un vin plaisant d’équilibre sec, qui possède du gras en bouche avec une finale épicée. Bien

Rosé d’Alsace 2008 – Cave de Beblenheim : un vin léger et net qui possède un fruité acidulé bien agréable par les fortes chaleurs, typique du millésime 2008. Bien

Cotes de Provence Rosé 2009 – Domaine Perzinsky : domaine situé sur l’Ile de Porquerolles, le rosé 2009 est produit par du grenache et possède un équilibre floral net ainsi qu’un beau fruité en bouche. Le climat de l’Ile a certainement moins souffert de la chaleur que le reste de la côte varoise. Bien

Bandol rouge 2006 - Château Vannières : un vin profond marqué par un boisé toasté encore très présent qui masque les arômes spécifiques d’un Bandol. C’est très bon même si cela manque de typicité à ce stade. La côte de bœuf estivale adore. Très Bien

Bandol rosé 2009 - Château Vannières : un rosé de millésime chaud, marqué par un nez amylique, fruité et pur en bouche avec un petit manque de fond. Bien

Riesling Grand Cru Saering 2008 – Dirler : un vin franc à l’acidité intense qui apporte une touche citronnée, masquant encore la timide salinité à ce stade. L’ensemble possède de la sapidité et un caractère désaltérant très agréable. Ne pas oublier d’en garder quelques bouteilles en cave plus que 5 ans. Bien

VdP de l’Hérault Cuvée  EOS 2005 – Domaine de Courbissac : produit en entrée de gamme avant que Marc Tempé ne décide de se concentrer sur l’appellation Minervois. Une cuvée riche et souple sans surmaturité ni florilège de fruits confiturés. 2005 offre un bel équilibre sur ce vin gourmand, tendre et de bonne pureté, facile à boire. Le Carignan est majoritaire dans l’assemblage, mais à parfaite maturité, il se montre d’une grande douceur. Dommage que le domaine ne produise plus cette cuvée EOS, se focalisant sur les AOC Minervois. Très Bien

Pinot Noir Rosé 2007 – Claude Weinzorn : un rosé franc et fruité au nez très aromatique, vineux et souple en bouche avec une belle fraîcheur. Une belle année pour un rosé qui s’est bien conservé. Très Bien

Auxerrois Vieilles Vignes 2008 – Maurice Schoech : un auxerrois récolté très mur, au nez de fruits à chair blanche  légèrement compotés, avec une petite pointe de sous bois. La bouche est pure, riche avec de la vinosité et un léger moelleux en finale.  Un vin à servir frais pour que l’équilibre reste droit. Bien

Muscat Cuvée Marie 2005 – Valentin Zusslin : un muscat riche au nez de fruits jaunes, doux en bouche avec un fruité très parfumé qui laisse une trame onctueuse en finale. Un muscat sudiste parfait sur une tarte aux abricots, l’alcool (13.5%) le rendant un peu chaud à l’apéritif. Très Bien

Côtes de Castillon Château la Roche Beaulieu 2000 : un Bordeaux à maturité, marqué par le merlot mûr qui apporte suavité et pureté. A dix ans d’âge le vin n’a pas pris une ride et si son style est certainement technique, a qualité est irréprochable pour un vin payé moins de 10 euros en 2003. Le type de vin qu’on aime avoir en cave. Bien

Saint Joseph Lieu-Dit Saint Josph 2003 – E. Guigal : généralement séduit par le caractère gras et onctueux de cette bouteille à l’élevage sous bois généreux, j’ai été déçu par ce flacon qui m’a apporté peu de plaisir.  Les notes de petits fruits font place à des arômes fumés et torréfiés, et en bouche une certaine sécheresse s’installe en conservant un caractère sec marqué par des notes de pruneau et de fruits cuits avec une trame de chocolat noir. L’onctuosité de cette cuvée qui lui donne tant de charme est en berne, et s’il s’agit d’un signe d’évolution plus que d’un problème ponctuel de flacon, cela suggérerait qu’il vaudrait mieux terminer cette cuvée assez rapidement. Bof.

Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg 2007 – Meyer-Fonné : un vin élégant qui s’ouvre sur des notes de rose et de fruits exotiques frais, très pur en bouche avec un moelleux ample qui conserve de la finesse. L’acidité est discrète mais apporte la fraîcheur nécessaire pour conserver une bonne buvabilité si le vin n’est pas servi trop chaud. Très Bien

Pinot Noir Cote de Rouffach 2007 – Domaine Rieflé : un vin léger au nez de cerise griotte et de fumée, acidulé en bouche avec des tanins encore présents. Un vin plaisant dans un millésime léger pour les rouges, à boire rafraîchi. Bien

Chasselas 2007 – André Kientzler : un chasselas aromatique dont les notes florales très nettes prennent un ton légèrement minéral avec le temps. La bouche est droite, sèche et marquée par un léger perlant qui lui apporte de la fraîcheur, mais le gras est là et la densité remarquable, laissant une impression  de concentration très intense en finale. Un chasselas d’esthète qui ravirait beaucoup de savoyards et de Suisses, rappelant au passage que le chasselas n’est pas réservé aux spécialités fromagères dégustées en hiver. Très Bien

Thierry Meyer

Pour connaître la signification des appréciations (Bien, Très Bien...) et des notes chiffrées, cliquer ici